Slide background
Slide background
Slide background

nov1

A LA UNE

Les dernières nouvelles de l'Université de Tel-Aviv


events

EVENEMENTS

Aucun événement

video

VIDEOS

vid1

semel uni2

SOUTENIR L’UNIVERSITÉ

Soutenez la recherche et les étudiants


Le tabagisme augmente de 40% pendant le service militaire, d'après une étude de l'Université de Tel-Aviv

Une étude menée par le Dr. Leah Rosen, directrice du Département pour la promotion de la santé de École de santé publique de l'Université de Tel-Aviv,  en collaboration avec les Dr. Hagai Levin de l'Université hébraïque de Jérusalem et Salman Zarka de l'Université de Haïfa ainsi que des chercheurs du corps médical de Tsahal, a montré que le tabagisme augmentait de près de 40% chez les soldats entre le jour de leur départ à l'armée et celui de leur démobilisation, particulièrement au sein des unités combattantes. Selon les chercheurs, il est nécessaire d'établir un  programme global antitabac à l'armée dans le cadre d'un plan national de lutte contre le tabagisme.

CigarettealarmeeL'étude a été publiée le 23/01/17 dans la revue Nicotine & Tobacco Research.

Pour les besoins de l'étude, les chercheurs ont suivi les habitudes tabagiques de 30000 soldats et soldates effectuant leur service militaire obligatoire en Israël entre les années 1987 et 2011, révélant que la fréquence du tabagisme avait augmenté chez eux de 39,4% du jour de leur mobilisation à celui de la fin de leur service,  passant de 26,2% à 36,5%. Bien que la fréquence du tabagisme soit plus élevée chez les hommes que chez les femmes (40,3% contre 32,4%), le taux d'augmentation au cours du service s'est avéré similaire.

L'étude a révélé que 18% des soldats qui étaient non-fumeurs avant leur recrutement ont commencé à fumer pendant leur service militaire. Les anciens fumeurs (ceux qui avaient commencé et arrêté de fumer avant le service) avaient le plus grand risque de se remettre à fumer pendant. Dans la pratique, 56% d'entre eux se sont effectivement remis à fumer. Les jeunes hommes et femmes ayant un profil combattant ont un risque accru de commencer à fumer pendant le service. En revanche, 12% des fumeurs au moment du recrutement ont cessé de fumer pendant leur service militaire.

Pour un plan global de lutte antitabac au sein de l'armée

A l'image des programmes existant dans l'armée américaine et en accord avec les conclusions des études effectuées partout dans le monde dans ce domaine, les chercheurs recommandent la mise en place d'un organisme central et d'un plan global de lutte antitabac au sein de l'armée, comprenant l'application de l'interdiction de fumer dans les lieux publics, l'empêchement de fournir des cigarettes aux soldats gratuitement ou à un prix réduit, la prévention et le traitement de sevrage de la cigarette adapté au cadre militaire, la mention du statut de fumeur au niveau individuel et la surveillance de la situation du tabagisme au sein de l'armée au niveau collectif.

Lea RosenLes chercheurs suggèrent que les commandants de l'armée inculquent des principes de santé à leurs soldats, et en particulier le message: "Je ne fume pas", basé sur  l'exemple personnel, surtout dans les unités de combat. L'étude montre que les soldats qui ont commencé à fumer et se sont arrêtés avant leur mobilisation constituent un groupe à risque. Un plan de prévention du tabagisme particulier est donc nécessaire pour ce groupe.

En outre, une attention particulière est requise pour les soldats au profil élevé qui sont le plus souvent affectés dans les unités combattantes et dont le taux de tabagisme est le plus haut. De plus, l'étude démontre que le phénomène du tabagisme en Israël est préoccupant avant même le service militaire et exige donc un plan national de lutte antitabac en coordination entre les systèmes d'éducation, de sécurité et de santé.

Inculquer aux soldats des principes de santé

Selon le Dr. Leah Rosen: «L'usage du tabac à l'armée nuit aux soldats et à la sécurité. Le gouvernement et le ministère de la Santé doivent coopérer avec l'armée israélienne afin de réduire le nombre de soldats qui se mettent à fumer, encourager les fumeurs à s'arrêter, et protéger les non-fumeurs de l'exposition à la fumée de cigarette. Nous devons prendre exemple sur les États-Unis, qui ont mené de vastes programmes de changements dans la politique de tabagisme au sein des institutions militaires, pour protéger les soldats, améliorer leur préparation au combat et les performances des unités ".

"L'augmentation des taux de tabagisme au cours du service militaire obligatoire est très préoccupante et présente des conséquences graves pour la santé publique et la santé de l'armée" ajoute le Dr. Levin. "Nous devons concentrer nos efforts dans la lutte contre le tabagisme pour protéger la santé des soldats dans le cadre d'un programme national global. Je souhaite que l'armée israélienne applique des mesures similaires à celles mises en œuvre avec succès dans d'autres armées ".

L'étude a été financée par le l'Institut National d'études sur la Santé publique en Israël. Ont également participé à l'étude  Vladi Rozevski, Tamar Sela, le Dr. Yael Bar-Ze'ev et le Dr. Vered Molina-Hazan du corps médical de l'armée israélienne.

j'aime: