Slide background
Slide background
Slide background

nov1

A LA UNE

Les dernières nouvelles de l'Université de Tel-Aviv


events

EVENEMENTS

Aucun événement

video

VIDEOS

vid1

semel uni2

SOUTENIR L’UNIVERSITÉ

Soutenez la recherche et les étudiants


Arte et l'Université de Tel-Aviv: coproduction exceptionnelle sur les dernières années de la vie de Ben-Gourion

Les cinéastes Yael Perlov et Yariv Mozer, tous deux anciens étudiants et enseignants de l'Université de Tel-Aviv, ont élaboré un documentaire de 55 minutes à partir d'une interview intime exceptionnelle de 6 heures de l'un des plus grands leaders de l'histoire moderne, découverte par hasard dans les profondeurs des archives. Le film, qui a été présenté les 13 et 14 juillet au Festival de Jérusalem, sera prochainement projeté sur la chaine 8 de la télévision israélienne et sur Arte.

BenGourion1L'interview avait été donnée par David Ben-Gourion à une équipe israélo-britannique qui voulait faire un film sur sa vie, en 1968, 5 ans avant sa mort, alors que l'ancien homme d'Etat, âgé de 82 ans, vivait reclus dans sa maisonnette de Sde Boqer dans le désert du Néguev, loin de la vie politique. Elle a été retrouvée par Yael Perlov, monteuse et productrice du film, dans les archives Steven Spielberg de films juifs à Jérusalem alors qu'elle restaurait les films de son père, le cinéaste documentaire David Perlov.

" Il y a très peu de matériel d'archives sur Ben-Gourion en Israël, car la télévision israélienne n'a débuté qu'en 1968" explique la cinéaste. "Six heures d'enregistrement avec lui constituent donc un véritable trésor".

"Un homme politique qui ne pense qu'à sa popularité est un homme dangereux"

Le premier Premier ministre d''Israël, fondateur de Tsahal, y parle avec une franchise surprenante à la fois de sujets personnels, comme sa nostalgie pour sa femme Paula, décédée 4 mois auparavant ("Depuis que Paula est décédée, je suis seul. La moitié de moi-même"), ses relations avec son père, ou son attirance pour le bouddhisme, et de son rôle dans l'histoire du peuple juif, et ses angoisses quant à l'avenir de l'Etat qu'il a créé.

"Un homme politique qui ne pense qu'à sa popularité et pas aux choses qui doivent être faites, qu'elles soient plaisantes ou non, est un homme dangereux", peut-on l'entendre dire. Ou encore : "Il vaut mieux se tromper en démocratie que d'adopter une autre conception".

mozerperlovLe film est une coproduction israélo-française, réalisé avec Arte, Radio Canada et la chaine 8 de la télévision israélienne. On également participé à son financement la chaine régionale de télévision allemande NDR, la Fondation Rabinovitch pour les Arts, la Fondation Makor, la Fondation Gesher, la Fondation Avi Chai, l'Institut Ben-Gurion Heritage, l'Institut Ben-Gourion pour l'étude du sionisme et le Fonds national juif. Une version plus longue est prévue pour le cinéma.

Yael Perlov et Yariv Mozer, metteur en scène du film, tous deux anciens étudiants et actuels enseignants du Département de Cinéma de l'Université de Tel-Aviv (devenu Ecole Steve Tisch de Film et Télévision). Yael Perlov a initié et assuré la direction artistique des projets "Café", "Eau" (qui a gagné le Prix de la section française d'Amnesty international en 2013) et "Sport", tournés et montés par des équipes d'Israéliens et de Palestiniens. Ses projets ont été récemment mis à l'honneur en France et lui ont valu la médaille de la ville de Poitiers. Yariv Mozer est membre de l'Académie européenne du cinéma, du Forum israélien des réalisateurs de films documentaires et de l'Académie israélienne du cinéma et de télévision. En 2010, il a été le premier israélien à être intégré au programme européen des entrepreneurs de l'audiovisuel EAVE. Son documentaire "Les hommes invisibles" sur les homosexuels palestiniens a obtenu le premier prix du Festival de cinéma LGBT de San Francisco, et son premier film de fiction,le Jardin des arbres morts (en hébreu « des escargots sous la pluie »), sorti en 2013 a fait l'ouverture du festival international du film LGBT deTel-Aviv.

 

Sur la photo du bas: Yael Perlov, monteuse et productrice du film et Yariv Mozer, metteur en scène.