Slide background
Slide background
Slide background

nov1

A LA UNE

Les dernières nouvelles de l'Université de Tel-Aviv


events

EVENEMENTS

video

VIDEOS

vid1

semel uni2

SOUTENIR L’UNIVERSITÉ

Soutenez la recherche et les étudiants


Arts

Une étudiante de l'Université de Tel-Aviv remporte l'Astor d'Or du Festival international du Film de Mar del Plata

Exploit sans précédent pour une étudiante de l'Ecole de cinéma Steve Tisch de l'Université de Tel-Aviv, Hadas Ben Aroya dont le film de fin d'études "Les gens qui ne sont pas moi" ("People that are not me") a remporté l'Astor d'or du 31e Festival international du Film de Mar del Plata, considéré comme l'un des dix plus importants festivals de films dans le monde, qui vient de se dérouler en Argentine du 18 au 27 novembre. Hadas, dont c'est le premier long métrage, était en compétition avec des metteurs en scène célèbres du monde entier. Son film décrit le drame des jeunes de la génération Y, perdus dans une recherche vaine d'intimité qu'ils n'arrivent pas à atteindre.

HadasBenArroyo"Les gens qui ne sont pas moi", film de fin d'études écrit, réalisé et interprété dans le rôle principal par Hadas Ben Aroya, étudiante de l'École de cinéma de l'Université de Tel-Aviv, a reçu le Prix du Meilleur Film du prestigieux Festival international du Film de Mar Plata, événement sans précédent dans le monde du cinéma estudiantin. Le film, candidat dans la catégorie longs métrages face à des metteurs en scène célèbres du monde entier avait été présenté en première en Israël au Festival de Haïfa, et en première mondiale au Festival international du Film de Locarno.

L'intrigue suit Joy, jeune femme d'une vingtaine d'années, qui cherche sa place dans le monde des "dates". Elle a du mal à faire face à la séparation d'avec son partenaire, et ne le laisse pas partir, jusqu'à ce qu'elle rencontre Nir, intellectuel bavard qui vit librement et éveille son inspiration. Mais Joy ne parvient pas à tomber vraiment amoureuse de Nir, et en attendant ne cesse de coucher avec d'autres garçons. Le film d'Hadas Ben Aroya raconte l'histoire des jeunes de la génération Y, qui aspirent à une intimité qu'ils ne parviennent pas à atteindre, et parlent sans cesse sans arriver à être authentiques.

Toucher le coeur des gens

Selon du jury, "la jeune metteur en scène israélienne développe un personnage perdu dans un présent qui ne la satisfait pas, et ne parvient pas à se débarrasser de son passé. Avec un jeu naturel et organique, un script acéré, un humour tout à la fois sensible et cynique, elle réussit dans son premier film  très juste, à analyser les conflits, les craintes et la vulnérabilité universelle en filmant de près avec une fluidité envoûtante. Le film d'Hadas est née d'une contemplation intérieure et présente les craintes que partage toute une génération ".

Dans une interview réalisée immédiatement après la remise du prix, Hadas a raconté que le film a été réalisé avec un petit budget, avec des amis qui ont cru en lui. "Nous voulions faire du cinéma et dire à travers lui quelque chose d'important pour nous. L'obtention du prix montre que ce qui est important n'est pas le budget ni la quantité des effets spéciaux, mais le fait d'être fidèle à soi-même et à ce que l'on ressent, et de réussir à toucher le cœur des gens. Cela me rend très heureuse par rapport à l'industrie du cinéma et au monde en général".

Créé en 1954, le Festival international du Film de Mar del Plata (Argentine) remet chaque année des prix Astor en hommage au compositeur argentin Astor Piazzolla. 

Une étudiante de l'Ecole de cinéma de l'Université de Tel-Aviv lauréate de l'Oscar du film d'étudiant

"La plus belle des femmes", film de Maya Sarfaty, étudiante de l'Ecole de cinéma Steve Tisch de l'Université de Tel-Aviv, qui rapporte l'histoire véridique de deux sœurs sauvées d'Auschwitz grâce à la liaison amoureuse de l'une d'entre elles avec un officier SS, a gagné l'oscar du meilleur film d'étudiant à Hollywood pour l'année 2016, dans la catégorie "documentaires étrangers". La cérémonie de remise des médailles aura lieu le 22 septembre, mais Maya, seule sélectionnée dans sa catégorie, est d'ores et déjà sûre d'obtenir une médaille d'or.

LaplusbelledesfemmesL'Académie américaine de Cinéma et télévision a annoncé lundi 29 aout la liste des 17 lauréats de la 43e compétition du film d'étudiant. Les gagnants participeront à une semaine d'évènements à Los Angeles qui culminera avec la cérémonie de remise des oscars le 22 septembre au théâtre Samuel Goldwyn de Beverly Hills, au cours de laquelle les médailles d'or d'argent et de bronze seront annoncées et remises dans 7 catégories.

"La plus belle des femmes" est basé sur l'histoire réelle du soldat SS Franz Wunsch, garde à Auschwitz, tombé amoureux d'Helena Citronova, une jeune prisonnière juive de Slovaquie. En contrepartie de son affection et de ses faveurs sexuelles, Wunsch la fit échapper, elle et sa sœur Rosinka, à une mort certaine.

"Helena fut dans les premiers convois pour Auschwitz", raconte Maya Sarfaty. "Au bout d'un an, elle rencontra Franz Wunsch, un officier SS autrichien, et une relation amoureuse s'est tissée en eux. Il l'aida pendant plusieurs années. A cette même époque, sa sœur Rosa qui vivait à Bratislava, fut envoyée à Auschwitz trois jours après avoir donné naissance à son fils. Helena la reconnaît dans la file des prisonniers et se fait aider par Franz qui la sort des chambres à gaz, sans cependant réussir à sauver ses deux enfants".

Après avoir survécu à l'Holocauste, les deux sœurs immigrent en Israël en 1948 et changent leur nom. Helena devient Tzipora Tahori et Rosa, Shoshana Orenstein. "Quelques années plus tard, Tsipora reçoit une lettre de la femme de Franz, lui demandant de venir témoigner au procès menée contre lui à Vienne. Elle y va et témoigne 'de toute la vérité, le bon comme le mauvais' selon ses termes. Franz est acquitté".

Le film, court-métrage de 32 minutes, avait gagné en 2015 le Prix David Perlov de la meilleure création documentaire, alors qu'il était en phase de production.

Les oscars du Film d'étudiant ont été établis en 1972 pour fournir une plateforme aux jeunes cinéastes talentueux dans le monde et leur permettre de se faire connaitre et de présenter leurs travaux.

 

Article lié: Une étudiante en cinéma de l'Université de Tel-Aviv finaliste aux Oscars pour étudiants 2016

L'Ecole de Cinéma de l'Université de Tel-Aviv choisie parmi les 15 meilleures du monde

Pour la troisième année consécutive, l'Ecole de Film et Télévision Steve Tisch de l'Université de Tel-Aviv parvient à pénétrer dans la prestigieuse liste du magazine Hollywood Reporter. Elle se classe parmi les 15 premières écoles du monde dans le domaine du cinéma, et la première en Israël.

Homeland saison 03"Nous avons pris cette années de nouvelles mesures qui permettent aux étudiants de créer des longs métrages" explique Yaron Bloch, directeur de l'Ecole. "L'une de nos grandes réussites à cet égard est le film d'Hadas Ben Aroya Les gens qui ne sont pas moi qui a été projeté au Festival de Locarno. De plus, il existe peu d'écoles de cinéma aussi productives que la notre: nous avons produit cette année 110 à 120 films d'étudiants. Selon lui, le succès du Festival international du film d'étudiants organisé par l'Université en coopération avec la Mairie de Tel-Aviv, a également contribué à attirer l'attention des auteurs du classement.

Le Hollywood Reporter fait référence à la contribution du célèbre producteur de cinéma et de télévision Steve Tisch, qui a fait don l'année dernière de dix millions de dollars à l'Ecole. La contribution de Tisch a permis à l'Ecole d'améliorer ses programmes d'études, d'offrir des bourses d'études et de  production de films à une échelle sans précédent, ainsi que l'achat d'équipement du plus haut niveau professionnel, la rénovation du bâtiment de l'école et la création de partenariats internationaux.

Créé en 1972, le département de Film et Télévision de l'UTA est la plus ancienne et la plus grande école de cinéma du pays. Il comprend plus de 120 professeurs, et plus de 1000 étudiants y étudient chaque année. Environ deux cent courts-métrages y sont produits tous les ans par les étudiants de B.A. et M.A. L'Ecole participe à la réalisation de programmes télévisés en coopération avec les chaînes commerciales. Ses films sont projetés chaque année dans près de 500 festivals internationaux, et ont obtenus une douzaine de prix d'institutions comme le CILECT, la Cinéfondation du Festival de Cannes et l'Académie américaine de Cinéma. Ses diplômés sont parmi les producteurs et réalisateurs les plus connus en Israël (Eran Riklis, Yaron Shani, Ari Folman, Eitan Fuchs etc.). 

Il a lancé la carrière des créateurs des séries télévisées ondialement connus comme In Treatment (Hagai Lévi) ou Homeland (Gidi Raff), ainsi que du film d'animation Valse avec Bashir, en compétition pour l'Oscar 2009 (Ari Folman).

 

Une étudiante en cinéma de l'Université de Tel-Aviv finaliste aux Oscars pour étudiants 2016

Maya Sarfaty, étudiante de MA de l'Ecole de Film et telévision Steve Tisch de l'Université de Tel-Aviv est parmi les trois finalistes de l'Oscar des étudiants de l'Académie américaine de cinéma pour 2016 dans la catégorie "documentaires étrangers", pour son film "La plus belle des femmes", histoire d'amour impossible entre un officier SS et une prisonnière juive à Auschwitz.

maya-zarfati-580-330La plus belle des femmes raconte l'histoire des sœurs Tzitron dont la cadette, Helena, réussit, grâce à l'amour de l'officier SS Franz Wantsch, à sauver des chambres à gaz son ainée, Rozinka, mais pas ses deux enfants.

Le film avait remporté en 2015 le prix David Perlov de la meilleure création documentaire alors qu'il était encore à l'état de projet, ainsi que le prix Bernstein de la Jerusalem Foundation. "Par son travail sans compromis, qui exploite toutes les pièces d'archives dans leurs moindres de détail pour les connecter au contemporain, Maya Tsarfati parvient à raconter une histoire d'amour impossible entre un bourreau et sa victime. Avec obstination et dextérité cinématographique elle créé une mosaïque complexe qui traite de la vie, la mort et l'amour. Il s'agit d'une création documentaire stimulante intellectuellement et émouvante qui touche à l'âme de ses personnages".

Maya raconte être parvenue à ce récit grâce à la fille de la grande sœur, Rosa, qui fut son professeur de théâtre à l'école d'Art "Habustan" de Netanya, où elle enseigne elle-même actuellement. Le film comprend entre autres des témoignages filmés des deux sœurs et de l'officier SS.

Les Oscars des étudiants ont été crées en 1973 pour "soutenir et encourager l'excellence cinématographique au niveau universitaire". Ils sont remis dans 7 catégories. Comme chaque année, les finalistes seront invités à Los Angeles pour une semaine d'activités et d'évènements réseau qui se conclura par la cérémonie de remise des prix le 22 septembre à Los Angeles.

En 2014, l'étudiante de MA Hadas Ayalon avait obtenu la médaille d'argent de l'Oscar du meilleur film d'étudiant dans la catégorie des films étrangers pour son court-métrage "Paris sur l'eau".

Arte et l'Université de Tel-Aviv: coproduction exceptionnelle sur les dernières années de la vie de Ben-Gourion

Les cinéastes Yael Perlov et Yariv Mozer, tous deux anciens étudiants et enseignants de l'Université de Tel-Aviv, ont élaboré un documentaire de 55 minutes à partir d'une interview intime exceptionnelle de 6 heures de l'un des plus grands leaders de l'histoire moderne, découverte par hasard dans les profondeurs des archives. Le film, qui a été présenté les 13 et 14 juillet au Festival de Jérusalem, sera prochainement projeté sur la chaine 8 de la télévision israélienne et sur Arte.

BenGourion1L'interview avait été donnée par David Ben-Gourion à une équipe israélo-britannique qui voulait faire un film sur sa vie, en 1968, 5 ans avant sa mort, alors que l'ancien homme d'Etat, âgé de 82 ans, vivait reclus dans sa maisonnette de Sde Boqer dans le désert du Néguev, loin de la vie politique. Elle a été retrouvée par Yael Perlov, monteuse et productrice du film, dans les archives Steven Spielberg de films juifs à Jérusalem alors qu'elle restaurait les films de son père, le cinéaste documentaire David Perlov.

" Il y a très peu de matériel d'archives sur Ben-Gourion en Israël, car la télévision israélienne n'a débuté qu'en 1968" explique la cinéaste. "Six heures d'enregistrement avec lui constituent donc un véritable trésor".

"Un homme politique qui ne pense qu'à sa popularité est un homme dangereux"

Le premier Premier ministre d''Israël, fondateur de Tsahal, y parle avec une franchise surprenante à la fois de sujets personnels, comme sa nostalgie pour sa femme Paula, décédée 4 mois auparavant ("Depuis que Paula est décédée, je suis seul. La moitié de moi-même"), ses relations avec son père, ou son attirance pour le bouddhisme, et de son rôle dans l'histoire du peuple juif, et ses angoisses quant à l'avenir de l'Etat qu'il a créé.

"Un homme politique qui ne pense qu'à sa popularité et pas aux choses qui doivent être faites, qu'elles soient plaisantes ou non, est un homme dangereux", peut-on l'entendre dire. Ou encore : "Il vaut mieux se tromper en démocratie que d'adopter une autre conception".

mozerperlovLe film est une coproduction israélo-française, réalisé avec Arte, Radio Canada et la chaine 8 de la télévision israélienne. On également participé à son financement la chaine régionale de télévision allemande NDR, la Fondation Rabinovitch pour les Arts, la Fondation Makor, la Fondation Gesher, la Fondation Avi Chai, l'Institut Ben-Gurion Heritage, l'Institut Ben-Gourion pour l'étude du sionisme et le Fonds national juif. Une version plus longue est prévue pour le cinéma.

Yael Perlov et Yariv Mozer, metteur en scène du film, tous deux anciens étudiants et actuels enseignants du Département de Cinéma de l'Université de Tel-Aviv (devenu Ecole Steve Tisch de Film et Télévision). Yael Perlov a initié et assuré la direction artistique des projets "Café", "Eau" (qui a gagné le Prix de la section française d'Amnesty international en 2013) et "Sport", tournés et montés par des équipes d'Israéliens et de Palestiniens. Ses projets ont été récemment mis à l'honneur en France et lui ont valu la médaille de la ville de Poitiers. Yariv Mozer est membre de l'Académie européenne du cinéma, du Forum israélien des réalisateurs de films documentaires et de l'Académie israélienne du cinéma et de télévision. En 2010, il a été le premier israélien à être intégré au programme européen des entrepreneurs de l'audiovisuel EAVE. Son documentaire "Les hommes invisibles" sur les homosexuels palestiniens a obtenu le premier prix du Festival de cinéma LGBT de San Francisco, et son premier film de fiction,le Jardin des arbres morts (en hébreu « des escargots sous la pluie »), sorti en 2013 a fait l'ouverture du festival international du film LGBT deTel-Aviv.

 

Sur la photo du bas: Yael Perlov, monteuse et productrice du film et Yariv Mozer, metteur en scène.