Slide background
Slide background
Slide background

nov1

A LA UNE

Les dernières nouvelles de l'Université de Tel-Aviv


video

VIDEOS

vid1

semel uni2

SOUTENIR L’UNIVERSITÉ

Soutenez la recherche et les étudiants


Théologie

Que sont les Juifs ? par un professeur de l'Université de Tel-Aviv

Que sont les Juifs ? Une nation ? Une religion ? Une ethnie ? A l'occasion de Tisha Be'Av, voici le résumé d'une conférence du Prof. Menachem Lorberbaum,  fondateur du Département d'Etudes de Culture hébraïque de l'Université de Tel-Aviv et actuel directeur de l'Ecole de philosophie juive, sur la nature du collectif juif et les questions centrales portant sur l'identité juive. Et donc que sont les Juifs ? Une formule très compliquée de collectif.

menachemlorberbaumQue sont les Juifs ? Comment conçoivent-ils eux-mêmes leur collectif ?  "Dans la Bible, les Juifs ne s'appellent pas Juifs, mais fils d'Israël  (Bnei Israël) ou tout simplement Israël", rappelle le Prof. Lorberbaum. "Le terme de Juif (Yehudi) n'apparait que dans le Livre d'Esther dans le sens de personne venant de la terre de Judée (Yehuda). De même dans le Talmud et la Mishna, le nom employé pour désigner les juifs en tant que collectif est Israël".

Pour le Prof. Lorberbaum, les Juifs sont une énigme, c'est pourquoi il est très difficile de faire comprendre à des non-juifs la nature du collectif juif. Il considère trois catégories de base : l'ethnos (ethnie), la nation et la religion. L'ethnie a rapport aux liens du sang, la nation est un groupe dont l'attache essentielle réside dans une conscience de soi, une culture et une langue communes. Il s'agit d'une catégorie identitaire. Enfin le Prof. Lorberbaum définit la religion comme un mode de vie spécifique lié à des rituels et à l'organisation du sacré dans nos vies.

On ne peut réduire le fait juif à une religion, dit-il, car bon nombre de juifs ne sont pas religieux du tout. De plus, les religions qui dominent dans de larges zones où se trouvent également des juifs, comme le christianisme et l'islam, ont une ambition universelle, et peuvent inclure de nombreuses ethnies et nations différentes. Ce qui n'est pas le cas du judaïsme. Les Juifs au contraire sont un groupe.

Un collectif complexe

Pourtant, on ne peut pas dire qu'il s'agit d'un groupe ethnique, dont les membres sont  reliés par des liens du sang : "Promenez-vous dans la rue à Tel-Aviv et regardez autour de vous: on ne peut pas dire que les Juifs forment un groupe possédant une unicité ethnique. Bien qu'il est possible qu'ils l'aient été dans l'histoire…mais aujourd'hui il est très difficile de dire des Juifs qu'ils forment un groupe ethnique". Peut-on dire alors qu'ils forment une nation ? Mais l'histoire des Juifs au cours de ces 2000 dernières années est une histoire de communautés en diaspora, et jusqu'aujourd'hui ils sont dispersés dans le monde entier.

On se trouve donc devant un collectif complexe: " Il y a une souplesse des concepts qui définissent le collectif juif qui permet des identités complexes juxtaposant les catégories, comme celles de juif français ou français juif, juif américain etc…Ce rapport complexe entre les catégories est exceptionnel dans le monde. Un Anglais est Anglais. Et généralement protestant. Un Français sait ce que veut dire être Français, et est la plupart du temps catholique. Il s'agit d'identités sans lignes de démarcation. Une exception est à faire avec les Etats-Unis, qui ont inventé le pluralisme. Les Américains ont une identité collective forte, mais cependant assez souple pour permettre aux groupes de préserver leur identité propre". 

"La plupart des groupes dans le monde se fondent sur  un seul de ces trois principes: le catholicisme ou l'islam sur le principe de la religion, un pays comme les Etats-Unis par exemple sur celui de la nation, les tribus d'Afrique peuvent se déterminer comme des unités ethniques etc. De même la plupart des pays du monde ont pour origine des Etats-nations; ce sont des groupes ethniques qui ont fondé une nation pour raison politique, et ont adopté une religion universelle indépendamment des deux autres éléments".

Une nation qui "imite" les unités ethniques et possède une religion qui lui est propre

Mais les Juifs ne sont aucun des trois :"Selon moi", explique le chercheur, "les Juifs sont d'abord une nation, un groupe national. Ce qu'ils ont en commun c'est d'abord une culture, une langue, et une conscience du collectif. Mais ils 'imitent' les unités ethniques dans leurs coutumes maritales, c'est-à-dire qu'ils ne se marient qu'entre eux. C'est très trompeur. Les juifs ne sont pas une unité ethnique, mais ils se comportent de la sorte. De plus, cette nation possède une religion à laquelle elle s'identifie. La religion juive ne se considère pas comme une religion universelle, mais comme une religion qui appartient à un peuple spécifique".

Pour le Prof. Lorberbaum, la question du collectif juif précède donc la religion :

"La sortie d'Egypte vient avant la Torah. C'est pendant la sortie d'Egypte que se cristallise un collectif autour des expériences, de la langue et des souvenirs communs, qui constitue la base du don de la Tora. Ce n'est pas la Tora qui créée le peuple d'Israël, mais l'expérience commune. Qu'est-ce qui a permis sa survivance dans l'histoire ? L'expérience commune de l'exil et de la rédemption. La loyauté au groupe national passe avant la loyauté à la religion. C'est le principe "Tout Israël est responsable de son prochain" (Kol Israël Arevim ze leze), qui parle à tout juif, religieux ou non. Les juifs sont d'abord un groupe avec un patrimoine culturel commun, dont les coutumes maritales imitent celles des groupes ethniques, et qui a une tradition religieuse très forte et qui se considère comme n'appartenant qu'à elle.

Dans ce modèle l'histoire vient avant le politique. Le politique se crée à l'intérieur de l'expérience historique. C'est une formule très compliquée".