Slide background
Slide background
Slide background

nov1

A LA UNE

Les dernières nouvelles de l'Université de Tel-Aviv


events

EVENEMENTS

Aucun événement

video

VIDEOS

vid1

semel uni2

SOUTENIR L’UNIVERSITÉ

Soutenez la recherche et les étudiants


Même une interruption de grossesse unique peut avoir un impact sur les grossesses ultérieures, d'après une étude de l'Université de Tel-Aviv

D'après une étude menée par Dr. Liran Hiersch et le Prof. Yariv Yogev de la Faculté de médecine de l'Université de Tel-Aviv et de l'Hôpital Helen Schneider pour les Femmes du Centre Médical Rabin à Petah Tikva en Israël, les femmes qui ont subi une perte d'embryon même unique sous forme d'avortement ou de fausse couche ont 30 pour cent plus de risques de souffrir de complications lors des grossesses ultérieures que les autres. Selon les chercheurs, c'est un élément qui doit être pris en compte lors du suivi de la grossesse.

suivi-de-grossesseLa recherche a été publiée dans la revue Journal of Maternal-Fetal and Neonatal Medicine.

Les femmes ayant subi plusieurs fausses couches ou avortements sont  généralement suivies de très près pendant de cours de leurs grossesses ultérieures afin d'éviter les complications possibles comme les des saignements vaginaux en début de grossesse, un accouchement prématuré, un faible poids du fœtus à la naissance, ou des complications liées au placenta. Mais l'étude du Dr. Hiersch montre que même une seule incidence d'avortement ou même une unique fausse couche a un impact potentiel sur les grossesses ultérieures de la vie d'une femme. Selon la recherche, les femmes qui ont subi une interruption au cours du premier trimestre de la grossesse à un moment donné de leur histoire médicale ont davantage de risque de nécessiter un déclenchement du travail d'accouchement ou d'accoucher par césarienne ou encore de faire d'éprouver une rétention placentaire.

Des études précédentes faussées

Pour le mener leur étude, les chercheurs ont effectué une analyse rétrospective de 15 000 accouchements qui se sont déroulés au Centre médicale Rabin au cours des cinq dernières années, comparant les résultats de grossesse de femmes nullipares (qui n'ont jamais accouché) ayant subi une interruption de grossesse unique au cours des trois premiers mois avec ceux de femmes primipares (qui accouchent pour la première fois) qui n'avaient jamais connu ni grossesse ni avortements.

Selon eux, les études antérieures explorant l'effet d'une fausse couche unique sur les grossesses ultérieures se sont fondées sur des hypothèses erronées. Elles comparaient, par exemple des femmes qui n'avaient jamais accouché et celles dont la première grossesse s'est terminée par un accouchement normal.

Liran Hiersch 1"Une grossesse antérieure normale est considérée comme protégeant de résultats négatifs, de sorte que ce groupe avait déjà un avantage sur celui des femmes ayant subi une perte de grossesse par le passé"  a déclaré le Dr. Hiersch. C'est pourquoi il a évalué uniquement les  femmes accouchant pour la première fois, les comparant à celles qui ont connu eu une unique perte de grossesse dans le passé, ou pas de perte du tout. "Je crois que cela a été le principal avantage de la méthodologie de notre étude en comparaison avec les précédentes".

"Il est important de souligner qu'une perte de grossesse, si elle est unique, est un événement très fréquent chez une femme. Dans la plupart des cas, elle n'a aucun effet sur la fertilité ou sur l'issue des grossesses futures ", poursuit-il. "En outre, même si nous avons constaté qu'une seule perte de grossesse précoce était associée à un risque accru de résultats défavorables pour les grossesses ultérieures, il s'agit d'un effet modéré. Nos résultats doivent être pris en compte en même temps que  d'autres paramètres pour évaluer le risque de résultat défavorable ".

"Nous espérons que cette étude sera intégrée aux évaluations de risques habituelles," a conclu le Dr Hiersch. «Les médecins doivent savoir qu'il y a un autre élément à prendre en compte lors de l'assistance une femme avant le travail d'accouchement". Les chercheurs sont actuellement en train de planifier une étude prospective à grande échelle sur le sujet.

j'aime: