Slide background
Slide background
Slide background

nov1

A LA UNE

Les dernières nouvelles de l'Université de Tel-Aviv


events

EVENEMENTS

Aucun événement

video

VIDEOS

vid1

semel uni2

SOUTENIR L’UNIVERSITÉ

Soutenez la recherche et les étudiants


12 chercheurs de l'Université de Tel-Aviv ont obtenu des subventions du Conseil européen de la recherche

Les-chercheurs-israéliens-plébiscités-par-le-Conseil-européen-de-la-recherche 1Israël est au top de la recherche scientifique en Europe et l'Université de Tel-Aviv à la tête de la recherche en Israël, ainsi pourrait-on résumer les données qui viennent d’être publiées par le Conseil européen de la recherche (C.E.R., plus connu sous son sigle anglais ERC), le programme de subventions le plus prestigieux de l'Union européenne. 25 chercheurs provenant d’universités israéliennes, dont 12 de l’Université de Tel-Aviv ont obtenu chacun des subventions d'un montant d’un à deux millions d'euros sur cinq ans. Israël a été classé au premier rang pour le taux de succès du  passage de l'étape de présélection.
Une reconnaissance au niveau international

« C'est un succès spectaculaire pour nos chercheurs, qui constitue une reconnaissance au niveau international», a déclaré Léa Pais, directrice de l'Autorité de la recherche de l'Université de Tel-Aviv. « Ces chiffres sont vus dans toute l’Europe. Israël a toujours été bien placé, mais cette fois nous avons atteint les taux de réussite les plus élevés ».

Le C.E.R. fait partie intégrante d’«Horizon 2020», le programme pour la recherche et le développement le plus important jamais mis en œuvre par l’Union européenne, doté d'un budget de subventions de 80 millions d'euros pour la période 2014-2020. Dans ce cadre le C.E.R. est chargé du financement de l’excellence scientifique et de l’innovation. Il propose trois types de bourses : le «Starting Grant » pour les jeunes chercheurs entre deux à sept ans après leur doctorat, le «Consolidator Grant » dédié aux chercheurs possédant une expérience de 7 à 12 ans après le doctorat et l’ « Advanced Grant », réservé aux chercheurs confirmés.

L'Université de Tel-Aviv représente 48% de l'ensemble des 25 subventions obtenues par les lauréats du Starting Grant en provenance d'Israël. L’ensemble des universités israéliennes s’est classé à la première place pour le taux de réussite du passage de la présélection, première des deux étapes qui constitue le processus d’évaluation : 47 % des projets sont parvenus au stade de la présentation devant le jury de Bruxelles, et 56% de ceux soumis par l'Université de Tel-Aviv. A titre de comparaison, les pays qui viennent ensuite - les Pays-Bas et la France - ont eu un taux de réussite du passage à la deuxième étape de 36%, le taux de succès moyen des pays européens étant d'environ 26%. Enfin, 35% des 34 propositions soumises par les chercheurs de l'Université de Tel-Aviv ont finalement été financées, contre un taux de réussite moyen en Europe d'environ 10%.

Les résultats du Consolidator Grant seront connus dans les deux mois. 9 propositions  ont été soumises par l’UTA, dont quatre ont été qualifiées pour la deuxième étape. Là aussi, le taux de succès est plus élevé que la moyenne de la Communauté européenne (44% comparativement à une moyenne de 32%). les résultats du programme d' « Advanced Grant» pour les chercheurs confirmés ne sont pas encore connus.

Les 12 chercheurs de l'UTA lauréats des bourses de recherche sont :  Tal Dvir, Irit Gat-Vicks et Pablo Blinder de la Faculté des sciences de la vie, Neta Erez de la Faculté de médecine, Yaron Ostrover, Yiftah Bitner et Shahar Maoz (Informatique), Asaf Shapira, Alex Sodin et Haim Sokhovsky (Mathématiques), Ofer Shayevitz et Benny Applebaum (Ingénierie). 

 

http://siliconwadi.fr/16125/les-chercheurs-israeliens-plebiscites-par-le-conseil-europeen-de-la-recherche

Cet article a été publié sur : http://siliconwadi.fr/ le 16.12.2014 sous le titre : « Les chercheurs israéliens plébiscités par le Conseil européen de la recherche ».

j'aime:

Les soldats juifs pendant la deuxième guerre mondiale – colloque international à l’Université de Tel-Aviv

Un colloque international sur une question jusque-là pratiquement méconnue : « Les soldats juifs pendant la deuxième guerre mondiale », organisé par le Centre Goldstein-Goren de Recherche sur la Diaspora, le Centre Kantor pour la recherche sur le judaïsme européen contemporain et le Musée du soldat juif de Latroun, s’est tenu à l’Université de Tel-Aviv du 8 au 10 décembre.

ww2-3.jpg waL’initiative en revient au Dr. Simha Goldin, directeur du Centre Goldstein-Goren et professeur au Département d'histoire d'Israël de l’UTA, fils d’un soldat juif ayant servi dans l’armée polonaise et père du Lieutenant Adar Goldin, tombé héroïquement pendant l’opération Bordure protectrice en août dernier. Y ont participé des spécialistes de premier plan des grandes universités en Israël et dans le monde, notamment les Prof. Derek Jonathan Penslar de l’Université d’Oxford en Grande-Bretagne, Zvi Gitelman de l’Université du Michigan, Aya Ruzycki de l’Université Umboldt de Berlin, l’historien Oto Luthar, directeur du Centre de recherche scientifique de l’Académie des Sciences de Slovénie, et le Prof. Dina Porat, directrice du Centre Kantor et historienne en chef du Yad Vashem.

Un million et demi de soldats juifs dans les armées alliées, 250 000 morts au combat

Au cours du colloque ont été révélé des chiffres impressionnants sur la participation des Juifs à l’effort de guerre, dans toutes les armées des forces alliées, tous les corps d’armées à tous les niveaux de la hiérarchie militaire. Un million et demi de soldats juifs ont participé aux combats, dont 500 000 dans l’armée américaine et 500 000 dans l'Armée rouge, deux cent cinquante mille y ont perdu la vie, 36000 ont reçu des distinctions militaires de l’armée américaine, 160 000 ont été décorés dans l’Armée russe et 150 ont eu droit au prestigieux titre de Héros de l'Union soviétique.

Rosenfeld Jakob Head Kaminski 1Lors de la session d’ouverture, le Dr. Goldin a annoncé la découverte par le Centre qu’il dirige d’un fond d’archives impressionnant de lettres écrites par des soldats juifs ayant servi dans l'armée russe, qui fourniront la matière première pour une recherche plus avancée sur la contribution des Juifs à l'effort de guerre des Alliés. Le Prof. Aaron Shay, recteur de l’Université, a présenté la figure étonnante de Jacob Rosenfeld, plus connu sous le nom de Général Luo, Juif né en Autriche-Hongrie qui prit la fuite vers le ghetto de Shanghai après l’Anschluss et devint un héros de l’armée communiste chinoise. Enfin le Général Gershon Hacohen a présenté l’héritage des soldats juifs de la deuxième guerre mondiale et son influence sur l’esprit de l’actuelle armée de Défense d’Israël, qu’on pourrait résumer par le chant des Partisans « Ne dis jamais ceci est mon dernier chemin ».

Une "guerre juive"

correspondance wwLors de la conférence inaugurale du colloque, le Prof. Penslar a présenté la seconde guerre mondiale comme une « guerre juive ». Au cours des six sessions du colloque, ont été exposés les aspects concernant la participation des Juifs dans la résistance en Yougoslavie (Prof. Luthar) et en France (Dr. Tsilla Herscho de l’Université Bar-Ilan et Dr. François Ouzan du Centre Goren-Goldstein) ; la littérature et la correspondance comme sources historiques (présentation de la recherche du Centre Goren-Goldstein sur les lettres des soldats pendant la guerre par le Dr. Leonid Smilovitsky, et de la littérature hébraïque de la période par les Dr. Uri Cohen et Raquel Stepak de l’UTA) ; les récits personnels ; les soldats juifs dans l’Armée Rouge, par les Prof. Zvi Gitelman et Aya Ruzycki, et Kiril Feferman du Centre russe sur l’Holocauste ; la scène moyen-orientale, par le Dr. Haim Saadoun (Université ouverte et Institut Ben-Zvi), Astrid Zajdband de l’Université du Sussex et Dr. Anat Granit-Hacohen (UTA). Enfin l’ex-Général de Brigade Zvi Kan-Tor a présenté le nouveau Musée du soldat juif pendant la seconde guerre mondiale situé à Latroun.

Lors de la session de clôture du colloque, les chercheurs (Dr. Tamar Tetko de l’Ecole de formation des enseignants Seminar Hakibbutzim et le Prof. Dina Porat) ont insisté sur l’importance de faire connaître et d’enseigner cet aspect juif de la seconde guerre mondiale, beaucoup moins connu que celui des victimes de l’Holocauste, ou des révoltes et des partisans.  Soixante-dix ans après la fin de la guerre, « il est grand temps de rendre à ce million et demi de soldats juifs des armées alliées l’attention et le respect auxquels ils auraient dû avoir droit depuis longtemps » a conclu le Prof. Porat.

j'aime:

Septième Forum indo-israélien à New-Delhi sous le parrainage de l’Université de Tel-Aviv

Le septième Forum indo-israélien s'est déroulé le 14 décembre à New Delhi sous les auspices de l'Université de Tel-Aviv, avec la participation des grandes sociétés et figures de proue du domaine de l'économie et des affaires en Inde et en Israël.

Septième-Forum-indo-israélien-à-New-Delhi1 1Ce forum de discussion, parrainé pour la septième fois par l'Université de Tel-Aviv, a pour but de promouvoir les partenariats commerciaux, économiques, financiers et universitaires entre les deux pays. Y ont participé des représentants de la Confédération des industries indiennes (CII), la plus grande organisation commerciale du pays, rassemblant plus de 8100 organisations des secteurs public et privé,  et œuvrant en collaboration avec le Gouvernement indien sur les questions liées à l'augmentation de la croissance, et à l'efficacité et la compétitivité de l'industrie indienne. Y étaient présent également des représentants de l'Institut Aspen Ananta pour la promotion du développement et de la sécurité nationale de l'Inde ainsi que des cadres dirigeants des principaux consortiums industriels indiens: le groupe Tata, Nexus Ventures Partners, Godrej et PI Industries Ldt.

Accent sur l'agriculture et le cyber

Du côté israélien, ont participé au Forum de New-Delhi des personnalités dominantes de l'économie et du monde des affaires : Aharon Fogel, président de Zim, Sami Sagol, président des industries Keter, le CEO de Pitango Capital-risque, Aaron Minkowski, le président des industries pharmaceutiques Sun, Israël Makov, et le Dr. Giora Ron, président du conseil de l'Université de Tel-Aviv et président de Itamar Medical Ltd.

Cette année le Forum a mis l'accent sur les partenariats d’affaire et le développement technologique dans les domaines de l'agriculture et du cyber. Une session ouverte aux entrepreneurs indiens du domaine de la technologie a été consacrée à la présentation des innovations israéliennes dans ces branches.

Etaient également présent au Forum le président de l'Université de Tel-Aviv, le professeur Joseph Klafter, ainsi que l'ambassadeur d'Israël en Inde, Daniel Carmon.

 

http://siliconwadi.fr/16120/septieme-forum-indo-israelien-a-new-delhi

Cet article a été publié sur http://siliconwadi.fr/ le 11.12.2014 sous le titre : « Septième forum indo-israélien à New-Delhi »

j'aime:

Un Professeur de l'Université de Tel-Aviv promu vice-président de Google

Le Prof. Yossi Matias de l'Ecole des sciences de l'informatique de l'Université de Tel-Aviv, directeur général du centre de R &D de Google en Israël a été nommé vice-président de Google. Il sera à la tête des efforts de recherche de l'équipe de la société au niveau mondial, tout en continuant de diriger son Centre de R &D en Israël.

matias 225x225«Google a fait de gros progrès depuis les dix liens bleus qui apparaissaient en réponse aux recherches » commente le Prof. Matias. « Nous possédons tous aujourd’hui de puissants Smartphones et attendons d'eux qu'ils nous aident dans toutes les circonstances, que ce soit pour nous indiquer l'itinéraire à suivre pour parvenir à notre destination en un quart d'heure, ou bien l'école qui convient le mieux à nos enfants. En réponse à cela, Google a beaucoup changé. Taper sur un téléphone est lent et inconfortable, aussi maintenant vous pouvez parler à Google et obtenir des réponses à une gamme de plus en plus grande de questions. Mais nous sommes encore loin de l'objectif que nous nous sommes fixés, d'apporter la bonne information au moment précis où vous en avez besoin et sans presque aucun effort »,  a-t-il déclaré. « Mon équipe et moi nous concentrons sur de nouveaux produits et technologies dans ce but ».

Après avoir rejoint Google il ya huit ans pour inaugurer un centre de R & D à Tel-Aviv, le Prof. Matias a fusionné les centres Google de Tel-Aviv et de Haïfa pour former un unique centre stratégique de R & D en Israël, qui a depuis connu une croissance rapide pour inclure plus de 400 ingénieurs. Sous sa direction, le centre R &D de Google Israël a développé des technologies clés dans les domaines de la recherche, de l'analyse des données, de Gmail, de YouTube, et de l'infrastructure de l'Internet, et a même lancé l'initiative de mettre en ligne des collections patrimoniales à travers le monde.

 

Assumer les grands défis

Le Prof. Matias a également contribué à la fondation du Campus Tel-Aviv de Google, plaque tournante technologique visant à fournir un soutien à la prochaine génération des entrepreneurs high-tech israéliens. « Depuis plusieurs années, mon équipe et moi avons donné un cours à l'UTA sur l'Informatique en nuage (Cloud) et la programmation Web, dans lequel les élèves développent de nouveaux produits, étudient les nouvelles technologies, et apprennent à bien travailler en équipe," a déclaré le professeur Matias. « Il s'agit de facto d'un cours en entrepreneuriat, combinant le développement technologique et l'innovation avec les opérations dans le monde réel. C'est son succès qui nous a encouragé à fonder le Campus Tel-Aviv de Google et sa forge logicielle ».

En tant qu’enseignant à l'Ecole des sciences de l'informatique de l'Université de Tel-Aviv, le prof. Matias a publié plus de 100 articles de recherche scientifique et technologique, et a plus de 30 brevets déposés à son nom. Il est lauréat du Prix Gödel pour son travail innovant sur les mégadonnées (Big Data), avec le Prof. Noga Alon, également de l'UTA, et le professeur Mario Szegedy, et a été élu membre de l'Association for Computing Machinery (ACM), la plus ancienne association vouée à l'informatique.

«Les rôles de la recherche universitaire et de l'éducation sont plus importants aujourd'hui que jamais, et j'ai eu la chance d'avoir travaillé depuis des années à l'UTA, cadre exceptionnel pour la recherche de pointe avec des équipes universitaires fabuleuses" a-t-il déclaré. «Je reste proche de mes racines universitaires, et ai continué à enseigner divers cours au fil des ans. Je crois très fort dans les avantages de la pollinisation croisée entre une excellente recherche universitaire, l'éducation et l'innovation et le développement technologique. Bien que mon rôle principal soit de diriger le développement de certains de nos produits et technologies mondiales, j'aide également à superviser notre programme de relations universitaires à travers l'Europe et en Israël ».

Selon lui, « il est important d'assumer les grands défis et de se concentrer sur le long terme, à la fois pour la recherche universitaire et pour le développement de la technologie ».

 

http://siliconwadi.fr/16112/google-choisit-un-chercheur-israelien-comme-vice-president

Cet  article est paru sur http://siliconwadi.fr/ le 8.12.2104 sous le titre: "Google choisit un chercheur israélien comme vice-président"

j'aime:

L'Ecole de Gestion de l'Université de Tel-Aviv a obtenu les 5 étoiles du classement SMBG Eduniversal

L'Ecole de Gestion de l'Université de Tel-Aviv a été classée dans la catégorie 5 étoiles du classement SMBG Eduniversal, au même titre que les universités de Harvard et de Yale

recana580-330 1L'Université de Tel-Aviv est de nouveau dans le peloton de tête des universités dans le monde. L'Ecole de Gestion (School of Business Administration)  de la Faculté de gestion Recanati, a obtenu la note maximale de cinq étoiles du classement SMBG Eduniversal des meilleures écoles  d'administration des affaires dans le monde pour l'année 2014, le classement international le plus complet dans le domaine, - ce qui la place au même niveau que des institutions prestigieuses comme Harvard ou Yale. En outre, elle a été classée comme la première école du Moyen-Orient et d’Eurasie. L'enquête incluait 1 000 écoles de commerce dans 154 pays à travers le monde.

  

Un outil de choix pour les étudiants

Le groupe Eduniversal est l’organisme d'évaluation des formations universitaires de l’agence de conseil française SMBG, spécialisée dans  l'enseignement supérieur, dont le but principal est d'offrir aux étudiants un outil leur permettant de choisir entre les écoles de commerce de neuf régions géographiques dans le monde sur les 5 continents. Il réalise deux classements annuels: celui des 1000 meilleures écoles de commerce, et celui des  4000 principaux programmes de maitrise et de MBA  dans 30 domaines différents.

EduniversalLe classement final est effectué par un comité scientifique composé de 11 membres: neuf dans chaque régions géographiques (Afrique, Asie centrale, Europe de l'Est, Eurasie, Moyen-Orient, Extrême-Orient, Amérique latine, Amérique du Nord, Océanie et Europe de l'Ouest) et deux membres de SMBG Eduniversal (le directeur général et le coordinateur international).

L'avis de la profession

Le classement SMBG repose sur 3 critères principaux : la notoriété de la formation, le salaire de sortie et le retour de satisfaction des étudiants. Les institutions sont ensuite classées par étoiles en fonction des points obtenus. En outre, la classement par étoiles prend en compte l’avis de la profession, c’est-à-dire des 1000 recteurs ou directeurs d’école enquêtés. Parmi les 1000 établissements évalués, 100 ont été classé cinq étoiles,  200 quatre étoiles, 400 trois étoiles, 200 deux étoiles et  100 une étoile.

Les écoles de Gestion des universités de Haïfa, Ben Gourion, Bar Ilan et de l'Université hébraïque de Jérusalem ont obtenu trois étoiles et ont été définies comme "d'excellentes écoles au rayonnement international", dépassant ainsi la moitié des écoles de commerce des Etats-Unis.

j'aime: