Slide background
Slide background
Slide background

nov1

A LA UNE

Les dernières nouvelles de l'Université de Tel-Aviv


events

EVENEMENTS

video

VIDEOS

vid1

semel uni2

SOUTENIR L’UNIVERSITÉ

Soutenez la recherche et les étudiants


Arts

Le film "Paris sur l'eau" d'Hadas Ayalon du Département de Cinéma de l'UTA nommé pour l'Oscar américain du meilleur film d'étudiant

"Paris sur l'eau", réalisé par Hadas Ayalon comme travail de Master dans le cadre du Département de Cinéma et Télévision de l'Université de Tel-Aviv est l'un des dix candidats au Prix du meilleur film d'étudiants de l'Académie américaine du Cinéma pour l'année 2014 dans la catégorie des films étrangers.

Paris on the Water 3s"Paris sur l'eau", film d'Hadas Ayalon du Département de Cinéma de TAU a été nommé pour le 41e Prix de l'Académie américaine du Cinéma réservée aux films d'étudiants, dans la catégorie des films étrangers. Il est en compétition avec neuf autres films d'étudiants venant de Grande-Bretagne, d'Allemagne, de Slovénie, de Hollande, de France, du Danemark et de Corée du sud, pour l'obtention de l'une des trois médailles qui seront décernées le 7 juin prochain à Hollywood. Quarante-et-un étudiants américains sont également candidats dans les autres catégories.

"Paris sur l'eau" raconte l'histoire de Batia, (Myriam Zohar), ancienne actrice célèbre, qui après des années de frustration professionnelle a l'occasion de retourner à l'écran. Mais un évènement inattendu le jour de l'audition l'oblige à se confronter à son mari (Ilan Dar) et avec ses priorités dans la vie. Le film tire son nom de son plus grand film (fictif) tourné dans le passé. Le film a été réalisé par Daniel Miller, monté par Aya Somech et produit par Rotem Alima. Il sera projeté début juin en première au festival étudiant à Tel-Aviv.

L'Oscar du meilleur film d'étudiants a été institué par l'Académie américaine du Cinéma en 1972 dans le but d'encourager l'excellence et la créativité dans les écoles de cinéma aux Etats-Unis et dans le monde. C'est la septième fois qu'un film mis en scène par des étudiants du Département de Cinéma et de Télévision de l'Université de Tel-Aviv est candidat à l'oscar du meilleur film d'étudiant étranger. Parmi les films candidats des années précédentes on trouve Pinhas de Pini Tavger, Drahim (Chemins) de Lior Geler et Laila Afel (Nuit obscure) de Léon Prudovsky.

Le metteur en scène du film, Hadas Ayalon s'est avouée surprise de cette nomination : "Je me suis sentie comme dans un rêve" a-t-elle déclaré. 

 Paris on the Water 2s 1

Le projet cinématographique "Eau" de l'Université de Tel-Aviv a gagné le Prix Amnesty International

Le projet commun de réalisateurs israéliens et palestiniens "Eau" réalisé dans le cadre du Département de Cinéma et de Télévision de l'Université de Tel-Aviv vient de recevoir le prix Amnesty International France, sans même avoir posé sa candidature

Still-Waters

Le projet "Eau", réalisé en commun par des cinéastes israéliens et palestiniens dans le cadre de l'UTA, a reçu le prix attribué par la section française d'Amnesty International pour l'année 2013. Dans le cadre de ce projet, conçu à l'initiative et sous la direction de la cinéaste Yael Perlov, professeur au Département de Cinéma de l'université, ont été produits neuf courts-métrages, autour du thème de l'eau. Les neufs films ont été tournés et montés par des équipes communes d'Israéliens, juifs et palestiniens. Le but du projet "Eau" était de créer une sortie de "laboratoire" de réalisation cinématographique commun à des créateurs Israéliens et Palestiniens.

Le projet, arrivé à son terme depuis plus d'un an, a depuis été présenté lors de nombreux festivals dans le monde entier, notamment l'an dernier en ouverture du Festival de Venise (voir notre article du 1/08/2102). Récemment, il a participé au 36e Festival de cinéma Henri Langlois, Festival international des écoles de cinéma du nom du fondateur de la Cinémathèque française, qui se déroule tous les ans en décembre à Poitiers et auquel participent des institutions de formation au cinéma du monde entier. Le jury Amnesty International France a décidé d'attribuer le prix de cette année au projet commun israélo-palestinien, sélectionnés parmi 120 créations cinématographiques présentées, plutôt que de récompenser individuellement un jeune cinéaste comme elle le fait d'habitude.

Rompre "la spirale mortifère des haines" au Proche-Orient

"Le prix nous a d'autant plus surpris que nous n'avions pas posé notre candidature" raconte Yael Perlov, présente au festival pour représenter l'université lors d'un débat sur l'avenir du cinéma. "Les réalisateurs ont tous été très heureux de la nouvelle et nous avons reçu des réactions qui nous encourage à continuer".

Parmi les motifs avancés par le jury, il est signalé que le projet a permis aux jeunes cinéastes israéliens et palestiniens de travailler ensemble et d'apprendre à se connaitre et à se comprendre, rompant ainsi "la spirale mortifère des haines" au Proche-Orient: "C'est donc, outre la qualité cinématographique de l'ensemble des courtsmétrage du "projet Water", ce message d'échange et de dialogue , force conciliatrice de l'art, que nous avons primé".

Cinq films du Département de Cinéma de l'université de Tel-Aviv seront projetés au prestigieux Festival de Montréal

Cinq parmi les films réalisés au du Département de Cinéma et de Télévision de l'université de Tel-Aviv, ont été choisi pour participer cette année au Festival international de Montréal, considéré comme une plate-forme de premier ordre pour le lancement des films dans le monde.

GloriaGloria, le film de Tamar Baruch, qui a gagné il y a un mois le prix du meilleur film auto-documentaire au Festival de Jérusalem, a été sélectionnée pour participer à la compétition mondiale du film documentaire du Festival. Il raconte l'histoire de Bruder, jeune garçon souffrant d'insomnie, qui se heurte à la jeune amie de son père alors qu'elle s'apprêtait à quitter la maison au milieu de la nuit, et y gagne une occasion d'apprendre à mieux la connaître et à se connaître lui-même.

Produit maisonTrois films supplémentaires participeront à une projection spéciale sous le titre "Les meilleurs films d'étudiants du monde": Produit maison (Totzeret Bait) de Lior Saguy, qui retrace le combat d'une mère qui tente de réhabiliter le nom de son fils arrêté pour suspicion de viol de mineur, Honey Moon de Maayan Cohen, qui décrit les relations qui vont en se dégradant d'un couple séjournant dans un hôtel de luxe pour sa lune de miel, et "Michael" d'Avi Yagil, sur les rapports entre deux frères qui évoluent lorsque le plus jeune tue le chien de la famille. Le film "Il n'y a pas de rue à ce nom" (Ein Rehov caze) de Yonatan Peretz, qui raconte la rencontre entre une jeune fille et une SDF qui lui sauve la vie, sera projeté dans le cadre de la section Regard sur les cinémas du monde (hors compétition). 

Honey Moon

Le Festival des Films du Monde de Montréal a pour but d'encourager l'art cinématographique de tous les continents en stimulant le développement d'un cinéma de qualité, de faire connaître le cinéma d'auteur et de découvrir de nouveaux talents. Chaque année, les films d'environ 80 pays, réalisés aussi bien par des réalisateurs chevronnés que par des débutants, sont sélectionnés.

Le 37e Festival international du Film de Montréal se déroulera du 22 août au 2 septembre 2013.