actualite

Actualité

Les étudiants de l'Université de Tel-Aviv préparent l'Israël d’après-guerre

Alors que la guerre fait encore rage, deux étudiants de l'Université de Tel-Aviv, Amitai Mintzer, du programme interdisciplinaire d'excellence, et Nir Komem, de la Faculté de droit, en collaboration avec le Centre d’entrepreneuriat de l’Université, ont conçu et mis en œuvre un hackathon, « HackTAU : le jour d'après », pour chercher des moyens créatifs de remédier aux dommages causés à Israël et à ses citoyens au lendemain de la guerre. Quelque 230 étudiants de 15 établissements universitaires, accompagnés de 70 mentors du monde de l'académie et de l'industrie, y ont participé.

Hackaton 1« Après le 7 octobre, tout le monde a voulu faire quelque chose pour aider sur-le-champ. Nous avons pensé que quelqu’un devait planifier la suite », a expliqué Amitai Mintzer, qui prépare également une maîtrise en anthropologie à l'Université de Tel-Aviv. « À notre avis, le monde universitaire est le lieu idéal pour cette tâche. Les problèmes auxquels nous sommes confrontés en tant que société sont énormes et nous avons besoin de nouvelles idées pour les résoudre. Le monde universitaire est chargé de fabriquer ces nouvelles idées et de créer des liens entre les personnes qui les ont. Et en tant qu’étudiants, nous devons nous rappeler que nous sommes qualifiés pour aider. Si notre génération est assez bonne pour combattre à Gaza et aider comme volontaires, elle est assez bonne pour planifier l’avenir », a ajouté Nir Komem, qui est par ailleurs étudiant du programme interdisciplinaire de sciences humaines et Ambassadeur du programme Rothschild.

Six défis principaux

La première étape a consisté pour les deux étudiants à identifier les défis à relever. Ils ont donc interrogé le plus de personnes possibles dans tout le pays, et leur ont demandé quels étaient à leur avis les problèmes les plus urgents. Six défis principaux ont émergé :

Logement et communauté : trouver une solution pour les centaines de milliers de citoyens déplacés du nord et du sud d'Israël et le besoin urgent de rétablir les liens sociaux dans ces communautés.

Éducation : adapter les établissements d'enseignement aux nouveaux besoins des étudiants et créer un espace protégé pour les enfants et les jeunes.

Agriculture : exploiter le besoin urgent de réhabiliter le secteur agricole en Israël comme une opportunité pour intégrer des solutions innovantes dans l'industrie.

Santé mentale : Développer divers programmes abordant les traumatismes nationaux et traiter la santé mentale dans une perspective collective.

Relations Juifs-Arabes : créer une vision et un plan pour un partenariat judéo-arabe durable et une coexistence pacifique sur les campus universitaires.

Sciences humaines : mettre l'accent sur les crises morales et humaines qui se développent en ce moment dans la région et dans le monde.

L’étape suivante a consisté à recruter des étudiants pour relever chaque défi, et des mentors du monde universitaire et industriel pour les aider à concrétiser leurs idées. « Nous avons eu l'impression d'organiser six hackathons en même temps », commente Mintzer.

Hackaton 2

L’un des traits exceptionnels de cet événement a été la grande diversité des personnes qu’il a réunies pour innover pour l’avenir d’Israël. Des étudiants de toutes disciplines, communautés et horizons sont venus de tout le pays, formant 50 équipes. « Nous avons vu ici quelque chose de vraiment singulier », a déclaré Itai Rozitzki, à la tête de l'équipe du « Défi agricole », étudiant de licence en philosophie et en droit à l'UTA. Mobilisé comme réserviste depuis deux mois, il a choisi de passer trois de ses rares journées hors de la base au hackathon. « Dans chaque catastrophe, ceux qui voient l’opportunité d’améliorer le monde peuvent en bénéficier à long terme. J’ai été époustouflé par cet événement, tant par le nombre d’étudiants y participant que par la qualité du travail, les idées apportées et le caractère révolutionnaire des nouvelles façons de penser proposées ».

Un soutien entrepreneurial

Beaucoup d'étudiants avaient déjà des idées en arrivant, certains avec des équipes déjà en place, tandis que d'autres sont venus simplement avec la volonté d'aider leur pays. Les participants ont été jumelés en fonction de leurs idées et de leurs intérêts, avec l'aide de mentors. Komem et Mintzer ont veillé à ce que chaque groupe bénéficie à la fois d'un conseiller universitaire pour l'aider à orienter le processus de conception, et un conseiller professionnel qui sache comment mettre ces idées en pratique.

Pour chaque défi, deux équipes ou plus préparaient des idées différentes en travaillant de différentes manières. Par exemple, dans le cadre du défi « Relations arabo-juives », un groupe s’est concentré sur la nécessité urgente de solidarité en cette période de division tandis que l’autre s'est attaché à un programme à plus long terme qui pourrait se poursuivre pendant des périodes plus calmes dans les années à venir. « Il n’est pas rare que les étudiants juifs et arabes ne se parlent pas pendant toute l’année », a remarqué Elinor Shechter, étudiante de l’Université hébraïque de Jérusalem, responsable du défi « Relations arabo-juives ». « Nous voulions essayer d’atténuer cette séparation ».

Hackaton 3

Lorsque Komem et Mintzer ont présenté leur idée à l’administration de l'Université de Tel-Aviv, celle-ci les a mis en relation avec le centre d’entrepreneuriat de l’université, considéré comme l'un des principaux accélérateurs de startups en Israël, qui a déjà conduit à la création de 18 startups ayant levé près de 155 millions de dollars. Le centre organise plusieurs hackathons par an, dont un pendant la pandémie du covid-19, qui avait abouti à l'élaboration d'une solution pour les examens à distance qui a été commercialisée.

Des projets complets

« Le but du Centre d'entrepreneuriat est d'encourager la pensée créative et de donner aux étudiants de nouveaux outils pour mettre en œuvre des idées et des projets innovants », a expliqué Yair Sakov, fondateur et directeur général du centre. « Tout cela s’est reflété dans le hackathon. Sur le plan personnel, j'ai voulu soutenir ce projet car peu après le début de la guerre, je me suis porté volontaire pendant cinq semaines auprès des personnes évacuées du sud d'Israël. Mes interactions étroites avec elles m’ont familiarisé de très près avec les défis et les besoins auxquels elles font face ».

« Des communautés fortes comme les kibboutzim sont en train de perdre des membres qui ne veulent plus retourner dans la zone frontalière avec Gaza. Ceux qui souhaitent rentrer ne savent pas où ils iront car leur maison a été détruite. Les habitants du sud du pays, qui étaient profondément impliqués dans des activités de rapprochement entre Arabes et Juifs, ont complètement perdu confiance dans leurs voisins qu'ils ont aidé et avec lesquels ils ont entretenu des relations d'amitié pendant des années. Ces défis correspondent exactement à ceux identifiés pour le hackathon. Ce sont des questions centrales pour les habitants du sud et pour l’État d’Israël en général », a déclaré Sakov.

Autre fervent supporter de l'événement : le Dr. Ori Allon, fondateur de Allon Ventures, qui a créé et vendu avec succès plusieurs entreprises de logiciels, et croit fermement à l'impact positif de la technologie sur notre monde. Le Dr. Allon s'est déclaré ravi de soutenir la prochaine génération d’innovateurs utilisant leurs talents pour résoudre des problèmes critiques de la société israélienne.

Hackaton 4

Au terme de trois jours intensifs, les participants à chaque défi ont présenté un projet complet, comprenant des objectifs, les difficultés attendues et les besoins en ressources. « Nous espérons que ces projets se poursuivront au-delà du hackathon et nous créerons un site Internet pour mettre en relation les professionnels des différents domaines et les éventuels sponsors avec les étudiants créateurs de projets », a déclaré Nir Komem.

« En tant qu'étudiant en sciences humaines, j'estime que l'université est le lieu où nous nous confrontons aux questions difficiles, et où nous apprenons à réfléchir sur la valeur et le sens. Beaucoup de gens s’intéressent à ce qui va se passer après le hackathon, mais pour moi, ce qui est important, c’est que nous créions un espace universitaire où les étudiants peuvent prendre en main leur vie et de l’avenir de leur pays. Même si nous sommes tous différents, nous pouvons travailler ensemble pour créer le pays que nous souhaitons », conclut Mintzer.

 

Photos:

1. et 4. : les équipes au travail

2.  Nir Kommen (à gauche) et Amitai Mintzer

3.  Yair Sakov

(Crédit: Yael Tzur)

 

FONDS D'URGENCE
de l'Université de Tel-Aviv
pour aider ses 6 000 étudiants et étudiantes mobilisés par Tsahal
et soutenir l'unité d'études sur le post-trauma de l'Ecole de psychologie
Contactez-nous : 
En France: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. Tél. : 01 40 70 18 07 
En Israël : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. Tél. : 03 640 72 51

Tous les articles

Chargeur rotatif