Slide background
Slide background
Slide background

nov1

A LA UNE

Les dernières nouvelles de l'Université de Tel-Aviv


events

EVENEMENTS

Aucun événement

video

VIDEOS

vid1

semel uni2

SOUTENIR L’UNIVERSITÉ

Soutenez la recherche et les étudiants


Don exceptionnel de l'homme d'affaires britannique Jeremy Coller à la Faculté de Gestion de l'Université de Tel-Aviv

L'homme d'affaire et philanthrope britannique Jeremy Coller a effectué un don exceptionnel de 50 millions de dollars destiné à la promotion de la recherche et au développement des programmes d'enseignement de la Faculté de Gestion de l'Université de Tel-Aviv, qui deviendra dorénavant la "Faculté de Gestion Coller". C'est la plus grande donation jamais reçue par l'Université, et elle sera répartie sur les 16 prochaines années.

CollerZviranKlafterYaronLe programme de MBA, fondé par la famille Recanati, continuera de fonctionner au sein de la Faculté de gestion et de porter le nom "Recanati" de même que le bâtiment actuel de la Faculté.

Jeremy Coller est le fondateur de "Coller Capital", l'un des leaders mondiaux des fonds d'investissement secondaires (qui fournissent des liquidités aux investisseurs en capital investissement). Il est à l'origine de l'Institut Coller d'entrepreneuriat et d'innovation de la Faculté de gestion de l'Université de Tel-Aviv créé il y a quelques années. En 2012 l'Université lui a décerné le titre de Docteur honorifique en reconnaissance de son travail sur le marché du capital global, de son caractère d'entrepreneur clairvoyant, sa vision du développement du marché du capital-investissement et sa contribution à l'enseignement et la recherche axés sur l'innovation et l'entreprenariat comme moyen de renforcer l'économie.

Maintenir la Faculté au premier rang des écoles de commerce dans le monde

Le Prof. Joseph Klafter, président de l'Université de Tel Aviv, a souligné l'importance de cette contribution pour la Faculté et l'Université : «Les changements dans le domaine de la gestion dans un monde global dynamique et technologique nous obligent, en tant que première université de recherche en Israël, à nous situer à la pointe de la recherche mondiale dans ce domaine, pour former la prochaine génération qui constituera l'épine dorsale dirigeante de la gestion en Israël. La contribution de Jeremy Coller est d'une grande importance et nous aidera à tirer parti du travail diversifié et de qualité effectué dans le domaine de la recherche et de l'enseignement à la Faculté de gestion. Nous sommes reconnaissants à M. Coller de reconnaître l'importance de la recherche et de l'enseignement de la gestion, et de l'expression de sa confiance dans nos chercheurs. Sa donation extraordinaire nous permettra de continuer de promouvoir la Faculté pour la maintenir au premier rang des écoles de commerce dans le monde ".

Leon-RecanatiLeon Recanati, président de la Fondation Yahel de la famille Recanati, partenaire actif de la Faculté de gestion de l'Université de Tel-Aviv depuis de nombreuses années, a transmis les félicitations de la famille Recanati: «Reconnaissant l'importance des études d'administration des affaires en Israël, nous avons été partenaires de la mise en place de son programme de MBA (Graduate School of Business Administration), qui fête ces jours-ci sa cinquantième année, et sommes restés actifs dans sa direction et son développement depuis sa création. Nous saluons cette contribution, qui est un tremplin important pour le développement de la recherche et des études de gestion pour les années à venir, et pour l'acquisition de la formation la plus avancée possible pour la future génération de gestionnaires ».

Le Prof. Zviran, doyen de la Faculté de gestion de l'Université de Tel Aviv, a noté que la contribution de M. Coller constitue le summum de la dynamique du développement de la Faculté au cours des dernières années : "elle nous permettra d'effectuer un bond en avant significatif dans la consolidation de nos nombreuses réalisations dans les domaines de la recherche et de l'enseignement et de promouvoir la réputation de la faculté et sa position de leader en Israël et dans monde. Grâce à cette donation, nous pourrons poursuivre le projet de rapatriement des cerveaux que nous avons entrepris il y a environ une décennie, dans le cadre duquel nous avons déjà absorbé dans la Faculté des dizaines de chercheurs israéliens et étrangers en provenance des grandes universités de l'étranger ».

recanatiLe résutat de la mise en oeuvre des valeurs d'innovation et d'entreprenariat

Pour le Prof. Zviran, la décision de Jeremy Coller est le résultat de la mise en œuvre des valeurs d'innovation et d'entrepreneuriat dans l'ensemble des activités de recherche et d'étude de la Faculté, en fonction desquelles ses programmes d'études sont sans cesse étendus et adaptés aux processus et aux tendances de pointe : "Cette année nous avons lancé de nouvelles spécialisations en MA dans les domaines des Big Data et de l'informatique décisionnelle, de la gestion globale et de la gestion immobilière. En outre, nous avons effectué une révision complète du programme de licence et là aussi nous allons lancer pour  l'année universitaire à venir des spécialisations en Big Data, gestion financière, marché financier etc. Ces changements se reflètent dans la hausse constante du nombre d'étudiants qui s'inscrivent à la Faculté. Nous avons de même entrepris la construction d'un bâtiment supplémentaire qui sera achevé d'ici trois ans, grâce à la contribution de Lorry Lokey ".

 

Sur la photo, de gauche à droite: le Prof. Moshé Zviran, doyen de la Faculté de Gestion, le Dr. Giora Yaron, président du Conseil exécutif de l'Université de Tel-Aviv, Jeremy Coller, Le Prof. Joseph Klafter, président de l'Université de Tel-Aviv.

Sur la photo-portrait: Léon Récanati.

j'aime:

Le réalisateur du film aux 5 oscars The Artist au Festival du film d'étudiants de l'Université de Tel-Aviv

Le metteur en scène de L'Artiste et OSS 117, Michel Hazanavicius, était en Israël du 9 au 11 juin à l'occasion de la 30e année du Festival International du Film d'étudiants de Tel-Aviv, l'un des trois plus importants du monde dans sa catégorie. Au cours de son séjour, accompli à l'initiative de l'Association des Amis francophones de l'Université de Tel-Aviv et de sa directrice, Agnès Goldman, le réalisateur a assisté à la cérémonie d'ouverture du Festival (à cent mètres de l'endroit où 4 personnes ont trouvé la mort dans un attentat terroriste 24heures plus tôt), répondu aux questions du public après la projection de ses films à la Cinémathèque, donné un master class pour les étudiants et visité le campus de l'Université.

IMG 8845Réalisateur, scénariste et producteur français juif d'origine lituanienne, Michel Hazanavicius est connu du grand public pour la réalisation de deux parodies de film d'espionnage avec Jean Dujardin (OSS 117: Le Caire nid d'espions et OSS 117: Rio ne répond plus), et la mise en scène du film muet en noir et blanc The Artist, qui a remporté l'oscar du meilleur film en 2012.

"Le cinéma muet est mort trop vite"

Au cours du master class, animé par le critique de films Avner Shavit, il a pu dialoguer avec 70 à 80 étudiants israéliens, avides de connaitre ses conceptions du tournage et de recevoir ses conseils professionnels. Le thème choisi: "Du cinéma classique au cinéma moderne", a bien sûr amené les débats sur The Artist : "Le cinéma muet est mort trop vite. Dans les années 20 les films muets avaient atteint un niveau de sophistication élevé, mais la survenue rapide du cinéma parlant a causé sa disparition prématurée. Le tournage de l'Artiste a été pour moi un apprentissage qui a changé mon approche en mettant l'accent sur le visuel, et m'aide pour les films que je tourne à présent" a dit le réalisateur.

IMG 9120Selon Michel Hazanavicius, le travail du scénariste lors de l'écriture du script d'un film muet est très spécifique: " Le langage du muet est différent. Le scénariste possède uniquement des images pour construire la narration". De même, les acteurs doivent faire entièrement confiance au metteur en scène. Le réalisateur affirme également qu'il n'a pas forcément recherché l'exactitude des objets ou du cadre pour reconstruire la période du film :"Pour cela je fais confiance au public, j'ai plutôt cherché à recréer la manière dont les films était tournés".

Il dit encore aimer les comédies: "C'est à mon avis un genre très noble. Je suis très heureux quand les gens rient. Ce n'est pas forcément plus difficile ou plus facile de réussir une comédie plutôt qu'un drame. Cela doit venir naturellement, quand on essaie trop de comprendre comment ça marche, ça ne marche plus". Et s'il avait eu la possibilité d'être quelqu'un d'autre ? Il choisit le réalisateur juif américain de comédies et films noirs Billy Wilder, "parce qu'il aimait les gens avec tout ce qu'ils ont de mal".

"Ne vous jugez pas, tellement de gens vont le faire pour vous"

A la demande des étudiants, il décrit également la manière dont il travaille: "Pour écrire un script, je prends des notes pendant deux mois; j'obtiens alors une série de séquences qui s'organisent entre elles, ensuite l'écriture va très vite"; l'importance des divers éléments : "Tout est important, le script, le montage, le tournage, les acteurs, l'égo des acteurs…Les acteurs sont le premier contact avec le public. Un acteur doit prendre du plaisir et avoir une pleine confiance en lui". Et le chien de L'Artiste ? "Le chien n'est pas un acteur. Il n'a pas lu le script. Les animaux sont comme les enfants. Ils expriment quelque chose sans le savoir".

IMG 9044Père de 4 enfants et marié à Bérénice Bejo, l'actrice principale de L'Artiste, Michel Hazanavicius n'a pas lui-même fréquenté d'école de cinéma. Après avoir étudié les arts plastiques, il a commencé sa carrière à Canal+ en écrivant pour Les Nuls. Son principal conseil aux étudiants : "Ne vous jugez pas, tellement de gens vont le faire pour vous. Soyez patients, un jour vous ferez un bon film".

Le Festival International du Film d'Etudiants de Tel-Aviv, qui se déroule en ce moment et jusqu'au 16 juin, a été fondé en 1986 par des étudiants du Département de cinéma et de télévision de l'Université de Tel Aviv, aujourd'hui Ecole de Cinéma et Télévision Steve Tisch. Il est à présent réalisé en collaboration avec la mairie de Tel-Aviv, et constitue la scène principale de la jeune génération du cinéma en Israël et une vitrine internationale pour les cinéastes débutants dans le monde. Près de 100 films d'étudiants de 50 pays différents participent cette année aux diverses compétitions.

"Cette soirée de création entièrement produite par les étudiants de l'Université de Tel-Aviv à laquelle participent des écoles de cinéma du monde entier est une réponse au boycott" a relevé le Prof. Joseph Klafter, président de l'Université, lors de la soirée d'ouverture du Festival, Place Givon à Tel-Aviv, à cent mètres du marché couvert de Sarona, où 4 personnes ont été assassinées dans un attentat terroriste 24 heures plus tôt.

Les gagnants du concours seront annoncés lors de la cérémonie de clôture de l'événement le 16 juin.

Les autres invités d'honneur du Festival comprenaient le réalisateur américain David Gordon Green (George Washington), le producteur canadien Robert Lantos, le réalisateur autrichien Goetz Spielmann, le réalisateur portugais Joao Pedro Rodriguez, l'autrichienne Monika Willi, monteuse des films de Michael Haneke et l'américaine Claire Atherton, monteuse des films de Chantal Ackerman.

IMG 9071

 

Sur la photo du haut, de gauche à droite: Agnès Goldman, déléguée de l'Association des Amis francophones de l'Université de Tel-Aviv, Michel Hazanavicius, le Prof. Joseph Klafter, président de l'Université de Tel-Aviv et son épouse.

Sur la photo du bas, de gauche à droite: Bertrand Le Delezir, attaché attaché audiovisuel à l'Institut français de Tel-Aviv, Michel Hazanavicius, Ilana Papo, directrice des relations extérieures de l'Université de Tel-Aviv pour les pays francophones.

Crédit: Hanah Corcos.

 

j'aime:

Manuel Valls à l'Université de Tel-Aviv : " L'invitation à la coopération universitaire est la meilleure réponse au boycott d'Israël"

Le Premier Ministre français, Manuel Valls était hier dimanche 22 mai à l'Université de Tel-Aviv, à l'occasion du 60e anniversaire de l'Université. Il y a reçu la médaille Georges Wise,  la plus haute distinction de l'UTA, des mains du Prof. Joseph Klafter, président de l'Université, du Prof. Jacob Frenkel, président du Conseil des Gouverneurs et du Prof. François Heilbronn, président de l'Association des Amis français de l'Université, en présence de l'ambassadeur de France en Israël, Patrick Maisonnave et de l'ambassadrice d'Israël en France, Aliza Bin Nun. Après un discours dans lequel il a vivement dénoncé le mouvement de boycott contre Israël, le Premier ministre, à la tête d'une importante délégation officielle, dont  la ministre de la Culture Audrey Azoulay, a dialogué avec une dizaine d'étudiants de l'Université.

Valls1Faisaient également partie de la délégation de nombreux députés et élus français, des représentants des organisations juives ainsi que Serge et Baete Klarsfeld, qui ont consacré leur vie à la poursuite des anciens criminels nazis.

Rappelant les mesures prises en France par le Premier Ministre contre le racisme et l'antisémitisme, le Prof. François Heilbronn a souligné que Manuel Valls était "un vrai ami d'Israël, à l'encontre de ceux qui, après avoir été élus oublient qu'ils l'ont été".

"L'Université de Tel-Aviv est le pont scientifique majeur entre la France et Israel"

Le Prof. Jacob Frenkel  a déclaré que l'Université était très  honorée de la visite du Premier Ministre, "qui reflète les liens de longue durée en Israël et la France et général, et l'Université de Tel-Aviv et les universités françaises en particulier. Nous vous admirons pour votre courage et vos principes, et vous remercions pour votre lutte contre l'antisémitisme et le boycott d'Israël, et votre soutien aux Juifs de France", a-t-il ajouté. " A l'Université de Tel-Aviv, nous croyons dans l'excellence, la tolérance, l'ouverture, l'innovation, le dialogue, et ce sont également les valeurs de la France".

Le Prof. Joseph Klafter, a  de plus mis en garde contre les nuages orageux qui se font jour en Europe, relevant que la France a connu ces dernières années une recrudescence des sentiments antisémites et anti-israéliens.

La médaille George Wise a  été remise au Premier ministre français "en reconnaissance de son rôle exemplaire de dirigeant et d'homme d'État, de sa détermination courageuse pour lutter contre les manifestations de l'antisémitisme et du racisme en France, y compris sa dénonciation publique du phénomène de l'antisionisme comme nouvelle forme d'antisémitisme, pour son rôle dans la promotion des relations franco-israéliennes et ses sentiments chaleureux d'amitié envers Israël et le peuple juif".

Manuel Valls s'est pour sa part déclaré ému et honoré de l'attribution de cette médaille. Il a insisté sur la coopération scientifique et culturelle entre les deux pays, et le rôle central de l'UTA à cet égard, qui trouve son expression dans ses liens privilégiés avec une série d'institutions universitaires françaises, comme Sciences Po, la Sorbonne ou Polytechnique. Il a souligné leurs valeurs communes, en particulier l'indépendance de l'Académie : "En me remettant cette médaille, vous saluez la France et la coopération entre votre université et les centres universitaires français. L'Université de Tel-Aviv est le pont scientifique majeur entre la France et Israël. Nous avons beaucoup à apprendre de votre université. Votre approche interdisciplinaire, votre volonté  de promouvoir l'innovation et les liens entre la recherche et l'industrie constituent pour nous une source d'inspiration".

"Quand on s'attaque aux Juifs, on s'attaque à la France et à la civilisation"

Il a par ailleurs vivement critiqué le mouvement de boycott contre Israël : "Je formule le vœu que la coopération se renforce entre les professeurs, les chercheurs et les étudiants de nos deux pays. Cette invitation constitue la plus forte et la plus sincère des réponses à ceux qui prônent le boycott. Comment peut-on se dire démocrate et éclairé et en même temps appeler au boycott de la culture et de l'éducation ? Boycotter c'est couper les ponts, alors que les nations doivent se parler et dialoguer. Derrière le boycott il y a la détestation de l'Etat d'Israël et la haine des Juifs dans leur ensemble. La France ne cessera jamais de se battre pour le droit d'Israël à l'existence et à la sécurité".

A la veille de sa réunion prévue aujourd'hui  avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu, il a déclaré que son rôle était de mener un sincère dialogue avec Israël et encourager le dialogue entre elle et les Palestiniens. "Il n'y aura jamais de paix sans négociations. La France s'engage pleinement à une solution durable équitable pour les deux parties". Selon lui les stratégies de paix aujourd'hui au Moyen-Orient doivent s'appuyer sur l'éducation, la recherche et les liens économiques. La France et l'Europe sont en mesure d'accompagner Israël dans ce processus.

"Ce retour à l'université restera pour moi un souvenir émouvant, témoignage de cette belle relation entre nos deux pays, et reconnaissance de mon combat personnel, le combat d'une vie contre l'antisémitisme. Quand on s'attaque aux Juifs, on s'attaque à la France et à la civilisation" a-t-il conclu. 

 

Sur la photo de gauche à droite: François Heilbronn, président des Amis français de l'Université de Tel-Aviv, le Prof. Joseph Klafter, président de l'Université de Tel-Aviv, le Prof. Jacob Frenkel, président du Conseil des Gouverneurs de l'Université, et le Premier ministre français, Manuel Valls. (Crédit Assaf Shilo)

Cet article a été publié sur http://coolisrael.fr/ sous le titre: "A l'Université de Tel-Aviv, Manuel Valls invite à la coopération franco-Israélienne"

j'aime:

Université de Tel-Aviv : Inauguration du Centre Blavatnik pour la découverte de médicaments

Le centre Blavatnik pour la découverte de médicaments a été inauguré le 18 mai 2016 à l’Université de Tel-Aviv, dans le cadre des festivités du Conseil des gouverneurs, en la présence de l’industriel et philanthrope américain Len Blavatnik  et d’Avi Fischer, PDG de Clal Industries. Le Centre de développement innovant a pour but de constituer le chaînon manquant entre le laboratoire et l’industrie afin d’accélérer le processus de transformation des découvertes scientifique en médicaments. C’est le 5e centre de recherche établi sur le campus de l’Université de Tel-Aviv grâce à la Fondation Blavatnik.

BlavatnickMedic1"Le développement d'un nouveau médicament est un processus long et complexe, qui implique des coûts élevés", explique le Prof. Ehud Gazit du Département de microbiologie moléculaire et de biotechnologie du Département des sciences et ingénie des matériaux de l'Université de Tel Aviv, initiateur et directeur académique u Centre. "De nombreuses découvertes importantes, qui pourraient servir de base au développement de nouveaux médicaments pour diverses maladies, se font régulièrement dans les excellents laboratoires de tout le campus ou dans d'autres institutions de recherche à travers le pays. Mais la plupart restent cantonnées dans les milieux universitaires, et ne parviennent pas à voir le jour dans le monde de la recherche appliquée. Nos chercheurs n'ont pas les capacités de financement, d'équipement, de logistique et ni les partenariats scientifiques nécessaires pour les faire avancer. Telle est précisément la mission du nouveau Centre Blavatnik pour la découverte de médicaments. Pour moi comme pour beaucoup de mes collègues, c'est la locomotive que nous attendions depuis nombreuses années. Un rêve qui devient réalité ".

Economiser des années de R&D

Ludmila"Le développement de médicaments est un apport très important du monde universitaire à la société", explique la directrice du nouveau centre, le Dr. Ludmila Buzhansky. "Nous espérons vivement que notre travail permettra d'enrichir le réservoir mondial de médicaments potentiels. Presque tous les chercheurs que je connais ont une idée dans un tiroir qu'ils rêvent de développer et de transformer en médicament. Des idées novatrices de ce type proviennent de tous les domaines des sciences de la vie, des sciences appliquées, de l'ingénierie et de la médecine, et certaines sont vraiment brillantes, mais jusqu'à présent elles restent dans les tiroirs ".

Selon le Dr. Buzhansky, la mission du centre Blavatnik sera de développer ces premières découvertes, et de les faire avancer jusqu'au point où elles pourront être proposées à des entreprises de l'industrie pharmaceutique. "Il s'agit d'un nouveau domaine scientifique, appelée la science translationnelle, qui vise à traduire de la recherche fondamentale en recherche appliquée. Dans certains cas, notre travail peut éviter à une entreprise commerciale plusieurs années de recherche et de développement ", conclut-elle.

Le Centre Blavatnik offrira aux chercheurs une mine de connaissances multidisciplinaires, d'infrastructures, de laboratoires et de technologies réunis sous un même toit. Il s'agit d'un centre ultra-moderne, qui s'étend sur une superficie de 300 mètres carrés, et comprend trois unités scientifiques qui se complètent mutuellement: une unité de développement de médicaments assisté par ordinateur, dirigée par le Dr. Hamutal Engel, une section biologique menée par le Dr. Eddy Pitchinuk et une division de médecine chimique médicale conduite par le Dr. Avi Raveh.

HaimWolfsonTester des milliards de molécules

"De nos jours, l'utilisation de l'informatique est un aspect essentiel du développement des médicaments", explique le Prof. Haïm Wolfson de l'Ecole d'informatique de l'Université de Tel-Aviv, directeur académique de l'unité de développement de médicaments assisté par ordinateur. "Nous développons des algorithmes et construisons des modèles informatiques de nouveaux médicaments. Nous sommes ainsi en mesure de tester l'efficacité d'innombrables molécules. Les tests réalisés par ordinateur peuvent remplacer ceux effectués en laboratoire dans des proportions inimaginables, économisant parfois des milliers, voire des millions d'années. Ils nous permettent de réduire les milliards de possibilités à 20 en tout, permettant à nos collègues du laboratoire biologique de tester les molécules recommandées grâce à des équipements et des méthodes sophistiqués".

Le directeur de l'unité biologique, le Prof. Miguel Weil du Département de recherche sur les cellules et d'immunologie de l'Université de Tel-Aviv, explique à son tour: "Nous produisons des systèmes cellulaires qui simulent la maladie, examinons le comportement des cellules et des gènes, puis vérifions l'efficacité des traitements potentiels. Au nouveau centre, nous utilisons une technologie de scanner innovante dite HTS: des robots scannent systématiquement des milliers de médicaments potentiels chaque jour. Nos recherches se concentrent sur les maladies génétiques, y compris les maladies orphelines et les maladies de neuro-dégénérescence du système nerveux. Dans l'avenir, nous espérons nous occuper également du cancer".

La Fondation Blavatnik - 5 centres sur le campus de l'UTA

Le Centre Blavatnik de découverte de médicaments est l'un des cinq centres de recherche établis à l'Université de Tel Aviv dans le cadre de 'l'initiative Blavatnik' de la Fondation de la famille Blavatnik.

BlavatnikMedic2"Je suis heureux de renforcer les liens existants entre la Fondation Blavatnik et l'Université de Tel Aviv par cette importante initiative, qui servira les intérêts communs de l'université et la communauté scientifique en Israël et dans le monde", a déclaré Len Blavatnik, à l'occasion de l'inauguration.

Avi Fischer, Président Directeur Général de Clal Industries, a affirmé être fiers de prendre part cette initiative "par laquelle l'Université de Tel-Aviv, grâce au soutien de la Fondation de la famille Blavatnik, inaugure aujourd'hui un centre premier en son genre pour le développement de médicaments, qui la place aux côtés d'institutions académiques leaders mondiaux tels que Harvard, MIT et Oxford. Je suis sûr que le Centre permettra d'approfondir les connaissances scientifiques et contribuera grandement à l'industrie et à l'économie en Israël ».

La Fondation Blavatnik soutient activement d'importantes institutions dans les domaines de l'éducation, la science et la culture aux États-Unis, en Europe, en Israël et dans le monde entier. Len Blavatnik est le fondateur et Président de Access Industries, groupe privé présnet dans le monde entier dans une variété de secteurs: ressources naturelles et produits chimiques, médias et communications, nouvelles technologies, sciences de la vie et immobilier. Entre autres, Le groupe est en autre propriétaire du groupe Clal Industries, l'un des principaux holdings d'Israël.

 

Photos: Jonathan Bloom

j'aime:

Le président du MEDEF à l’Université de Tel-Aviv

La seconde édition du Forum Smart City Israël-France s’est déroulée ce matin 16 mai 2016 à l’Université de Tel-Aviv, avec la participation de Pierre Gattaz, président du MEDEF, accompagné d’une délégation d’une trentaine d’entreprises françaises (Schneider, Dassault, Alstom, L’Oréal, Michelin, ainsi que des PME), en la présence du président de l’Université, le Prof. Joseph Klafter, de l’ambassadeur de France, M. Patrick Maisonnave, du chargé des relations extérieures de la mairie de Tel-Aviv, Eytan Schwartz et de Danièle Schemoul, déléguée de l’Association des amis français de l’Université.

La rencontre a été organisée en collaboration avec Business France, l’agence française pour le développement international des entreprises.

Klafter Gattaz maisonnave eytanschLe président Klafter a souhaité la bienvenue à la délégation, et remercié la Mairie de Tel-Aviv, l’ambassade de France et les amis français de l’Université, déclarant que : « Ce forum forge un autre maillon de la chaîne des relations franco-israéliennes ». Il a insisté sur le rôle primordial de l’UTA dans le développement des technologies intelligentes, donnant de nombreux exemples, comme le développement d’une ‘boite à outils’ pour la première Smart city israélienne planifiée qui doit voir le jour dans le Néguev, la création d’un accélérateur pour les startups spécialisées dans les transports intelligents, ou le projet d’incubateur pour technologies destinées aux villes intelligentes. « Nous apportons notre expertise interdisciplinaire, mettant l'accent sur la recherche appliquée et l'esprit d'entreprise. L’Université de Tel-Aviv est une plaque tournante de l'innovation, ce qui la place dans le Top100 mondial des universités les plus innovantes ».

Pierre Gattaz : "Créer un pont entre les deux pays

Le président du MEDEF, Pierre Gattaz a remercié l’Université de Tel-Aviv pour son accueil. Il a déclaré que le but de son voyage était de « comprendre le marché israélien, de découvrir son merveilleux écosystème et de créer un pont entre les deux pays. Nous partageons le même but de développer des villes propres et intelligentes pour un meilleur avenir ». L’Ambassadeur de France, Patrick Maisonnave a souligné le potentiel de ce type de rencontre pour le renforcement des relations entre les deux pays, remercié Pierre Gattaz de sa présence en Israël, et l’Université de Tel-Aviv pour sa constante disposition à promouvoir ce type d’évènements.

Se sont ensuite succédés des intervenants français et israéliens de premier plan dans le domaine : Uri Ben Ari, directeur partenaire de Smart City Consulting, qui a présenté le paysage israélien en matière de Smart Cities, rappelant que Tel-Aviv avait remporté le prix de la ville la plus intelligente du monde dans le cadre du Congrès mondial  de Barcelone en 2014 ; Philippe Brami, président de Schneider Electric Israël, et Bruno Marguet, Vice-Président d’Alstom. Puis ce sont déroulé deux tables rondes autour des thèmes des villes et des transports intelligents.

L’après-midi a été consacré à un séminaire orchestré par la Chambre de commerce Israël-France et son président Daniel Rouach, mettant en contact des participants israéliens, les représentants des fleurons de l’économie française, et  des acteurs institutionnels, comme l’Ecole des Ponts Business School, l’AFPA, l’Observatoire des pays arabes ou l’agence Leaders et Opinions.

 

Sur la photo, de gauche à droite: Patrick Maisonnave, ambassadeur de france en Israël, Eytan Sschwartz, chargé des affaires extérieures à la Mairie de Tel-Aviv, le Prof. Joseph Klafter, président de l'Université de tel-aviv, et Pierre Gattaz, président du MEDEF. (Crédit : Israel Sun) 

j'aime: