Slide background
Slide background
Slide background

nov1

A LA UNE

Les dernières nouvelles de l'Université de Tel-Aviv


video

VIDEOS

vid1

semel uni2

SOUTENIR L’UNIVERSITÉ

Soutenez la recherche et les étudiants


Le bébé éléphant était un met de choix pour l'homme du Neandertal, d'après les archéologues de l'Université de Tel-Aviv

Selon une étude du Prof. Ran Barkai et de sa doctorante Hagar Reshef, du Département d'archéologie et des anciennes cultures du Proche-Orient de l'Université de Tel-Aviv, les éléphants juvéniles étaient particulièrement recherchés et chassés intentionnellement par les premiers hominidés en raison de leur gout et de leur valeur nutritive.

BébéséléphantsL'étude sera publiée dans l'un des prochains numéros de la revue Quaternary International.

Les termes "Néandertal" et "fin gourmet" ne semblent pas aller de pair. Pourtant, pour le Prof. Ran Barkai et sa doctorante Hagar Reshef, les préférences alimentaires existaient déjà chez les premiers hominidés. "Le gout joue un rôle essentiel dans la vie humaine, et les préférences gustatives sont intégrées dans l'empreinte sociale et culturelle" dit Hagar Reshef.

Lors des fouilles de la grotte de Qesem, à 25km à l'est de Tel-Aviv, les archéologues de l'UTA ont déjà découvert la preuve que l'homme du Neandertal utilisait le feu pour faire cuire la viande (Archéologie: les traces du premier foyer allumé par l'homme découvertes à proximité de Tel-Aviv), et que l'éléphant a constitué la base de l'alimentation humaine de la région jusqu'à il y a 400 000 ans (voir: Il y a 400000 ans on souffrait déjà de la pollution).

Le gout, force motrice de l'évolution humaine

Aussi les chercheurs ont-ils exploré les liens nutritionnels et culturels entre les humains et les éléphants à la période paléolithique pour tenter de détecter les préférences gustatives de nos ancêtres et d'examiner leur rôle dans leurs prises de décision concernant la chasse et la consommation de l'animal."Il est impossible d'évaluer directement les préférences gustatives des hommes de l'époque paléolithique" explique Hagar Reshef, "mais il existe un grand nombre de preuves circonstancielles. Nous avons compilé des rapports ethnico-historiques sur la consommation de l'éléphant en Afrique pour tenter d'établir des modèles basés sur les préférences gustatives. Puis nous avons exploré des assemblages faunistiques paléolithiques contenant des vestiges d'éléphants pour tenter de détecter si ces préférences ont pu influencer la sélection de la nourriture dans le lointain passé".

Selon les chercheurs, les jeunes éléphants étaient probablement plus faciles à chasser que les grands. Mais étaient-ils également particulièrement recherchés parce que leur viande était meilleure ? D'après Hagar Reshef, "les deux éléments, à la fois la vulnérabilité et le gout sont pertinents. Nous suggérons que les premiers hominidés auraient eu des préférences gustatives et que la viande d'éléphant a joué un rôle important dans leur alimentation, lorsqu'elle était disponible. En outre, les preuves archéologiques couplées avec les observations ethnographiques et l'étude de mammouths de la période glaciaire suggèrent que les éléphants juvéniles étaient particulièrement recherchés et chassés intentionnellement car leur viande et leur graisse semblent avoir eu un meilleur goût et également, d'après leur composition, une meilleure valeur nutritive.

Pourquoi est-il intéressant de connaitre les préférences alimentaires de l'homme du Neandertal ? Pour la chercheuse : " les préférences de gout de nos ancêtres ont été une force motrice de l'évolution humaine car ils ont poussé à la créativité et au développement de capacités technologiques".