Slide background
Slide background
Slide background

nov1

A LA UNE

Les dernières nouvelles de l'Université de Tel-Aviv


events

EVENEMENTS

Aucun événement

video

VIDEOS

vid1

semel uni2

SOUTENIR L’UNIVERSITÉ

Soutenez la recherche et les étudiants


Un sceau de la fin de la période du Premier Temple découvert sur le chantier de fouilles de l'Université de Tel-Aviv à Jérusalem

Les fouilles menées sur le parking Givati de la Cité de David à Jérusalem par le Prof. Yuval Gadot de l'Université de Tel-Aviv et le Dr. Yiftah Shalev de l'Autorité des Antiquités d'Israël continuent de porter leurs fruits. Cette fois-ci c'est un sceau et un cachet portant des noms hébreux datés d'environ 2 600 ans qui ont été découverts dans les ruines d'un bâtiment public incendié lors de la destruction du Premier Temple. Selon les archéologues, ces découvertes témoignent du statut économique de Jérusalem et de son système administratif pendant cette période, ainsi que de l'intensité de la destruction de la ville par les Babyloniens en 586 avant notre ère.

Cachetvilledavid1Un sceau de pierre et une empreinte (bulla) datant de la fin du royaume de Juda et portant des noms gravés en écriture hébraïque ancienne ont été découverts dans un grand bâtiment apparemment utilisé comme bâtiment public détruit en 586 avant notre ère. Selon les chercheurs, de grands blocs de pierres effondrés, des poutres en bois brulées et de nombreuses poteries ont été découverts dans l'édifice, attestant de l'incendie qui s'y est déroulé. L'importance du bâtiment se voit, entre autre, par sa taille, les pierres ouvragées dans lesquelles il a été construit et la qualité des éléments architectoniques trouvés à l'intérieur des ruines, comme les restes d'un sol en plâtre poli effondré à partir du deuxième étage.

"Une découverte très émouvante et unique"

Le sceau et l'empreinte, d'environ un centimètre, ont été déchiffrés par le Dr. Anat Mendel-Geberovich de l'Université hébraïque de Jérusalem et du Centre d'étude de la Jérusalem antique, qui, d'après l'écriture, les fait remonter au milieu du VIIe et début du VIe siècle avant notre ère.

Le sceau, en pierre d'agate bleuâtre, porte l'inscription en écriture hébraïque antique du nom "Akar, fils de Mataniyahu". "Il s'agit d'une découverte très émouvante et unique car elle apparait en contexte", a déclaré le Prof. Gadot. "Ce n'est pas par hasard que ce sceau a été trouvé sur le versant occidental de la ville de David. A partir du milieu de l'âge de fer, vers le VIIIe siècle avant notre ère, ce quartier devient la partie centrale de la ville". Selon les chercheurs, le nom Mataniyahu apparait à la fois dans la Bible et sur d'autres sceaux, mais c'est la première fois que l'on voit apparaitre le nom" Akar ", qui n'était pas connu à ce jour.

Cachetvilledavid2L'empreinte, datée du premier temple, contient les mots: "A Nathan-Melech, serviteur du roi". Le nom Nathan-Melech n'apparaît qu'une seule fois dans le livre des Rois II et désigne un eunuque de la cour de Josias, qui participa à la réforme religieuse que le roi avait entreprise: "Il fit enlever les chevaux que les rois de Juda avaient consacrés au soleil, devant la maison de YHVH, et les relégua dans l'office de Nathan-Melech, l'eunuque, dans les faubourgs et il livra aux flammes les chars du soleil" (Rois II, 23, 11).

Le titre "serviteur du roi" est bien connu dans la Bible et désigne un haut fonctionnaire proche du monarque. Il apparaît sur d'autres sceaux et cachets retrouvés dans le passé. D'après les chercheurs, l'importance de celui-ci réside dans le fait qu'il constitue la première preuve archéologique du nom de Nathan-Melech en dehors de la Bible. Le Dr. Mendel-Geberovich note que le fait que le fonctionnaire soit mentionné par son seul prénom indique qu'il était connu de tous, et qu'il n'était pas nécessaire de rajouter son appartenance familiale. "Bien qu'il ne soit pas possible d'établir avec certitude que le Natan-Melec mentionné dans la Bible soit bien le propriétaire du sceau, il est impossible d'ignorer les liens entre les deux. Le nom Nathan-Melech est rare, tant dans la Bible que dans les découvertes archéologiques; de plus dans les deux cas, le titre accompagnant le nom se rapporte à un homme proche du roi ('serviteur du roi' et 'eunuque'). Enfin, les deux remontent à la même période, milieu du VIIe siècle avant notre ère, époque du roi Josias".

Preuve du statut de Jérusalem à la période du Premier Temple

Les cachets - ou bullas - étaient de petites pièces d'argile utilisées dans l'Antiquité pour signer des lettres pour les maintenir fermées jusqu'à ce qu'elles parviennent à leur destinataire. Bien que les lettres elles-mêmes n'aient pas survécu au grand incendie qui détruisit Jérusalem, les cachets, fabriqués avec un matériau semblable à de la poterie, ont été mieux conservés, laissant ainsi la preuve de l'existence des lettres et de leurs auteurs.

"Beaucoup de sceaux connus ne proviennent pas d'une fouille archéologique, mais du marché des antiquités", relèvent les chercheurs. "Aussi le fait d'avoir retrouvé ces objets dans un contexte archéologique clair que l'on peut dater est très réjouissant. Ils vont rejoindre les sceaux et les cachets portant des noms écrits en écriture hébraïque ancienne déjà découverts au cours des diverses fouilles de la Cité de David. Ces découvertes témoignent du développement du système administratif du royaume de Judée et apportent un éclairage considérable à la compréhension du statut économique de Jérusalem et de son système administratif à la période du Premier Temple, ainsi que des informations personnelles sur les plus proches fonctionnaires et administrateurs du roi qui vivaient et travaillaient dans la ville. En outre, la découverte d'un tel bâtiment public sur le versant occidental de la Cité de David apporte de nombreuses informations sur la structure de la ville au cours de cette période et sur la taille de sa zone administrative. La destruction du bâtiment dans l'incendie, apparemment lors de la conquête babylonienne de Jérusalem en 586 avant notre ère, renforce l'hypothèse de l'intensité de la destruction de la ville par les Babyloniens".

 

Photos: Eliyahu Yanai/City of David

j'aime: