Université de Tel-Aviv: comment la vallée de l’Arava est devenue la nation start-up du monde antique il y a 3000 ans

Selon une nouvelle étude menée par l'étudiant de maitrise David Luria du Département d'archéologie et des cultures anciennes du Proche-Orient de l’Université de Tel-Aviv, l'industrie du cuivre de la vallée de l'Arava a réussi à prospérer et à devenir le centre de métallurgie le plus important et le plus avancé du monde antique il y a environ trois mille ans, grâce à des méthodes de gestion avancées et à une créativité technologique impressionnante.

David LuriaL'étude a été publiée dans la prestigieuse revue PLOS ONE.

Selon Luria, l'industrie du cuivre du Pays de Canaan à cette époque était concentrée dans deux grandes zones minières, l'une à Timna (au nord d'Eilat) et l'autre à Faynan (dans le nord de l'Arava, en Jordanie). Des recherches antérieures expliquaient le haut niveau technologique dans la région par l’importation des technologies égyptiennes lors de la conquête du pays par le pharaon Shishak en 925 av. JC. Cette théorie a été renforcée en 2014, par la découverte d'un scarabée portant le portrait de Shishak à Faynan, et plus tard en 2019, lorsqu’une étude sans précédent par son ampleur avait établi, au moyen d’un nouveau modèle mathématique, qu’un bond technologique soudain avait pris place à l'époque de la campagne militaire de Shishak.

La méthode "essai-erreur" du monde antique

Allant à l’encontre de cette théorie, David Luria soutient pour sa part que l’impressionnant essor économique et technologique de l'industrie du cuivre dans l'Arava ne fut pas lié aux capacités égyptiennes, mais plutôt au talent du peuple de la région, qui, selon lui, avait appris à maitriser deux approches que nous connaissons aujourd'hui sous le nom de « méthode essai-erreur » et de « croissance contrôlée » (« scaling up »). « De toute évidence, ces termes n'existaient pas à l’époque », note-t-il. « Mais l'application pratique de ces principes a été rendue possible grâce au bon sens des acteurs et à leur compréhension de base des processus d'ingénierie, phénomènes qui ont également été observés dans d'autres endroits du monde antique », explique Luria.

Carte industrie du cuivre vallée AravaSelon lui, la méthode « essais-erreurs » a permis aux métallurgistes de l'Arava d'améliorer graduellement les processus technologiques, et d’accroître le volume et la qualité de la production. Le « scaling-up » quant à lui, a permis de faire augmenter l’échelle des moyens de production existants en utilisant les matériaux et les procédés en usage à l'époque, et de développer des équipements de production avancés en minimisant au maximum le temps, le coût et le risque technologique.

« L'expédition de Shishak n'avait pas pour but de prendre physiquement le contrôle des mines de cuivre de l'Arava, mais plutôt d’établir un accord à long terme avec le peuple de la région afin de renforcer la production locale dans le but d'augmenter les exportations de cuivre vers l'Égypte, qui souffrait à cette époque de difficultés de production locale », dit Luria.

Le secret: le savoir-faire de haut-technologie de quelques individus motivés 

« Il semblerait que le secret du succès de l'ancienne industrie du cuivre dans l'Arava ait résidé dans les compétences et les capacités de gestionnaires efficaces, assistés à chaque étape de leur prise de décision par des experts technologiques talentueux. Aujourd'hui, l'archéologie ne peut pas identifier ces personnes, mais une analyse minutieuse des dépôts laissés dans la région peut nous raconter une histoire précise. Il s’agit des résidus de la production de cuivre qui se sont accumulés sous forme de tas de déchets que l'on peut dater, et dont la taille permet d'évaluer le volume de la production à un moment donné. De plus, en procédant à une analyse chimique de la teneur en cuivre des déchets, on peut déterminer la qualité de la production : lorsque la quantité de cuivre dans les déchets diminue, on peut conclure que le processus était devenu plus sophistiqué.

Luria indique également que les indices détectés sur ces sites montrent que tout au long de la période de production, l'équipe de direction a su fermer les mines improductives et en ouvrir d’autres plus rentables. De plus, à certains moments, la décision a été prise de réutiliser les déchets des périodes antérieures, produits par des processus moins efficaces et dans lesquels il restait beaucoup de cuivre, plutôt que d'utiliser du minerai pur. Ces décisions n'auraient pas pu être prises sans une excellente équipe technique épaulant les choix de gestion par des tests technologiques réguliers. L’équipe dirigeante s'est également engagée dans une vaste commercialisation du cuivre dans l’ensemble du monde antique.

« La leçon importante à retenir de ce succès technologique est que le savoir-faire de haute-technologie de quelques individus éduqués et motivés qui vivaient ici au premier millénaire avant notre ère, a réussi à provoquer une énorme révolution dans l’économie de la vallée de l’Arava, tout comme c’est le cas aujourd'hui », conclut Luria. « Comme on dit, rien n’est nouveau sous le soleil ».

 

Photos:

1. David Luria

2. Carte de l'industrie du cuivre dans la région de l'Arava.

(Crédit: Université de Tel-Aviv)

 

FONDS DE SOUTIEN D’URGENCE
Créé par l'Université de Tel-Aviv pour soutenir ses étudiants
Pour les aider, contactez-nous : 
En France: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. Tél. : 01 40 70 18 07
En Israël : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. Tél. : 03 640 67 80 
 Soutenir l'Université