Slide background
Slide background
Slide background

nov1

A LA UNE

Les dernières nouvelles de l'Université de Tel-Aviv


events

EVENEMENTS

Aucun événement

video

VIDEOS

vid1

semel uni2

SOUTENIR L’UNIVERSITÉ

Soutenez la recherche et les étudiants


Une consommation élevée de viande rouge et de produits laitiers augmente le risque de cancer, d’après une étude de l’Université de Tel-Aviv

Pour beaucoup d'entre nous, la viande et les fromages sont au menu de presque tous les repas. Cependant, d’après une étude internationale réalisée sous la direction du Dr. Vered Padler-Karavani du Département d'études cellulaires et d'immunologie de l’Université de Tel-Aviv, il existe un lien clair entre la consommation de viande rouge et de produits laitiers, et le risque de développer un cancer de l'intestin, en raison d’un lien moléculaire entre les glucides Neu5Gc contenus dans ces produits et les anticorps qu’ils provoquent dans le sang. L’étude, réalisée à partir de la base de données française NutriNet-Santé, a permis de développer un indice d’évaluation des aliments pouvant servir de base à des recommandations diététiques visant à réduire le risque de cancer.

sheep cows580L’étude innovante a été réalisée par le doctorant Salam Bashir du laboratoire du Dr. Padler-Karavani, avec la participation de chercheurs de l’INSERM, du Centre hospitalier universitaire de Nantes, de l’Université de Grenoble, de l’Université de Californie, et de l’Université de Padoue en Italie. Ses résultats ont été publiés dans la revue BMC Medicine.

Ni dans la volaille ni dans le poisson

Le glucide N-glycolylneuraminic acid (Neu5Gc) est une molécule de sucre se trouvant dans les tissus des mammifères (mais ni dans la volaille ni dans le poisson). Les humains développent des anticorps contre cette molécule dès leur enfance, lorsqu'ils sont exposés aux substituts du lait maternel et aux produits carnés. On sait également que ces anticorps augmentent le risque de cancer, en particulier celui de l'intestin. Cependant, jusqu'à présent, aucun lien direct n'avait été trouvé entre ces dangereux anticorps et la consommation de lait et de viande.

Vered Padler KaravaniPour tenter de l’établir, les chercheurs ont utilisé une vaste enquête nutritionnelle nationale menée en France sous le nom de NutriNet-Santé. A partir de cette base de données, ils ont a calculé l'apport quotidien en glucide de type Neu5Gc chez 19 621 personnes âgées de 18 ans et plus, qui ont rapporté en ligne la totalité de leur consommation alimentaire pendant plusieurs jours. Ils ont ensuite sélectionné un échantillon représentatif de 120 sujets, présentant une consommation du glucide élevée ou faible, et leur ont demandé de rapporter leur consommation moyenne pendant 21 jours non consécutifs. Puis, ils ont vérifié le niveau et la gamme des anticorps contre le Neu5Gc qui se sont développés dans leur sang. Sur la base de ces résultats et de la quantification du sucre Neu5Gc dans les différents produits alimentaires, le Dr. Padler-Karavani et son équipe ont créé un indice de produits qu’ils ont appelé Gcemic.

Un classement des aliments 

Parmi les produits alimentaires provenant des mammifères, le steak de bœuf est le plus consommé et le plus connu au monde. Par conséquent, les chercheurs l’ont utilisé comme base de l’indice en lui donnant la valeur 1. La consommation d’un aliment avec une valeur inférieure à 1 signifie qu’il faut en manger une grande quantité pour entraîner une consommation élevée de sucre, et vice versa. Ainsi, par exemple, ils ont constaté que la mozzarelle ne contenait que 0,03 de Neu5Gc par gramme par rapport au steak ; le lait de vache a obtenu une valeur de 0,13 et la viande de mouton de 0,41, soit environ la moitié de celle d’un steak de bœuf. En revanche, certains aliments se sont étonnamment révélés beaucoup plus dangereux que le steak car ils contiennent nettement plus de Neu5Gc par gramme d’aliment : le yogourt de brebis (1,69), la feta de brebis (1,71) et le fromage de Roquefort (3,35). Il faut cependant nuancer cette découverte, car ces aliments sont généralement consommés en petites quantités par rapport à une portion de steak.

Exemples de certains aliments tirés de l’indice établi par les chercheurs :

Type d’aliment Aliment Neu5Gc par gramme    Indice
       
Produit laitier Mozarelle 6 0,03
Produit laitier Gouda 18 0,11
Produit laitier Lait 21 0,13
Viande Saucisse 32 0,19
Viande Steak 163 1
       
Viande Saucisson 207 126
Produit laitier Yogourt de brebis 277 1,69
Produit laitier Feta 280 1,71
Produit laitier Roquefort 550 3,35

 

Modérer la consommation

« Nous avons trouvé un lien clair entre l’augmentation de la consommation de Neu5Gc en provenance de la viande rouge et des fromages et un développement accru des anticorps augmentant le risque de tumeurs cancéreuses », explique le Dr. Padler-Karavani. « Cela fait des années que nous essayons de trouver un tel lien, jusque-là sans succès. Nous avons réussi pour la première fois à déceler une relation moléculaire grâce à la fois à la précision de nos méthodes de mesure des anticorps dans le sang et à l’utilisation des données des questionnaires de nutrition de l’étude française ».

Selon le Dr. Padler-Karavani, la combinaison de ces méthodes a permis aux chercheurs de prévoir que les personnes qui mangent beaucoup de viande rouge et de fromage développeront un haut niveau et une large gamme d’anticorps, et pourront donc présenter un risque plus important de cancer, en particulier de cancer colorectal, mais aussi d’autres cancers comme le cancer du sein. Les chercheurs recommandent donc en conclusion de modérer la consommation de produits laitiers et de viande rouge.

 

Sur la photo: Le Dr. Vered Padler-Karavani

 

FONDS DE SOUTIEN D’URGENCE


Créé par l'Université de Tel-Aviv pour ses étudiants

Touchés de plein fouet par la crise économique due au Covid19, des milliers d’étudiants ont perdu leur emploi et ne peuvent plus subvenir à leurs besoins.

Pour les aider, contactez-nous : 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. Tél. : 01 40 18 07 ou en Israël : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. Tél. : 03 640 67 80