40 % des investissements mondiaux privés en cybersécurité sont investis en Israël, d’après les chercheurs de l’Université de Tel-Aviv

Dans son nouveau livre, le Prof. Eviatar Matania, ancien fondateur et chef du système national de cybersécurité d'Israël, actuellement à la tête du Programme international de cybersécurité de l'Université de Tel-Aviv raconte comment, en une décennie, Israël est devenu l'un des pays leaders au monde dans ce domaine. D’après l’ouvrage, intitulé Cybermania : comment Israël est devenu une puissance mondiale dans un secteur qui façonne l'avenir de l'humanité, 40% de tous les investissements privés dans le monde dans le domaine du cyber sont investis en Israël, et un tiers des « licornes », start-up privées valorisées à plus d'un milliard de dollars, sont israéliennes.

Cybercheval« Le livre raconte en langage clair l'histoire de la cyber-révolution qui s’est déroulée lors de la décennie précédente, et au cours de laquelle le cyberespace est devenu une partie importante de nos vies, et Israël s’est transformée en une cyber-puissance », explique le Prof. Matania. « Il s'agit d'un phénomène unique. Jusqu’à présent Israël est arrivé en tête de divers indices dans le monde de la technologie et de la sécurité, mais toujours en termes relatifs, c'est-à-dire par rapport à son nombre d’habitants ou à sa taille. Par exemple, nous sommes bien placés dans les classements des publications universitaires par habitant, ou encore pour le pourcentage de la dépense nationale dans la R&D, où Israël est leader mondial avec la Corée du sud. Mais en termes absolus, il est clair que d'autres pays comme les États-Unis et la Chine nous dépassent de loin dans ces domaines. Dans le secteur du cyber, par contre, Israël est devenue une puissance mondiale en chiffres absolus : 40 % de tous les investissements privés dans le monde dans le secteur de la cybersécurité arrivent en Israël, et une licorne sur trois est israélienne. Aujourd'hui, le cyber représente 15 % des exportations israéliennes de haute technologie, qui constituent elles-mêmes environ la moitié des exportations totales de l'État d'Israël, et cela ne fera que croître. Ce sont des chiffres étonnants, et de plus ils ne dévoilent qu’une partie du tableau, car il y a des paramètres qui ne peuvent pas être mesurés, comme par exemple les capacités de défense. En une décennie, Israël est devenu un acteur très important dans la nouvelle arène de la cybersécurité et de la cyberéconomie.».

Un système de cybersécurité triangulaire

Le livre est basé, entre autres, sur l'expérience personnelle du Prof. Matanya, qui a créé et dirigé le Centre national de Cybersécurité d’Israël, puis a été responsable de la Division nationale de la Cybersécurité auprès du Cabinet du Premier ministre de 2012 à 2018.

Eviatar Matania« Le périple d’Israël sur la voie de la cyberpuissance a débuté après une visite du Premier ministre de l'époque, Benjamin Netanyahu, de l'Unité de renseignement de l’armée israélienne 8200 en 2010 », raconte le Prof. Matanya. « L’ancien Premier ministre avait été frappé par ses discussions avec les  soldats, et avait compris que le nouveau monde du cyber représentait un risque hors du commun pour Israël, qui devenait vulnérable aux attaques de toutes parts. Il faut comprendre que dans l’univers du cyber nous sommes tous voisins; Israël devient donc le voisin non seulement de la Syrie et de l'Egypte, mais aussi de la Russie et de la Chine. En parallèle, Netanyahu a compris l'immense opportunité pour un petit pays comme Israël, spécialisé à la fois dans la haute technologie et dans la sécurité, de prendre l'initiative dans ce secteur ».

Israël est en avance sur le monde entier

À la fin de la visite, il s'est adressé à son conseiller militaire, le Général Yohanan Locker, et lui a demandé de concevoir un système de cybersécurité triangulaire, au sommet duquel se trouverait le système de défense et à la base, d’un côté les universités, et de l’autre l'industrie. Locker s'adressa à son tour au Général de réserve Prof. Isaac Ben Israel, alors à la tête du Conseil national de la recherche et du développement, et aujourd'hui Directeur du Centre de cybersécurité de l'Université de Tel-Aviv, et l'a chargé de mettre au point une structure organisationnelle dont le but était de finaliser un programme national d'ensemble de cybersécurité et de cyberéconomie pour Israël, premier du genre dans le monde. Netanyahu avait fixé au projet un objectif précis: Israël devait devenir l'une des cinq premières cyber-puissances du monde ;  mais le résultat a été encore meilleur.

Cyberweek« Le système de cybersécurité national que j’ai dirigé a été le premier du genre au monde », a déclaré le Prof. Matania. « Il rend compte directement au Premier ministre, comme les services de sécurité intérieure, par exemple. Le gouvernement avait bien compris que pour construire un écosystème national qui soit au premier plan dans le monde, il fallait investir des budgets importants dans les universités, dans l'industrie et dans l’élaboration de capacités spécifiques pour la cyberdéfense. Par exemple, six centres de cyber-recherche ont été créés dans des universités, dont l'Université de Tel- Aviv, et le scientifique en chef du ministère de l’industrie a orienté les investissements vers les startups spécialisées dans ce domaine. De plus, des projets gouvernementaux d'investissements ont été mis en place dans le domaine de la défense, et les soldats ayant acquéris de l’expérience dans ce cadre ont fondé davantage encore de startups après leur démobilisation. Israël est en avance sur le monde entier, suivi des Britanniques, car l'Ambassadeur britannique en Israël de l’époque, Matthew Gould, a eu l’occasion d’étudier de près la structure et la stratégie israélienne dans ce domaine, et, retourné à Londres il a été nommé responsable de la cybersécurité auprès du cabinet du Premier ministre ».

cyberweek ben israelSelon le Prof. Matanya, les capacités d'Israël dans le domaine du cyber, sur le marché privé, au sein du gouvernement et dans le système de la défense, lui servent également dans le domaine politique. « Lorsqu'Israël signe une alliance de cyberdéfense avec Chypre et la Grèce, cela ne veut pas dire qu’il a nécessairement besoin de ces pays pour améliorer sa cyberdéfense, mais il peut obtenir d’autres choses en échange dans d'autres domaines. Israël est devenu synonyme de cybersécurité, à tel point qu’aujourd'hui, nous nous appuyons sur ce secteur sur la scène internationale ».

L’ouvrage, écrit en collaboration avec Amir Rapaport, fondateur de la revue Israel Defence et des conférences  Cybertech, a été publié aux éditions Kinneret Zmora-Dvir (en  hébreu).

 

Photos:

1. Le cyber-cheval de l'Université de Tel-Aviv

2. Le Prof. Eviatar Matania

3. De gauche à droite: le Prof. Isaac Ben Israël, le ministre de la Défense Benny Gantz et le Premier Ministre Naftali Benett, lors de la Cyberweek de l'Université de Tel-Aviv, en juillet 2021

4. Le Prof. Isaac Ben Israêl

(Crédit: Université de Tel-Aviv)

 

FONDS DE SOUTIEN D’URGENCE
Créé par l'Université de Tel-Aviv pour ses étudiants
Touchés de plein fouet par la crise économique due au Covid19, des milliers d’étudiants ont perdu leur emploi et ne peuvent plus subvenir à leurs besoins.
Pour les aider, contactez-nous : 
En France: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. Tél. : 01 40 70 18 07 
En Israël : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. Tél. : 03 640 67 80

ISoutenir l'Université

Tous les articles