Slide background
Slide background
Slide background

nov1

A LA UNE

Les dernières nouvelles de l'Université de Tel-Aviv


events

EVENEMENTS

Aucun événement

video

VIDEOS

vid1

semel uni2

SOUTENIR L’UNIVERSITÉ

Soutenez la recherche et les étudiants


Nos Smartphones peuvent servir d'outils d'alerte face aux inondations, d'après les chercheurs de l'Université de Tel-Aviv

Selon une étude réalisée par le Prof. Colin Price, directeur de l'Ecole des Sciences de l'Environnement de l'Université de Tel-Aviv, en collaboration avec son étudiant de maîtrise Ron Maor et la doctorante Hofit Shachaf, les données recueillies à partir de nos téléphones portables peuvent être efficacement exploitées pour prévoir les catastrophes naturelles d'origine atmosphériques, comme les inondations soudaines et les crues rapides, permettant aux utilisateurs des zones en danger de se prémunir.

InondationL'étude a été publiée dans le Journal of Atmospheric and Solar-Terrestrial Physics.

Les téléphones portables pourront-ils nous sauver des inondations? Les crues éclair, qui se produisent de manière brutale et sans avertissement préalable, font chaque année des centaines de victimes dans le monde. Une étude récente de l'Université de Tel-Aviv suggère que nos Smartphones pourront un jour servir à suivre et anticiper les conditions météorologiques à l'origine de ces crues. "Nous utilisons aujourd'hui entre 3 et 4 milliards d'appareils mobiles intelligents à travers le monde. Chacun d'entre eux contient des capteurs sensibles, qui collectent en permanence des données sur notre environnement, comme la gravité, le champ magnétique terrestre, la pression atmosphérique, le taux de luminosité et de bruit, l'humidité de l'air, la température etc., et s'en servent pour toute une variété d'applications", explique le Prof. Price.

Un formidable réservoir potentiel de données

" D'ici 2020, il y aura plus de six milliards de Smartphones dans le monde. Ce chiffre est énorme, si on le compare aux quelque 10 000 stations météorologiques officielles réparties à la surface de la planète. Selon nous, si l'on pouvait rassembler et analyser toutes les informations recueillies par ces milliards d'appareils, on pourrait améliorer considérablement les prévisions météorologiques, et même sauver des vies dans les cas extrêmes de catastrophes naturelles".

Colin priceDans une première étape, le Prof. Price et ses chercheurs se sont préoccupés de vérifier la fiabilité de ce formidable réservoir potentiel de données, en testant la qualité des capteurs des téléphones mobiles. Dans ce but, ils ont placé quatre téléphones cellulaires à différents endroits à travers le campus de l'Université de Tel-Aviv, et recueilli des données pendant trois ans, identifiant des phénomènes tels que les "marées atmosphériques", ou changements de température, de pression et d'humidité causés par l'absorption de la lumière du soleil par l'atmosphère. Ils ont également utilisé des données provenant d'une application anglaise du nom de WeatherSignal, qui collecte des données à partir de Smartphones du monde entier.

Selon les résultats de l'étude, la sensibilité des capteurs des téléphones mobiles est suffisante pour collecter des informations importantes sur l'état de l'atmosphère, en tout lieu et à tout moment. Cela signifie que les Smartphones sont capables de fournir une grande quantité de données nouvelles pour les prévisions météorologiques.

Alertes précoces en temps réel 

Les chercheurs suggèrent à présent de construire un système d'informatique en nuage qui permettra de collecter les données atmosphériques fournies par les Smartphones par le biais d'une application. Ces données seront ensuite traitées et renvoyées aux utilisateurs sous forme de prévision ou d'alertes en temps réel, où qu'ils soient.

"La quantité d'informations utilisable pour prédire les conditions météorologiques, en particulier celles qui arrivent brutalement, est stupéfiante. En Afrique, par exemple, il y a des millions de téléphones portables, alors que les infrastructures météorologiques sont très basiques. L'analyse des données obtenues à partir de millions de téléphones va pouvoir changer la donne".

L'étude pourrait entre autre mener à une meilleure surveillance et prévisions des crues éclair. "Nous sommes aujourd'hui témoins d'une augmentation des phénomènes atmosphériques extrêmes dans le monde entier, entre autres de pluies torrentielles, dont certaines provoquent des inondations dangereuses et des crues éclair", déclare le Prof. Price. "La fréquence de ces inondations intenses augmente. Nous ne pouvons pas empêcher ces tempêtes de se produire, mais nous pourrons bientôt utiliser les données des Smartphones pour réaliser des prévisions exactes et les répercuter en temps réel aux personnes qui se trouvent en danger, sous forme d'alertes précoces, transmises par les téléphones mobiles, permettant de sauver des vies", conclue le Prof. Price.