Slide background
Slide background
Slide background

nov1

A LA UNE

Les dernières nouvelles de l'Université de Tel-Aviv


events

EVENEMENTS

Aucun événement

video

VIDEOS

vid1

semel uni2

SOUTENIR L’UNIVERSITÉ

Soutenez la recherche et les étudiants


Des archéologues de l'Université de Tel-Aviv découvrent une allée de pèlerinage construite par Ponce-Pilate à Jérusalem

Nahshon Szanton, doctorant au Département d'Archéologie et des Cultures de l'Ancien Proche-Orient de l'Université de Tel-Aviv, en collaboration avec les chercheurs Moran Hagbi, Joe Uziel et Donald Ariel de l'Autorité des Antiquités d'Israël, a mis au jour une section de 220 m de long d'une monumentale allée conduisant du Bassin de Siloé dans la Cité de David jusqu'au Mont du Temple, y compris un trésor de 100 pièces de monnaie suggérant que la rue aurait été édifiée au 1er siècle EC, alors que Ponce Pilate gouvernait la Judée. Selon les chercheurs, l'allée, probablement destinée aux pèlerins Juifs pour se rendre au Temple de Jérusalem, faisait partie du projet de construction de grande envergure du gouverneur à la gloire de l'Empire romain, et de son effort pour assurer la stabilité de son mandat.

Rue Ponce Pilate 1L'étude a été publiée récemment dans la revue de l'Institut d'Archéologie de l'Université de Tel-Aviv.

Depuis plus d'un siècle et demi, les chercheurs dévoilent peu à peu le réseau des rues qui parcouraient Jérusalem au début de la période romaine; en particulier une voie monumentale, pavée de dalles de pierres massives, qui se rendait vers le mont du Temple du côté sud depuis le Bassin de Siloé, traversant ce qu'on appelle aujourd'hui la Cité de David, la partie la plus ancienne de Jérusalem. Découverte pour la première fois par des archéologues britanniques en 1894, cette allée était connue jusqu'à présent sous le nom de "Rue hérodienne". Mais la découverte d'une section de 220 mètres de cette voie, mis au jour après six années de fouilles approfondies, permet d'attribuer sa construction à Pontius Pilatus (Ponce Pilate), gouverneur de Judée honni, par les Juifs comme par les Chrétiens, sur la base de la découverte de plus de 100 pièces de monnaies sous ses pavés, datées de l'année 17 à l'année 31 après JC, sous le règne de l'Empereur Tibère, époque où Ponce Pilate gouvernait la Judée.

Enfouie sous des couches de gravats

"La datation par les pièces de monnaie est particulièrement exacte, car elles portent souvent l'année où elles ont été frappées", explique Nahshon Szanton. "Les pièces les plus récentes trouvées sous les pavés de la rue portant la date de 30 ap. JC, cela signifie que celle-ci a du être construite au plus tôt la même année, ou après". Cette rue n'a donc rien à voir avec Hérode ni avec ses successeurs immédiats, conclut la nouvelle étude, mais a probablement été construite après que Rome ait pris le contrôle direct de la Judée, et plus précisément pendant le mandat de Ponce Pilate, traditionnellement daté des années 26 à 37 ap. JC.

"Nous savons qu'au 41e siècle, la dynastie hérodienne a recouvré un semblant de souveraineté sur la Judée sous le bref règne d'Agrippa I, petit-fils d'Hérode (41-44 de notre ère) ", note Nahshon Szanton. "L'un des premiers actes de ce nouveau roi fut de frapper une énorme somme d’argent, de sorte que plus de 1 000 pièces émises par Agrippa I ont été retrouvées à Jérusalem, contre moins de 300 des décennies précédentes du premier siècle. Or nous n’avons aucune pièce de cette période. D’un point de vue statistique, il est donc difficile d’imaginer que la route ait été construite après 41. L'absence de ces pièce parmi celles retrouvées sous les pavés de la rue signifie donc que celle-ci a bien été construite avant leur apparition, en d'autre terme, à la période de Pilate".

Rue Ponce Pilate 4Le pavage de la rue était enfoui sous des couches de gravats, datant probablement de la capture de la ville et sa de destruction par les légions Romains en 70 de notre ère, à la fin de la grande révolte. Les débris contenaient des armes telles que des pointes de flèches et des pierres de fronde, des troncs d’arbres brûlés et des pierres effondrées des bâtiments situés le long de la voie.

Apaiser les habitants de Jérusalem

Des pièces frappées pendant le règne d'Agrippa et postérieurement ont été retrouvées sur le site, mais seulement sur le dessus de la chaussée, et dans les couches de débris carbonisés. Cela signifie que la route a été utilisée pendant environ quatre décennies, à partir des années 30 jusqu'à 70 du premier siècle EC.

C'était alors une avenue animée de 600 mètres de long sur environ 8 mètres de large, pavée de larges dalles de pierre, comme c'était l'usage dans tout l'empire romain, bordée de boutiques, de tavernes et même d'un podium en gradins pour les discours publics. Les chercheurs estiment que sa construction a nécessité environ 10 000 tonnes de roche calcaire extraite de carrières, nécessitant des compétences considérables.

D'après les chercheurs, la richesse de la rue, conjuguée au fait qu'elle reliait dNahshon Szantoneux des lieux les plus importants de Jérusalem, la piscine de Siloé et le mont du Temple, tend à prouver qu'elle servait de voie pour les pèlerins qui montaient à Jérusalem. "S'il s'était agi d'une simple voie de communication, il n'aurait pas été nécessaire de la construire de manière aussi grandiose", expliquent les archéologues. "Sa largeur minimum était de 8 mètres. Si vous ajoutez à cela les pierres finement sculptées et le podium en gradins, tout indique qu'il s'agissait d'une rue au caractère spécial."

Selon Nahshon Szanton, les buts de Ponce Pilate en construisant cette voie avaient pu être : "d'apaiser les habitants de Jérusalem, de renforcer sa place dans le monde romain, et de promouvoir son propre statut par le biais de grands projets de construction. Nous ne pouvons le savoir avec certitude. Bien que tous ces mobiles soient corroborées par les documents historiques; il est probable qu'il s'agisse d'une combinaison des trois".

Rue Ponce Pilate 3

 

Photos:

1 - Marques de taillage et de lissage du substrat rocheux près des fondations du mur occidental (crédit: A. Peretz, IAA, publié dans le Journal de l'Institut d'Archéologie de l'Université de Tel-Aviv).

2 - Pièces de monnaie provenant des fouilles.

3 - Le doctorant Nahshon Szanton.

4 - Carte de localisation indiquant les sites de fouille (Illustration: D. Levi, IAA; imprimé avec l'autorisation de Survey of Israel).

j'aime: