Slide background
Slide background
Slide background

nov1

A LA UNE

Les dernières nouvelles de l'Université de Tel-Aviv


events

EVENEMENTS

Aucun événement

video

VIDEOS

vid1

semel uni2

SOUTENIR L’UNIVERSITÉ

Soutenez la recherche et les étudiants


Indice de paix de l'Université de Tel-Aviv: 51% des Arabes d'Israël sont fiers d'être Israéliens

A l'occasion de la 69e Journée de l'Indépendance de l'Etat d'Israël, le sondage "Indice de paix" publié par le programme de résolution des conflits de l'Université de Tel-Aviv sous la direction du Prof. Ephraïm Yaar, en collaboration avec l'Institut israélien de démocratie révèle qu'au moins 80% du public (86% des Juifs et 51% des Arabes) se sent fier d'être Israélien. De plus, la majorité est optimiste quant à l'avenir du pays mais critique quant aux écarts sociaux et insatisfaite de l'écoute que lui accordent ses dirigeants.

israel degel 561c1Contrairement aux sombres estimations souvent entendues dans les médias, l'opinion public israélienne évalue la situation du pays comme relativement positive: 44% du public juif pense qu'elle est très bonne (12%) ou bonne (32%), 39% qu'elle est moyenne et seulement 16% la trouve mauvaise (10%) ou très mauvaise (6%).

L'image devient encore plus rose lorsqu'on aborde la perception de la situation personnelle: 74% des répondants juifs la décrivent comme très bonne (24%) ou bonne (50%), 24% comme moyenne, et seulement 2% comme mauvaise ou très mauvaise. En d'autres termes, comme l'indiquaient déjà les indices de paix récents, l'évaluation par les Israéliens de leur condition individuelle surpasse considérablement celle de la situation globale du pays. A noter que le taux des personnes satisfaites de la situation du pays est plus élevé parmi les électeurs du parti Bayit Yehudi (La Maison juive) de Nafatali Bennett (69%) et le plus bas parmi ceux de Meretz (5%).

Parmi les répondants arabes le pourcentage des personnes qui évaluent la situation du pays comme bonne ou très bonne est plus élevé que chez les Juifs (66%), mais on note un taux plus faible pour l'évaluation de la situation personnelle (57%), qui reste cependant supérieur à la moyenne.

Fiers et optimistes

Dans le même ordre d'idée, mais avec encore plus de force, une très grande majorité des interrogés (86%) s'affirme fière d'être juifs israéliens. Là encore, le taux le plus élevé se trouve parmi les électeurs de Bayit Yehudi (100%) et le plus bas parmi les électeurs de Meretz (40%).

De plus, la communauté juive dans son ensemble est optimiste (73%) quant à la situation du pays pour l'avenir. Ici le taux d'optimisme le plus élevé se trouve parmi les élécteurs du parti Shas, le parti ultra-orthodoxe séfarade (95%), et le plus bas parmi ceux de Meretz (40%).

Le nombre d'Arabes fiers d'être Israéliens est certes beaucoup plus faible, mais reste quand même de 51%, de même que le taux d'optimistes quant à l'avenir (61%).

La perception par le public des réalisations du pays a été évaluée dans six domaines : défense et sécurité nationale, médecine- santé, maintien de la stabilité économique, éducation, science, écoute des souhaits des citoyens (notamment pour le traitement des rescapés de l'Holocauste et la prise en compte des opinions des familles des soldats morts au combat) et réduction des inégalités sociales. Dans les quatre premiers, une nette majorité des répondants juifs définissent les réalisations du pays comme très bonnes ou assez bonnes (respectivement 83%, 65%, 60%, 59%). Mais dans les deux derniers, seule une petite minorité les trouve relativement bonnes ou très bonnes (respectivement 22%, 19%). On peut donc dire que, du point de vue du public, il existe un conflit entre le succès d'Israël à défendre sa sécurité et à maintenir une économie stable et son échec à réduire les inégalités sociales et à être à l'écoute de la volonté de ses citoyens.

Les citoyens arabes davantage satisfaits des réalisations de l'Etat

Notons que l'évaluation des réalisations de l'Etat par les répondants arabes est meilleure que celle des Juifs dans tous les domaines (un peu plus basse cependant pour la sécurité: 75% au lieu de 83%).

L'indice de paix est réalisé dans le cadre du Programme Evens de médiation et de résolution des conflits de l'Université de Tel-Aviv et du Centre Guttman pour l'étude de l'opinion publique de l'Institut pour la Démocratie en Israël. Le sondage a été réalisé par téléphone et par Internet par l'institut de recherche Midgam les 25 et 26 avril 2017, parmi 600 répondants (500 Juifs et 100 Arabes), qui constituent un échantillon national représentatif de la population adulte israélienne âgée de 18 ans et plus. L'erreur d'échantillonnage maximale est de  ± 4,1% et le niveau de confiance de 95%.

 

Voir le questionnaire

Voir les résultats de l'enquête

Sondage "Indice de Paix" aout 2014 : Une majorité écrasante des Israéliens en faveur de l'opération "Bordure protectrice"

Enquête publiée le 18.08.14 à partir d'un sondage d'opinion réalisé les 11-12.08.14.

support-Tsuk EytanLe dernier sondage du projet Indice de Paix, publié le 18 aout, révèle que plus d'un mois après le début des hostilités (8 juillet), le consensus en faveur de l'Opération «Bordure protectrice» demeure écrasant au sein de la population juive israélienne, tous partis politiques confondus (92% en moyenne), même si l'incertitude demeure quant à son issue, et en dépit des différences de points de vue sur la gestion des pourparlers avec le Hamas et sur la conduite des opérations militaires et humanitaires. Le taux de soutien était de 97% pour la droite modérée, 95% pour la gauche modérée, 92,5% au centre, 89% pour la droite (plus critique sur la gestion des opérations et ses résultats). Il diminue à gauche, tout en restant fortement majoritaire (67%). Par contre, deux Arabes israéliens sur trois estimaient que l'opération « Bordure protectrice » n'était pas justifiée.

De plus, seule 6% de la population juive estime que l'armée a utilisé une puissance de feu exagérée au cours des opérations.48% estiment que l'armée a géré correctement sa puissance de feu, et 45% pensait même qu’elle ne l'a pas utilisé suffisamment. La majorité de l'opinion publique arabe (62%), par contre, pense que l'armée israélienne a trop utilisé sa puissance de feu.

Un sentiment de satisfaction modéré

Le sentiment de satisfaction quant à l’opération est modéré. Sur une échelle de 1 à 5, 41% des sondés ont donné la note 3 à  l'opération. 27% se disent "de modérément à très" déçus alors que 32% sont "modérément ou très" satisfaits de l'opération militaire.

Sur tous les autres points, le public juif israélien est largement divisé. Une légère majorité pense que les objectifs de l'opération sont clairs ou modérément clairs (51%). 53% d'entre eux ont affirmé que l'opération "Bordure protectrice" a atteint seulement "une petite partie" des objectifs fixés alors que seulement 2% estiment que la mission a été totalement accomplie.

Pour ce qui est de la suite, 71% des Juifs israéliens pensent que la chance que l'opération parvienne à stopper les tirs de roquettes de Gaza au cours des 3 prochaines années est faible. Les Arabes israéliens pensent exactement le contraire.

Pour une approche diplomatique sans céder au Hamas

Une majorité de 58% des Juifs estime qu'Israël devrait attaquer le Hamas jusqu'à ce qu'il se rende plutôt que de faire des concessions alors que 41% d'entre eux sont en faveur de réponses positives à certaines demandes "raisonnables" du Hamas ne mettant pas en danger la sécurité du pays. Près de 2 Juifs israéliens sur 3 voient d'un bon œil une approche diplomatique parallèlement à l'opération militaire. Mais aucun d'entre eux n'est prêt à accepter la totalité des revendications du Hamas en échange de l'arrêt des tirs de roquettes.

Un soutien inconditionnel à Tsahal

Si le soutien à l'égard de Tsahal (l'armée israélienne) est pratiquement unanime (97% du public juif pense que Tsahal a très bien rempli sa tâche), la sympathie à l'égard de la direction politique est nettement moins marquée, même si elle est toujours majoritaire avec 61%. Près de 42% critiquent le Premier ministre Benyamin Netanyahou, le trouvant trop hésitant et trop modéré. Par contre, l'ensemble du public juif estime à 9 sur 10 en moyenne la résilience et l'unité de la population juive.


« Le monde entier est contre nous » ?

En ce qui concerne la perception de l'attitude de la communauté internationale, la majorité des Juifs israéliens pensent toujours que "le monde entier est contre nous" (63% en moyenne, 69% à droite, 52% pour la gauche modérée, et 31% à gauche). Par contre, 60% expriment leur confiance à l'égard du président égyptien Abdel Fattah al-Sissi pour servir de médiateur impartial entre Israël et le Hamas.

Optimisme quant à l’avenir du pays

Par ailleurs, une majorité claire (65%) du public juif interviewé se déclare plutôt ou très optimiste quant à l'avenir du pays. Ce pourcentage varie de 71% à droite à 54% à gauche, en passant par 69% au centre. Chez les Arabes israéliens, par contre, le taux d'optimisme quant à l'avenir du pays n'est que de 40%, contre 47% de taux de pessimisme.