Une technologie innovante de l’Université de Tel-Aviv pour déterminer le niveau de sécurité des vaccins

Une étude dirigée par le Dr. Yftach Gepner du Département d'épidémiologie et de médecine préventive de l’Université de Tel-Aviv, en collaboration avec les Dr. Dan Yamin et Erez Shmueli de la Faculté d'ingénierie permet pour la première fois au monde, de déterminer le niveau de sécurité des nouveaux vaccins au moyen de capteurs intelligents fixés au corps, mesurant des paramètres physiologiques objectifs. Selon les chercheurs, la plupart des essais cliniques testant la sécurité des nouveaux vaccins, y compris ceux contre le covid-19, s'appuient sur des informations subjectives fournies par les participants, conduisant souvent à des résultats biaisés. En revanche, les données physiologiques objectives obtenues par les capteurs sont claires et sans ambiguïté.

dan yiftach erez580L'article a été publié dans la revue Communications Medicine du Groupe Nature.

« Selon la plupart des méthodes utilisées aujourd'hui, les essais cliniques conçus pour évaluer le niveau de sécurité d'un nouveau médicament ou d'un vaccin utilisent des questionnaires d'évaluation remis aux participants, leur demandant d’évaluer comment ils se sentent avant et après avoir reçu le traitement », explique le Dr. Gepner. « Il est clair qu’il s'agit d’une évaluation totalement subjective. Même Pfizer et Moderna ont utilisé ce type de déclarations comme preuve du niveau de sécurité de leur vaccin contre le nouveau virus covid-19 ».

La fin de l'auto-évaluation subjective

Dans le cadre de l'étude actuelle, réalisée en Israël lors de l’administration de la deuxième dose du vaccin Pfizer BioNTech, les chercheurs ont équipé 160 participants de plus de 18 ans de capteurs innovants développés par la société israélienne Biobeat et approuvés par la FDA, surveillant 13 paramètres physiologiques, dont le rythme cardiaque, la fréquence respiratoire, la saturation (niveaux d'oxygène dans le sang), le volume des battements du cœur, la température, le débit cardiaque et la pression artérielle. Les mesures ont été réalisées un jour avant l’administration du vaccin, et jusqu’à trois jours après.

Les résultats ont été surprenants : les chercheurs ont trouvé un écart significatif entre les auto-évaluations subjectives des patients sur les effets secondaires et les mesures réelles. Les capteurs ont identifié des changements significatifs de presque tous les paramètres physiologiques après la vaccination, même chez les sujets ayant déclaré n’avoir eu aucune réaction, et ce particulièrement chez les participants plus jeunes et pendant la nuit. Ces effets secondaires ont eu tendance à s’amplifier au cours des 48 heures suivant le vaccin, les paramètres revenant ensuite au niveau mesuré avant la vaccination. En d'autres termes, l’évaluation directe du niveau de sécurité du vaccin a identifié des réactions physiologiques au cours des première 48 heures se stabilisant par la suite, confirmant ainsi la sécurité du vaccin.

« Le message de notre étude est clair », conclut le Dr. Gepner. « En 2022, il est temps d’évaluer le niveau de sécurité des nouveaux vaccins et médicaments au moyen de tests continus, sensibles et objectifs. Il n'y a aucune raison de se fier aux déclarations des patients, ou d'attendre l'apparition d'effets secondaires rares comme la myocardite, inflammation du muscle cardiaque, qui survient chez un patient sur 10 000. Les signes préliminaires de cette inflammation peuvent être détectés à l'aide de capteurs avancés, capables d’identifier les altérations normales des paramètres physiologiques de celles qui peuvent prédire un risque d'inflammation. D’un autre côté, lorsque l’on convoque les participants à la clinique pour vérifier leur pression artérielle, celle-ci augmente souvent simplement parce que la situation en elle-même est stressante. Une surveillance continue à domicile résout ces problèmes par des moyens simples, pratiques, peu coûteux et précis. C'est le type de médecine que nous devrions rechercher en 2022 ».

 

Photo:

De droite à gauche: les Dr. Erez Shmueli, Yftach Gepner et Dan Yamin (Crédit: Université de Tel-Aviv)

 

FONDS DE SOUTIEN
Créé par l'Université de Tel-Aviv pour ses étudiants
Pour les aider, contactez-nous : 
En France: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. Tél. : 01 40 70 18 07 
En Israël : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. Tél. : 03 640 67 80

Important : Les articles publiés par l’Association française de l’Université de Tel-Aviv portent sur des recherches en cours. Sauf indication contraire, le chemin est encore long jusqu’au passage à l’industrie qui permettra de mettre les traitements à la portée du grand public.

Vous pouvez soutenir la recherche à l’Université de Tel-Aviv en vous adressant à nos bureaux à Paris : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.  ou à Tel-Aviv : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.