Un régime riche en lipides peut réduire les lésions cérébrales traumatiques, d’après les chercheurs de l'Université de Tel-Aviv

D’après une nouvelle étude menée sous la direction du Prof. Chaim Pick, Directeur de l'Institut de recherche appliquée sur le sport de la Faculté de médecine de l’Université de Tel-Aviv, et la doctorante Meirav Har-Even Karzner, spécialisée en nutrition clinique et en études sur le cerveau, le régime cétogène peut être bénéfique en cas de lésions cérébrales traumatiques, car il améliore la mémoire spatiale et visuelle, diminue les indices d'inflammation cérébrale, minimise la mort neuronale et ralentit le rythme du vieillissement cellulaire.

L’étude a été publiée dans la revue Scientific Reports du groupe Nature.

chaim pick et meirav har evenLes lésions cérébrales traumatiques sont l'une des principales causes de décès et d'invalidité à long terme dans le monde développé. On estime que chaque année, plus de 10 millions de personnes dans le monde souffrent de lésions cérébrales dues à une blessure à la tête causée par un objet dur, un coup, un souffle d’explosion, un accident de la route, une blessure sportive, etc.

Augmenter le niveau des graisses pour nourrir le cerveau

Ces dommages peuvent entraîner des dommages physiques, cognitifs, comportementaux et émotionnels et constituent également un facteur de risque pour des maladies telles que l'Alzheimer et le Parkinson. « Malgré la fréquence élevée des lésions cérébrales, il n'existe aujourd’hui aucun traitement efficace éprouvé qui puisse aider les personnes qui en souffrent », déclare Meirav Har-Even Karzner.

Le régime cétogène, explique-telle, entraîne des changements dans les habitudes de consommation courantes. Il est basé un fort pourcentage de matières grasses et vise à imiter un état de jeûne. Il comprend une restriction considérable de la consommation d’aliments contenant des glucides (comme le pain, le sucre, les céréales, les légumineuses, les snacks, les pâtisseries et même les fruits) et une compensation par des produits riches en matières grasses tels que viande, poisson, œufs, avocats, beurre, etc.

Ce régime peut se poursuivre pendant une période prolongée. Il provoque une production accrue par le foie de corps cétoniques qui servent à fabriquer de l'énergie ; ces corps sont transférés vers le cerveau à travers la circulation sanguine et le nourrissent de manière optimale.

Un espoir pour les personnes souffrant de lésions cérébrales

Le régime cétogène est utilisé en Israël et dans le monde depuis près de 100 ans dans le cadre du traitement des enfants épileptiques. Ces dernières années, il est devenu populaire chez les personnes qui cherchent à perdre du poids. Cependant, relève la chercheuse, en raison des restrictions nutritionnelles importantes qu’il implique, il est important de consulter un professionnel de la santé, comme un médecin ou un nutritionniste, avant de l’adopter.

L'étude a été menée sur des souris de laboratoire, au moyen de méthodes de recherche avancées comprenant, entre autres, des tests cognitivo-comportementaux, des tests biochimiques et la coloration immunohistochimique (méthode employée en biologie pour localiser des protéines dans les cellules). Les chercheurs ont pu constater  que le régime cétogène améliorait considérablement la fonction cérébrale des sujets traités.

« Le mécanisme par lequel un régime cétogène réussit à améliorer les lésions cérébrales n'a pas encore été entièrement découvert », explique la doctorante. « Mais des études montrent qu'il a un effet antioxydant et métabolique sur les mitochondries (organites importants de la cellule dont la fonction principale est la production d'énergie et la respiration cellulaire), réduit la production de radicaux libres et augmente le niveau d’ATP (adénosine triphosphate), molécule centrale pour la biologie de la cellule.

« Les résultats sont équivoques et montrent que le régime cétogène améliore la mémoire spatiale et visuelle, réduit les indices d'inflammation cérébrale et ralentit également le taux de vieillissement cellulaire », conclut le Prof. Pick. « Ils peuvent ouvrir la voie à d'autres études qui apporteront  un l'espoir aux personnes souffrant de lésions cérébrales traumatiques et à leurs familles ».

 

Photo:

Le Prof. Chaim Pick et Meirav Har-Even

(Créddit: Université de Tel-Aviv)

FONDS DE SOUTIEN D’URGENCE
Créé par l'Université de Tel-Aviv pour soutenir ses étudiants
Pour les aider, contactez-nous : 
En France: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. Tél. : 01 40 70 18 07
En Israël : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. Tél. : 03 640 67 80 
 Soutenir l'Université