L’élite de Jérusalem de la période du 1er Temple souffrait de maladies infectieuses dues à de mauvaises conditions d’hygiène, d’après une étude de l'Université de Tel-Aviv

L’analyse de restes organiques trouvés sous un siège de toilettes en pierre datant de 2 700 ans découvert dans une luxueuse villa de Jérusalem révèlent que même l'élite de la ville souffrait à cette époque de maladies infectieuses et d’épidémies dues à une mauvaise hygiène. L’étude, menée par le Dr. Dafna Langgut, Directrice du laboratoire d'archéobotanique du Département d'archéologie de l'Université de Tel-Aviv, spécialiste d’archéoparasitologie, fournit de nouvelles informations sur l'histoire des maladies infectieuses dans la région et ouvre une fenêtre sur la vie quotidienne des humains à cette époque ancienne.

Toilettes 1er temple 1Elle a été récemment publiée dans la revue International Journal of Paleopathology.

L’étude du Dr. Langgut a été réalisée sur des restes organiques retrouvés sous une cuvette de toilette en pierre datant du 7e siècle avant notre ère, retrouvée lors de fouilles de l'Autorité des Antiquités d'Israël sur la Promenade Armon Hanatziv à Jérusalem, dans le jardin d’une magnifique villa. Le Dr. Langgut, Directrice du laboratoire d'archéobotanique et d'études de l’environnements antique du Département d'archéologie et chercheuse au Musée d'histoire naturelle Steinhardt de l'Université de Tel-Aviv, a prélevé des échantillons de terre sous les toilettes en pierre, dans l’ancienne fosse d’aisance. L’analyse en laboratoire a permis d’identifier les restes de quatre types de parasites intestinaux : des ascaris, des ténias, des trichocéphales et des oxyures.

Manque d'hygiène et infections parasitaires

« Les résultats de cette étude sont parmi les plus anciens observés en Israël à ce jour », explique le Dr. Langgut. « Il s’agit d’œufs de parasites extrêmement résistants, et les conditions de conservation fournies par la fosse d'aisance leur ont permis de survivre pendant près de 2 700 ans. Les vers intestinaux sont des parasites qui provoquent des symptômes tels que des douleurs abdominales, des nausées, de la diarrhée et des démangeaisons. Certains d'entre eux sont particulièrement dangereux pour les enfants et peuvent entraîner de la malnutrition, des retards de développement, des dommages au système nerveux et, dans des cas extrêmes, même la mort ».

Toilettes 1er Temple 2Selon elle, les maladies intestinales de l'époque découlaient probablement des mauvaises conditions sanitaires provoquant la contamination fécale des aliments et de l'eau potable ; ou encore d’un manque de sensibilisation à l'hygiène, comme le fait de ne pas se laver les mains. L'utilisation d'excréments humains pour fertiliser des cultures et la consommation de viande insuffisamment cuite ont également pu constituer d’autres sources possibles d'infection. En l'absence de médicaments, la guérison était difficile, voire impossible, et les personnes infectées pouvaient souffrir de ces parasites pendant le reste de leur vie. Selon les chercheurs, il est par conséquent tout à fait possible que les résultats de l'étude indiquent une maladie infectieuse gênante et de longue durée (comparable aux poux et aux oxyures dans les jardins d'enfants d'aujourd'hui) qui ait touché l'ensemble de la population. De plus, le fait que siège en pierre se soit trouvé dans les toilettes de la propriété luxueuse, ainsi que la présence des vers, indique que même les riches habitants de Jérusalem de cette époque n’étaient pas épargnés par ces maladies infectieuses ni les épidémies. Le Dr. Langgut souligne que ces parasites existent encore aujourd'hui, mais que le monde occidental moderne a développé des moyens de diagnostic et des médicaments efficaces, pour les empêcher de se transformer en épidémie.

"Qui est riche ? ...'Celui qui a des toilettes à côté de sa table'"

Selon Ya'akov Billig, Directeur des fouilles au nom de l'Autorité des Antiquités d'Israël, la propriété découverte remonte au milieu du VIIe siècle avant JC, fin de l'âge du fer. Sur le site ont été découverts de magnifiques éléments architecturaux en pierre, décorés à un niveau artistique très élevé, par exemple des chapiteaux sculptés dans un style proto-éolique, d’une qualité et en quantité encore inconnues dans l'ancien Israël. Adjacent à la propriété se trouvait un splendide jardin avec une vue imprenable sur la Cité de David et le Mont du Temple, où ont été retrouvés les restes d'arbres ornementaux et fruitiers, ainsi que le siège carré en roche calcaire avec un trou en son centre, identifié comme des toilettes. Bien qu’exceptionnelle, cette découverte de toilettes dans le jardin d’une propriété luxueuse n’avait pas surpris les chercheurs : « Les cabines de toilettes privées étaient extrêmement rares dans l’Antiquité et constituaient un symbole de statut social, un luxe que seuls les riches pouvaient se permettre. Comme il est dit dans le Talmud : « Qui est riche ?... Rabbi Yosef répond : ‘Celui qui a des toilettes à côté de sa table.’ » (Traité Shabbat du Talmud de Babylone 25 : 2).

toilettes 1er Temple LanggutCette découverte a donné l’occasion au Dr. Langgut d'appliquer un domaine de recherche, qu'elle a commencé à développer dans son laboratoire, l’archéoparasitologie, qui englobe l’identification de restes archéologiques microscopiques d'œufs de vers intestinaux, permettant de connaître l'histoire des maladies et des épidémies. Ce nouveau domaine d’études fournit de nouvelles informations concernant la santé humaine, l'hygiène, le mode de vie et les conditions sanitaires.

Une meilleure compréhension des modes de vie passés

« Les recherches menées par l'Autorité des Antiquités d'Israël parviennent à toucher les moindres détails de la vie quotidienne dans l'Antiquité », explique Eli Escozido, Directeur de l'Autorité des Antiquités d'Israël. « Grâce à des équipements de pointe et à une collaboration fructueuse avec des institutions de recherche partenaires, il est désormais possible d'extraire des informations fascinantes à partir de matériaux que nous ne pouvions pas traiter scientifiquement auparavant car les outils pour le faire n’existaient pas. Aujourd'hui, la recherche archéologique arrive à des résultats remarquables et conduit à une meilleure compréhension des modes de vie passés, qui ne fera, semble-t-il, que se développer ».

Toilettes 1er temple parasites« Des études comme celle-ci nous aident à nous documenter sur l'histoire des maladies infectieuses dans notre région et nous offrent une fenêtre sur la vie des humains dans les temps anciens », conclut le D. Langgut, qui actuellement des analyses complémentaires sur les sédiments collectés dans la fosse d'aisance afin d'en savoir plus sur le régime alimentaire et les herbes médicinales utilisées à Jérusalem à la fin de l'âge du fer.

 

Photos:

1. 2. : Le siège de toilettes en pierre vieux de 2700 ans (Crédit: Ya'akov Billig et Yoli Schwartz, Autorité des Antiquités d'Israël)

3. Le Dr. Dafna Langgut  (crédit: sasha Flit, Université de Tel-Aviv)

4. Oeufs de parasites intestinaux retrouvés sous le siège (grossissement x 400 - Crédit Eitan Kremer)

 

FONDS DE SOUTIEN D’URGENCE
Créé par l'Université de Tel-Aviv pour soutenir ses étudiants
Pour les aider, contactez-nous : 
En France: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. Tél. : 01 40 70 18 07
En Israël : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. Tél. : 03 640 67 80 
 Soutenir l'Université