Slide background
Slide background
Slide background

nov1

A LA UNE

Les dernières nouvelles de l'Université de Tel-Aviv


events

EVENEMENTS

video

VIDEOS

vid1

semel uni2

SOUTENIR L’UNIVERSITÉ

Soutenez la recherche et les étudiants


Psychologie

Bientôt dans le paquetage des soldats israéliens: un système d’entraînement du cerveau pour éviter les troubles post-traumatiques graves

Peut-on prévoir qui est prédisposé à développer un syndrome de stress post-traumatique? Peut-on en endiguer le développement et soulager ainsi les souffrances de dizaines de jeunes et souvent même de familles entières dans un pays en situation de guerre quasi-permanente comme Israël?

Trauma-300x170

Une glande cérébrale qui influence le développement des troubles post-traumatiques

Des moyens technologiques ultramodernes d’imagerie médicale on été utilisés dans une étude réalisée par le Prof. Telma Hendler, chef de l’Institut pour l’étude du fonctionnement du cerveau de l’Université de Tel-Aviv, en collaboration avec le centre médical Souratsky, sur les phénomènes post-traumatiques chez les soldats des unités combattantes effectuant leur service militaire.

L’étude, réalisée sur des soldats à leur arrivée à l’armée et deux ans plus tard, montre que 10% des sujets suivis ont développé un syndrome de stress post-traumatique sévère, et revivent constamment les évènements, traumatisants comme s’ils se déroulaient à chaque fois dans le présent. Les 90% restant réussissent à continuer de vivre normalement, malgré leurs souvenirs. Il semblerait que les sujets présentant à leur arrivée une hyperactivité de la glande amygdale, noyau central de l’élaboration émotionnelle dans le cerveau, souffrent généralement de davantage de symptômes de stress que les autres sujets observés. Au cours du second examen il s’est également avéré que chez ces soldats, la région du cerveau liée à l’élaboration des souvenirs (hippocampe) avait subi des modifications plus importantes que les autres à la suite de l’exposition au stress mental.

Un entraînement du cerveau

A la suite de ces résultats, le Prof. Hendel, en collaboration avec le Prof. Nathan Intrator de l’Ecole des sciences informatiques, développe actuellement un système ultramoderne d’entraînement du cerveau en circuit fermé, basé sur les méthodes de l’IRM et de l’électro-encéphalographie (EEG), permettant l’enregistrement de l’activité électrique du cerveau profond, destinée à aider les soldats à faire face au stress qu’ils vivent pendant leur service. Pendant l’expérience les soldats seront équipés d’un appareil d’électro-encéphalogramme portable qui mesurera l’activité électrique de leur cerveau pendant leur service, même sur le terrain. A l’aide de cet appareil, ils pourront « écouter » leur cerveau et effectuer des exercices cérébraux particuliers, orientés spécifiquement vers les zones cérébrales profondes responsables des réactions émotionnelles en situation de stress. Les chercheurs espèrent qu’un entraînement focalisé et répétitif, en particulier immédiatement après l’exposition à des évènements traumatiques en diminuera l’influence sur le cerveau, et empêchera le développement de dommages cérébraux graves

Page 4 sur 4