Slide background
Slide background
Slide background

nov1

A LA UNE

Les dernières nouvelles de l'Université de Tel-Aviv


events

EVENEMENTS

Aucun événement

video

VIDEOS

vid1

semel uni2

SOUTENIR L’UNIVERSITÉ

Soutenez la recherche et les étudiants


8 recherches de l’Université de Tel-Aviv qui aident à lutter contre le cancer

A l’occasion de la journée mondiale de lutte contre le cancer, le point sur les dernières recherches révolutionnaires menées dans ce domaine par les chercheurs de l’Université de Tel-Aviv.

Satchi JoaoLe cancer est la principale cause de décès dans le monde. Des équipes multidisciplinaires travaillent fébrilement sur tout le campus de l’université pour comprendre la maladie, ses mécanismes et ses causes, et pour développer des traitements afin de ralentir et empêcher son apparition et sa propagation. Le Centre de recherche en biologie du cancer de l'UTA, par exemple, est le plus grand centre de cancérologie en Israël, avec plus de 600 chercheurs et 17 hôpitaux affiliés. Toutes ces équipes travaillent en collaboration avec des chercheurs internationaux dans les meilleures institutions mondiales.

1. Supprimer les tumeurs: le traitement par rayonnement Alpha DaRT, créé par les Prof. Itzhak Kelson du Département de physique de l’UTA et Yona Keisari de la Faculté de médecine (professeur émérite), a montré un taux de rétrécissement de 100% des tumeurs lors d'essais cliniques menés sur des patients atteints de tumeurs de l'épiderme sur la tête et le cou, et leur destruction totale dans plus de 78% des cas. Développée par Alpha Tau Medical via Ramot, le centre de transfert de technologie de l’UTA, c'est la première technologie à fournir une thérapie hautement localisée et efficace des tumeurs cancéreuses solides utilisant le rayonnement alpha.

2. La fin des biopsies: le Prof. Alexander Golberg de l'Ecole des Sciences de l'Environnement et son équipe ont développé une méthode innovante pour prélever des échantillons moléculaires de tissus en les exposant à des champs électriques. En plus d'éviter les dommages potentiels causés par les biopsies, cette nouvelle méthode peut recueillir des informations plus précises et pertinentes pour faciliter les diagnostics et les décisions de traitement.

3. Un vaccin contre le mélanome: une équipe de chercheurs sous la direction du Prof. Ronit Satchi-Fainaro de la Faculté de médecine, a développé une nanoparticule pouvant servir de vaccin contre le mélanome, le type de cancer de la peau le plus agressif et le plus mortel. Le nano-vaccin s'est révélé efficace sur des modèles murins à la fois comme traitement préventif, comme médicament contre la tumeur et pour l'éradication des métastases. Selon les chercheurs, la méthode développée pourra également convenir à d'autres types de cancer et constitue une base solide pour le développement de futurs vaccins contre le cancer.

4. Lutte contre la leucémie: le Dr. Milyavsky de la Faculté de médecine et son équipe ont mis au point un nouveau capteur génétiquement codé qui isole les cellules souches cancéreuses résistantes à la chimiothérapie qui déclenchent la leucémie, et ont trouvé un médicament potentiel efficace pour lutter contre les cellules dangereuses de cette maladie sanguine mortelle.

5. Thérapie contre le cancer du sein: une étude révolutionnaire réalisée par le Prof. Neta Erez de la Faculté de médecine et son équipe, a montré une nouvelle manière d'augmenter les chances de survie des patientes atteintes d'un cancer du sein. Les chercheurs ont découvert un mécanisme par lequel les tumeurs recrutent des cellules de la moelle osseuse pour se renforcer; cibler ces cellules avec de nouvelles thérapies pourrait être un moyen efficace de traiter la maladie.

6. Reconversion de médicaments existant: une équipe de recherche sous la direction du Prof. Shamgar Ben-Eliyahu de l'École de psychologie et de l'École des neurosciences de l'Université de Tel-Aviv a montré qu'un régime médicamenteux sûr, peu coûteux et facilement administré avant et après la chirurgie peut réduire considérablement les risques de récidive post-chirurgicale du cancer. Les médicaments, une combinaison d'un bêta-bloquant (qui soulage le stress et l'hypertension artérielle) et d'un anti-inflammatoire, peuvent également améliorer les taux de survie à long terme des patients.

Carmitlevy7. Blocage des métastases du cancer de la peau: le Prof. Carmit Levy et son équipe du Département de génétique humaine et biochimie de la Faculté de médecine ont découvert comment le mélanome, le type le plus agressif et le plus mortel des cancers de la peau, se propage vers les organes éloignés, et ont trouvé des substances chimiques capables d'arrêter le processus avant le stade métastatique, et donc de freiner la propagation du cancer de la peau.

8. HealthTECH World Cancer Day 2020: en plus de ces découvertes marquantes, l’UTA sert de plaque tournante pour la recherche sur le cancer. Hier, dans le cadre de la première HealthTech World Cancer Day, journée mondiale des technologies médicales contre le cancer, une journée nationale ouverte au public a été organisée à l’université, sur les derniers développements de la recherche et du traitement du cancer dans les domaines de la biotechnologie, de la nanotechnologie et de la médecine. La journée, qui a pour but d’informer le public sur la révolution technologique en oncologie s’est déroulée simultanément en France, en Espagne, en Irlande et au Portugal.

 

Photos:

1. de droite à gauche: le Dr. Anna Scomparin, le Prof. Ronit Satchi-Fainaro, le Dr. Joao Conniot et le Prof. Helena Florindo (Crédit: Galia Tiram).

2. Le Prof. Carmit Levy.

 

Important : Les articles publiés par l’Association portent sur des recherches en cours à l’Université de Tel-Aviv ou des brevets en cours de commercialisation. Sauf indication contraire, il ne s'agit pas encore de traitements disponibles pour le grand public.

Vous pouvez soutenir la recherche à l’Université de Tel-Aviv en vous adressant à nos bureaux à Paris : afauta@wanadoo.fr  ou à Tel-Aviv : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

j'aime:

L'Ecole dentaire de l'Université de Tel-Aviv: à la pointe de l'innovation et de l'action sociale

Rouverte en 2010 après une décennie de fermeture, l'Ecole de médecine dentaire de l'Université de Tel-Aviv est aujourd'hui l'une des plus modernes dans le monde, met l'accent sur les programmes sociaux et cherche à s'orienter vers une ouverture internationale. Une interview du Prof. Shlomo Matalon, nouveau directeur de l'Ecole.

Shlomo MatalonQ.: Quels sont les programmes d'études actuels de l'Ecole ?

R.: L'Ecole propose un programme de doctorat en médecine dentaire en six ans. Les trois premières années, consacrées aux études précliniques sont communes à la Faculté de médecine, avec des introductions aux divers domaines de la dentisterie. Elles aboutissent à un diplôme de médecine de premier cycle (Ba.Med.Sc). Les trois années suivantes se déroulent dans les cliniques de l'Ecole, où les étudiants acquièrent de l'expérience, reçoivent des patients et aident au diagnostic et aux soins. Elles sont sanctionnées par l'obtention du titre de D.M.D (Docteur en médecine dentaire) qui autorise à pratiquer la dentisterie en Israël.

Vers une accréditation européenne

Q.: Quels sont les changements que vous souhaitez apporter à ces programmes ?

R.: Notre but est tout d'abord de séparer le premier cycle de celui de la Faculté de médecine, tant au niveau des cours qui seront donnés uniquement par le personnel enseignant de l'Ecole, qu'à celui des programme d'études qui seront adaptés aux besoins spécifiques des étudiants en dentisterie. Nous souhaitons aboutir à programme en 5 ans comme en Europe (MSc: trois ans de premier cycle et deux ans de deuxième cycle, répartis en six semestres, y compris les semestres d'été), de manière à obtenir l'accréditation des universités européennes. Cela facilitera les procédures d'équivalence de diplômes, et permettra aux étudiants en dentisterie israéliens d'aller étudier à l'étranger, et aux étudiants étrangers de venir le faire en Israël. De plus, nous prévoyons de faire passer nos cours en anglais, dans ce même but. Nous avons à présent des programmes d'échange d'étudiants de sept à dix jours en été avec l'Université du Michigan aux USA et l'Université de Budapest, mais seule la procédure d'accréditation permettra de faire progresser véritablement les échanges internationaux.

Ecole dentaire FrontQ.: Quelles sont les spécialisations proposées par l'Ecole ?

R.: L'Ecole propose cinq filières de spécialisation : orthodontie, endodontie (traitement de racine), dentisterie pédiatrique, pathologie buccale et parodontie (traitement des maladies des gencives). La filière d'orthodontie est déjà elle-même un programme international intégré au projet Erasmus pour les échanges d'étudiants et d'enseignants des universités européennes. Nous avons le même projet pour la filière de parodontie, et souhaitons aller dans ce sens également pour les autres spécialisations.

Une formation clinique de pointe

Q.: Quels sont les points forts de l'Ecole ?

R.: Le point le plus fort de l'Ecole est l'aspect clinique. Les dentistes sortis de l'Ecole dentaire de l'Université de Tel-Aviv sont considérés comme d'excellents cliniciens. Ceci est dû au développement de nos cliniques dentaires, qui font bénéficier le grand public de tous les types de traitements, à des prix nettement inférieurs à ceux du marché privé et même des caisses de maladie. Nous avons trois types de cliniques. Les soins de dentisterie de routine, dépistage, nettoyage dentaire, traitement de caries, couronnes, traitements de racines etc… sont effectués par des étudiants de quatrième et cinquième année encadrés par des spécialistes. Le deuxième type est constitué par les cliniques spécialisées, où les étudiants en phase de spécialisation fournissent des soins en chirurgie dentaire, pathologie buccale, orthodontie, maladies des gencives, dentisterie pédiatrique, implants dentaires, traitements esthétiques et autres. Enfin, une de nos spécificités est l'existence de cliniques de soins dentaires pour les populations aux besoins particuliers, souffrant de handicap physique, mental ou psychiatrique, qui doivent parfois subir des soins dentaires sous anesthésie générale. Nous disposons à l'Ecole de deux salles d'opération destinées à cet effet. Enfin il est important de noter que nous sommes l'une des premières écoles dans le monde qui pratique exclusivement la dentisterie numérique.

Q.: Qu'est-ce que la dentisterie numérique ?

R.: La pratique de la dentisterie a considérablement évolué au cours des dernières années. Aujourd'hui l'évaluation de la dentition du patient est effectuée non plus par les traditionnelles prises d'empreintes qui exigeaient de mordre dans une pâte pendant plusieurs minutes, mais par une caméra introduite dans la cavité bucale qui scanne la dentition en quelques secondes et transfère les données directement à l'ordinateur. Celui-ci programme la couronne qui pourra être posée le même jour. Toutes ces technologies de pointe sont accessibles à tous les publics dans nos cliniques aux prix les plus bas du marché.

Des soins aux populations en difficulté

Q.: Et la recherche ?

R.: Bien que l'équipe soit très axée sur le côté clinique, nous encourageons beaucoup la recherche. Nous avons déjà d'excellents chercheurs dont les études font la une des média. Par exemple, les recherches du Dr. Rachel Sarig sur des dents trouvées dans une grotte de Galilée qui ont permis de nouvelles découvertes sur les migrations humaines il y a 40 000 ans, ou celles du Dr. Lihi Abramovich, qui ont abouti au développement d'un matériau antibactérien révolutionnaire incorporable aux amalgames dentaires permettant de prévenir l’inflammation et les caries récurrentes.

Inauguration Litzman AmiachQ.: Quels sont les projets de l'Ecole dans le domaine social ?

R.: Nous avons un projet formidable appelé Here 2 Smile, dans le cadre duquel des soins dentaires sont fournis aux jeunes garçons et filles tombés dans la prostitution. Les soins sont doublés d'un cours leur procurant une formation d'assistant dentaire, qui leur permettra de sortir du cercle vicieux de la prostitution, et d'aider les personnes dans le même cas qu'eux. Le coût global de chaque participant au programme, d'un montant de 50 000 shekels (environ 10 000 euros) est entièrement financé par des donations de personnes ou de sociétés privées.

Par ailleurs, nous fournissons des soins quasi-gratuits aux rescapés de la Shoah; et nous affrétons des bus à nos frais pour amener des enfants de la périphérie se faire soigner leurs dents à l'Ecole. On peut signaler également notre clinique spécialisée dans les soins pour les personnes souffrant d'anxiété dentaire, qui recouvrent l'ensemble du processus de désensibilisation, de la simple conversation à l'hypnose. Enfin, nous disposons d'un laboratoire de pathologie orale, qui fournit des services de biopsies et de diagnostic du cancer de la bouche à des organismes extérieurs.

Q.: Quels sont les problèmes auxquels l'Ecole a du faire face, et ceux auxquels elle est confrontée actuellement ?

R.: L'Ecole a été créée en 1977. Son nouveau bâtiment date de 1985. Il y a une décennie, elle a été fermée pour cause de déficit. Nous n'étions alors autorisés à accepter que six étudiants par an. Elle a été rouverte en 2010, la moitié du financement venant de l'Etat, et l'autre restant à notre charge. La rénovation de l'ancien bâtiment, y compris les laboratoires et les cliniques de soin destinées à la formation des étudiants a été entreprise grâce à nos donateurs.

Les études dentaires sont couteuses pour les étudiants. En plus des bourses disponibles pour l'ensemble des étudiants de l'université, nous disposons de bourses pour nos étudiants de premier cycle nécessiteux grâce à nos donateurs. Il existe également la possibilité 'd'adopter un étudiant' et d'aider au financement de ses études. Mais le problème des bourses reste particulièrement aigu dans notre domaine car les études de médecine dentaire sont très prenantes, et ne laissent pas la possibilité de travailler et de gagner sa vie à côté.

 

Le Prof. Matalon est né en 1957 à Tel-Aviv. Il a obtenu son diplôme de médecine dentaire à l'Université de Tel-Aviv en 1986, dans la filière de restauration dentaire. Devenu directeur de clinique en 2008 il a été nommé directeur de l'Ecole en 2019. Ses recherches portent sur les matériaux dentaires antibactériens. Il est depuis 2015 membre du comité directeur de l'Association internationale pour la recherche dentaire (IADR), dans la section paneuropéenne.

 

Photos:

1. Le Prof. Shlomo Matalon.

2. L'Ecole dentaire de l'Université de Tel-Aviv.

3. Inauguration du Centre pour les populations aux besoins spéciaux par le Rabbin Yaakov Litzman, Ministre de la santé et le Dr. Yves-André Amiach, Directeur d'Alpha-Oméga France, en mai 2017.

 

 

j'aime:

Signature d'un accord entre l'Université de Tel-Aviv et l'Université Nationale de Singapour pour promouvoir la recherche quantique

Le recteur de l'Université de Tel-Aviv, le Prof. Yaron Oz, a signé le mois dernier un accord de coopération avec l'Université Nationale de Singapour (NUS) l'une des principales institutions universitaires dans le monde et la première en Asie, pour promouvoir la recherche sur les sciences et technologies quantiques au niveau international.

NUS 1"Le but de cet accord est de participer à l'établissement d'un terrain fructueux pour la collaboration dans la recherche sur les sciences et technologies quantiques, à la fois dans les universités et dans l'industrie", a déclaré le Prof. Oz. "La révolution quantique frappe à nos portes, et elle a le potentiel de créer un changement historique dans nos vies. Un effort international concerté est nécessaire pour faire avancer et façonner l'informatique et les communications quantiques et leur impact, entre autre sur le secteur commercial".

"La révolution quantique frappe à nos portes"

Le financement de cette collaboration se fera par le biais du Cabinet du Premier ministre de Singapour ainsi que par des entités commerciales et financières avec lesquelles l'Université de Tel-Aviv est actuellement en pourparlers.

En plus de cet accord, le Prof. Oz est également parvenu à des ententes avec d'autres organismes de recherche à Singapour, comme le Center for Quantum Technology (CQT) hébergé à l'Université de Singapour, la Nanyang Technological University (NTU), deuxième université de Singapour, et la Fondation nationale de la Recherche (NRF) de Singapour, portant sur les sciences et technologies quantiques, mais également sur l'intelligence artificielle et l'apprentissage automatique.

L'Université Nationale de Singapour est la principale université de recherche de Singapour. Elle se place au 11e rang dans le monde et au premier en Asie dans le classement QS World University Rankings en 2019.

L'Université de Tel-Aviv a récemment inauguré un Centre pour la science et la technologie quantiques, dirigé par le Prof. Oz, qui intègre toutes les activités de recherche menées dans ce domaine sur le campus, en particulier la communication quantique, la chimie et la physique quantiques. Le Centre coordonne également de nouvelles filières d'études telles que l'informatique quantique, dans le cadre d'un diplôme conjoint en physique et informatique, et favorise la collaboration aux niveaux national et international avec d'autres centres de recherche, et avec des entreprises telles que Google et IBM.

 

NUS 2

 

Sur les photos, de droite à gauche: le Prof. Yaron Oz et Prof. Ho Teck, recteur de l'Université NUS (Crédit : NUS).

j'aime:

4 sur 10 des percées technologiques de la décennie du journal Times of Israel viennent de diplômés de l'Université de Tel-Aviv

Du Dôme du fer inauguré en 2010, à l'impression d'un cœur en 3 D, en passant par l'application Waze et le satellite Bereshit lancé vers la lune en 2019, 4 des 10 percées technologiques de la décennie 2010-2020 sélectionnées par le magazine Times of Israël ont été réalisées par des diplômés et professeurs de l'Université de Tel-Aviv.

Waze: une révolution dans la conduite automobile

Application mobile gratuite de navigation GPS pour Smartphone mondialement connue s'appuyant sur une cartographie élaborée par ses propres utilisateurs, Waze a sans aucun doute révolutionné la conduite automobile.

Waze RamniceanuCréée par Noam Bardin, Uri Levine, diplômé de l'Ecole d'économie de l'UTA, Ehud Shabtai, diplômé de l'Ecole d'informatique et du Département de philosophie et Amir Shinar, la société possède aujourd'hui des bureaux en Israël, à Hong Kong, en Chine, à Paris et aux Etats-Unis, et a été rachetée par Google en 2013 pour plus d'un milliard de dollars.

Les fondateurs de Waze ont reçu le prix d’économie Hugo Ramniceanu en 2014 pour leur vision, leur créativité et leur influence marquante dans le développement économique et technologique d'Israël. "Vous représentez le meilleur de ce que nous faisons à l'Université", avait déclaré le Prof. Frenkel, alors Président du Conseil des Gouverneurs de l'UTA. "Waze a fixé les standards de la branche du High-Tech en Israël", avait relevé l'ancien Président de l'Université de Tel-Aviv, le Prof. Joseph Klafter. Noam Bardin avait pour sa part expliqué que la motivation des fondateurs avait eté "d'avoir un impact et de changer quelque chose dans le monde". Il avait par ailleurs relevé l'importance de l'UTA dans la création de la startup, comme pépinière de jeunes professionnels à la fois talentueux et possédant un esprit d'équipe.

Le Dôme de fer: des millions d'Israéliens protégés

Le Dôme de fer, système de haute technologie de défense aérienne mobile, déployé en 2010 pour faire face aux attaques de roquettes lancées depuis la bande de Gaza et le Liban en direction des villes israéliennes, a été conçu par le Général de brigade de réserve de l'armée israélienne, le Dr. Danny Gold, titulaire de quatre diplômes de l'Université de Tel-Aviv, dont deux doctorats, l'un en génie électrique, l'autre en gestion. Il a depuis été commercialisé auprès de neuf pays, dont le Canada et l'Inde, pour un total d’environ 2 milliards de dollars.

Honoriscausa2015IronDomeDans une interview pour le Huffington Post en 2015, Danny Gold, "père" du Dôme de fer qu'il a développé avec Natan Barak, Yossi Drucker, et Eyal Shapira, avait déclaré que la formation intense qu’il avait reçu à l'Université de Tel-Aviv et son approche multidisciplinaire qui lui a donné l'occasion de combiner son travail en ingénie électrique avec la gestion d'entreprise, ont joué un rôle crucial dans le développement des capacités qui lui ont permis de développer le système salvateur. Il ajoute que ses mentors à l’Université de Tel-Aviv ont été ses deux directeurs de thèse, les Prof. Hanoch Ur en génie électrique et Shlomo Globerson en gestion.  

Les créateurs du "Dôme de Fer" ont reçu en 2015 le titre de membres d’honneur de l’Université de Tel-Aviv, pour leur contribution sans précédent à la sécurité de l'Etat d'Israël et de ses citoyens, leur vision et leur détermination dans le développement du système de défense aérienne face aux nombreux obstacles et difficultés, et leur contribution au renforcement de la réputation  technologique d'Israël, source de fierté pour les communautés juives à travers le monde.

Bereshit: quand le ciel n'est plus une limite

A la fin de l'année 2010 Yariv Bash, alors étudiant de maîtrise en ingénierie électronique à l'Université de Tel-Aviv annonça sur Facebook sa décision de s'inscrire à une compétition organisée par Google, ayant pour but le lancement d'un satellite non-habité sur la lune. Il a été rejoint par Kfir Damari, ingénieur en communication, ancien enseignant de l'UTA et Yonatan Winetraub, diplômé de l'Ecole d'ingénierie. Ensemble, les trois jeunes ont fondé SpaceIL, organisation à but non lucratif qui a développé Bereshit, première sonde spatiale privée au monde, lancée vers la lune le 21 février 2019. Grâce à eux l'État d'Israël a rejoint la liste des pays leaders dans le monde à avoir lancé un satellite vers la lune.

SpaceIL4Les trois fondateurs de SpaceIL ont reçu en mai 2019 la médaille du Président de l'Université de Tel-Aviv en reconnaissance de leur succès à placer Israël sur la carte de l’exploration de l’espace et de la fierté qu’ils ont suscitée chez des millions de personnes; pour leurs programmes éducatifs encourageant les jeunes Israéliens à se tourner vers la science et la technologie; et pour leur contribution à placer Israël comme centre mondial exceptionnel de l'innovation.

Un cœur humain en 3D

Enfin, les chercheurs du laboratoire du Prof. Tal Dvir, affilié à trois unités de recherche de l'Université de Tel-Aviv : l'Ecole de biologie cellulaire moléculaire et de biotechnologie de la Faculté des sciences de la vie, le Département de génie des matériaux de la Faculté d'ingénierie et le Centre de recherche pour la biotechnologie régénérative, ont réussi, pour la première fois au monde, à utiliser une imprimante 3D pour imprimer un cœur vivant à partir de tissus prélevés sur un patient. 

Pour réaliser l'étude, ils ont séparé les cellules graisseuses du collagène extracellulaire qui soutient le tissu, puis, ils les ont transformées en cellules souches, à partir desquelles ils ont fabriqué des cellules du muscle cardiaque et des cellules vasculaires. En parallèle, ils ont créé à partir du collagène une sorte ‘d’encre’ pour permettre l’impression. Ils ont ensuite alimenté avec tous ces matériaux une imprimante en 3D, qui a reproduit un cœur humain conformément à des images obtenues par IRM et par tomographie.

Les chercheurs travaillent à présent à la maturation de ce cœur jusqu'à ce que les cellules deviennent adultes, capables de communiquer entre elles par des signaux électriques et de fonctionner avec une efficacité maximale. Produit à partir des propres tissus du patient, ce cœur imprimé ne risquera pas d'être rejeté par son système immunitaire. D'après les chercheurs, la méthode convient pour tous les organes susceptibles d’être greffés, et ouvre la voie à des technologies futures qui permettront de remplacer totalement les dons d'organes.

 

Coeur2

 

Voir l'article du Times of Israel

j'aime:

Les diplômés de l'Université de Tel-Aviv à la conquête de l'économie israélienne en 2019

Au cours d'une réunion exceptionnelle, le Prof. Ariel Porat, Président de l'Université de Tel-Aviv a réuni les diplômé(e)s de l'UTA nommés à des postes clé de l'économie israélienne en 2019. A la réunion, ont participé Sigalit Ben Hayoun, Directrice de l'Organisation des Diplômés de l'UTA, le Vice-président de l'université pour les relations extérieures, Amos Elad, ainsi que Me Avi Himi, nouveau Président du Barreau israélien, Omer Unger, PDG de MasterCard Israel, Michael Meisner, nouveau PDG de la société des chemins de fer d'Israël et une quinzaine d'autres diplômés de l'UTA qui ont réalisé une percée fulgurante dans leur carrière en 2019.

Forum 2019Le Président de l'Université de Tel-Aviv, le Prof. Ariel Porat, a accueilli le 31 décembre 2019 dans son bureau des hauts dirigeants de l'économie israélienne nommés en 2019, tous diplômés de l'UTA pour la première rencontre de ce type.

"2019 a été une année particulièrement fructueuse, et nous a fourni toute une gamme de diplômé(e)s dans tous les secteurs de l'économie, de la banque aux services publics, en passant par les associations à but non lucratif, la haute technologie, la culture et l'art", a noté Sigalit Ben Hayoun.

Des défis importants

Le Prof. Porat, lui-même diplômé de la Faculté de droit, qui est entré en fonction l'année dernière, a déclaré que l’université souhaitait par cette réunion exprimer son estime et son appréciation pour les succès de ses anciens étudiants. Il a relevé l'importance des postes qu'ils occupent, et a déclaré que la diversité des fonctions représentées dans ce forum reflétait l'un des objectifs de l'université : la multidisciplinarité: "Nous verrons de plus en plus éclore des centres multidisciplinaires qui relient des disciplines que, par le passé, nous ne pensions pas pouvoir se connecter les unes aux autres". Il a également évoqué la diversité des 2 500 membres du personnel académique de l'UTA, notant que, même si seuls trois d'entre eux sont issus de la communauté arabe, il s'efforcera désormais de rectifier cette situation.

Certains participants au forum ont relevé l'importance des défis auxquels ils se trouvent confrontés dans le cadre de leurs nouvelles fonctions, au cœur du discours public et médiatique.

Me Avi Himi, nouveau Président du Barreau, a relevé que: "les défis auxquels est aujourd'hui confronté le Barreau israélien sont énormes. Nous devons stabiliser le système, restaurer la confiance que lui porte les avocats, de même que changer l'ADN de la profession, et faire le tout humblement. Nous devons également faire face à des questions juridiques délicates: la question de l'État de droit est liée à celle de la démocratie et nous devons donc agir avec retenue. La situation est très complexe et problématique". S'adressant au Président de l'université, il a relevé que : " Nous n'entendons pas assez la voix de l'Académie. Il y a des problèmes sur lesquels elle doit exprimer son point de vue".

Le nouveau directeur des chemins de fer israélien, Michael Meissner, a relevé qu'il assume à présent un rôle stimulant sur plusieurs fronts clés: relations de travail, forte augmentation de la demande et mise en œuvre de nouvelles technologies.

Le PDG de la Bank Massad, Gabriel Teitel a expliqué que sa banque dessert principalement les enseignants et étudiants des écoles de formation des maitres, essentiellement des femmes, a-t-il relevé. Il a révélé qu'au cours de ses nombreuses visites sur le terrain, il a été impressionné par le statut problématique des enseignants dans les écoles israéliennes: "Dans le secteur arabe, l'enseignant est considéré comme un demi-dieu. Il est impossible de comparer son statut à celui des enseignants à Tel-Aviv".

Liad Agmon, fondateur de la société Dynamic Yield, qui a été vendue à McDonald's pour 300 millions de dollars, est à présent CEO de la société, devenue une filiale du géant du hamburger. Il rappelle avec grand plaisir qu'il a commencé ses études à la Faculté des sciences exactes, puis à l'Ecole de Film et télévision Steve Tish de l'UTA, où il a rencontré le réalisateur Avi Nesher, avec qui il a réalisé le film Au bout du monde à gauche (Sof HaOlam smola).

 

Voici la liste des diplômés de l'UTA ayant participé au forum:

 

Me Avi Himi - Président du Barreau, diplômé de la Faculté de droit.

Me Romy Knebel – Directrice du Barreau pour le secteur centre du pays, diplômée de la Faculté de droit.

Ran Hailpern – chef de la municipalité de Hod Hasharon, diplômé des Facultés de gestion, de droit et Lettres et sciences humaines.

Le Général de Brigade Ifat Yerushalmi Tomer - Conseillère du chef d'Etat-major de Tsahal pour les questions d'équité entre les sexes, diplômée de la Faculté de droit

Moti Elmaliach - PDG de Telrad, diplômé des Facultés des Lettres et sciences humaines et gestion

Omer Unger - PDG de MasterCard Israël, diplômé de la Faculté de gestion.

Michael Meisner - PDG des Chemins de fer d'Israël, diplômé de la Faculté de gestion

Liad Agmon - Fondateur de Dynamic Yield vendue à McDonalds, diplômé de la Faculté des sciences exactes et de l'École de cinéma de la Faculté des Arts.

Udi Carmeli - Ingénieur municipal de la ville de Tel Aviv-Jaffa, diplômé de l'École d'architecture de la Faculté des Arts.

Shir Goldberg - Directrice artistique du Théâtre de Beer Sheva, diplômée de la Faculté des Arts.

Chaim Mesilati - Président de l'Association des évaluateurs immobiliers d'Israël, diplômé des Facultés des sciences humaines et des sciences sociales

Ora Korazim - Présidente de WIZO Israël, diplômée de la Faculté des sciences sociales.

Gabriel Teitel - PDG de la Bank Massad, diplômé de la Faculté des sciences sociales.

Dr. Dganit Pikovsky-Haberman - Vice-présidente de la Fédération mondiale d'astronautique, diplômée de l'École de science politique, service public et relations internationales de la Faculté des sciences sociales.

Dr. Ziv Rosenbaum - Directeur du Centre médical Emek, diplômé de la Faculté de médecine.

Dr. Hagi Amir, Directeur Général de l’hôpital Levinstein, diplômé des Facultés de médecine et de gestion.

Noga Albalach, Directrice Générale des éditions HaKibboutz Hameouhad, diplômée des Facultés des Sciences exactes, sciences sociales, et Lettres et sciences humaines.

 

Photo: Yael Tzur

j'aime: