Slide background
Slide background
Slide background

nov1

A LA UNE

Les dernières nouvelles de l'Université de Tel-Aviv


events

EVENEMENTS

Aucun événement

video

VIDEOS

vid1

semel uni2

SOUTENIR L’UNIVERSITÉ

Soutenez la recherche et les étudiants


Hommage à la mémoire d'Eitam et Naama Helkin, victimes du terrorisme en octobre 2015, à l'Université de Tel-Aviv

Une soirée d'étude a eu lieu hier 8 mai à l'Université de Tel-Aviv à la mémoire d'Eitam Henkin, doctorant de l'Université et de sa femme Naama, tous deux assassinés dans un attentat en Samarie en octobre dernier. L'évènement, organisé par le Centre Goren-Goldstein de recherche sur la Diaspora et le Département d'histoire juive, s'est déroulé en présence des parents d'Eitam, Hana Helkin et le rabbin Yehuda Herzel Helkin, et portait sur Hofetz Haïm, premier ouvrage du rabbin Israël Meir Kagan traitant des lois rabbiniques sur la médisance, son sujet de doctorat.

Eitam-Henkin"Les Départements dans lesquels Eitam étudiait ont décidé de perpétuer sa mémoire et son action à l'Université" explique Simha Goldin, directeur du Centre Goldstein-Goren, lui-même et père du Lieutenant Adar Goldin, tombé pendant l’opération Bordure protectrice en août 2014. "Le choix de Hafetz Chaim [en français: désireux de vivre] nous permet de nous remémorer la manière dont ils vivaient. La génération d'Eytam se caractérise par sa capacité faire plus d'une chose à la fois, à vivre dans plusieurs sociétés en même temps. J'avais moi-même essayé de le faire avec mon épouse en créant un village commun aux laïcs et aux religieux, aux universitaires et non-universitaires en Galilée. La nouvelle génération fait ça beaucoup mieux".

"Une atteinte au monde de l'esprit"

Le Prof. David Assaf, directeur du Département d'histoire juive et directeur de thèse d'Eitam a souligné que le souvenir "non seulement ne disparait pas avec le temps, mais s'approfondit, de même que le sentiment de manque". Relevant que "le meurtre d'Eitam et Naama a marqué le début d'un nouvel Intifada qui n'est pas encore achevé", il a insisté sur "le caractère exemplaire de cette famille".

Le Prof. Benjamin Brown, du Département de pensée juive de l'Université hébraïque de Jérusalem, qui a présenté l'œuvre du Hafetz Haim (devenu le nom éponyme du Rabbin Meir Kagan) a rappelé le potentiel de chercheur d'Eitam, âgé de 30 ans lors de l'attentat, son sens critique et sa conscience historique. Regrettant de son trouver à une soirée à sa mémoire au lieu que d'assister à sa soutenance de thèse, il a souligné que ces attentats sont non seulement une atteinte au corps, "mais aussi au monde de l'esprit".

Hana Henkin a remercié le Dr. Goldin de ses efforts pour perpétuer la mémoire de son fils. "Eitam a trouvé à l'Université de Tel-Aviv un foyer et des personnalités incomparables tant sur le plan intellectuel qu'humain". Rappelant le débat après le meurtre de son fils qui a opposé ceux qui le voyaient en premier lieu comme un historien et ceux qui voulaient le considérer d'abord comme un homme de foi, elle a affirmé qu'il voulait surtout réunir tous les publics :" Eitam pensait que tout homme de Torah devait être aussi un peu historien. Il était surtout contre tout biais intellectuel au service d'une idéologie".

La soirée a également comporté des interventions du Rabbin Yehuda Herzel Henkin, et du Dr. Ben-Tsiyon Klibansky, de l'Ecole des Sciences du judaïsme de l'UTA et la lecture de poèmes de Naama Henkin par Merva Henkin, belle-sœur d'Eitam et Naama.

Le couple, tué au cours d'une fusillade sur son véhicule, a laissé derrière lui 4 enfants, Matan, 9 ans, Nitzan, 7 ans, Eliezer, 4 ans et Itamar, 9 mois, qui étaient avec eux au moment de l'attentat et n'ont pas été blessés.

EitamHenkinfamille

j'aime:

Université de Tel-Aviv: Baisse des incidents antisémites violents et montée de l'antisémitisme institutionnel dans le monde en 2015

D'après le rapport sur l'antisémitisme dans le monde du Centre Kantor pour l'étude du judaïsme contemporain de l'Université de Tel-Aviv publié hier matin,  le nombre des incidents antisémites dans le monde a baissé de 40% en 2015, mais on constate par contre une hausse dramatique des manifestations antisémites verbales et de "l'antisémitisme institutionnel". Le rapport, réalisé en collaboration avec le Congrès juif européen, a été rendu public comme chaque année à la veille du jour de l'Holocauste, lors d'une conférence de presse à l'Université.

Rapport Kantor"Cette année est une année étrange. Les incidents antisémites violents ont diminué dans tous les pays […]. Cependant, ses manifestations orales et visuelles (caricatures, séries télévisées, films) de même que la violence antisémite verbale (vexations, harcèlement, menaces) ont non seulement augmenté mais créent une atmosphère difficile et déplaisante qui va en s'amplifiant, principalement en Europe centrale et occidentale […] Ainsi la baisse de la violence ne compense pas la hausse de toutes les autres formes d'antisémitisme. C'est pourquoi certains Juifs pensent à quitter l'Europe et toute la question de la situation des Juifs reste en suspens" a déclaré le Prof. Dina Porat, directrice du Centre et historienne principale du Yad Vashem.

Une baisse drastique

D'après le rapport, le nombre des incidents antisémites violents dans le monde est passé de 766 en 2014 à 410 en 2015 soit le chiffre le plus bas depuis une décennie. Il faut cependant rappeler que l'année 2014 avait été extrêmement difficile, en particulier en raison de l'opération Bordure protectrice pendant l'été; le nombre d'incidents violents en 2015 est équivalent à celui de 2011, et représente une baisse de 26% seulement par rapport à 2013.

En Allemagne ont été recensés 37 incidents antisémites en 2015 contre 76 en 2014. En Hongrie 8 contre 15; en Belgique seulement 6 contre 30 en 2014, en Suède 2 contre 17. En Australie le nombre d'incidents antisémites a baissé de 30 à 4, en Italie de 23 à 4 et en Afrique du sud de 14 à 4. Par contre au Canada on a enregistré une hausse du nombre des incidents de 20 à 32 et aux Etats-Unis les chiffres sont restés les mêmes, environ 80.

Selon le rapport, la baisse concerne principalement les incidents armés (diminution de 60%) et les incendies (moins 50%). Les cas de violences contre les synagogues ont baissés de 70%, et contre les personnes de 50%. Le plus grands nombres d'incidents répertoriés ont été perpétrés contre des cimetières et des mémoriaux.

RapportKantor2Selon les rédacteurs du rapport, cette tendance s'explique d'abord par l'augmentation massive des mesures de sécurité et de surveillance des institutions juives et non-juives  suite aux attaques de janvier à Paris. Par ailleurs, l'activité de l'extrême-droite, à la fois sur le terrain et sur les réseaux sociaux, s'est focalisée sur la vague d'un million d'immigrants qui, rejoignant les communautés musulmanes déjà présentes en Europe, sont susceptibles de constituer une menace démographique, sociale et culturelle. On a recensé un nombre croissant d'attaques contre des individus musulmans, des centres d'immigrants ont été incendiés et des cimetières et des mosquées profanés.

Enfin, il est possible que les craintes grandissantes en Europe face à la terreur islamique ait généré une plus grande compréhension de la violence que les Juifs et les Israéliens ont endurés pendant ces dernières décennies, et un resserrement des liens entre juifs et chrétiens. Les auteurs rappellent également qu'aucune confrontation militaire, généralement déclencheur de manifestations antisémites, n'a eu lieu en 2015 entre Israël et ses voisins.

Les Juifs de France craignent toujours pour leur avenir

En France, cependant, les chiffres restent élevés. Selon le rapport, les actions et menaces antisémites ont connus une hausse de 84% entre les mois de janvier et mai 2015, suite aux évènements de janvier qui ont provoqué une sorte d'émulation chez les admirateurs des meurtriers. Cette hausse a été suivie d'une baisse significative au cours de l'année, mais il faut souligner que le nombre total d'incidents reste élevé: 400 contre 851 en 2014, et malgré les efforts notables du gouvernement français et des instances juridiques pour combattre l'antisémitisme, ainsi que l'intensification des mesures de sécurité, les Juifs de France craignent toujours pour leur avenir.

Selon le Dr. Moshé Kantor, président du Congrès juif européen, "2015 a été une année difficile pour l'Europe en général et pour la communauté juive en particulier. L'année a débuté dans un bain de sang et de terreur, avec les massacres de Charlie Hebdo et de l'Hyper Cacher à Paris en janvier et s'est terminée de même par le massacre de 130 personnes en novembre de nouveau à Paris".

RapportKantor3"Nous sommes témoins d'une évolution très inquiétante à l'intérieur d'institutions primordiales comme les partis et les organismes politiques majoritaires, les associations d'étudiants et les campus universitaires, qui créent un environnement d'antisémitisme institutionnel […] les évènements récents au sein du Parti travailliste et de l'Union nationale des étudiants britanniques montrent que les Juifs sont une fois de plus pris pour cible, cette fois-ci par les forces soi-disant progressives, qui pérennisent en fait les vues et politiques les plus anciennes et les plus régressives. […]  de plus en plus d'éléments d'extrême-gauche ont beaucoup en commun avec l'extrême-droite, le fascisme et l'intolérance, principalement à l'égard des Juifs" a-t-il ajouté.

Pour combattre les dangers de cet antisémitisme institutionnel, le Dr. Kantor a proposé notamment l'établissement d'une définition universellement acceptée de l'antisémitisme qui pourra être utilisée par les institutions  chargées de faire respecter la loi : "Nous sommes aujourd'hui dans une situation absurde où l'antisémitisme est défini par les antisémites. Nous ne parviendrons pas à les combattre véritablement et à endiguer  cette nouvelle forme insidieuse d'antisémitisme jusqu'à ce que nous le définissions".

j'aime:

L'Université de Tel-Aviv double médaille d'argent aux Olympiades européennes de mathématiques pour Filles

Shira Ben-Dor et Maya Neve, deux lycéennes de l'équipe créée et entrainée à l'Ecole de Mathématiques de l'Université de Tel-Aviv, sont revenues hier dimanche des Olympiades de mathématiques pour Filles (EGMO) qui se tenaient en Roumanie et où elles ont représenté Israël, avec chacune une médaille d'argent.

OlympiadesmathsfillesRésultat impressionnant pour Israël: Shira Ben-Dor et Maya Nave, membres de l'équipe chargée de représenter Israël dans les compétitions internationales, formée par l'École de mathématiques et l'Unité pour la jeunesse en faveur de la science  de l'Université de Tel-Aviv, ont remporté chacune une médaille d'argent aux Olympiades européennes de mathématiques pour filles qui se sont tenues à Busteni en Roumanie.

C'est la première fois qu'Israël participait à cette prestigieuse compétition, dont la structure et le niveau de difficulté sont similaires à ceux des Olympiades internationales de mathématiques et à laquelle ont pris part 147 participantes de 39 pays différents.

Maya Neve, 15 ans, élève de classe de seconde du lycée Leo Baeck de Haïfa, s'est classée à la 21e place, et Shira Ben-Dor, 17 ans, en première au lycée près de l'Université de Jérusalem, à la 37e.

Le concours EGMO a pour but de créer un espace permettant aux femmes et aux jeunes filles de réaliser leur potentiel et de prouver leur talent en mathématiques sur une scène internationale, et les encourager à poursuivre une carrière dans le domaine. La compétition, qui se déroulait pour la cinquième fois, a pris peu à peu de l'ampleur sur le plan mondial, et gagné le soutien d'organisations internationales scientifiques prestigieuses. C'est la première fois qu'une équipe israélienne y participait.

La formation de l'équipe est assurée par le doctorant Lev Radzivilovski. Dan Carmon, un autre doctorant de l'École des sciences mathématiques de l'Université de Tel-Aviv, ainsi que le Prof. Maria Gorelik de l'Institut Weizmann accompagnaient également les participantes.

L'Université de Tel-Aviv pour la jeunesse, en collaboration avec l'École des sciences mathématiques, organise chaque année des olympiades nationales en Israël, et entreprend la formation des équipes destinées à participer aux compétitions internationales dans ce domaine, afin de répondre à la demande des lycéens qui souhaitent élargir leurs horizons dans cette discipline, et de promouvoir l'étude des mathématiques auprès des jeunes Israéliens.

j'aime:

Le Département d'archéologie de l'Université de Tel-Aviv 1er en Israël et parmi les 100 meilleurs du monde

Le Département d'archéologie de l'Université de Tel-Aviv se place au premier rang en Israël et parmi les 100 meilleurs dans le monde  pour l'année 2016 dans le classement international QS (QS World University ranking), qui classe les universités du monde par domaines d'étude et de recherche.
DepartArcheo1

Le Département d'archéologie de l'Université de Tel-Aviv a été classé à la première place des université israéliennes et dans les 100 premières universités mondiales par le QS World University  Ranking, qui classe tous les ans les universités du monde selon les disciplines.

Le Département d'archéologie et des anciennes cultures du Proche-Orient de l'Université de Tel-Aviv est le plus grand et le plus diversifié dans son domaine en Israël. Ses enseignants sont des experts de renommée mondiale et ses étudiants reçoivent une formation extensive qui les met au niveau des meilleures institutions académiques dans le monde et les prépare à s'intégrer professionnellement à tous les secteurs possible de l'archéologie (Autorité des Antiquités d'Israël, musées, tourisme, enseignement  etc…).

Le Département d'archéologie se consacre à  l'enseignement et à la recherche en archéologie de la Terre d'Israël et des cultures de l'ancien Proche-Orient (Egypte, Mésopotamie et Anatolie) de la préhistoire (début de l'homme préhistorique dans la région, il y a un million et demi d'années) à l'époque classique (romaine et byzantine, jusqu'au septième siècle av. JC).  Trois langues anciennes y sont enseignées : l'ancien égyptien, le hittite et l'akkadien. L'accent des programmes d'étude est mis sur l'emplacement central  de la Terre d'Israël, pont entre l'Afrique et l'Euro-Asie de même qu'entre les anciens empires qui ont dominé la région, et son rôle-clé dans les processus évolutifs et culturels essentiels de l'histoire humaine.

Des découvertes d'importance mondiale

Les professeurs du Département mènent des recherches sur les questions les plus centrales dans leurs domaines d'étude, et comptent parmi les plus grands chercheurs du monde dans leur discipline. Les recherches conduites dans le cadre du Département et de l'Institut d'archéologie de l'Université de Tel-Aviv sont basées à la fois sur des fouilles sur le terrain, des études en laboratoire, l'analyse des vestiges trouvés, et le déchiffrement et l'analyse de textes anciens, dans un esprit scientifique critique. Beaucoup des études du Département portent sur des questions pertinentes également pour la vie des hommes du vingt et unième siècle, et de nombreuses découvertes réalisées par ses équipes bénéficient d'une large exposition dans les médias internationaux. Des volontaires et de jeunes archéologues en provenance d'Israël et du monde entier participent à ses fouilles archéologiques.

 Manot 3Parmi les découvertes capitales des chercheurs du Département au cours de ces dernières années, on peut citer des dizaines de restes de textiles du règne de David trouvés sur le site de Timna dans l'Arava, les traces du premier foyer allumé par l'homme dans la Grotte de Qesem à proximité de Tel-Aviv il y a 400 000 ans, un crâne d'humain moderne âgé de 55 mille ans trouvé dans la grotte de Manot en Galilée occidentale révélant l'époque où l'homme moderne a migré de l'Afrique vers l'Europe (en coopération avec l'Université Ben Gourion et l'Autorité des Antiquités d'Israël), un sceau conique en pierre découvert à Tel Bet Shemesh, probablement le plus ancien témoignage de l'histoire de Samson dans le livre des Juges et un trésor de bijoux vieux de 3000 ans à Tel Megiddo.

j'aime:

Le campus de l'Université de Tel-Aviv parmi les 300 nouveaux édifices classés de la ville

Quatre bâtiments du campus de l'Université de Tel-Aviv font partie des quelques 300 édifices emblématiques d'architecture brutaliste en béton inclus dans le nouveau projet de conservation de la ville de Tel-Aviv.

wolfson1Après la ville blanche, la ville grise. La municipalité de Tel-Aviv, à l'initiative de Jérémie Hoffman, directeur du département de la conservation, vient d'établir une liste de 300 bâtiments classés en béton, construits dans les années 50 à 70 dans le style dit brutaliste, forme architecturale issu du modernisme qui connaissait alors un grand succès dans le monde sous l'influence de l'architecte franco-suisse Le Corbusier.

Les quatre bâtiments du Campus de l'Université de Tel-Aviv, construit en grande partie à cette période, inclus dans cette liste sont le bâtiment Wolfson, qui  abrite la Faculté d'Ingénierie, conçu par le célèbre architecte juif américain célèbre Louis Kahn, la Bibliothèque centrale Sourasky construite par les architectes Shulamit Nadler, Michael Nadler et Samuel Bixon, le bâtiment Gilman de la  Faculté des Lettres (Werner Joseph Witkover et Arik Bauman) et le bâtiment Mexico de la Faculté des arts (Dan Eytan et Yitzhak Yashar). Le bâtiment Wolfson est aux yeux d'Hoffman "la façade brutaliste la mieux construite de Tel Aviv". La Bibliothèque Sourasky et le bâtiment Mexico ont valu à leurs architectes le Prix Rokach d'architecture de la ville de Tel-Aviv.

soraskyTel-Aviv avait été classée en 2004 parmi les sites du patrimoine mondial de l'Unesco pour son style Bauhaus. La ville présente en effet une multiplicité des bâtiments de ce type construits dans les années 30 et 40, qui lui ont valu son titre de Ville blanche. L'architecture brutaliste, qui désigne des formes de constructions dures et imposantes en béton et jouissait d'une grande considération dans le monde dans les années 50-70, jouit aujourd'hui d'une moins grande popularité. Il avait cependant été largement adopté dans les années 50 par le jeune Etat, en raison de ses matières premières facilement disponibles et bon marché et de son image de stabilité et de croissance.

Parmi les autres bâtiments importants de la liste, on trouve notamment le Tribunal de Tel-Aviv rue Weizman, l'hôtel Hilton et le lycée Alliance à Ramat-Aviv.

Gilman

Source XNet, Ynet Architecture

Cet article a été publié sur le Blog des Amis de l'Université de Tel-Aviv sur le Times of Israël

j'aime: