Un ancien étudiant de l'Université de Tel-Aviv développe le premier scanner au monde qui évite la fouille corporelle dans les aéroports

Avishai Shaton, ancien étudiant de l'Ecole des mathématiques de l'Université de Tel-Aviv et chef de projet de la société israélienne Camero, également dirigée par un ancien étudiant de l'UTA, a développé le premier scanner corporel à 360°, EasyCheck, qui détecte en temps réel tout objet ou matière explosive suspects, dissimulés sous les vêtements, évitant la fouille corporelle. Le système, acquis par l'aéroport de Tel-Aviv en mai, a été lancé ce mois-ci sur le marché international.

EasyCheck"EasyCheck permet de détecter une personne suspecte au moment même où elle passe le scanner. On peut alors lui demander de l'inspecter tout en permettant aux autres passagers de poursuivre leur chemin", explique Avishai Shaton, spécialiste des algorithmes, qui vient de terminer sa maitrise en mathématiques et statistiques à l'Université de Tel-Aviv. "Seules les personnes présentant une menace sont immobilisées. De cette manière, on évite les files d'attente et le harcèlement de certains passagers".

Détecter à la fois les métaux et les explosifs

Depuis 2012, Avishai travaille comme ingénieur système et directeur de projet chez Camero, société israélienne pionnière et leader dans le développement et la commercialisation de systèmes radar d'imagerie 3D. La technologie de base utilisée par Camero qui en a déposé le brevet est fondée sur une technique de radar à impulsions ultra-courtes (dite de bande ultra-large - UWB), des algorithmes de traitement d'images innovateurs et des logiciels à haute performance. Le précédent produit phare de l'entreprise est un système d'imagerie qui permet de voir à travers les murs, actuellement utilisé dans les armées du monde entier.

Avishai ShatonEasyCheck est prévu pour détecter des objets dissimulés sous les vêtements et non apparents à l'œil nu. Il peut s'agir d'armes explosives, de médicaments de diverses sortes, de liquides, poudres, gels, et autres éléments non-autorisés dans les transports aériens, qu'ils contiennent ou non des composants métalliques. Il est donc plus performant que les actuels détecteurs de métaux qui ne détectent pas les explosifs.

La vérification se fait en temps réel: le système met 2 secondes pour détecter les objets suspects alors que la personne est en mouvement, sans passer par la fouille corporelle. La détection s'effectue de manière automatique, de sorte qu'elle ne repose pas sur l'identification visuelle de l'examinateur. Elle permet la circulation fluide de nombreuses personnes sans aucun délai.

Le plus haut niveau de sécurité et le confort des passagers

La structure du système et les algorithmes spéciaux permettent un contrôle à 360 degrés du sujet de la tête aux pieds et sous tous ses angles. Pas besoin de se dévêtir.  Sur l'écran du moniteur s'affiche une représentation du corps du passager en 3D. Les objets suspects sont représentés par des cases jaunes, selon leur taille et leur position. La méthode est non intrusive et respecte l'intimité des voyageurs.

Selon Amir Beeri, fondateur et PDG de Camero, lui-même titulaire d'une licence et d'une maitrise de génie électrique et électronique de  l'Université de Tel-Aviv : "Le système a été conçu et fonctionne pour fournir le plus haut niveau de sécurité possible, tout en restant simple et pratique à la fois pour les passagers et pour les contrôleurs".

Les principales applications en sont la sécurité dans les aéroports et la prévention du terrorisme et de la contrebande. Mais ses caractéristiques permettent d'élargir son champ potentiel d'application aux vérifications à l'entrée des cinémas, des banques, des stades de sport ou des immeubles de bureaux.