Slide background
Slide background
Slide background

nov1

A LA UNE

Les dernières nouvelles de l'Université de Tel-Aviv


events

EVENEMENTS

Aucun événement

video

VIDEOS

vid1

semel uni2

SOUTENIR L’UNIVERSITÉ

Soutenez la recherche et les étudiants


Une recherche de l'Université de Tel-Aviv et de l'Université hébraïque parmi les 12 plus importantes de l'année

L'étude du Prof. Yoel Rak, du Département d'anatomie et anthropologie de la Faculté de médecine de l'Université de Tel-Aviv, réalisée sous la direction de chercheurs de l'Université hébraïque, qui a abouti à la reconstitution du portrait d'un mystérieux groupe humain appelé 'Homme de Denisova', à partir des restes de son ADN, a été sélectionnée par le prestigieux magazine SCIENCE comme l'une des douze principales percées scientifiques de l'année 2019.

DenisovaChaque année, le prestigieux magazine de recherche SCIENCE sélectionne 12 études révolutionnaires dans le monde entier, et invite le public à voter pour celle qu'il considère comme la plus importante. Cette année, la liste d'honneur a inclus une recherche israélienne, réalisée en collaboration avec le Prof. Rak, anthropologue de la Faculté de médecine de l'UTA, dans laquelle les chercheurs ont réussi à reconstruire l'anatomie de cette espèce éteinte.

Les Dénisoviens ont vécu il y a plusieurs dizaines de milliers d'années dans l'est et le nord-est de l'Asie et différaient par leurs caractéristiques de leurs contemporains Homo sapiens et Néandertaliens. Alors que les Homo sapiens vivaient principalement en Afrique, les Néandertaliens se sont installés en Europe et en Asie du Nord, où ils ont rencontré les Dénisoviens et se sont mêlés à eux. Jusqu'à récemment, toutes les connaissances sur ce groupe humain étaient basées sur quelques fragments d'os, et l'on pense que leur existence n'aurait pu être découverte sans le développement des nouvelles méthodes d'extraction, de séquençage et d'analyse de l'ancien ADN.

Les recherches du Prof. Rak et de ses collègues ont permis de réaliser une avancée passionnante : la reconstitution du visage de l'Homme de Denisova, grâce à une méthode de restitution épigénétique de l'ADN ancien, prélevé sur la phalange fossile d'une jeune femme, trouvée dans une grotte de Sibérie en 2008, dite grotte de Dénisova. L'épigénétique étudie les changements génétiques qui se produisent en dehors des séquences de l'ADN lui-même, mais affectent cependant la manière dont les gènes sont exprimés dans chaque cellule.

Yoel RakL'étude permettra de comprendre les différents changements qu'a dû subir le groupe humain dénisovien pour s'adapter à son environnement, et elle met en lumière les caractéristiques qui distinguent l'homme moderne, et le différencient des autres groupes humains qui n'ont pas survécu.

La liste des douze découvertes les plus importantes de l'année sélectionnées par le magazine Science comprenait outre la première photographie d'un trou noir, le cliché de la roche spatiale Ultima Thula pris par une sonde de la NASA, la découverte du squelette de l'ancêtre de Lucy remontant à 3,8 millions d'années, le traitement à long terme de la bactérie VIH et d'autres études dans le domaine médical.

L'Université de Tel-Aviv et l'Université de Columbia de New-York lancent un diplôme de licence conjoint

L'Université de Tel-Aviv et la prestigieuse Columbia University de New York, lancent un programme visant décerner un diplôme de premier cycle de quatre ans commun aux deux institutions. Le programme démarrera dès la prochaine rentrée 2020. Il s'agit de la première initiative de ce genre en Israël.
Trente étudiants doivent participer à la première promotion; leur nombre augmentera lors des promotions suivantes.

columbia ny580Les participants au programme étudieront pendant les deux premières années de leur diplôme à l'Université de Tel-Aviv, et les deux suivantes sur le campus de l'Université Columbia à New York. A l'UTA ils suivront des cours en Lettres et sciences humaines, en sciences de la vie, et en innovation et entrepreneuriat. À l'Université Columbia, ils auront le choix entre un plus large éventail de cours en Lettres et sciences humaines, et suivront également des cours en sciences sociales, sciences de la vie et sciences exactes.

Une collaboration d'une importance exceptionnelle avec l'une des meilleures universités du monde

Les étudiants qui termineront leurs études avec succès recevront deux diplômes de chacune des deux institutions et pourront poursuivre leurs études de deuxième et troisième cycles en Israël et aux États-Unis.

En plus des étudiants israéliens et américains, le diplôme conjoint sera ouvert aux étudiants du monde entier. Les participants paieront les frais de scolarité habituels dans chaque établissement. L'Université de Tel-Aviv œuvre actuellement pour l'obtention de bourses pour les étudiants israéliens qui participeront au programme.

Située à New-York, l'Université Columbia est l'une des huit universités de la Ivy League, groupe d'universités privées du nord-est des Etats-Unis parmi les plus prestigieuses et les plus anciennes du pays (sept d'entre elles ont été fondés par les Britanniques avant l'Indépendance). Elle n'avait jusqu'à présent de programme similaire de diplôme commun qu'avec seulement trois établissements universitaires en dehors des États-Unis: le Trinity College de Dublin en Irlande, l'Institut des Sciences politiques de Paris (Sciences Po) et l'Université de Hong Kong.

Le Prof. Raanan Rein, Vice-président de l'Université de Tel-Aviv, relève qu'il s'agit d'une collaboration d'une importance exceptionnelle de l'Université de Tel-Aviv avec l'une des meilleures universités du monde: "C'est la première fois qu'une université israélienne se joint à une université d'élite américaine pour établir un diplôme universitaire commun". Selon lui, en plus de son prestigieux programme d'études, le diplôme conjoint fournira à ses titulaires un énorme avantage sur le marché international du travail et les placera en position privilégié pour obtenir des postes clé.

Un énorme avantage sur le marché international du travail

"Je suis ravi de la possibilité donnée aux étudiants israéliens, américains et autres, de profiter d'une expérience commune dans deux universités de premier plan, qui enrichira leur expérience d'apprentissage, leur donnera des perspectives différentes sur les principaux défis auxquels l'humanité est confrontée aujourd'hui et leur fournira un réel avantage pour la promotion de leur vie professionnelle".

"Je suis enthousiaste à l'idée de notre collaboration avec l'Université de Tel-Aviv, classée parmi les meilleures universités du monde", a déclaré le Dr. Lisa Rosen-Metsch, Doyenne de l'Ecole des Etudes générales de l'Université de Columbia. "Les étudiants qui auront la possibilité d'étudier dans l'une des meilleures universités du Moyen-Orient, avant de poursuivre leurs études dans une Université de la Ligue Ivy, non seulement bénéficieront d'une rencontre avec un large éventail de cultures et d'expériences, mais apporteront également une énorme contribution aux activités et discussions dans le cadre de leur scolarité à l'Ecole des études générales de premier cycle de Columbia".

L'Ambassadeur de France à l'Université de Tel-Aviv

L'ambassadeur de France en Israël, Eric Danon, était présent sur le campus de l'Université de Tel-Aviv le lundi 2 décembre, avec le Directeur de l'Institut Français Jean-Jacques Pierrat, l'Attaché de coopération scientifique, Paul Furia, et Martial Guérin, chargé de la coopération universitaire. Il y a été reçu par le Président de l'Université, le Prof. Ariel Porat, le Prof. Raanan Rein, Vice-Président, et Amos Elad, Vice-Président chargé des ressources. Ont également participé à la réunion Ilana Papo, chargée des relations extérieures de l'UTA avec les pays francophones, ainsi que les représentantes de l'Association francophone de l'Université de Tel-Aviv, Agnès Goldman et le Prof. Ruth Amossy.
L'ambassadeur a également visité l'Ecole de Cinéma, et rencontré le Doyen de la Faculté de Droit, le Prof. Sharon Hannes, ainsi que le Prof. Nadine Kuperty-Tsur, Directrice du Programme de culture française.

Visite Ambassadeur Danon groupeLa visite a débuté dans le bureau du Président de l'Université, où, à la demande du Prof. Porat, l'Ambassadeur Eric Danon a résumé son impressionnante carrière. Ancien élève de l'ENS, il est agrégé de sciences physiques, diplômé de l'IEP Paris (Sciences Po), et de l'ENA. Comme il l'explique, sa carrière, dans les secteurs public et privé, s'est développée autour de trois pôles principaux: désarmement et sécurité dans le monde, lutte contre les menaces criminelles contemporaines et coopération avec les pays en développement. Il a notamment participé aux négociations sur l'interdiction des armes chimiques et la non militarisation de l'espace extra-atmosphérique, et a été représentant permanent de la France à la Conférence du désarmement de l'ONU. Titulaire d'un PhD en affaires nucléaires, il a participé deux fois aux négociations avec l'Iran. Dans le secteur privé, il a été détaché à la Division Espace et Défense d'Airbus et dirigé la société Elva SA de développement de systèmes de sécurisation des données sur Internet. Par ailleurs, il a été responsable des aspects diplomatiques de la lutte contre le terrorisme, les trafics internationaux et le blanchiment d'argent au Quai d'Orsay, et conseiller diplomatique d'Interpol pour la lutte contre les trafics de marchandises illicites. Enfin, il a occupé diverses fonctions ministérielles liées à la coopération avec l'Afrique.

"Montrer que quelque chose se passe dans le débat entre nos deux pays au plus haut niveau"

A son tour, le Prof. Porat présente l'UTA. Avec 30 000 étudiants, 1 100 professeurs en chaire, 2 500 intermittents et au total 10 000 employés, c'est la plus grande université d'Israël. Ses neuf facultés englobent tous les domaines de la connaissance, favorisant l'interdisciplinarité qui se concrétise notamment par la multiplication de centres de recherche multidisciplinaire, comme par exemple son Centre de Neurosciences, qui possède une renommée mondiale, ou encore le dernier en date, le Centre de science et technologie quantiques inauguré en septembre dernier. "D'ici deux semaines, nous inaugurerons un centre pour les études sur l'Intelligence artificielle, dans le but de nous positionner également comme leaders dans ce domaine", précise le Prof. Porat. Par ailleurs, l'Université collabore quotidiennement avec ses dix-sept hôpitaux affiliés, et bénéficie de sa situation stratégique au cœur de la nation startup.

Visite Ambassadeur Danon cadeauLe Prof. Raanan Rein présente l'aspect international de l'université, notamment son Ecole internationale où plus de 1 000 étudiants étudient chaque année dans divers programmes de pointe, entre autre sur la cyber-sécurité et les smart cities, son MBA internationalement reconnu, ses extensions à l'étranger notamment ses programmes communs avec l'Université de Berkeley et l'Université de Chicago, et à présent également son diplôme conjoint avec l'Université de Columbia aux Etats-Unis. "En plus des relations individuelles des chercheurs avec leurs homologues français, nous entretenons des relations avec de nombreuses institutions françaises de haut niveau comme Sciences Po et le Collège de France. Nous souhaitons mieux identifier les domaines spécifiques de collaboration possible et également développer le nombre d'étudiants français à l'UTA".

Intégrer Israël au consortium européen

L'Ambassadeur de France fait part d'un projet qu'il souhaite personnellement promouvoir, dans le cadre duquel des débats, retransmis par les chaines télévisées et les média sociaux, seront organisés à l'Ambassade de France entre des professeurs israéliens et français, sur les grandes questions qui préoccupent les deux pays: "Ceci pour montrer que quelque chose se passe dans le débat entre nos deux pays au plus haut niveau", explique-t-il. Il est convenu de fixer une réunion pour aborder ce projet de manière concrète.

Il relève que la question de l'équivalence des diplômes reste encore problématique, car il n'y a pas encore de correspondance totale: la France, par exemple, est habituée au système des Grandes Ecoles, et n'a pas de PhD. Cependant elle est intéressée à développer le potentiel des échanges d'étudiants tant dans le domaine des Lettres et Sciences humaines que dans celui du HighTech. "Bien que les systèmes d'éducation supérieurs soient différents entre les deux pays, le but commun reste l'excellence, et nous devons faire des efforts pour faire se rencontrer les personnes travaillant dans les mêmes domaines, par exemple sous forme d'atelier". Là aussi, une réunion de travail sera nécessaire pour mettre cette idée en pratique.

Visite Ambassadeur Danon HannesJean-Jacques Pierrat présente plus spécifiquement la politique actuelle de la France à l'égard de l'enseignement supérieur. Science et technologie sont parmi les domaines d'investissement privilégiés de cette nouvelle politique, et 15% du budget sera consacré à la mobilité: "l'objectif est d'atteindre 500 000 étudiants en mobilité en 2027. De plus, la France est le 5e partenaire scientifique mondial d'Israël". Il présente la nouvelle initiative phare de l'UE visant à la création d'ici 2024 de 17 'universités européennes', partenariats stratégiques qui stimuleront la coopération entre les établissements et permettront aux étudiants d'obtenir un diplôme en combinant des études dans plusieurs pays de l'UE. Un budget total de 85 millions d'euros sera mis à la disposition des 17 premières "universités européennes". Chaque alliance recevra jusqu'à 5 millions d'euros au cours des trois prochaines années. L’initiative sera pleinement déployée dans le cadre du prochain programme Erasmus+ 2021-2027. "Nous souhaiterions vérifier la possibilité d'intégrer des partenaires israéliens à ce consortium", a précisé Jean-Jacques Pierrat. Une réunion sera également prévue pour vérifier cette possibilité par la suite.

Jean-Jacques Pierrat précise également l'existence de bourses de l'Institut français dans le cadre de programmes franco-israéliens scientifiques spécifiques, notamment dans le domaine du diagnostic des maladies mentales et de l'autisme.

Rencontre amicale et fructueuse

Le Prof. Porat soulève que l'intelligence artificielle est l'une des priorités de l'UTA, et émet le souhait de collaborer avec des universités françaises dans ce domaine. Paul Furia rappelle que, lors de la semaine de l'IA organisée récemment à l'université, une table ronde a réuni deux grands spécialistes israéliens et français dans ce domaine, le Prof. Isaac Ben Israël, Directeur du Centre de recherche sur la cyber-sécurité de l'UTA, et le Dr. Bertrand Braunschweig, Directeur du programme national français de recherche en intelligence artificielle. Il précise que la seconde priorité de la France pour la recherche est le domaine de la santé: "Les choses changent très vite en France dans le domaine de l'éducation supérieure. La langue n'est plus un obstacle. Il est important de faire connaitre les programmes en anglais existant dans nos deux pays".

Visite Ambassadeur Danon TsikoCette amicale et fructueuse rencontre, qui devrait se concrétiser au moyen de réunions de travail visant à développer échanges et partenariats entre l'UTA et les institutions académiques et officielles françaises, s'est terminée par la remise d'un cadeau symbolique de l'université à l'Ambassadeur de France.

Les invités ont ensuite rencontré le Prof. Sharon Hannes, Doyen de la Faculté de Droit, et Dorit Koskas, Adjointe au Doyen, qui leur ont présenté la Faculté et ses programmes. L'accent a été mis sur les programmes internationaux de la Faculté, notamment son partenariat avec Sciences Po, ses programmes exclusifs d'insertion sociale, comme ceux destinés aux Arabes israéliens et aux ultra-orthodoxes, et ses cliniques juridiques et leur impact sur la société israélienne.

La visite s'est ensuite poursuivie à l'Ecole de Film et Télévision Steve Tisch de l'Université, d'où sont issues la plupart des personnalités de l'industrie cinématographique israélienne, qui a été présentée par Eti Tsiko.

Elle a pris fin au Département de culture française, avec une rencontre avec le Prof. Nadine Kuperty-Tsur, qui a présenté les programmes de BA et MA, et le Prof. Ruth Amossy, qui a introduit les programmes de doctorat ainsi que le groupe de recherche doctoral francophone ADARR – Analyse du discours, Argumentation et Rhétorique, commun aux universités de Tel-Aviv et de Bar-Ilan.

 

Photos (Crédit: Nathan Cahn / Ambassade de France)

1. De gauche à droite: Paul Furia (Ambassade), Agnès Goldman (Association francophone), le Dr. Jean-Jacques Pierrat (Ambassade), le Prof. Ruth Amossy (UTA), l'Ambassadeur Eric Danon, le Prof. Ariel Porat (Président de l'UTA), le Prof. Raanan Rein (Vice-Président UTA), Amos Elad (Vice-Président UTA).

2. L'Ambassadeur Eric Danon (à gauche) et le Prof. Ariel Porat.

3. Le Prof. Sharon Hannes, Doyen de la Faculté de Droit, et l'Ambassadeur Eric Danon.

4. L'Ambassadeur Eric Danon et Eti Tsiko à l'Ecole de cinéma de l'UTA.

Signature d'un accord entre l'Université de Tel-Aviv et le géant pharmaceutique Teva pour la recherche sur le cancer

La société israélienne Teva Pharmaceutical Industries a signé un accord de coopération avec Ramot, la société de transfert de technologie de l’Université de Tel- Aviv pour faire progresser la recherche innovante dans les domaines du cancer et des études sur le cerveau, notamment le développement de médicaments efficaces basés sur l'immunothérapie pour le traitement du cancer.
L'accord a été signé dans le bureau du Président de l'Université de Tel-Aviv, le Prof. Ariel Porat, en présence du Prof. Yoav Henis, Vice-Président de l'université pour la R & D, du Prof. Ronit Satchi-Fainaro, Directrice du Département de pharmacologie et physiologie de la Faculté de médecine, du Dr. Steffen Nock, Vice-Président de Global Biologics, Teva R & D, du Dr. Dana Bar-On, chargée des liens avec les universités à Teva Academy et David Wilson, responsable de la découverte de nouveaux médicaments chez Teva R & D.

Teva TAU signing photo credit Chen Glili L'accord comprendra un soutien financier, ainsi que des "recherches communes pour tester l'efficacité de l'immunothérapie (méthode de traitement du cancer qui pour but d'aider le système immunitaire à identifier les cellules cancéreuses et à les attaquer) au moyen de modèles spécifiques, incorporant des analyses avancées du système immunitaire, et explorer les possibilités d'améliorer la production d'anticorps grâce à des outils bioinformatiques avancés". Par ailleurs, plusieurs projets auront pour but de trouver de nouveaux mécanismes pour comprendre les troubles du système nerveux.

Le Dr. Steffen Nock, chef de l’équipe de recherche innovante de Teva, a déclaré que le partenariat avec TAU constituait également un excellent exemple d’initiatives de collaboration: "Nous espérons que cette fusion des esprits entre le monde universitaire et l'industrie pharmaceutique contribuera à faciliter la découverte de médicaments et de technologies innovants, qui sont tellement nécessaires pour l'amélioration de la qualité de vie des personnes atteintes de cancer ou de troubles du système nerveux".

Il a indiqué que Teva prévoyait de multiplier les partenariats avec des chercheurs d'universités et de centres médicaux renommés dans les domaines de l'oncologie, de l'immunologie et des études du cerveau, "domaines dans lesquels Israël dispose de capacités de recherche uniques".

L'accord entre dans le cadre du plan de développement du PDG de Teva, Kare Schultz, dont l'objectif est de positionner la société comme leader dans le domaine des médicaments génériques et de la biopharmaceutique.

Le Prof. Ariel Porat, Président de l'Université de Tel Aviv, a déclaré que son objectif était de renforcer la coopération avec la société israélienne en général, et l'industrie technologique en particulier. "Nous espérons que la coopération avec Teva conduira à des percées significatives dans le domaine de la recherche sur le cancer et le cerveau", a-t-il déclaré.

Un accord similaire a été signé entre Teva et l’Institut Weizmann.

 

Sur la photo, de gauche à droite : le Prof. Yoav Henis (Vice-Président UTA), le Prof. Ronit Satchi-Fainaro (Faculté de médecine UTA), le Prof. Ariel Porat (Président UTA), le Dr. Steffen Nock, (Vice-Président, Teva R & D), David Wilson (Teva R & D) et le Dr. Dana Bar-On (Teva Academy) (Crédit: Chen Galili).

Au moins un étudiant de l’Université de Tel-Aviv reçoit chaque année la Bourse Chateaubriand

Une soirée de gala à l’occasion du 30e anniversaire de la prestigieuse Bourse Chateaubriand a eu lieu le jeudi 14 novembre 2019 à la Résidence de France, en présence de l’Ambassadeur, Eric Danon, de l'attaché de coopération scientifique et universitaire Paul Furia et d’une centaine d’alumni de la bourse au fil des ans en provenance de l’Université de Tel-Aviv, du Technion et des autres grandes universités israéliennes. La soirée était animée par le quatuor d’instruments à cordes de l’Ecole de musique Buchmann-Metha de l’Université de Tel-Aviv.

Quatuor ambassadeLa Bourse Chateaubriand permet tous les ans à des étudiants de MA, doctorat ou post-doctorat d’aller étudier en France pour une période d’une année minimum. " Il existe également des bourses de six mois pour les enseignants ", précise le Prof. Dan Peer, Directeur du Centre de recherche sur la biologie du cancer et de l’Institut de médecine transrationnelle de l’Université de Tel-Aviv, membre du comité d’attribution des bourses en Israël depuis plusieurs années. " Il s’agit de bourses compétitives et le jury choisit sur des critères d’excellence. Il suffit de déposer un projet de recherche avec la coopération d’un universitaire français, et n’est pas nécessaire de parler français. Le jury est composé de représentants de toutes les universités israéliennes ayant un lien avec la France, et est divisé en deux commissions, l’une en sciences, médecine, biologie, l’autre pour les Sciences humaines et sociales. Au moins un étudiant de l’Université de Tel-Aviv est accepté chaque année".

"Une opportunité parfaite pour les étudiants israéliens souhaitant connaitre l'Europe"

Le Prof. Peer se définit comme francophile : " J’ai grandi en Suisse, j’ai même une grand-mère française originaire de Bordeaux, et mon père parle dan peer passportparfaitement le français ". Il a lui-même développé des liens avec l’université Paris Sud, l’Université Pierre et Marie Curie et l’Institut Pasteur.  " Peu d’options sont proposées aux étudiants israéliens désireux d’aller étudier en Europe, c’est pourquoi ils vont généralement le faire aux Etats-Unis. La Bourse Chateaubriand est un excellent canal de financement dans cette optique, une opportunité parfaite pour les étudiants israéliens souhaitant connaitre l’Europe, sa culture et sa mentalité ".

L’événement s’est déroulé dans le cadre du lancement officiel en Israël de la nouvelle stratégie d’attractivité de l’enseignement supérieur français voulue par le Président  Macron, "Bienvenue en France", visant à doubler le nombre d’étudiants étrangers en France pour atteindre 500 000 en 2027. Selon l’Ambassade, il s’agira d’une véritable révolution pour l’enseignement supérieur français : meilleur accueil et accompagnement des étudiants étrangers, augmentation du nombre de bourses, doublement de l’offre de formations intégralement en anglais, simplification des procédures administratives, etc.

Bourses Chateaubriand"Je suis très heureux de vous voir tous réunis à la Résidence de France", a déclaré l’Ambassadeur. " Depuis 1988, la Bourse Chateaubriand a permis à plus de 200 étudiants israéliens dans toutes les disciplines d’aller étudier en France. Les meilleurs étudiants israéliens ont pu fréquenter les meilleures universités françaises, démontrant la vitalité des liens scientifiques entre les deux pays. Chaque boursier est un ambassadeur des relations entre la France et Israël. J’espère que cette bourse continuera d’aider de nombreux étudiants israéliens à réaliser leur rêve ".

Font également partie des jurys de sélection de la bourse Chateaubriand en Israël les Prof. Ady Arie du Département de génie électrique de l’Université de Tel-Aviv, Bernard Attali de la Faculté de médecine, Amiram Yehudai de l’Ecole des sciences informatiques, Adriana Kemp, du Département de sociologie et d’anthropologie et Eran Neuman, Recteur de la Faculté des arts.

 

Photos :

1. Le quatuor à cordes de l’Ecole de musique Buchmann-Metha de l’Université de Tel-Aviv (Crédit: Ambassade de France en Israël)

2. Le Prof. Dan Peer (Crédit : Université de Tel-Aviv).

3. La réception dans les jardins de la Résidence de France à Tel-Aviv (Crédit : Ambassade de France en Israël).