actualite

Aidez-les à accomplir leur vocation

Actualité

Les étudiants de l'Ecole internationale de l'Université de Tel-Aviv visitent les familles des otages

Les étudiants de l'Ecole internationale de l'Université de Tel-Aviv, qui participent activement à diverses initiatives bénévoles depuis le déclenchement de la guerre en Israël, se sont rendus sur l'esplanade du musée de Tel-Aviv, devenue « Place des otages » pour rencontrer des proches des personnes kidnappées détenues à Gaza depuis le 7 octobre.

et inter groupe239 personnes de tous âges et de nombreuses nationalités sont toujours détenues à Gaza après avoir été capturées lors de l'attaque surprise des terroristes du Hamas le 7 octobre. Les familles et amis de beaucoup d’entre eux se rassemblent chaque jour sur l'esplanade du musée de Tel-Aviv pour sensibiliser le monde à la tragédie humaine en train de se dérouler et exiger la libération immédiate des otages.

Désormais surnommée « Place des otages », l'esplanade du musée est devenue leur quartier général de fait.

et inter 1

Certaines personnes présentes sur la place ont partagé leurs histoires déchirantes avec les étudiants venus montrer leur solidarité et leur soutien aux otages et à leurs proches.

Itay Svirsky, originaire du kibboutz Beeri, rendait visite à ses parents au kibboutz pendant les vacances de Souccot. Samedi 7 octobre au matin, lorsque les sirènes ont retenti, Itay s'est retrouvé avec sa mère Orit dans leur chambre sécurisée, qui a été forcée par les terroristes. Orit et son mari, le père d'Itay, ont été assassinés. Itay a d'abord été déclaré disparu, mais quelques jours plus tard, la famille a reçu une notification de l'armée israélienne l'informant qu'il avait été emmené à Gaza.

et inter 2

« Nous ne savons rien de sa condition physique, mais au cours des deux dernières années, Itay a acquis de nombreuses compétences qui peuvent l'aider à se soigner et à soigner les autres », a déclaré un ami et collègue d'Itay. « Je n’ai aucun doute que si sa condition physique le lui permet, c’est ce qu’il fait maintenant : subvenir à ses besoins et à ceux des gens qui l’entourent et diffuser son incroyable lumière partout où il se trouve. Nous prions en attendant qu'il revienne car nous avons aussi besoin d'un peu de lumière pour nous sortir de l'obscurité dans laquelle nous nous trouvons depuis le 7 octobre ».

et inter 3

Le voisin d'Adina Moshe, une otage de Nir Oz âgée de 72 ans, a raconté les pertes subies par leur kibboutz, qui compte près de 70 personnes kidnappées et 30 autres tuées sur une population de 400 habitants.

« Nous avons perdu un quart des habitants du kibboutz. Nous n'avons toujours aucune nouvelle des personnes kidnappées. Les terroristes ont traîné Adina par la fenêtre de la chambre sécurisée après avoir tué son mari. Ils l'ont fait montée avec eux sur une moto et l'ont emmenée à Gaza ».

Et inter 4

« Nous ne savons pas quel est son état ; elle n’est pas en très bonne santé, elle a un problème cardiaque et nous ne savons pas si elle reçoit des médicaments ou de la nourriture, ou si elle peut dormir. Nous voulons qu'elle revienne. Aujourd'hui ».

Ce fut une expérience émouvante pour les étudiants, et certains sont restés sur la place jusque tard dans la soirée pour mieux s'imprégner et se joindre aux prières et aux discussions des familles.

et inter 4.1

Erica Katzin, étudiante israélo-américaine en master de développement durable, a commenté : « J'ai été tout simplement dévastée de prendre conscience de l'ampleur de la situation après l'attaque initiale. Nous nous sommes endormis le 6 octobre et nous nous sommes réveillés au bruit des roquettes. Nous vivons en Israël, nous savions que nous pourrions recevoir des roquettes, mais personne n'était prêt pour ces enlèvements. Je n'arrive pas à croire que c'est réel. Le 6 octobre me semble être très loin ».

« Je ne peux pas m'arrêter de penser aux otages. Je pense à eux tous les jours. Tant de personnes ne vont pas bien. Je pense aux bébés : ils ont besoin de choses de base comme du lait et des couches propres. Je me sens très mal ».

et inter 5

 

 

FONDS D'URGENCE
Tsahal a rappelé 6 000 étudiants et étudiantes de l'Université de Tel-Aviv
Pour les aider, contactez-nous : 
En France: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. Tél. : 01 40 70 18 07 
En Israël : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. Tél. : 03 640 72 51

Tous les articles

Chargeur rotatif