Slide background
Slide background
Slide background

nov1

A LA UNE

Les dernières nouvelles de l'Université de Tel-Aviv


events

EVENEMENTS

Aucun événement

video

VIDEOS

vid1

semel uni2

SOUTENIR L’UNIVERSITÉ

Soutenez la recherche et les étudiants


Des dizaines d'inscriptions du Royaume d'Israël ont été écrites par deux personnes seulement, selon une étude innovante de l'Université de Tel-Aviv

Selon une étude du Département de mathématiques de l'Université de Tel-Aviv, menée sous la direction des Prof. Israel Finkelstein du Département d'archéologie et des cultures de l'Orient antique et Eli Piazetsky de l'Ecole de physique, des dizaines d'ostraca de Samarie, le plus ancien corpus d'inscriptions en hébreu ancien, retrouvé dans la capitale de l'ancien Royaume d'Israël, ont été écrites par deux personnes seulement, probablement des scribes ou des fonctionnaires du roi Jéroboam Ben Joas mentionné dans le Livre des Rois. L'étude, réalisée au moyen d'un algorithme développé par des archéologues, des mathématiciens et des physiciens de l'université, a une grande importance pour mieux comprendre les procédures administratives du Royaume d'Israël, dans la première moitié du 8ème siècle avant JC, et les étapes de son processus d' alphabétisation.

Samaria ostracaElle a été publiée le 22 janvier dans la revue PLOS ONE.

Y ont participé le Prof. Eli Turkel, les Dr. Arie Shaus et Barak Sober et la doctorante Shira Faigenbaum-Golovin, du Département de mathématiques appliquées.

Une administration vieille de 2800 ans

"Les inscriptions de Samarie ont été retrouvées au début du 20e siècle lors des fouilles archéologiques du site de Samarie, capitale de l'ancien royaume d'Israël", explique le Prof. Finkelstein. "Ce sont des fragments d'argile portant des écritures tracées à l'encre (ostracon, pluriel ostraca), qui étaient utilisés comme documents administratifs. Chacun porte une courte inscription en hébreu ancien: l'année du roi, la marchandise - vin ou huile, l'emplacement géographique d'où proviennent les marchandises, et parfois le nom de l'expéditeur. Elles ont apparemment été écrites au cours d'une période de 7 ans à l'époque de l'important roi Jéroboam II (Jéroboam fils de Joas), qui régna dans la première moitié du 8e siècle avant JC. Les marchandises ont été envoyées par la tribu Menashé au cœur du royaume, vers les environs de la capitale, et certains des noms figurant sur les inscriptions sont également mentionnés dans la Bible. Pendant longtemps, les chercheurs se sont demandé si ces inscriptions avaient été écrites par les représentants du roi dans ces régions à l'extérieur de la capitale, ou par les fonctionnaires du roi dans la capitale elle-même à l'arrivée des marchandises, une telle connaissance permettant de mieux comprendre les processus administratifs du royaume, et d'évaluer le partage de l'alphabétisation à cette époque. Nous avons voulu préciser la question en nous demandant quel est le nombre d'auteurs des inscriptions de Samarie?".

FinkelsteinIDPour répondre à cette question, les chercheurs ont utilisé un algorithme permettant d'analyser les manuscrits, qu'ils avaient développé lors d'une étude précédente sur des ostraca trouvées à Arad, un poste militaire éloigné du royaume de Judée, environ 600 avant JC. "La méthode est basée sur la comparaison de manuscrits par toutes les combinaisons possibles, afin de déterminer s'ils ont été écrits par des personnes différentes", explique Shira Faigenbaum-Golovin. "A Arad, l'algorithme a montré que les 16 inscriptions trouvées ont été écrites par au moins quatre personnes. Lorsque nous avons appliqué l'algorithme à 31 des ostracons de Samarie, nous avons constaté qu'elles avaient au moins deux auteurs. Mais cette fois-ci, nous avons voulu obtenir le nombre le plus précis possible, ou en termes statistiques, le nombre le plus probable d'auteurs".

L'alphabétisation dans le Royaume d'Israël

Les chercheurs ont donc effectué une estimation statistique des erreurs possibles de l'algorithme, qui peuvent découler du fait que les inscriptions de Samarie sont courtes et contiennent peu de lettres. "Nous avons effectué des simulations pour estimer les erreurs possibles sur de courtes sections extraites des inscriptions d'Arad, que nous connaissions déjà", explique le Dr. Barak Sober. "Par exemple, nous avons appliqué l'algorithme sur des segments courts pris dans une même inscription provenant d'Arad, dont nous savions donc à l'avance qu'ils avaient été écrits par la même personne. Nous avons alors constaté que l'algorithme ne s'est presque pas trompé et en avons conclu qu'il était également exact pour l'analyse des inscriptions de Samarie. Et après cette vérification, le nombre d'auteurs des inscriptions de Samarie s'est avéré être effectivement de deux, avec une certitude de 95%".

eli piasetsky"Malgré de nombreuses tentatives, nous n'avons trouvé aucune caractéristique textuelle qui pourrait être attribuée à l'un des auteurs en particulier", ajoute le Dr. Arye Shaus. "Il semble que tous les deux aient opéré au cours des mêmes années, reçu des expéditions des mêmes endroits et manipulé les mêmes types de marchandises. En d'autres termes, on peut émettre l'hypothèse que les deux auteurs ou fonctionnaires travaillaient en parallèle, peut-être par roulement, et se suppléaient".

"Nous avons donc développé un nouvel outil important pour explorer des textes anciens", conclut le Prof. Piazetsky. "Les spécialistes de ce domaine, appelé paléographie, étudient aujourd'hui la forme des lettres, le matériel et l'encre, le contenu, etc. Désormais, grâce à notre méthode, ils peuvent également déterminer le nombre d'auteurs des documents. Dans le cas des inscriptions de Samarie, les résultats nous aident à mieux comprendre les procédures administratives du Royaume d'Israël. Une autre conclusion possible est que le fait que, contrairement à la situation un siècle plus tard dans le Royaume de Judée à la veille de sa destruction, la connaissance du processus d'écriture n'était pas encore très courante en Israël à cette époque, la première moitié du 8ème siècle avant JC, et était concentrée principalement autour du Palais du Roi. Il est possible que cette capacité ait également permis l'écriture de textes littéraires, du genre des écrits prophétiques d'Osée et d'Amos, qui ont vécu à l'époque du Royaume d'Israël".

 

Photos:

  1. Ostraca de Samarie (Crédit: The Semitic Museum, Harvard University).
  2. Le Prof. Israel Finkelstein.
  3. Le Prof. Elie Piazetsky.