Une nouvelle arme contre les bactéries résistantes aux antibiotiques

Une étude réalisée sous la direction du Prof. Udi Qimron du Départment de microbiologie clinique et d’immunologie de la Faculté de médecine de l’Université de Tel-Aviv, par le doctorant Shahar Molshanski-Mor a identifié une protéine capable d'entraver la croissance des bactéries résistantes aux antibiotiques, en séquençant l’ADN de ces bactéries. La recherche a été publiée dans la revue Proceedings of the National Academy of Science of the United States (PNAS).

nouvelle-arme-contre-les-bactéries-résistantes-aux-antibiotiquesLes bactéries résistantes aux antibiotiques se sont développées dans le monde entier suite à l’usage répété des bactéricides au fil des ans, pour lutter contre les maladies infectieuses. La nouvelle technique développée par les chercheurs de l’UTA est basée sur l’idée de combattre ces «superbactéries» de l'intérieur, au lieu d'utiliser des produits chimiques qui attaquent leur paroi cellulaire par l’extérieur. Ils ont donc systématiquement passé au crible les protéines des virus qui infectent les bactéries (bactériophages).

 

Lutter contre les virus grâce aux protéines...des virus Udi-Qimron

«Comme les bactéries et les virus ont co-évolué pendant des milliards d'années, nous soupçonnions que les virus pouvaient précisément contenir les armes nécessaires pour lutter contre les bactéries » explique le Prof. Qimron. « Nous avons donc procédé pendant plus de deux ans et demi  à un examen systématiquement des protéines des virus qui infectent ces bactéries».

Utilisant des méthodes de séquençage à haut débit de l'ADN permettant de déterminer l’ordre précis de ses éléments, les chercheurs ont localisé les mutations des gènes qui  aident la bactérie à résister à la toxicité des inhibiteurs de croissance produits par les virus. Ils ont ainsi pu identifier une nouvelle protéine minuscule, définie comme « produit génétique inhibiteur de croissance (Gp) 0,6 » qui paralyse l'activité d'une protéine essentielle au maintien de la cellule bactérienne. La défectuosité de cette protéine a pour conséquence la rupture et la mort consécutive de la cellule.

«La nouvelle technologie employée et la collaboration interdisciplinaire entre biologie moléculaire et bioinformatique a fait progresser notre étude plus que nous aurions pu le prévoir » a déclaré le professeur Qimron. « Nous espérons que notre approche sera utilisée pour identifier plus avant de nouveaux inhibiteurs de croissance et leurs cibles parmi les espèces bactériennes et dans les organismes pluricellulaires ».

 Les chercheurs poursuivent leur étude des virus bactériens dans l'espoir de trouver d’autres composés et processus qui améliorent le traitement des bactéries résistantes aux antibiotiques par l’utilisation des protéines de  ces virus. D’après eux, l’accumulation des connaissances sur la biologie des virus bactériens finira par conduire à des percées inattendues dans la lutte contre les bactéries résistantes aux antibiotiques.

 

http://siliconwadi.fr/16834/une-nouvelle-arme-contre-les-bacteries-resistantes-aux-antibiotiques

Cet article a été publié sur http://siliconwadi.fr/ le 2.02.2015