Remise du Prix Arditi pour le dialogue interculturel à des étudiants juifs et arabes à l’Université de Tel-Aviv

Les Prix de la Fondation Arditi pour le dialogue interculturel ont été décernés jeudi 25 novembre aux gagnants du concours d’écriture dramatique judéo-arabe, lors d’une cérémonie qui s’est tenue à l’Université de Tel-Aviv. Le concours, organisé par le Centre d'études internationales et régionales Daniel Abraham en collaboration avec de Département de théâtre de l’Université, et parrainé par la Fondation Arditi, portait cette année sur le thème : «Rencontres entre Juifs et Arabes : sons, odeurs et saveurs».

Prix ARditi AuteursIl s'agit de la huitième édition de ce concours, ouvert aux étudiants de tous niveaux et de toutes les Facultés et domaines d’études de six universités israéliennes (Université de Tel-Aviv, Université Ben Gourion du Néguev, Université hébraïque de Jérusalem, Université Bar Ilan, Université de Haïfa et Université Ouverte), et la cinquième année au cours de laquelle les candidats ont été invités à soumettre des piécettes de théâtre portant sur les relations judéo-arabes, sujet dont l’importance ne fait que croître.

Un sujet dont l'importance ne fait que croître

Cette année, le thème de la compétition commun était « Rencontres être Juifs et Arabes : Odeurs, sons et saveurs ». Les trois pièces gagnantes ont été interprétées par des étudiants arabes et juifs du Département de théâtre de l’Université. Le jury était composé des Dr. Sharon Aronson-Lehavi, Dafna Ben-Shaul et du Prof. Gadi Roll du Département de théâtre, du Dr. Almog Behar du Département de littérature et le Dr. Manar Makhoul du Département d'études de la langue arabe et de l’islam de l'Université.

Prix Arditi Nêtre que toiLes pièces gagnantes ont été présentées lors de la cérémonie de remise des prix sous la forme d'une lecture mise en scène, sous l’accompagnement dramaturgique du Prof. Roll, du Dr. Harari et de Yaron Ruah.

La troisième place a été remportée par la pièce « N’être que toi jusqu’à la fin de tes jours » drame comique de Sigi Golan, mis en scène par Mor Halevi, qui raconte l'histoire d'une jeune femme qui décide de rencontrer un homme qu'elle a connu sur une application de rencontres. À sa grande surprise, la personne qui se présente n'est pas celui qu’elle attendait. Pendant toute une soirée, les deux jeunes gens vivront ensemble des hauts et des bas et se rendront compte qu'il existe en eux bien davantage de ce qu’il ne paraît.

«Ecouter et communiquer»

La deuxième place a été gagnée par la pièce « Le Chef national » de Doron Rechlis, mise en scène par Yohai Hacker, qui raconte l'histoire d'Amal et de Haim, deux candidats en compétition pour la finale d’une émission de téléréalité culinaire à succès. Julie, une assistante de production ambitieuse, annonce haut et fort les dernières minutes de la compétition. Elle découvre alors que les deux candidats préparent le même plat et, sur les instructions des producteurs, se lance dans une course contre la montre pour créer l'écart souhaité entre les deux concurrents.

Prix Arditi Chef nationalLa pièce gagnante, « Emulsion » de Nir Cohen Rothschild, mise en scène par Riki Assor, décrit une soirée particulière de Wajdi, cuisinier de partie froide et garde-manger dans un grand restaurant, au cours de laquelle, non seulement on lui rattache Ouri, un nouveau commis de cuisine, mais de plus il apprend que le sous-chef expérimenté censé travailler avec eux ne sera pas à l'heure pour « le grand rush ». Entre le travail sous pression et les attentes élevées du chef de cuisine, Wajdi et Ouri rencontrent des difficultés de communication qui les empêchent de travailler efficacement. La pièce montre l'émergence de ces difficultés et la manière dont les participant y font face.

« Emulsion est exactement ce dont nous avons besoin, pas seulement ici en Israël mais dans le monde entier » a déclaré l'étudiant interprétant le rôle de Wajdi, Hanna Birakh. « Le message de la pièce est que le secret d'un bon plat réside dans le mélange et la connaissance directe. Jusqu’à l'âge de 18-19 ans, je n'ai pas connu de personnes parlant l'hébreu dans mon environnement, et quand j'ai commencé mes études à l'Université de Tel-Aviv il y a environ deux ans, j'ai soudain réalisé qu'il y avait une distance entre la réalité et ce que nous voyons aux actualités. Nous devons nous rappeler que nous ne devons pas juger ceux qui sont différents de nous par leur foi, et que la vérité ne se trouve pas seulement chez nous. Ce n'est qu'en écoutant et en communiquant que nous arriverons à une véritable coexistence ».

«Amor Fati, aimez votre destin»

« Cette compétition, dont l’intérêt n’a jamais fait l’ombre d’un doute depuis ses débuts, a gagné encore davantage d’importance durant l’année écoulée », a souligné le Prof. Raanan Rein, Directeur du Centre Daniel Abraham pour les études internationales et régionales. « Le corona, qui a touché tous les individus, quelle que soit leur identité nationale ou ethnique, et plus encore, la série d'incidents violents qui ont éclaté entre les Arabes et les Juifs d’Israël à la suite de la crise israélo-palestinienne de mai 2021, ont accentué le besoin de trouver des moyens de vivre ensemble dans ce pays. Institution de recherche de premier plan, l'Université de Tel-Aviv a également des obligations culturelles et sociales. Dans une période où le discours public se caractérise par une certaine mesure de xénophobie et de racisme, cette compétition qui exprime le caractère pluraliste de l'Université et de la société israélienne et la valeur que nous attachons au besoin de connaître « l'autre », devient d’autant plus importante ».

Prix Arditi EmusionMetin Arditi, fondateur et Président de la Fondation Arditi, est un écrivain et philanthrope suisse francophone d’origine juive turque. Il a été nommé par l'UNESCO Ambassadeur de bonne volonté en 2012, et en 2014, envoyé spécial pour le dialogue interculturel. Arditi est également fondateur et coprésident de la Fondation « Les instrument de la Paix-Genève », impliquée dans l'éducation musicale des enfants en Israël et dans l'Autorité palestinienne. Il est également membre du Conseil de la Fondation du Conservatoire de musique de Genève.

Arditi a félicité les participants et déclaré : « En Israël, Juifs et Arabes n'ont d'autre choix que de vivre ensemble. Pendant l'épidémie, le pays a vécu un certain nombre d’épisodes émouvants d’une solidarité inattendue. Espérons que ces situations se multiplient comme le corona, de manière virale. La coexistence entre Juifs et Arabes est le destin inévitable de l'Etat d'Israël. Et comme l'a dit le philosophe Nietzsche : Amor Fati, aimez votre destin ».

 

Photos :

  1. Les auteurs gagnants. De droite à gauche : Doron Rechlis, Sigi Golan et Nir Cohen-Rothschild.
  2. Pièce « Le Chef national ». Acteurs : Noy Shwartz, Rama Nasrallah, Liran Biton
  3. Pièce « « N’être que toi jusqu’à la fin de tes jours ». Acteurs: Lihi Zachs, Waal Hamdon, Ra Dashe
  4. « Emultion ». Acteurs : Hanna Birakh, Basil Abu Jabal, Amit Lasri

Crédit : Chen Galili

 

FONDS DE SOUTIEN D’URGENCE
Créé par l'Université de Tel-Aviv pour ses étudiants
Touchés de plein fouet par la crise économique due au Covid19, des milliers d’étudiants ont perdu leur emploi et ne peuvent plus subvenir à leurs besoins.
Pour les aider, contactez-nous : 
En France: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. Tél. : 01 40 70 18 07 
En Israël : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. Tél. : 03 640 67 80

ISoutenir l'Université

Tous les articles