Slide background
Slide background
Slide background

nov1

A LA UNE

Les dernières nouvelles de l'Université de Tel-Aviv


video

VIDEOS

vid1

semel uni2

SOUTENIR L’UNIVERSITÉ

Soutenez la recherche et les étudiants


Arts

Arte et l'Université de Tel-Aviv: coproduction exceptionnelle sur les dernières années de la vie de Ben-Gourion

Les cinéastes Yael Perlov et Yariv Mozer, tous deux anciens étudiants et enseignants de l'Université de Tel-Aviv, ont élaboré un documentaire de 55 minutes à partir d'une interview intime exceptionnelle de 6 heures de l'un des plus grands leaders de l'histoire moderne, découverte par hasard dans les profondeurs des archives. Le film, qui a été présenté les 13 et 14 juillet au Festival de Jérusalem, sera prochainement projeté sur la chaine 8 de la télévision israélienne et sur Arte.

BenGourion1L'interview avait été donnée par David Ben-Gourion à une équipe israélo-britannique qui voulait faire un film sur sa vie, en 1968, 5 ans avant sa mort, alors que l'ancien homme d'Etat, âgé de 82 ans, vivait reclus dans sa maisonnette de Sde Boqer dans le désert du Néguev, loin de la vie politique. Elle a été retrouvée par Yael Perlov, monteuse et productrice du film, dans les archives Steven Spielberg de films juifs à Jérusalem alors qu'elle restaurait les films de son père, le cinéaste documentaire David Perlov.

" Il y a très peu de matériel d'archives sur Ben-Gourion en Israël, car la télévision israélienne n'a débuté qu'en 1968" explique la cinéaste. "Six heures d'enregistrement avec lui constituent donc un véritable trésor".

"Un homme politique qui ne pense qu'à sa popularité est un homme dangereux"

Le premier Premier ministre d''Israël, fondateur de Tsahal, y parle avec une franchise surprenante à la fois de sujets personnels, comme sa nostalgie pour sa femme Paula, décédée 4 mois auparavant ("Depuis que Paula est décédée, je suis seul. La moitié de moi-même"), ses relations avec son père, ou son attirance pour le bouddhisme, et de son rôle dans l'histoire du peuple juif, et ses angoisses quant à l'avenir de l'Etat qu'il a créé.

"Un homme politique qui ne pense qu'à sa popularité et pas aux choses qui doivent être faites, qu'elles soient plaisantes ou non, est un homme dangereux", peut-on l'entendre dire. Ou encore : "Il vaut mieux se tromper en démocratie que d'adopter une autre conception".

mozerperlovLe film est une coproduction israélo-française, réalisé avec Arte, Radio Canada et la chaine 8 de la télévision israélienne. On également participé à son financement la chaine régionale de télévision allemande NDR, la Fondation Rabinovitch pour les Arts, la Fondation Makor, la Fondation Gesher, la Fondation Avi Chai, l'Institut Ben-Gurion Heritage, l'Institut Ben-Gourion pour l'étude du sionisme et le Fonds national juif. Une version plus longue est prévue pour le cinéma.

Yael Perlov et Yariv Mozer, metteur en scène du film, tous deux anciens étudiants et actuels enseignants du Département de Cinéma de l'Université de Tel-Aviv (devenu Ecole Steve Tisch de Film et Télévision). Yael Perlov a initié et assuré la direction artistique des projets "Café", "Eau" (qui a gagné le Prix de la section française d'Amnesty international en 2013) et "Sport", tournés et montés par des équipes d'Israéliens et de Palestiniens. Ses projets ont été récemment mis à l'honneur en France et lui ont valu la médaille de la ville de Poitiers. Yariv Mozer est membre de l'Académie européenne du cinéma, du Forum israélien des réalisateurs de films documentaires et de l'Académie israélienne du cinéma et de télévision. En 2010, il a été le premier israélien à être intégré au programme européen des entrepreneurs de l'audiovisuel EAVE. Son documentaire "Les hommes invisibles" sur les homosexuels palestiniens a obtenu le premier prix du Festival de cinéma LGBT de San Francisco, et son premier film de fiction,le Jardin des arbres morts (en hébreu « des escargots sous la pluie »), sorti en 2013 a fait l'ouverture du festival international du film LGBT deTel-Aviv.

 

Sur la photo du bas: Yael Perlov, monteuse et productrice du film et Yariv Mozer, metteur en scène.

Inauguration de l'Ecole de Cinéma et Télévision Steve Tisch de l'Université de Tel-Aviv

L'Ecole de Cinéma et Télévision Steve Tisch a été inaugurée à la Faculté des Arts de l'Université de Tel-Aviv par le producteur et philanthrope américain, qui a également reçu le titre de Docteur honorifique de l'Université lors du récent Conseil des gouverneurs. L'inauguration de l'Ecole, qui fait suite à un don de dix millions de dollars du producteur au célèbre Département de cinéma et de télévision de l'Université en 2015, constitue une étape importante pour l'UTA et l'industrie cinématographique en Israël.

Tischinauguration«Je suis honoré par cette reconnaissance et heureux de soutenir les efforts d'une université à la pointe du développement et de la promotion du talent créatif», a déclaré Steve Tisch lors de la cérémonie. « Lorsque je suis arrivé à l'Université il y a deux ans à titre de président d'honneur du Festival International du Film d'étudiants de Tel-Aviv, j'ai été impressionné par le sens artistique, la passion et l'engagement de ses étudiants», a-t-il ajouté. «Je crois fermement dans le pouvoir de la narration. Les histoires racontées à travers le cinéma et la télévision peuvent briser les barrières et renforcer le dialogue et la compréhension. Mon espoir est d'aider ces étudiants à réaliser leurs rêves et à partager leurs histoires créatives sur la scène internationale".

Un centre de créativité de rang mondial

La donation annoncée l'an dernier a depuis contribué à améliorer le cursus du Département, dont les inscriptions sont en hausse de 30%,  à attirer et à développer les talents de haut niveau, multiplier les bourses d'études, fournir de nouveaux équipements de pointe,  rénover le bâtiment de l'Ecole et susciter de nouvelles collaborations internationales.

«L'investissement de Steve Tisch dans notre université a fait de l'Ecole de cinéma et de télévision un centre de créativité de rang mondial, et continuera à améliorer la formation universitaire et les connaissances pendant de nombreuses années" a déclaré pour sa part le Prof. Joseph Klafter, Président de l'Université de Tel-Aviv.

Yaron Bloch, directeur de l'Ecole Steve Tisch a noté que l'horizon du Département "s'est véritablement élargi dans toutes les directions grâce à M. Tisch, du lancement de nouveaux cours, dont un programme de médias numériques, à l'achat d'équipement de qualité permettant de développer les ambitions créatives de nos étudiants".

TischalinaugurationL'Université de Tel-Aviv a formé des générations de cinéastes et chercheurs devenus des grands noms de l'industrie cinématographique mondiale, dont les metteurs en scène Ari Folman (Valse avec Bashir), Yaron Shani (Ajami), Dror Moreh (The Gatekeepers) tous nommés pour l'Oscar, et les scénaristes-producteurs de télévision Gideon Raff (Homeland) et Hagai Levi (The Affair, In Treatment/En analyse).

Le Hollywood Reporter a classé l'École Steve Tisch de Film & Télévision parmi les 15 meilleures écoles de cinéma internationales pour la deuxième année consécutive.

Cette année encore, l'Ecole a remporté de prestigieux prix lors de festivals à travers le monde entier, dont le Festival mondial du Film de Montréal, le Festival international du Film de Shanghai, le Festival du court-métrage de Palm Springs, le Festival international du Film de Rome, le Festival américain du Film Documentaire et le Festival du film de Sundance.

Steve Tisch est partenaire de la société de production Escape Artists et co-propriétaire, président et vice-président exécutif du club de football new-yorkais Giants. C'est la seule personne a avoir remporté à la fois d'un oscar de l'Académie du cinéma, comme  producteur de Forest Gump, Oscar du meilleur film en 1995, et un anneau du Super Bowl.

Producteur et philantrophe

Depuis plus de trois décennies, il produit des histoires fascinantes pour le cinéma et la télévision, depuis le film télévision The Burning Bed en 1977 acclamé par la critique, à Equalizer, en passant par Risky Business, qui a lancé la carrière de Tom Cruise, A la recherche du bonheur avec Will Smith, The Weather Man avec Nicolas Cage et Michael Caine, L'attaque du métro 123 avec Denzel Washington et John Travolta, American History X et de nombreux autres.

Tisch est également un chef de file dans le secteur philanthropique, fait partie du conseil d'administration du Geffen Playhouse de Los Angeles, du Musée d'art du comté de Los Angeles et du Centre Preston Robert Tisch pour les tumeurs du cerveau de l'Université Duke. Il est le sponsor du centre sportif de l'Université Tufts et du programme Brainsport de l'Université de Californie (UCLA), premier programme au monde de diagnostic et de traitement des jeunes souffrant de lésions cérébrales.

En 2014, Steve Tisch a été le premier président d'honneur du Festival international du film étudiant créé en 1986 par l'Université de Tel-Aviv à TAU, longtemps classé parmi les trois premiers festivals de films d'étudiants du monde, à présent le plus grand festival du film étudiant dans le monde.

Assistaient également à la cérémonie le doyen de la  Faculté des Arts, le Prof. Zvika Serper et Richard Sincère, président des Amis américains de l'Université de Tel-Aviv.

 

Sur la photo du haut, de droite à gquche: Yaron Bloch, directeur de l'Ecole de Cinéma, le Prof. Zvika Serper, doyen de la Faculté des Arts, le Prof. Joseph Klafter, président de l'Université de Tel-Aviv, et Steve Tisch.

(Photos: Israël Hadari)

L'École de Cinéma de l'Université de Tel Aviv au pavillon israélien du Festival de Cannes

L'Ecole de Cinéma et Télévision Steve Tisch de l'Université de Tel-Aviv présentera un programme d'une journée complète dans le cadre du premier Pavillon officiel du Cinéma israélien au village international du Festival de Cannes, du 11 au 22 mai 2016.

PavillonisraeliencannesIsraël sera pour la première fois cette année représenté par un stand officiel au village international du Festival de Cannes, aux côtés de 69 autres pays, à l'initiative du ministère de la Culture et des Sports. L'initiative a pour but de faire connaitre au public le cinéma israélien et de promouvoir son image dans le monde, en mettant l'accent sur son aspect contemporain, ses technologies de pointe et la jeune et talentueuse génération de l'industrie cinématographique israélienne.  

Dans ce cadre, la délégation de l'Ecole de Cinéma de l'Université de Tel-Aviv sera composée de 6 étudiants et 6 enseignants, et  la journée du 12 mai lui sera entièrement consacrée.

La cérémonie d'ouverture de cette journée aura lieu en présence de la ministre de la Culture, et des représentants de l'industrie du cinéma israélien. Y participera Aviva Zimmerman, ancienne étudiante de l'Université, actrice principale et productrice de "Avi Does the Holyland", série web politico-satyrique devenue virale, sur une jeune juive canadienne venue en visite en Israël et tombée amoureuse de la Terre promise.

La journée comprendra plusieurs panels de discussion et tables rondes avec des professeurs du département, notamment sur les nouvelles tendances du cinéma de l'avenir. Seront présentés des films réalisés dans le cadre du Festival Steamer de cinéma interactif et de réalité virtuelle récemment organisé par l'Ecole de Cinéma de l'Université, qui lancera l'an prochain un nouveau programme en media numériques, "le seul de ce type en Israël" précise Yaron Bloch, directeur de l'Ecole.

BlochLelouchAgnesUn panel sera consacré aux nouvelles technologies israéliennes en passe de transformer notre expérience cinématographique, comme la caméra 360 degrés Vuze de la société HumanEyes munie de 8 objectifs, qui met la réalité virtuelle à la portée du grand public, la caméra de  ReplayTechnologies qui permet au spectateur de se «déplacer» dans des scènes filmées sous tous les angles possibles, et les lunettes à réalité augmentée de la société Meta, parmi les plus connues dans le monde dans ce domaine, et qui se destinent à la création cinématographique.

Une session sera dédiée  à une rétrospective des films de l'Ecole de Cinéma de l'Université, autour du thème de la renaissance du cinéma israélien au cours de ces quinze dernières années, renouveau qui a débuté par le court-métrage.

Seront également présentés le Festival international du Film d'étudiants fondé par des étudiants du département de cinéma de l'Université de Tel-Aviv, l'un des plus importants de sa catégorie dans le monde, qui présente chaque année depuis 30 ans 250 courts métrages  de quelque 30 pays différents; et "l'autobus du cinéma", projet accompagnant le Festival qui a pour but de faire pénétrer les films d'étudiants dans la périphérie israélienne.

Enfin la société de production de l'Ecole, Gaudeamus Productions, tentera de promouvoir des coproductions pour des longs métrages d'étudiants et de diplômés de l'Ecole, sous forme de pitches.

Le stand sera pourvu de 8 spots de visionnage équipés de fauteuils pivotants et de lunettes à réalité augmentée. La présentation comprendra également deux performances artistiques, deux expositions interactives et un happening également interactif dans le cadre duquel les téléspectateurs pourront donner en direct des instructions à un acteur évoluant dans le village.

"Nous nous réjouissons de participer à cette première ", a déclaré Yaron Bloch, "et espérons qu'elle débouchera pour nous sur des collaborations avec des professionnels du monde entier".

 

Sur les photos: le pavillon israélien au Festival de Cannes (en haut), et Yaron Bloch, directeur de l'Ecole de cinéma de l'Université, avec Claude Lelouch et Agnès Goldman, directrice de l'Association des amis francophones de l'Université.

Les visages des étudiants de l'Université de Tel-Aviv exposés au Musée Eretz Israël.

Le célèbre photographe allemand Roland Fischer a photographié les visages de plus d'un millier d'étudiants de l'Université de Tel-Aviv et les a rassemblé sous forme de mosaïque géante pour réaliser un portrait collectif de la jeune société israélienne. Le projet, réalisé en janvier 2015, a été présenté en novembre en plein cœur de la ville de Munich et sera exposé à partir du 8 mars prochain sur l'un des murs du Musée HaAretz à Tel-Aviv.

PortraitcollectifEn janvier 2015, le célèbre photographe allemand Roland Fischer a demandé à l'Université l'autorisation de prendre en photo les visages d'un millier d'étudiants dans le cadre du projet de la série "portraits collectifs" qu'il photographie à travers le monde depuis la fin des années 90 du XXe siècle. L'UTA a relevé le défi, et a mis en place un studio temporaire dans le hall de l'immeuble Mexico de la Faculté des Arts. En dix jours, plus d'un millier d'étudiants des diverses facultés (notamment des Département des études de l'Asie du sud-est, de l'Ecole de Médecine, d'informatique, de l'École de médecine dentaire, du Département d'Ingénierie et de Neurosciences, du Département de physique, de l'Ecole de Gestion etc…) ont été photographiés par l'artiste, qui leur a demandé de ne pas sourire et de garder un visage impassible.

Fisher a rassemblé l'ensemble de ces photos dans un panneau géant de 3 mètres sur 16 comprenant un millier de visages de jeunes Israéliens, créant un portrait de groupe d'un segment de la population civile du pays, qui confronte le spectateur à la question de l'identité: qu'est-elle, de quelle manière est-elle liée au visage d'une personne et comment reflète-t-elle les relations entre individu, groupe socio-politique et le contexte auquel ils appartient.

Portaitcollectif2En parallèle, l'artiste a réalisé à la même époque une série d'interviews de passants sur le Boulevard Rothschild, pour connaitre les préoccupations, les points de vue et les espoirs des gens en Israël. Le résultat a donné naissance à une présentation vidéo intitulée "Journée ordinaire sur le boulevard Rothschild", qui révèle les multiples facettes de la société et qui sera projeté dans le hall de l'auditorium Klatchkin du Musée.

L'exposition, qui a été présentée pour la première fois en novembre dernier au centre-ville de Munich à proximité de l'emplacement de l'ancienne synagogue démolie par Hitler en 1938, se déroule actuellement, du 1 mars au 30 juin, au Musée Eretz Israël. Elle sera inaugurée officiellement le mardi 8 mars à 19h30 en présence de l'artiste et de l'ambassadeur d'Allemagne en Israël.

Le Grand Prix du Jury du Festival Sundance à une ancienne étudiante de l'Université de Tel-Aviv

Sand Storm, film de la cinéaste israélienne Elite Zexer, ancienne étudiante de l'Ecole de Cinéma de l'Université de Tel-Aviv, a remporté le Grand Prix du Jury du Festival Sundance, l'un des principaux festivals de cinéma indépendant dans le monde, dans la catégorie "films dramatiques internationaux" pour l'année 2016.
elitezexersundance

Sand Storm ("Tempête de sable"), premier long métrage écrit et réalisé par Elite Zexer, drame consacré aux luttes des femmes dans la société bédouine traditionnelle, décrit les bouleversements qui se produisent dans la vie de Jalilaa et de ses deux filles lorsque son mari introduit une seconde épouse plus jeune.

Un film qui "bouleverse les attentes"

Selon les organisateurs du Festival Sundance: " Sand Storm bouleverse les attentes. Le premier film envoûtant d'Elite Zexer dépeint une relation à plusieurs niveaux émotionnels entre une mère et sa fille, toutes deux liées par la coutume et luttant pour s'adapter à un monde en mutation. La narration habile de Zexer tire son authenticité, la complexité de ses personnages, la richesse du détail, et son humour subtil des 10 années qu'elle a passé en interaction avec des femmes bédouines. Sa fidélité à leur expérience lui permet de transmettre magnifiquement l'esprit de profonde ambivalence partagée par Jalila et Layla".

sandstormElite Zexer est titulaire d'un BA et d'un MA en réalisation de films de l'Ecole de Cinéma de l'Université de Tel-Aviv. Elle a précédemment réalisé des courts métrages dont Take Note, qui a reçu le Prix du meilleur film de fiction du Festival international du Film d'étudiants de Tel-Aviv, et Tasnim, qui a participé à plus de 120 festivals de films à travers le monde et remporté plusieurs prix internationaux. "Sand Storm est un film de 87 minutes, mais pour moi, il représente des années" avait-elle déclaré. "Des années d'une chevauchée fantastique, de passions, de luttes, de hauts et de bas, de joie pure, d'attente éternelle et d'exécution impossible. Des années de création. Ce que j'ai appris au cours de la réalisation de ce film c'est que la plus belle partie du cinéma est la fabrication. Il m'est difficile de me séparer de ce film et de le laisser courir en liberté dans le monde, mais c'est aussi très excitant".

Présidé par Robert Redford, le festival du film Sundance est le principal festival américain de cinéma indépendant, et l'un des principaux au monde. Il se tient chaque année à Park Cityet Salt Lake City dans l'Utah, du 21 au 31 janvier.

Sand Storm avait déjà remporté le premier Prix de la compétition consacrée aux films israéliens du Festival International du Film de Locarno en aout dernier.

L'Ecole de cinéma et de Télévision Steve Tisch de l'Université de Tel-Aviv est aujourd'hui classée parmi les 15 meilleures écoles de cinéma du monde. Elle a produit des générations de créateurs et d'universitaires, connus pour leur influence décisive sur la culture israélienne en général, et sur l'industrie du cinéma et de la télévision en particulier: Gideon Raff (qui a remporté le prix Emmy pour "Homeland"), Ari Folman ("Valse avec Bashir"), Hagai Levi ("En analyse" adapté dans 17 pays et "The Affair" pour lequel il a récemment reçu un Golden Globe), Avi Nir, PDG de Kechet, Yaron Shani (" Ajami "),  Dover Kosashvili (" Mariage tardif "), Eytan Fox ("Tu marcheras sur l’eau »), et bien d'autres.

Sur la photo: l'actrice Lamis Ammar, Elite Zexer, et les producteurs du film, Haïm Mecklberg et Estee Yacov-Mecklberg. 

Elitezexersundance3