Slide background
Slide background
Slide background

nov1

A LA UNE

Les dernières nouvelles de l'Université de Tel-Aviv


events

EVENEMENTS

Aucun événement

video

VIDEOS

vid1

semel uni2

SOUTENIR L’UNIVERSITÉ

Soutenez la recherche et les étudiants


L'Ecole dentaire de l'Université de Tel-Aviv a fêté ses 40 ans

L'Ecole Goldschleger de Médecine dentaire de l'Université de Tel-Aviv a fêté ses 40 ans les 17 et 18 mai, dans le cadre des cérémonies du Conseil des Gouverneurs de l'Université. A cette occasion ont été inaugurées deux nouvelles salles de soin sponsorisées par les familles Amiach, Boublil, Cattan et Hodara, en présence du Prof. Ervin Weiss, directeur de l'Ecole, du Dr. André Amiach, membre du conseil des Gouverneurs de l’Université et du comité d’Honneur des Amis français de l’Université de Tel-Aviv, du Prof. François Heilbronn, président de l’Association, du Dr. Wendy Spektor, présidente de la Fraternité dentaire internationale Alpha-Omega et des étudiants de l'Ecole.
"Grâce à notre nouveau cursus révolutionnaire, nous allons devenir la meilleure école dentaire du monde" a annoncé le Prof. Weiss.

SallesdentairesweissheilbronnamiachhodaraLe Prof. François Heilbronn a rappelé que l'Ecole a été fondée il y 40 ans par un Français, Maurice Goldschleger, a insisté sur le rôle de l'Association des Amis français, notamment de son premier président Hugo Ramniceanu, dans sa création et remercie le Dr. Amiach, dont les prodigieux efforts ont réussi à sauver l'Ecole de la fermeture, il y a moins d'une dizaine d'années.

Le Dr. Amiach a retracé son action permanente et de longue durée en faveur de l'Ecole et la lutte qu'il a mené pour la  faire revivre après la crise financière qu'elle a subi il y a quelques années, et exprimé sa profonde reconnaissance envers les donateurs qui l’ont suivi dans ce défi et ont permis sa reconstruction pierre par pierre.

Le Prof. Weiss remercie la Fraternité Alpha Omega pour son rôle dans la création et le développement de l'Ecole. Il rappelle que ces débuts avaient été une initiative conjointe de l'Université de Tel-Aviv et de la Kupat Holim, et que la philosophie de l'Ecole a toujours été d'apporter la santé dentaire à la périphérie, et aux familles défavorisées. Ce programme, interrompu en raison de la crise financière qu'elle a traversé il y a une dizaine d'années, a pu reprendre grâce aux efforts d'Alpha Omega et des donateurs de l'Université dans le monde entier. "Nous avons aujourd'hui 50 étudiants par classe nous en voulons 100. Nous avons mis au point un nouveau cursus révolutionnaire qui fera de nous la première école dentaire dans le monde à enseigner la dentisterie digitale en premier choix. Grâce à votre vision, vous allez créer la meilleure école dentaire du monde" a-t-il déclaré aux donateurs.

SalledentaireanniversaireDeux nouvelles salles ont été inaugurées, l'une par la famille Hodara, représentée par Michèle Hodara Amiach, en la mémoire de leurs parents Anszel et Rifka Dawid et de leur frère Arie, décédé accidentellement à l'âge de 24 ans; la seconde au nom de David et Julien Amiach, Stéphane, Fabrice et Jérémy Boublil, ainsi que David et Olivier Cattan.

L'an dernier, une autre salle de soins avait été inaugurée à la mémoire de Naftali Frenkel, Gilad Shaer et Eyal Yifrah, les trois adolescents enlevés et assassinés avant l’Opération Bordure protectrice.

Sur la photo, de gauche à droite: le Prof. Erwin Weiss, directeur de l'Ecole dentaire, le Prof. François Heilbronn, président des Amis français de l'Université de Tel-Aviv, Michèle Amiach, le Dr. André Amiach, le DR. Wendy Spektor, présidente e la Fraternié internationale Alpha-Oméga. (Crédit: Assaf Silo/Israel Sun)

Articles liés:

UNE SALLE DE SOINS À LA MÉMOIRE DE NAFTALI FRENKEL, GILAD SHAER ET EYAL YIFRAH À L’UNIVERSITÉ DE TEL-AVIV

INAUGURATION DE SIX NOUVELLES CLINIQUES DENTAIRES

LES AMIS FRANCAIS RENCONTRENT ALPHA OMEGA A LYON 

INAUGURATION DE LA SALLE ROGER HODARA A L'ECOLE DE MEDECINE DENTAIRE

 

j'aime:

Le Prix Ramniceanu 2016 du meilleur entrepreneur d'Israël remis au Dr. Fischer

Le Prix d'Economie Hugo Ramiceanu pour l'année 2016 a été décerné au Dr. Eli Fischer, fondateur et président du groupe pharmaceutique et cosmétique Dr. Fischer, en reconnaissance de son impact profond sur le développement de l'économie et de l'industrie en Israël, le 20 mai à l'Université de Tel-Aviv, dans le cadre des cérémonies du Conseil des Gouverneurs de l'Université. Il en a fait don à deux doctorantes en médecine.

Ramniceanu2016.1Le Prix Ramniceanu est attribué chaque année depuis 29 ans pour récompenser les réalisations en Israël dans le domaine de l'économie, de la recherche technologique et du développement. Il a été remis au Dr. Eli Fischer par le Dr. Monique Barel, fille d'Hugo Ramniceanu, son fondateur, industriel dans le domaine du textile considéré comme l'un des plus grands donateurs en faveur de l'Etat d'Israël,  en présence du Prof. Klafter, président de l'Université de Tel-Aviv, du Prof. Yaron Oz, recteur, du Prof. Jacob Frenkel, président du Conseil des Gouverneurs et du Prof. François Heilbronn, président des Amis français de l'Université de Tel-Aviv.

Le Prof. Heibronn a rappelé qu'Hugo Ramniceanu fut le premier président de l'Association des Amis français et qu'il avait une vision d'excellence et d'entreprenariat pour Israël, en raison de laquelle le Prix est décerné chaque année au meilleur entrepreneur du pays.

Esprit d'entreprise, excellence et conscience sociale

Le Prof. Klafter a pour sa part souligné que les valeurs de la société Dr. Fisher, esprit d'entreprise, promotion de l'innovation, excellence et conscience sociale étaient en résonnance avec celles de l'Université de Tel-Aviv.

Le Prix été décerné au Dr. Eli Fischer en reconnaissance de son impact profond sur le développement de l'économie et de l'industrie en Israël; des qualités de leadership dont il a fait montre dans la direction de sa société depuis plus de 50 ans; de sa réussite dans la construction et le développement de l'entreprise en un groupe international qui exporte ses produits dans 30 pays à travers le monde; de sa créativité commerciale qui a fait de la marque Dr Fisher le synonyme de produits et traitements fiables et de haute qualité, dans les domaines de la santé, de l'hygiène, des soins oculaires et des soins de la peau;  pour sa promotion des valeurs de responsabilité sociale dans les affaires, son esprit humanitaire, notamment son soutien, avec sa défunte épouse Deborah, à une série de programmes philanthropiques pour promouvoir la paix, l'éducation et le bien-être; et enfin son soutien à l'Université de Tel-Aviv dont il est depuis peu membre du Conseil des Gouverneurs.

Le Dr. Eli Fischer, qui s'est déclaré "très fier" de l'obtention de ce prix, a ensuite partagé son expérience et sa vision économique. Diplômé de l'Université hébraïque de Jérusalem et des Universités de Harvard et de Californie aux États-Unis, il a créé sa société en 1965 avec sa femme Deborah, après avoir mis au point un médicament pour traiter le glaucome pendant son doctorat. En 1975, il commença à fabriquer des préparations pharmaceutiques sans ordonnance pour les soins de la peau, notamment pour le traitement des nourrissons. Les produits antiseptiques de la série Polydine, mis  au point au moment de la guerre du Kippour, ont aidé les blessés de guerre. En 1982, après dix années de recherches sur les dangers de l'exposition au soleil, il entame la production des produits Ultrasol, premiers du pays et parmi les premiers dans le monde à protéger aussi bien contre les UVA que contre les UVB. En 1993 il créa  la chaine de produits cosmétiques naturels Body Shop Israël, qui compte aujourd'hui 45 magasins. La Fondation Deborah Fisher, créée en mémoire de sa femme, fait don de médicaments et d'argent à des organismes de bienfaisance. La société est en outre active dans des organisations d'aide à l'enfance dans le besoin.

Ramniceanu2016.2"Je suis un scientifique, pas un homme d'affaires"

"Je suis à l'origine un scientifique, pas un homme d'affaires" dit le Dr. Eli Fischer. "Depuis 50 ans je m'intéresse à la biochimie pour tenter de prolonger la vie. Si nous parvenons à ralentir le processus de vieillissement, nous arriverons peut-être à freiner les maladies qui viennent avec l'âge". Selon lui, l'indépendance de l'Etat d'Israël dépend de son industrie: "Sans industrie, pas d'exportations, et sans exportations pas d'indépendance". Optimiste sur l'avenir de l'économie israélienne, il pense cependant qu'Israël doit agir vite, en mettant l'accent sur la coopération avec ses amis plutôt que sur la lutte contre le BDS: "La plus grande partie du monde nous est soit favorable, soit indifférente. C'est avec elle que nous devons travailler, et non nous polariser contre les boycotteurs".

Le Dr. Fischer a fait don du montant de son Prix à Hagar Malcov et Yamit Cohen-Tayar, toutes deux doctorantes en médecine, qui travaillent sur la prévention du mélanome (le cancer de la peau).

La bourse Hugo et Valérie Ramniceanu, remise à la même occasion, a été attribuée à une étudiante nouvelle immigrante en économie, Anna Lerman.

Parmi les lauréats de ce prestigieux Prix ces dernières années on trouve Rami Levy, Bruno Landsberg, président de Sano, le Dr. Yossi Vardi, l'industriel Stef Wertheimer, l'homme d'affaires et industriel Dov Lautman, l'ancien gouverneur de la Banque d'Israël, le Prof. Jacob Frenkel, le président de Check Point Gil Shwed, le président d'El al, le Prof. Israël (Izy) Borowitz, l'ancienne PDG de la Banque Leumi, Galia Maor, le PDG d'Intel Israël, Maxine Fassberg, les fondateurs de Medinol, Kobi et Judith Richter et les créateurs et développeurs de la société WAZE: Noam Bardin, Uri Levine, Ehud Shabtai et Amir Shinar.

 

Sur la photo de gauche à droite: le Prof. Jacob Frenkel, président du Conseil des Gouverneurs de l'Université de Tel-Aviv, le Dr. Eli Fischer, le Dr.Monique Barel, le Prof. Francois Heilbronn, président des Amis français de l'Université et le Prof. Joseph Klafter, présent de l'UTA.

Photo du bas, le Dr. Eli Fisher entre les deux doctorantes Hagar Malcov (à droite) et Yamit Cohen-Tayar.

j'aime:

Discours de François Heilbronn lors de la remise de la médaille George Wise à Manuel Valls à l'Université de Tel-Aviv

Voici le discours prononcé par François Heilbronn, président de l'Association des Amis français de l'Université de Tel-Aviv, lors de la remise de la médaille George Wise, plus haute distinction de l'Université de Tel-Aviv, au Premier Ministre français Manuel Valls le dimanche 22 mai, à l'occasion du 60e anniversaire de l'Université.

 

DiscoursHeilbronnVallsMonsieur le Premier Ministre, Cher Manuel Valls

Monsieur le Président de l’Université de Tel-Aviv, Cher Professeur Joseph Klafter

Monsieur le Président du Conseil des Gouverneurs de l’Université de Tel-Aviv, cher Professeur Jacob Frenkel

Madame la Ministre de la Culture et de la Communication, Chère Audrey Azoulay

Monsieur le Secrétaire d'État auprès du Premier Ministre, chargé des Relations avec le Parlement, Cher Jean-Marie Le Guen

Madame la Secrétaire d'État auprès du ministre de l'Économie, de l'Industrie et du Numérique, chargée du Numérique, Madame Axelle Lemaire

Madame et Monsieur les ambassadeurs d’Israël en France et de France en Israël, Chère Aliza Bin Noun, Cher Patrick Maisonnave

Messieurs les sénateurs, députés et maires

Mesdames et Messieurs les membres de la délégation française du Premier Ministre

Mesdames et Messieurs les Présidents d’organisations juives et amies d’Israël

Mesdames et Messieurs les Professeurs

Mesdames et Messieurs les amis français de l’université de Tel-Aviv,

Chers Gouverneurs, Chers étudiants, Chers amis

 

Monsieur le Premier Ministre, Il y a 181 ans, un de nos plus grands poètes français revenait d’Orient. Ce républicain et démocrate dans l’âme, futur Ministre des Affaires étrangères de la seconde République, Alphonse de Lamartine, nous rapportait son « Voyage en Orient ». Sur les hauteurs du Mont-Carmel non loin d’ici, il écrivait en 1835 :

 

« Un tel pays, repeuplé d’une nation neuve et juive, cultivé et arrosé par des mains intelligentes,... - un tel pays, dis-je, serait encore la terre de promission aujourd’hui, si la Providence lui rendait un peuple, et la politique du repos et de la liberté”

  

Et nous vous accueillons ce jour en Israël, redevenue cette « terre de promission », comme l’avait si clairement imaginé Lamartine. Cette « terre de promission ! » Oui, par sa recherche scientifique, ses innovations, ses écrivains, ses musiciens, ses cinéastes et ses entreprises innovantes dans tous les secteurs de pointe.

 

Israël redevenue cette nouvelle Terre promise, de la Science et de la Culture, grâce à la qualité de son système universitaire, dont l’Université de Tel-Aviv est un des fleurons.

 

Et c’est à l’Université de Tel-Aviv, dont nous fêtons les 60 ans ces jours-ci, que nous vous accueillons. Cette jeune université est devenue en 60 ans, la toute première université d’Israël en nombre d’étudiants mais surtout en nombre de brevets déposés et se situant dans les trente premières mondiales. Parmi les toutes premières dans de nombreux domaines comme la nanotechnologie, la biologie, la cybersécurité, l’informatique, le management et même la musique et le cinéma. 

 

L’université de Tel-Aviv est aussi l’expression vibrante de partenariats universitaires et scientifiques avec la France. Depuis plus de 10 ans déjà, il existe un partenariat d’échanges d’étudiants, de professeurs et d’organisation de colloques avec Sciences Po. Plus de 50 étudiants israéliens étudient en ce moment à Sciences Po et près de 10 étudiants de Sciences Po sont ici à l’Université de Tel-Aviv. Nous avons aussi des partenariats avec la Sorbonne, l’INALCO, Polytechnique, l’ESPCI. Un laboratoire commun en informatique avec le CNRS, dénommé FILOFOCS.

 

Comme vous pouvez ainsi le constater, un des ponts du savoir et de l’échange avec la France est ici à l’Université de Tel-Aviv. C’est une réponse vivante et constructive aux appels délétères et illégaux du boycott d’Israël.

 

Cette université ouverte sur le monde accueille plus de 1.500 étudiants de tous les pays. Cette université de tolérance compte plus de 2.000 étudiants arabes israéliens.

 

Monsieur le Premier Ministre, vous accueillir ce jour en Israël, à l’Université de Tel-Aviv pour participer à la remise qui vous sera faite de la plus haute distinction de l’université est à la fois un privilège et une joie.

 

Parmi tous les Premiers ministres de la France, vous êtes un des très rares à avoir exprimé avec force et constance votre soutien au peuple juif, au mouvement sioniste et à Israël.

 

Dans des moments particulièrement éprouvants pour notre pays, la France, vous avez su être aux côtés de vos concitoyens juifs, victimes une fois de plus de la haine antisémite meurtrière.

 

A Toulouse, à Paris vous avez été aux côtés des Juifs assassinés et de leurs familles. Assassinés par d’autres citoyens français, pour le simple fait d’être juifs. Vous avez été là aux moments tragiques, mais aussi un des rares responsables politiques français présent aux commémorations des assassinats de Toulouse.

 

VallsHeilbronnVous êtes le premier Premier Ministre de la France et le premier responsable politique français de haut rang à avoir déclaré à plusieurs reprises :

 « Il y a l'antisémitisme et il y a l'antisionisme, c'est-à-dire tout simplement le synonyme de l'antisémitisme et de la haine d'Israël.»

 Et vous l’avez inlassablement répété malgré les nombreuses critiques, venant souvent de votre propre majorité.

 

Et vous même avez été victime d’une attaque antisémite lancée par un ancien Président du Conseil Constitutionnel.

 

Cette lucidité dans le combat contre l’antisémitisme, vous l’avez aussi prouvé en faisant interdire les spectacles du propagandiste antisémite Dieudonné Mbala Mbala.

 

Vous n’avez pas hésité non plus à faire interdire et réprimer les soi-disant manifestations de soutien à Gaza en juillet 2014, devenues très rapidement des manifestations antisémites violentes.

 

Vous avez également agi concrètement contre ce fléau en donnant enfin des moyens d’action à la DILCRA pour lutter à la fois contre le racisme et l’antisémitisme et en y nommant un 3 préfet talentueux, lucide et courageux, Gilles Clavreul. Cette mobilisation, après 15 ans pratiquement d’inaction commence à porter ses fruits, et pour la première fois sur les douze derniers mois les actes antisémites et racistes sont en forte baisse en France.

 

Enfin vous êtes un vrai ami d’Israël. Vous n’êtes pas de ces ministres, qui une fois devenu ministre ou Premier ministre s’empresse d’oublier qu’il fut un ami d’Israël.

 

Je me souviens de vous lors de votre campagne pour les primaires en 2011, dans un meeting à la Mutualité. Vous aviez tenu à nous lire le début de la déclaration de l’indépendance de l’Etat d’Israël, en nous déclarant que c’était pour vous une des plus belles déclarations politiques que vous connaissiez.

 

Et plus récemment, vous n’avez pas hésité à prendre vos distances avec le vote inique de la France à l’UNESCO, niant 3.000 ans d’histoire juive et 2.000 ans d’histoire chrétienne à Jérusalem.

 

80 ans après le début du Front Populaire, vous vous inscrivez dans les pas d’un autre très grand Premier ministre socialiste, Léon Blum.

Léon Blum déclara en 1922 « Nous les socialistes français nous vous aiderons de tout notre pouvoir, parce que le sionisme se concilie avec le socialisme international,…Jaurès aimerait votre œuvre, elle est socialiste car populaire, juste et humaine ».

 

En 1926, il devient Président de l’Union Sioniste Française.

 

Et juste avant de mourir, il écrit le 1er février 1950, ce texte admirable, que vous connaissez :

 

« Juif français, né en France d'une longue suite d'aïeux français, ne parlant que la langue de mon pays, nourri principalement de sa culture, m'étant refusé à le quitter à l'heure où j'y courais le plus de dangers, je participe de toute mon âme à l'effort admirable miraculeusement transporté du plan du rêve au plan de la réalité historique qui assure désormais; une patrie digne, égale et libre à tous les juifs qui n'ont pas eu, comme moi, la bonne fortune de la trouver dans leur pays natal... Je m'en suis toujours senti et je m'en sens plus que jamais solidaire."

 

Vous inscrivant ainsi dans les pas de Lamartine et de Blum, vous avez soutenu et soutenez ce rêve devenu réalité. Nous sommes heureux, nous les amis français de l’Université de Tel-Aviv qu’en ce jour, la toute première université de cette « terre de promission », de cette terre d’Israël, l’Université de Tel-Aviv vous décerne sa plus haute distinction, la médaille Georges Wise.

 

Et je laisse maintenant la parole au Professeur Jacob Frenkel, ancien Gouverneur de la Banque d’Israël et Président du Conseil des Gouverneurs de l’Université de Tel-Aviv.

 

Je vous remercie,

 

François Heilbronn

Président des amis français de l’université de Tel-Aviv

j'aime:

"Nous sommes fiers de vous et reconnaissants": les Amis français de l'Université rencontrent les étudiants boursiers

Les bourses des Amis français de l'Université de Tel-Aviv pour l'année scolaire 2015-2016 ont été remises aux étudiants de l'Université au cours d'une émouvante cérémonie qui s'est déroulée dans le cadre du Conseil des Gouverneurs de l'Université 2015.

Groupe"Il s'agit de la cérémonie la plus importante du Conseil des Gouverneurs" a déclaré le Prof. François Heilbronn, président de l'Association française des Amis de l'UTA, qui conduisait la cérémonie. "La jeunesse d'Israël est formidable. Nous croyons en vous et en votre avenir. Nous sommes fiers de vous et reconnaissants" a-t-il poursuivi, précisant que cette année, les Amis français ont réalisé une collecte spéciale en faveur des étudiants qui ont combattu pendant l'opération Bordure protectrice l'été dernier.

ArianeAriane Heilbronn a remis une bourse à Aya Amsellem, 43 ans, d'une famille de onze frères et sœurs, mère célibataire, étudiante en troisième année de MA en Etudes de Genre.

Ana LodikovColette Kerber a décerné une bourse à Ana Lodikov, 24 ans, immigrée d'Ukraine avec sa famille, en première année de Sciences politiques et Communication.

FrancoisFrançois Heilbronn a remis une bourse à Matan Shamir, 25 ans, qui a combattu pendant l'opération Bordure protectrice l'été dernier, étudiant en deuxième année d'ingénierie électrique et électronique.

Lea FitoussiCatherine et Jean-Pierre Visan ont attribué une bourse à Léa Fitoussi, 23 ans, née en France et habitant à Natanya, dont les parents vivent en France, d'une famille de dix frères et sœurs, étudiante en deuxième année de licence en Musique.

Udi KatzirLyne Gelrubin a donné sa bourse à Udi Katzir, marié, 27 ans, étudiant de deuxième année de licence en informatique.

Stella MaroRuth (Stella) Amossy a remis une bourse au nom de sa mère Regina Brenes a deux étudiants éthiopiens. Maro Minioav, 40 ans, marié, trois enfants, d'une famille de 10 frères et sœurs, travaille comme infirmier à l'hôpital Belinson, et est étudiant en première année de Master en infirmerie.

Stella AdiAdi Habata Negessia, célibataire, 29 ans, travaille comme éducatrice dans un centre de l'Association Amit d'aide aux personnes handicapées, et est étudiante en première année de Master en Etudes sociales.

Maya DagonJoel Benarrosh a attribué une bourse à Maayan Dagon, 26 ans, étudiante en troisième année de licence en architecture.

Frqncois NicolasLa bourse de Dominique Romano a été remise par François Heilbronn à Nicolas Zalman, 28 ans, né au Chili, logé en résidence universitaire, étudiant en deuxième année de biologie, qui a servi à Hébron pendant l'opération Bordure protectrice.

Tal SelaMonique et Sylvain Barel ont attribué une bourse à Tal Sela, qui fait sa thèse de doctorat avec le Prof. Ruth Amossy sur la littérature francophone subsaharienne, dans le cadre de l'Ecole des Sciences de la Culture.

AndreAndré Yves Amiach a remis sa bourse à Zion Nave, 25 ans, originaire d'Ouzbékistan, étudiant en sixième et dernière année de médecine dentaire.

GinetteGinette Princ a attribué une bourse à Liat Dotan, immigrante des Etats-Unis en Israël depuis l'âge de 16 ans, étudiant en Art et Histoire.

Woolf YafitWolf EinavWoolf Marmot a attribué deux bourses. L'une à Yafit Tadela, en Master de psychologie, qui étudie les le processus d'apprentissage et les biais de l'attention dus à l'anxiété, l'autre à Einav Yablon Abramovitch, 32 ans, qui prépare un doctorat en psychologie clinique sous la direction du Prof. Michelle Slone sur les effets des styles parentaux sur le développement psychologique des enfants à haut risque.

MarcMarc Haddad a attribué une bourse à Michal Yehuda, 36 ans, étudiante en psychologie.

Rotem shoshanChantal Aziza a remis une bourse à Rotem Shoshan, 26 ans, habitant à Haïfa, récemment mariée, en deuxième année de licence d'Arts et Théâtre.

Lyne YfatLa bourse d'Aliza Jabès a été remise par Lyne Gelrubin à Yifat Nadjar, 28 ans, de Bné Bracq, mariée, d'une famille religieuse de huit frères et sœurs, travaillant comme orthophoniste au ministère de l'Education, étudiante en deuxième année de Master d'Etudes des troubles de la communication dans le cadre du programme spéciale de l'UTA pour les Juifs orthodoxes.

Karsenty RoyRené Karsenty a remis sa bourse à Roy Priante, 28 ans en deuxième année de licence de Droit et d'Economie, qui a combattu pendant l'opération Bordure protectrice.

Inbar KaminskyGeniaOdile Cohen a remis deux bourses à deux doctorantes de l'Ecole des Sciences de la Culture de l'UTA : Inbar Kaminsky, qui possède une longue expérience de l'enseignement de la langue anglaise et travaille sur "Les corps métaphoriques : l'alternative à la corporalité dans la littérature contemporaine". Evgenia Katz, d'origine russe et en Israël depuis l'âge de 18 ans, fait une thèse intitulée " Interférences entre encyclopédies et physiologies: le cas révélateur des Français peints par eux-mêmes où elle explore les rapports entre le genre littéraire des physiologies et les genres savants du dictionnaire et de l’Encyclopédie dans la France du XIXe siècle.

YasuOdile Cohen a également remis la Bourse Teschale Madar à deux étudiants éthiopiens: Yasu Rivka, 22 ans, quatre frères et 3 sœurs, habitant à Nataniya, est étudiante en première année d'ergothérapie. Guermay Itzhak, 29 ans, vient d’Afula. Il a 7 frères et sœurs et est étudiant en troisième année d’ingénierie mécanique.

MetukoLa bourse de Nathalie Kerber a été remise par Colette Kerber à Métuko Warbo, 27 ans, né à Gondar et arrivé en Israël à l'âge de trois ans au cours de l'Opération Shlomo, douze frères et sœurs, en deuxième année d'ingénierie industrielle. Métuko est lui-même très actif au sein du programme Admas de l'UTA pour le soutien aux étudiants éthiopiens, subventionné par les Amis français de l'Université de Tel-Aviv.

A cette occasion Lyne Gerublin a tenu à prendre la parole devant les étudiants éthiopiens pour souligner que l'Association a été choquée de l'attitude de la police israélienne lors des récentes altercations sur la Place Rabin. "Vous êtes un miracle, Israël vous a sauvé mais elle doit maintenant vous aider. Vous êtes de bons citoyens israéliens, peut-être même meilleurs que les autres. Nous sommes très fiers de vous et vous souhaitons à tous beaucoup de succès".

Pitte-LeverJean-Robert Pitte a remis la bourse d'Elisabeth Descombe à Daniel Lever, 26 ans, étudiant en histoire de l'Art, qui est également responsable de la coordination et des prêts de grandes maisons de ventes aux enchères, de galléries d’art et de musées internationaux.

La bourse Hugo et Valérie Ramniceanu pour un étudiant en économie a été décernée à Miriam Lozon lors de la cérémonie de remise du Prix Ramniceanu pour le meilleur entrepreneur d'Israël, qui est revenu cette année à Rami Lévy. 

Etudiants ethiopines

j'aime:

Rénovation du Centre israélien de documentation des Arts scéniques

C'est un passionnant voyage au cœur de l'histoire du théâtre israélien que propose le Centre israélien de documentation des Arts scéniques, dans les sous-sols de la Bibliothèque centrale Souratsky à l'Université de Tel-Aviv.

archivestheatraleshaoelPlus de 6000 fichiers sur des représentations, 1500 documents sonores et filmés, photos, archives privées de personnalités célèbres du théâtre israélien, comme Hannah Robina, se sont accumulés dans les dossiers des Archives, créées en 1970 à l'initiative de Shimon Lev-Ari, professeur du département de théâtre de l'UTA, qui a collecté les documents pas à pas auprès des acteurs et des metteurs en scène.

En mai dernier, au cours du Conseil des Gouverneurs de l'Université, la délégation des Amis français a effectué une visite de ces Archives, conduite par le Prof. Nurit Yaari, ancien chef du Département d'art théâtral de l'UTA avec la participation du Dr. Shelly Zer-Zion, administratrice du Centre de Documentation.

Le Dr. Shelly Zer-Zion a présenté les trésors des archives, dont les affiches de la première représentation en hébreu du Dibbouk, traduit de la pièce du dramaturge yiddish Shalom Ansky, à Moscou en 1922, par les acteurs de la troupe naissante Habima; des lettres originales de Marc Chagall, sollicité pour les décors du Dibbouk, des lettres de Martin Buber, découvertes il y a deux ans; un programme original de la production  du Dibbouk en 1920 à Varsovie; une collection de documents du théâtre juif de Varsovie (Yiddish Meluha Theater) d'Ida Kaminski, et une du théâtre en yiddish de Lituanie qui fonctionna entre 1926 et 1992, sous autorité soviétique.

Un siècle d'histoire

Le Prof. Nurit Yaari a brossé un rapide tableau de l'histoire du théâtre israélien.

Le théâtre Habima, actuel théâtre national israélien, a été fondé en 1917 à Moscou par Hanna Robina, lorsqu'un groupe d'étudiants de Constantin Stanislavsky, directeur du théâtre artistique de Moscou ont décidé pour la première fois, avec l'aide de celui-ci, de jouer en hébreu, avec un profond accent russe, des textes traduits du yiddish. Il fut créé par Nahum Tsemah, Menahem Gnessin, et Hannah Robina, la première grande dame du théâtre en hébreu. En raison de la réussite de sa production phare, le Dibbouk, il entreprit dès 1926 une tournée internationale qui l'amena de Moscou à Berlin et Paris (septembre 1926), ainsi qu'aux Etats-Unis. La troupe, qui ne jouait qu'en hébreu, connut partout un grand succès. Elle s'établit à Tel-Aviv en 1931.

archivestheatralestableEn 1925 l'un des acteurs, Moshé Halevy, quitte Habima pour créer le théâtre Haoel (La tente), théâtre populaire au répertoire juif, israélien et biblique alors qu'Habima avait un répertoire plus classique et universel.

En 1944 de jeunes acteurs créé un théâtre concurrent, le Caméri. Il existait donc trois grands théâtres en hébreu à la veille de création de l'Etat d'Israël. Il y en a aujourd'hui sept. L'actuel théâtre national Habima a été construit en 1946, et rénové en 2012.

Le projet de restauration et de digitalisation des archives est sponsorisé par l'Association des Amis français de l'Université

j'aime: