Slide background
Slide background
Slide background

nov1

A LA UNE

Les dernières nouvelles de l'Université de Tel-Aviv


events

EVENEMENTS

video

VIDEOS

vid1

semel uni2

SOUTENIR L’UNIVERSITÉ

Soutenez la recherche et les étudiants


A deux c'est mieux: quand les oies s'accouplent sur le campus de l'Université de Tel-Aviv

Pas seulement à la Saint Valentin : quelle est l'histoire qui se cache derrière les couples d'oie qui se promènent en liberté sur le campus, et autres jeux secrets de la séduction chez les animaux, expliqués par les spécialistes du Musée Steinhardt d'histoire naturelle de l'Université de Tel-Aviv.

OiesLes étudiants de l'Université les connaissent bien: les oies qui parcourent le campus, toujours deux par deux, sont en vedette sur Instagram, où on les voit se promenant au bord de la piscine du centre sportif, grimpant sur les sculptures d'extérieur, et même "copinant" avec les chats du voisinage.

"Il y a un groupe d'oies égyptiennes qui vivent sur la rivière du Yarkon à Tel-Aviv et se posent occasionnellement sur les pelouses de l'Université et les installations du centre sportif", explique le Dr. Ron Elazari, directeur du Jardin zoologique de l'UTA. "Elles atterrissent parfois en groupes au Jardin zoologique. Le plus grand groupe que nous ayons connu était composé de 24 spécimens. Mais les oies se promènent généralement en couples mâle-femelles, même lorsqu'elles sont en groupe. Le mâle a une tête plus grande, plus 'carrée'".

La chauve-souris: fellation et éducation "gourmet"

"Ce sont des couples très romantiques", poursuit-il, "Pendant la saison d'accouplement, les oies peuvent devenir très agressives, surtout si d'autres volatiles s'approchent de leur nid. Nous avons eu le cas, il y a environ trois ou quatre ans. Plusieurs poussins ont éclos sur le campus et la mère était désemparée par l'environnement alentour. Elle est devenue agressive et faisait beaucoup de bruit. Le service de sécurité de l'université a tenté de transférer la famille vers le jardin zoologique, mais on ne parvenait pas attraper les poussins. Finalement, un garde a conduit les bébés en scooter dans une boîte en carton, tandis que la mère suivait en volant au-dessus de sa tête en cacardant, jusqu'à ce qu'ils arrivent à destination. Dès que nous avons sorti les poussins de la boîte la mère a atterri et les a emmené dans les buissons".

pieuvreMais tous les animaux ne sont pas forcément romantiques. "La roussette d'Egypte, chauve-souris courante partout en Israël, a de grands yeux et un visage qui ressemblent à celui d'un renard" décrit Eran Amichai, doctorant au Département de zoologie de l'Université. "Ses ailes sont des mains aux longs doigts reliés par une peau tendue entre eux. Pour séduire la femelle, le mâle se rapproche d'elle, pendu la tête en bas au plafond de la grotte, lui hurle à l'oreille et la mord dans le cou. Cela se termine généralement par son expulsion. Dans le cas où elle est d'accord, la fellation prolonge l'accouplement et augmente les chances de fécondation".

"Après une grossesse de trois mois, la femelle donne naissance à un petit, dont elle prend soin seule. Pendant la majeure partie de la journée il est pendu sur elle. Elle l'allaite et quand il a sait voler, elle l'emmène sur ses lieux de 'restauration' préférés".

La pieuvre: luttes entre mâles et sacrifice maternel

"Les poulpes ont trois cœurs et huit bras recouverts de ventouses qui les aident à prendre prise sur différents objets", explique Tom Schlesinger, doctorant au Département de zoologie et travaillant au Musée Steinhardt d'histoire naturelle de l'Université de Tel-Aviv. "Ils sont considérés comme les plus intelligents des invertébrés et ont des capacités impressionnantes d'apprentissage et de mémorisation. Ils sont «champions» de camouflage et peuvent changer de couleur et de texture en quelques minutes, et également émettre un nuage d'encre en cas de danger qui les aide à éviter les prédateurs".

" Lorsque deux mâles atteignent ensemble une femelle en période de reproduction ils luttent avec agressivité pour avoir le droit de la féconder. La femelle se tient généralement de côté et attend le vainqueur. L'une des tentacules du mâle n'a pas de ventouse à son extrémité et sert à transférer le sperme à la femelle. Les mâles meurent peu de temps après la reproduction. La femelle peut conserver le sperme pendant des semaines jusqu'à ce que ses œufs arrivent à maturité. Elle peut pondre des dizaines de milliers d'œufs, les cache, arrête de manger et ne s'éloigne pas de la cachette jusqu'à l'éclosion. Elle meurt peu de temps après. Les petits poulpes sont indépendants dès leur éclosion et se nourrissent tous seuls".

Chez les mouches: pas de cadeau de mariage, pas d'accouplement

"Arrivés à l'âge adulte, mâle et femelle se rencontrent sur une plante hôte, sur un territoire réservé par le mâle, à l'abris des concurrents", explique le Dr. Amnon Friedberg, ancien conservateur de la collection nationale d'insectes du Musée Steinhardt. "Il danse devant la femelle, les ailes déployées, lui présentant les motifs colorés de ses ailes. Si elle est intéressée, la femelle reste immobile tandis que le mâle tire sa trompe et sécrète une matière mousseuse blanche avec laquelle il construit un bloc en forme de champignon d'une hauteur d'un millimètre".

Mouches"Quand le mâle a fini de secréter la matière, il recule de quelques pas pour permettre à la femelle de s'approcher du "champignon". Elle sort sa trompe et commence à l'aspirer. En quelques secondes, le mâle fait le tour de la femelle et monte sur son dos. La femelle sort son ovipositeur dont le bout est capturé par une pince spéciale du mâle et ainsi commence l'accouplement, le mâle étant sur le dos de la femelle et tenant le bout de son oviducte, alors qu'elle mange le champignon ".

"De temps en temps, le mâle descend du dos de la femelle pour reconstituer la partie supérieure du champignon qu'elle est en train d'absorber. Après la reconstitution, ils recommencent à s'accoupler. Cette séquence peut se répéter jusqu'à cinq fois. Finalement, le mâle descend et arrête de reconstituer le champignon, ou bien celui-ci est entièrement absorbé par la femelle. Le champignon est considéré comme un "cadeau de mariage". Si elle ne reçoit pas ce cadeau, la femelle ne sort pas son ovipositeur, et aucun accouplement n'a lieu".

"Après l'accouplement, la femelle pond un ou plusieurs œufs dans les fleurs de la plante hôte. Les larves qui éclosent des œufs se nourrissent du contenu nutritif de la fleur. La mouche adulte qui émerge du cocon part à la recherche d'un partenaire, et le processus recommence".