Slide background
Slide background
Slide background

nov1

A LA UNE

Les dernières nouvelles de l'Université de Tel-Aviv


events

EVENEMENTS

Aucun événement

video

VIDEOS

vid1

semel uni2

SOUTENIR L’UNIVERSITÉ

Soutenez la recherche et les étudiants


L’Université de Tel-Aviv et Monaco luttent ensemble pour le développement durable

Un webinaire prestigieux et inspirant sur le thème du développement durable, organisé par les Associations des Amis français et des Amis francophones de l’Université de Tel-Aviv, s’est déroulé le jeudi 24 septembre, en présence de SAS le Prince Albert II de Monaco, du Prof. Ariel Porat, Président de l’Université de Tel-Aviv, et de SE Eric Danon, Ambassadeur de France en Israël, avec la participation de l’entrepreneur et philanthrope Aaron Frenkel, du Prof. Colin Price, Directeur du Département d’Etudes environnementales de l’Ecole Porter de l’UTA, et de Nico Rosberg entrepreneur dans le domaine du développement durable et ancien champion du monde de Formule1. Le débat était animé par le Prof. François Heilbronn, Président de l’Association des Amis français de l’université.

CoverAprès avoir remercié les invités de marque ainsi que les participants du monde entier présents pour cette conférence virtuelle, le Prof. Heilbronn a rappelé que le Prince Albert II de Monaco a visité il y a deux ans le campus de l’Université de Tel-Aviv, où il a reçu le titre de Docteur honoris causa.

« La crise actuelle ne doit pas nous faire oublier les autres défis, comme ceux de la protection environnementale de la planète et de la destruction de l’écosystème, qui ont un impact direct sur notre santé, de même que la crise de l’eau, particulièrement sensible au Moyen-Orient ainsi que celle de l’énergie », a déclaré le Prince Albert. « Il est vital de continuer cette lutte, particulièrement pendant la crise de santé que nous vivons actuellement. Nous devons profiter de cette opportunité pour réaliser le changement souhaitable vers une politique de développement durable ».

Trouver une solution à la crise du climat 

« Au milieu de la pandémie que nous traversons et de la deuxième vague de confinement en Israël, il semble très naturel de penser à crise de la pollution », a déclaré pour sa part le Prof. Porat. « Dans les deux cas, des milliers de personnes se trouvent en situation de risque et nécessitent des traitements de santé ». Le Prof. Porat a rappelé les deux nouveaux centres créés dans ces domaines à l’UTA : le Centre pour la lutte contre les pandémies et le centre Porter pour les études sur le développement durable et la pollution, dirigé par le Prof. Colin Price, qui avait été créé sous l’inspiration de la Conférence tenue l’an dernier à Monaco, au cours de laquelle un accord de coopération pour la lutte contre la pollution avait été signé entre l’UTA et le le philanthrope Aaron Frenkel, sous l’égide du Prince Albert.

Le webinaire s’est déroulé sous forme de question-réponse entre le Prof. Heilbronn et les invités.

PrincePour le Prince Albert II, le principal défi auquel devra faire face notre planète au cours de la prochaine décennie est la crise du climat. « D’ici les années 2030 à 2050, tous les pays du monde devront investir dans de nouvelles technologies dans le domaine de l’énergie pour lutter contre la destruction de l’écosystème. Nous devons maintenir la pression sur les institutions compétentes pour qu’elles poursuivent sur cette lancée. De son côté, la Principauté de Monaco fait tous les efforts possibles dans le domaine de la mobilité propre et des transports publics intelligents, notamment le développement de véhicules et de vélos électriques. Ma propre Fondation met l’accent sur la protection des océans, des différentes espèces et les problèmes de l’eau. Il s’agit pour nous d’un objectif permanent. Je pense que chacun peut jouer un rôle dans notre société pour influencer les bonnes politiques et aller dans la bonne direction ».

Interrogé sur le rôle que les accords de Bahreïn pourraient jouer pour le développement durable, le Prince Albert répond : « Pour faire face à la crise de l’environnement, nous avons besoin de capitaux et d’une réflexion en dehors des sentiers battus. Ici nous avons les deux. Nous avons l’opportunité de faire du monde un endroit meilleur. Il s’agit d’un évènement qui change véritablement les règles du jeu aussi bien en politique que pour la crise de l’environnement. En tant que petit pays neutre, Monaco peut avoir un rôle de facilitateur et je serais heureux d’aider dans ce processus à ce moment crucial où nous devons avancer et trouver une solution à la crise du climat ».  

"Le monde peut être réparé"

« Nous sommes ouverts à toutes les nouvelles idées de coopération », déclare pour sa part le Prof. Price, Directeur du Département d’Etudes environnementales de l’Ecole Porter de l’UTA, qui est également responsable de l’initiative Frenkel pour la lutte contre la pollution à l’Université de Tel-Aviv. « La coopération entre l’UTA et la Principauté de Monaco peut bénéficier à toute la région et constituer un exemple pour les autres zones du monde. Nous devons encourager la recherche scientifique afin de mieux comprendre les différents mécanismes de la crise de l’environnement et de l’écosystème, et apporter des solutions pour mieux les régler. Nous devons travailler main dans la main pour assurer un avenir durable et brillant aux prochaines générations ».

PoratPour le Prof. Price, l’innovation est la clé de cette démarche : « Depuis 6 ans, nous avons mis sur pied un accélérateur pour les startups spécialisées dans les substituts du pétrole situé à l’Ecole Porter, grâce au soutien de Yaakov Frenkel et de la Principauté de Monaco. Nous devons penser ‘en dehors de la boite’ avant que cela ne soit trop tard. Les petites startups de l’UTA et de Monaco peuvent constituer une solution. Nous pouvons devenir des leaders dans le domaine du développement durable ».  

L’entrepreneur et philanthrope Aaron G. Frenkel, qui est également membre du Conseil des Gouverneurs de l’Université de Tel-Aviv, met pour sa part l’accent sur les leçons positives que nous pouvons tirer du covid-19 : « Nous avons appris ce qu’est réellement la globalisation. A partir d’une épidémie qui s’est déclarée en Chine, le monde entier a été paralysé. Nous avons également pu voir quels sont les dirigeants qui ont su le mieux gérer la crise. Nous devons regarder notre image en face et en tirer des conclusions. Le point positif est que notre planète commence à se guérir. Nous pouvons faire mieux pour l’environnement et la lutte contre la pollution. Le monde peut être réparé. Quand tout cela sera fini, nous devrons nous mettre nous-même en quarantaine pour sauver notre planète ».

"Il faut écouter les scientifiques"

Il explique que la philanthropie fonctionne à trois niveaux : celui des initiatives locales à court terme pour régler les problèmes locaux, les interventions à moyen terme portant sur les questions touchant notre génération et celle de nos enfants, et les investissements à long terme relevant d’une vision globale, du ressort des gouvernements. « Nous avons l’obligation morale d’investir à long terme dans les générations futures, même si nous savons que nous n’en verrons pas nous-mêmes les résultats », a-t-il déclaré, ajoutant que les informations concernant les donations philanthropiques pendant la période du coronavirus sont contradictoires : « Certains ont augmenté leurs donations, mais en mettant l’accent sur les actions immédiates pour contrecarrer la maladie. Malgré la situation, nous ne devons pas négliger les investissements stratégiques à long terme. L’Université de Tel-Aviv et la Principauté de Monaco sont toutes deux des centres d’excellence et les meilleurs endroits possible pour faire avancer tous ces domaines. Elles peuvent se joindre pour montrer au monde comment les choses doivent être gérées, en associant savoir et volonté. Je participe au financement de leurs programmes communs et je souhaite que beaucoup d’autres nous rejoignent pour qu’ensemble nous puissions créer un élan qui fasse de nous un modèle pour les autres ».  

RosnerDernier intervenant, Nico Rosberg, ancien pilote automobile, champion du monde de Formule1, aujourd’hui investisseur dans l’univers du développement durable. « J’ai dans mon portefeuille plus de 20 startups », dit-il, « mais mon centre d’intérêt principal est la mobilité douce. J’ai été l’un des premiers à investir dans la Formule1 électrique, à financer le développement des trottinettes électriques, j’ai développé mes propres véhicules électriques et même testé des bateaux et des taxis volants. Israël est dans ma liste de pays à visiter et j’espère bientôt pouvoir investir dans des startups en Israël et à Monaco. Aujourd’hui tout cela ne relève plus de la science-fiction et nous devons tous jouer notre rôle dans ce processus. J’ai moi-même fais mon propre chemin de la compétition automobile à l’amour pour l’entrepreneuriat et le développement durable ».

Quelles sont les leçons que nous pouvons tirer de la crise du covid-19 en rapport avec le développement durable ? « Tout d’abord, les gouvernements doivent écouter les scientifiques », répond le Prof. Price. « Depuis le début de la pandémie, ils savaient, mais dans beaucoup de pays, on ne les a pas écoutés. Par ailleurs, le monde est un village global. L’effet papillon se vérifie : ce qui se passe à un point de la planète à des conséquences à l’autre bout. Le côté positif est que nous pouvons tous nous mettre ensemble pour trouver une solution. Les leaders politiques doivent prendre leurs responsabilités et adopter des décisions comme c’est fait à Monaco, et non pas tourner le dos aux problèmes. Nous devons préserver l’équilibre de notre écosystème. Nous ne dominons pas la nature, nous en faisons partie. Enfin, comme l’a dit Benjamin Franklin, un investissement dans la connaissance rapporte toujours le meilleur taux d’intérêt. Pour une année que nous investissons aujourd’hui, nous en gagnerons dix dans l’avenir ».

Photos:

1. De gauche à droite, dans le sens des aiguilles d'une montre: Le Prince Albert II de Monaco, le Prof. François Heilbronn, Le Prof. Colin Price, le Prof. Ariel Porat.

2. Le Prince Albert II.

3. Le Prof. Ariel Porat

4. Nico Rosberg

Crédit photos: Canadian Friends of Tel-Aviv University.

 

FONDS DE SOUTIEN D’URGENCE


Créé par l'Université de Tel-Aviv pour ses étudiants

Touchés de plein fouet par la crise économique due au Covid19, des milliers d’étudiants ont perdu leur emploi et ne peuvent plus subvenir à leurs besoins.

Pour les aider, contactez-nous : 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. Tél. : 01 40 18 07 ou en Israël : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. Tél. : 03 640 67 80

L'Université de Tel-Aviv à la 8e place mondiale pour l'entrepreneuriat

Fierté israélienne : l’Université de Tel-Aviv se classe à la 8e place dans le monde, et la première hors des Etats-Unis pour le nombre de ses diplômés devenus entrepreneurs, d’après le classement de la société de données financières Pitchbook Data pour 2020. De plus, pour la première fois, elle est également en tête du classement des femmes entrepreneures.

Pitchbook 2020 UniLes diplômés de l'Université de Tel-Aviv en tête de l'entrepreneuriat mondial : 807 entrepreneurs titulaires d'un diplôme de premier cycle de l'UTA ont créé 673 entreprises qui ont levé un total de 16,1 milliards de dollars entre le 1er janvier 2006 et le 31 août 2020, la plaçant au 8e rang dans le monde, et à la première place hors des États-Unis, dans le classement des 50 meilleures universités dans le monde pour le nombre de leurs diplômés devenus entrepreneurs.

Le classement est réalisé annuellement par la société de données financières Pichbook Data. En tête de liste se trouvent les meilleures universités américaines : Stanford puis Berkeley, suivies par le MIT et Harvard. L'Université de Tel-Aviv dépasse dans cette liste de grandes universités telles que Yale (11e place), l’Université de Californie (13e et Princeton (14e).

Parmi les cinq plus grandes entreprises créées par des diplômés de l’UTA, on trouve :

Generate Capital (1252,1 millions de dollars) ; Houzz (613,6 millions de dollars); BlueVine (426,29 M$); Varo (419,33 M$); Exaware (401,54 M$)

Trois autres universités israéliennes figurent dans la prestigieuse liste de Pitchbook : le Technion, classé 12ème, l'Université hébraïque 32ème et l'Université Ben-Gurion 46ème.

Par ailleurs, l'Université de Tel-Aviv se trouve à la 13e place mondiale du classement de ses diplômés de MBA devenus entrepreneurs, et est la seule université israélienne à figurer parmi les 25 meilleurs programmes de MBA selon ce critère. Ceci grâce à ses 306 diplômés de MBA ayant créé des entreprises.

Enfin, pour la première fois, l'Université de Tel-Aviv est également en tête du classement des femmes entrepreneures, et ce dans deux classements distincts portant sur les 25 universités en tête dans ce domaine : elle arrive à la 21e place pour les diplômées de premier cycle et à la 15e pour les diplômées de MBA.

 

Les détails sur le classement se trouvent sur le lien :

https://pitchbook.com/news/articles/pitchbook-universities-2020

 

FONDS DE SOUTIEN D’URGENCE


Créé par l'Université de Tel-Aviv pour ses étudiants

Touchés de plein fouet par la crise économique due au Covid19, des milliers d’étudiants ont perdu leur emploi et ne peuvent plus subvenir à leurs besoins.

Pour les aider, contactez-nous : 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. Tél. : 01 40 18 07 ou en Israël : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. Tél. : 03 640 67 80

Une forte majorité des nouvelles nominations à l’Université de Tel-Aviv sont des femmes

Une forte majorité des enseignants nommés à des postes de responsabilité académique à l’Université de Tel-Aviv à l’occasion de la rentrée universitaire sont des femmes, qui pour une grande partie d’entre elles remplacent des hommes dans ces fonctions.

Le Prof. Milette Shamir, vice-Présidente de l'UTA,

le Prof. Tova Milo Doyenne de la Faculté des Sciences exactes,

le Prof. Gali Cinamon, Doyenne de la Faculté des Sciences humaines

Montage

Le Prof. Milette Shamir de la Faculté des sciences humaines a été nommée Vice-présidente de l'UTA en remplacement du Prof. Raanan Rein. Parallèlement à ses recherches sur la culture aux États-Unis, qui est son domaine d'expertise, le Prof. Shamir a été à l’origine de diverses initiatives universitaires au fil de ses années à l’UTA. Elle a notamment créé une filière de premier cycle en études américaines (la seule du genre en Israël), puis cofondé le centre de recherche sur les Etats-Unis de l’UTA avec le soutien de Fulbright.

Le Prof. Tova Milo a été nommée Doyenne de la Faculté des sciences exactes, en remplacement du Prof. Michael Kribilevich. Le Prof. Milo est professeur titulaire à l'École d'informatique de l'UTA et détient la Chaire de gestion de l'information de la Faculté des sciences exactes. Elle a dirigé le Département des Sciences de l'informatique entre les années 2011 et 2014. En 2014, elle a été élue membre de l'Académie européenne des Sciences (Academia Europaea), et en 2016, sélectionnée comme l'une des onze chercheuses inspirantes de l'Université de Tel-Aviv. Elle a remporté de nombreux prix et récompenses, entre autres le prix Weizmann pour les sciences exactes en 2017.

Le Prof. Rachel Gali Cinamon est la nouvelle Doyenne de la Faculté des Lettres et sciences humaines, en remplacement du Prof. Leo Corry, qui a occcupé ce poste pendant cinq ans. Le Prof. Cinnamon est Directrice de l'Ecole d'éducation depuis deux ans. Elle prendra ses fonctions de Doyenne le 1er octobre 2020.

millet shamir croppedLe Prof. Alma Cohen a été nommée Directrice de l'Ecole d'Economie. Elle remplacera le Prof. Ran Spiegler à ce poste. Le Prof. Cohen est titulaire d'un BA en mathématiques et d'un MA en administration des affaires de l'Université de Tel-Aviv, ainsi que d'un doctorat en économie de l'Université Harvard. Elle a rejoint le corps enseignant de l'Ecole d'Economie de l'UTA en 2006.

Le Prof. Adriana Kemp a été nommée Directrice de l'École d'études sociales et politiques de l'Université de Tel-Aviv. Elle remplace à ce poste le Prof. Itai Sened. Le Prof. Adriana Kemp a été Directrice du Département de sociologie et d'anthropologie de l'Université de Tel-Aviv. Elle a reçu à plusieurs reprises le titre d’ « enseignante exceptionnelle». Le Prof. Kemp est une chercheuse de renommée internationale dans le domaine des migrations de la main-d'œuvre mondiale, et ses recherches ont été publiées sur les plateformes les plus importantes dans cette discipline. Elle a été coprésidente de l'Association pour les droits civils en Israël entre les années 2010 et 2014. Elle a en outre créé la filière de maîtrise en sociologie des organisations de changement social et a fait partie de l’équipe fondatrice du programme international sur les migrations et les politiques mondiales de migrations, programme unique en son genre en Israël, destinés aux étudiants israéliens et étrangers.

Le Prof. Hanna Lerner a été nommée Directrice de l'École de science politique, gouvernement et relations internationales en remplacement du Prof. Yossi Shein. Le Prof. Lerner est professeur en chaire à l'École. Elle a obtenu son doctorat à l'Université Columbia de New York, et a été chercheuse invitée à l'Université de Princeton, à l'Université du Massachusetts, à l’Amherst College et à l'Institut pour les études avancées de l'Université de Bielefeld en Allemagne.

Le Prof. Fadia Nasser Abu Alhija a été nommée Directrice de l'École d'éducation. Elle remplacera le Prof. Rachel Gali Cinamon. Le Prof. Nasser Abu Alhija est professeur en chaire à l'École d'éducation, après avoir été Directrice du Département de la planification des études et de l'enseignement et, l'an dernier, Directrice du Département des politiques de l'éducation. Elle a été élue deux fois « enseignante exceptionnelle de l’université » et en 2016, enseignante exceptionnelle de l'École d'éducation et parmi les 11 chercheurses inspirantes de l'Université. Elle a été membre du Conseil de l'enseignement supérieur entre les années 2012 et 2015.

Le Prof. Einat Peled a été nommée Directrice de l’Ecole de travail social, en remplacement du Prof. Idit Weiss-Gal. Le Prof. Einat Peled est professeur en chaire à l'École, spécialisée dans les études de genre dans le domaine du travail social. Elle a été Directrice de l'Ecole entre les années 2016 et 2020. Parallèlement à ses recherches, le Prof. Peled est active dans la lutte contre la violence envers les femmes et leur exploitation. Elle a occupé pendant environ une décennie la présidence de l'Association Women's Spirit pour la promotion de l'indépendance économique des femmes victimes de la violence.

nava ratzon croppedLe Prof. Nava Ratzon a été nommé Directrice de l'École des professions de la santé. Elle remplacera le Prof. Liat Kishon-Rabin. Elle est professeur titulaire et chercheuse au Département d'ergothérapie de l'Ecole. Parmi ses autres postes, le Prof. Ratzon a occupé de 2016 à 2020 la présidence du Conseil pour la promotion des femmes dans les sciences et la technologie du Ministère de la Science et de la Technologie. Le Prof. Ratzon est une militante sociale, spécialiste du développement de programmes d'intervention communautaire et de la recherche sur les communautés nécessiteuses comme les enfants d'immigrants d'Éthiopie, les enfants de travailleurs étrangers, les étudiants handicapés et autres. Dans le cadre de ses activités publiques, le Prof. Ratzon est membre du Conseil consultatif du Ministère de la Santé pour la réadaptation et du Comité consultatif du Ministère de la Santé et du Ministère du Travail et du Bien-être pour la santé des travailleurs.

Le Prof. Ruth Ronen a été nommé Directrice de l'École de philosophie, linguistique et études des sciences. Elle remplacera le Prof. Yossi Schwartz. Le Prof. Ruth Ronen a été chef du Département de philosophie, où est professeur titulaire depuis 2007. Ses domaines d'études comprennent la philosophie et la psychanalyse de la pensée, ainsi que la philosophie de l'art et de l'esthétique contemporains.

 

Photos:

1. De gauche à droite et de haut en bas: Le Prof. Adriana Kemp, le Prof. alma Cohen, le Prof. Einat Peled, le Prof. FAdia Abu Alhija, le Prof. Gali Cinamon et le Prof. Hanna Lerner (Crédit: Université de Tel-Aviv)

2. Le Prof. Milette Shamir (Crédit: Université de Tel-Aviv)

3. Le Prof. Nava Ratzon. (Crédit: Université de Tel-Aviv).

 

FONDS DE SOUTIEN D’URGENCE


Créé par l'Université de Tel-Aviv pour ses étudiants

Touchés de plein fouet par la crise économique due au Covid19, des milliers d’étudiants ont perdu leur emploi et ne peuvent plus subvenir à leurs besoins.

Pour les aider, contactez-nous : 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. Tél. : 01 40 18 07 ou en Israël : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. Tél. : 03 640 67 80

L'Université de Tel-Aviv et le groupe Electra ont remporté un appel d'offres du ministère de la Défense pour la création d’un laboratoire de dépistage du corona

L'Université de Tel-Aviv et le groupe Electra ont remporté un appel d'offres du ministère de la Défense pour établir un laboratoire à la pointe de la technologie pour le dépistage du coronavirus. Le nouveau dispositif sera construit dans le sud d’Israël par la société Electra et opéré par une équipe de l’Université de Tel-Aviv. Il réalisera entre 300 000 et 700 000 tests en six mois, soit jusqu'à 10 000 tests corona par jour. Les deux partenaires ont remporté l’appel d’offre en raison des connaissances et de l'expérience qu’ils ont acquises jusqu’à présent dans le cadre de l'effort national pour endiguer l'épidémie.

Labo corona 2L'offre a été formulée conformément aux objectifs du ministère de la Santé dans le cadre de l'effort national pour briser les chaines de contamination.

Le laboratoire sera géré par des chercheurs de la Faculté de médecine de l’université, des spécialistes et du personnel expérimenté des laboratoires, de même que des étudiants de deuxième cycle, des doctorants et des post-doctorants.

Vaincre le coronavirus

La collaboration entre l'Université de Tel-Aviv et le groupe Electra a débuté dès l'éclosion de la première vague de l'épidémie, avec la mise en place, en un temps record de 10 jours, d’un laboratoire fournissant des services au ministère de la Santé, puis de trois autres laboratoires de tests corona.

A l'Université de Tel-Aviv, on souligne que: « Le corona cause des dommages économiques et sociaux insupportables et, en temps de crise, il est de notre devoir en tant qu'université de premier plan en Israël d'exploiter toutes nos capacités professionnelles et scientifiques pour venir en aide à l'État et à la communauté. L’UTA dispose de la main-d'œuvre la plus qualifiée pour cette mission, et nous sommes convaincus qu'en joignant nos efforts, nous parviendrons à vaincre le virus et à remettre la vie en Israël sur ses rails ».

La direction du groupe Electra a déclaré pour sa part : « Depuis le début de la crise du coronavirus, Electra a mis en place des complexes médicaux spécialisés pour le traitement des patients atteints de la maladie, dans les hôpitaux Sheba et Beilinson, ainsi que des laboratoires de test, pour une valeur totale de dizaines de millions de shekels. Le groupe est fier de collaborer avec l'Université de Tel-Aviv sur cet important projet et de mettre en pratique les vastes connaissances professionnelles qu'il a accumulées au fil des ans au profit du peuple d'Israël et pour l'éradication de l'épidémie ».

 

Photo :

Le laboratoire de dépistage du corona établi sur le campus de l'Université de Tel-Aviv en avril dernier (crédit: université de Tel-Aviv)

 

FONDS DE SOUTIEN D’URGENCE


Créé par l'Université de Tel-Aviv pour ses étudiants

Touchés de plein fouet par la crise économique due au Covid19, des milliers d’étudiants ont perdu leur emploi et ne peuvent plus subvenir à leurs besoins.

Pour les aider, contactez-nous : 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. Tél. : 01 40 18 07 ou en Israël : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. Tél. : 03 640 67 80

Google et l’Université de Tel-Aviv luttent ensemble contre le coronavirus

Le Centre d'Intelligence artificielle (IA) et de science des données de l’Université de Tel-Aviv a remporté une subvention concurrentielle de la Fondation Google.org pour développer un modèle à haute résolution de la propagation du coronavirus (covid19), qui sera utilisé pour planifier et tester des méthodes pour endiguer l’épidémie. La contribution de Google prend place dans le cadre de sa stratégie pour contribuer à l’éradication de la pandémie, et des efforts continus de l’Université de Tel-Aviv pour lutter contre le Covid-19.

Meir Feder 580 0La Fondation Google, dont le but est de financer les idées basées sur la science des données pour faire face aux grands défis de l'humanité. Cette décision fait partie d'une série de mesures prises par Google pour contribuer à l'éradication de l'épidémie au niveau mondial, en lien avec son programme de valorisation de la recherche en IA au profit de la communauté (AI for Social Good), dont l'un des dirigeants est le Prof. Yossi Matias, Vice-Président de Google et PDG du centre de recherche et de développement de Google en Israël. Le centre israélien de R&D de Google joue un rôle important dans ses efforts liés à la lutte contre le coronavirus et le maintien de la sécurité et la sûreté de la population mondiale en situation de crise et de catastrophes naturelles comme les inondations, les tremblements de terre et les incendies géants.

Construction d'un modèle de propagation de l'épidémie 

Le Centre pour l'Intelligence artificielle et la Science des données de l'Université de Tel-Aviv utilise des techniques d'intelligence artificielle et des méthodes statistiques avancées. A l'aide de données provenant des ministères (de la Santé, des Transports et autres), et du Bureau central des statistiques d'Israël, les chercheurs ont l'intention de construire un modèle précis à haute résolution de la propagation du Covid19, et d'examiner différentes méthodes en utilisant ce modèle pour planifier et tester l'impact des mesures d'endiguement de l'épidémie.

Le projet interdisciplinaire intègre des chercheurs des Écoles de santé publique, de statistiques, d'informatique et de génie électrique ainsi que des chercheurs du Centre Gertner de l'université pour la recherche en épidémiologie.

« L'Université de Tel-Aviv est fière que la société Google ai décidé d'accorder au Centre cette subvention importante en faveur du développement de la recherche sur le coronavirus en Israël », a déclaré le Prof. Meir Feder, Directeur du Centre pour l'intelligence artificielle et la science des données. « Cette contribution aidera au développement d'outils pour la planification et l'examen de l'impact des diverses mesures sur la propagation de l'épidémie basés sur l'intelligence artificielle et l'apprentissage par renforcement (Reinforcement Learning). Les résultats de ces recherches aideront les décideurs à déterminer une politique pour endiguer l'épidémie ».

 

Photo:

Le Prof. Meir Feder (Crédit: autorisation de l'Université de Tel-Aviv)

 

FONDS DE SOUTIEN D’URGENCE


Créé par l'Université de Tel-Aviv pour ses étudiants

Touchés de plein fouet par la crise économique due au Covid19, des milliers d’étudiants ont perdu leur emploi et ne peuvent plus subvenir à leurs besoins.

Pour les aider, contactez-nous : 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. Tél. : 01 40 18 07 ou en Israël : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. Tél. : 03 640 67 80

Page 1 sur 70