Slide background
Slide background
Slide background

nov1

A LA UNE

Les dernières nouvelles de l'Université de Tel-Aviv


events

EVENEMENTS

video

VIDEOS

vid1

semel uni2

SOUTENIR L’UNIVERSITÉ

Soutenez la recherche et les étudiants


Google-Waze, créé par d'anciens étudiants de l'Université de Tel-Aviv, teste un projet de co-voiturage pour les trajets domicile-travail

UrilevineehudshabtaiGoogle teste depuis le 6 juillet un service de co-voiturage pour les trajets quotidiens domicile-travail limité pour l'instant aux résidents de Tel-Aviv, Raanana et Herzlyia par l'intermédiaire de Waze, l'application de navigation créée par Uri Levine & Ehud Shabtai, alumni de l'UTA, et d'une autre application, RideWith, qui sera lancée dans le courant de la semaine. Le service, qui sera également proposé aux étudiants de l'Université de Tel-Aviv, pourrait rapidement être étendu à d'autres villes du monde en cas de succès.

Le nouveau service a été mis au point par les développeurs de Waze, racheté en 2013 par Google pour un milliard de dollars. RideWith mettra en relation  les passagers qui souhaitent se rendre de leur domicile à leur lieu de travail et inversement avec les conducteurs qui font un trajet similaire. Chaque conducteur est limité à deux voyages par jour, à partir de son quartier d'origine uniquement. Le passager devra payer au conducteur d'un tarif fixé en fonction de la distance à parcourir. Le service est construit de telle façon que les conducteurs ne seront pas en mesure de le transformer en business, mais recevront une compensation pour l'essence et le temps passé.

Initialement, le projet pilote sera limité à trois villes, Tel-Aviv, Raanana et Herzliya, et destiné aux habitants de Tel-Aviv qui travaillent dans la zone de high-tech de Raanana et Herzliya. Le service sera également disponible pour les étudiants de l'Université de Tel- Aviv. En fonction de la demande et du  succès du projet pilote, Google étendra progressivement le service à d'autres villes du pays, et internationalement.

waze-ridewith-640x335RideWith est téléchargeable depuis l'app Store Google Play, à ce stade uniquement par les utilisateurs israéliens possédant un téléphone Android. Les passagers qui souhaitent partager un trajet devront entrer l'adresse de leur domicile, celle de leur lieu de travail et l'heure où ils souhaitent être transportés. La demande sera envoyée seulement aux conducteurs qui suivent l'itinéraire requis dans les délais souhaités, par le biais de Waze. Le passager sera en mesure de vérifier la route du chauffeur à l'avance avant de s'engager. Le principe est de limiter au maximum les déviations pour les chauffeurs par rapport à leur trajet habituel. Le paiement sera effectué conformément à l'accord entre le conducteur et le passager, mais Google/Waze suggérera un prix recommandé en fonction de la distance et du coût d'entretien global d'une automobile (évalué à 2,10 shekels ou 56 cents par kilomètre). Le prix recommandé par Google pour un trajet de Tel-Aviv à Herzliya (13,7 km) est de 13 shekels (3,09 euros). Le paiement s’effectuera par l’intermédiaire de l’application et Google en prélèvera 15%.

Google a décidé de lancer son projet pilote en Israël en raison de l'utilisation généralisée de Waze qui y est pratiquée. De plus, on estime qu'environ 200 000 personnes en Israël pratique le covoiturage pour se rendre à leur lieu de travail, la plupart étant concentrés dans la région de la métropole telavivienne.

Mis à part le but commercial - la création de revenus pour Waze - Google espère que l'application de covoiturage permettra une diminution du nombre de véhicules sur les routes et une économie pour de nombreux travailleurs, compte tenu de l'augmentation considérable du coût d'entretien et/ou de location des véhicules. Pour le conducteur, elle pourra fournir un revenu supplémentaire, quoique peu significatif, en particulier pour les travailleurs hautement rémunérés. Aussi, le succès du service sera-t-il basé essentiellement sur la bonne volonté des chauffeurs, et leur disposition à covoiturer leurs collègues de travail.

Contrairement à des services comme Uber ou LYFT qui ont suscités l'opposition des chauffeurs de taxi agréés, généralement soutenus par le législateur, RideWith qui propose un transport coopératif et ne permet au conducteur privé de le transformer en une activité rentable ne devrait pas se heurter à de tels obstacles.

L’outil de diagnostic futuriste de Star Trek en réalisation à l’Université de Tel-Aviv

La startup israélienne Unispectral, utilisant une technologie mise au point au Département d'ingénierie de l'Université de Tel-Aviv a développé une lentille optique doublée d’un logiciel de traitement d'image capables de transformer n'importe quel smartphone en détecteur hyperspectral pouvant analyser la composition chimique des objets à distance – et par exemple « voir » à travers le corps humain, comme le tricordeur employé dans l’univers de science fiction de Star Trek pour diagnostiquer les maladies à distance.

Le-premier-tricordeur-de-Star-Trek-mis-au-point-à-lUniversité-de-Tel-Aviv- 1Le nouveau concept utilise un filtre optique perfectionné et un logiciel de traitement d’image complémentaire, tout deux développés dans les laboratoires de l’Université de Tel-Aviv, améliorant la résolution de la caméra tout en réduisant le bruit de traitement de l’image. Le système est compatible avec les capteurs photographiques de la plupart des smartphones, et fonctionne aussi bien pour les séquences vidéo que pour les images fixes.

La lentille permet d’élargir le spectre des couleurs captées et de doubler la quantité de lumière saisie, le logiciel préservant la netteté de l’image. Chaque objet possède sa signature hyperspectrale, son empreinte chimique spécifique. Une fois l’image acquise, ces données sont transmises à un processeur qui analyse les composants de l’image, et renvoient les informations au smartphone.

e-médecine et Internet des objets

Unispectral est actuellement à la recherche du processeur capable d’analyser les données fournies par ses images, et est en pourparlers à cet effet avec les principaux fabricants de smartphones, entreprises automobiles et organismes de sécurité. Cet « analyseur » devra être en possession d’une base de données de signatures hyperspectrales.

La technologie, capable de fournir des capacités d’imagerie hyperspectrale à n’importe quel appareil photo ou caméra, possède de multiples domaines d’applications : tous les appareils  portables, la m-santé (utilisation des technologies mobiles dans le domaine de la santé) ou l’Internet des objets, évolution la plus récente de l’Internet, impliquant des échanges d’information et de données provenant d’objets du monde réel vers le réseau Internet. Une des applications immédiates possibles serait la détection du faux lait en poudre en Chine, responsable de décès d’enfants : d’après les membres de l’équipe, la caméra d'Unispectral serait en mesure de capter l'empreinte chimique du lait afin de déterminer si elle est authentique ou fausse.

Le développement de l’invention a été financé par le fonds Momentum de Ramot (Ramot : du laboratoire à l’industrie), la société de transfert de technologies de l’Université de Tel-Aviv, dont les principaux investisseurs sont le groupe indien Tata,  la société d'investissement Temasek, basée à Singapour et l'entreprise américaine SanDisk spécialisée dans la mémoire flash.

 

http://siliconwadi.fr/17428/le-premier-tricordeur-de-star-trek-mis-au-point-a-luniversite-de-tel-aviv 

Cet article a été publié sur http://siliconwadi.fr/ le 20.03.2015 sous le titre: "Le premier tricordeur de Star Trek mis au point à l'Université de Tel-Aviv

 

Wikids, l’encyclopédie numérisée pour les enfants du 21e siècle

WikidsWiki-Kids, une société co-fondée par Yoav Meyrav du Département de philosophie de l'Université de Tel-Aviv, consacrée au développement de nouveaux moyens d’apport des connaissances aux jeunes enfants, vient de lancer Wikids, l’encyclopédie numérisée pour les enfants du 21e siècle.

 

s200 yoav.meyravWikids combine des entrées écrites concises présentées du point de vue de l’enfant, avec des images et des sons. Il est composé de deux applications, contenant chacune 120 entrées réparties en  cinq catégories : Wikids Animaux, Nature, Pays, Monuments et Alimentation et Wikids Espace, Corps humain, Instruments de musique, Professions et Transports. Chaque entrée comprend 80 mots, ou 30 secondes racontées : « juste assez pour expliquer à un enfant un sujet d’intérêt spécifique sans mettre sa patience à l’épreuve » explique Inbal Miron-Bershteyn, co-fondatrice de la société, mère de trois enfants et passionnée par la gestion et l’expérience utilisateur des produits pour enfants.  

Inbal Miron«En tant que mère de trois enfants curieux qui posent constamment des questions sur tout, j’ai cherché à mettre au point une application qui satisfasse vraiment leur soif de connaissance, sans se concentrer uniquement sur l'acquisition de compétences de base telles que l’apprentissage de la lecture, de l’écriture et du calcul. Wikids propose un contenu amusant et enrichissant sur une gamme de sujets passionnants. Notre plus grande récompense est de voir le visage des enfants s’illuminer à chaque nouvelle découverte ; imaginez la réaction de vos enfants quand ils apprennent que les sauterelles entendent par le ventre! »

Découverte indépendante, usage sécurisé

Wikids screen480x480

Wikids est conçu pour permettre aux enfants de découvrir les connaissances de manière indépendante. Les applications présentent les connaissances en contexte, sous forme d’entrées corrélées permettant à l’enfant d'explorer librement des sujets différents. Elles ont été certifiées par le Kidsafe Seal Program, et de l’association Momswithapps qui assure l’usage sécurisé des produits Internet destiné aux enfants, et ne contiennent pas de publicités.

Wikids convient aux enfants capables de reconnaitre des lettres ou qui commencent tout juste à apprendre à lire, « mais nous avons découvert que les enfants plus âgés l’aime tout autant ! » dit Inbal, qui ajoute : « nos applications traitent les enfants en  petites personnes intelligentes, réceptives et conscientes »

La société Wiki-Kids travaille en collaboration avec des psychologues et des experts en alphabétisation. Yoav Meyrav est père de deux enfants, et a fait partie de l'équipe de l’Encyclopédie hébraïque.

Les applications Wikids sont disponibles en téléchargement sur l'Apple App Store. Elles sont pour le moment en anglais, mais la société travaille à leur développement dans d’autres langues.wikids-app 1

Une application créée par une ancienne chercheuse de l’UTA pour stopper l’insomnie

Une start-up fondée par une ancienne chercheuse de l’Université de Tel-Aviv a mis au point une application ayant pour but l’amélioration du sommeil par l’emploi d’une thérapie comportementale, sur la base de données recueillies et analysées par un Iphone.

SleeprateLe Dr. Anda Baharav, ancienne chercheuse du Département de physique médicale de l’Université de Tel-Aviv a étudié pendant des années le lien entre la fréquence cardiaque et le sommeil. Ses analyses mathématiques sophistiquées sont devenues le noyau de la technologie de SleepRate, application qui détermine les habitudes de sommeil du patient et recommande des actions spécifiques à adopter, en fonction d’un modèle comportemental mis au point après des années d'études et d’observations en laboratoires de sommeil.

La privation de sommeil a des effets sur la qualité de la vie et la productivité de ceux qui en souffrent, causant l'endormissement involontaire pendant la journée, la somnolence pendant la conduite, et des difficultés à accomplir des tâches quotidiennes. De plus, selon l’agence gouvernementaleaméricainepour la protection de lasanté et de lasécuritépublique, les personnes souffrant d'une insuffisance de sommeil ont plus de risques de souffrir de maladies chroniques comme l'hypertension, le diabète, la dépression et l'obésité, voire même de cancers et d'une mortalité accrue.

Votre sommeil évalué chaque matin sur votre Iphone

Anda Baharav

Selon le Dr. Anda Baharav, le problème est d’origine psycho-physiologique, 70 pour cent des personnes concernées souffrant d’un syndrome de retard de la phase du sommeil. Pour elle, la prise de somnifères ou de sédatifs, solutions généralement adoptées, créée un problème de dépendance, et ne résout pas le problème sous-jacent.

Le système mis à point par SleepRate est basé sur des recherches menées à l'Université de Tel-Aviv et à l’Université de Stanford, qui examinent le lien entre le sommeil, les battements cardiaques et la respiration. Utilisant un moniteur de fréquence cardiaque, et les capteurs d'un iPhone (une version Android est en chemin), SleepRate génère des données qui analysent la variabilité du rythme cardiaque du dormeur. De plus, utilisant le microphone du téléphone, le système détecte les bruits de l’environnement et les met en corrélation avec les modèles de sommeil, identifiant s’ils causent ou non des interruptions du repos. Chaque matin, un rapport détaillé est généré par l’application, y compris le temps de sommeil total, les phases de sommeil, le nombre et la durée des réveils et beaucoup d’autres éléments, sous forme de données numériques, de cartes et de graphiques.

Un programme personnalisé

A partir de ces données, SleepRate créé un programme personnalisé d’amélioration du sommeil, basé sur une thérapie comportementale du nom de CBT-I (Cognitive Behavioral Therapy for Insomnia), pour corriger les habitudes de sommeil du patient en appliquant des principes simples, ayant pour but de synchroniser le rythme biologique veille-sommeil, réduire l’anxiété et le stress avant le coucher, et reconnecter le lit avec le sommeil. Il peut s’agir par exemple de stabiliser l’heure du réveil et l’heure du coucher, ou de créer une zone-tampon entre la journée de travail et l’heure du coucher etc…  En appliquant ces habitudes, l’insomniaque doit réapprendre à dormir en 4 à 8 semaines

SleepRate 1L’application est disponible gratuitement, mais le système complet avec le moniteur coûte 99 $. « Beaucoup voient dans le sommeil un luxe dans le monde trépidant  et super-connecté d'aujourd'hui » conclue Uli Gal-Oz, PDG de SleepRate « cependant, la science prouve le contraire. En fait, les gens peuvent vivre plus longtemps sans nourriture que sans sommeil! La solution de SleepRate a été conçu pour aider des millions de personnes souffrant de troubles du sommeil, à reprendre le contrôle de leurs nuits, sans pilule ni effets secondaires ».

http://www.connec-sion.com/SleepRate-Une-application-israelienne-pour-stopper-l-insomnie_a1214.html

Cet article a été publié sur http://www.connec-sion.com/ sous le titre : « SleepRate : une application israélienne pour stopper l’insomnie » le 2.12.2014

 

Une start-up cofondée par un chercheur de l’Université de Tel-Aviv détecte les cyber-attaques par les mathématiques

Une Start-up co-fondée par le professeur Amir Averbuch de l'Université de Tel-Aviv a mis au point une technologie de sécurité permettant de détecter l’amorçage des cyber-attaques sur les systèmes d’infrastructure critiques dans le domaine de l’énergie et des services financiers.

ThetaRayAppliquant près d'une décennie de recherches le Prof. Amir Averbuch de l'Université de Tel-Aviv, en collaboration avec le Prof. Roland Coifman de l’Université américaine Yale, a fondé une startup nommée ThetaRay, basée près de Tel-Aviv, pour développer une technologie serveur capable de détecter les logiciels malveillants furtifs ciblant les systèmes industriels ou financiers, permettant leur fermeture préventive avant que les dommages ne se produisent.

 

ThetaRay utilise des algorithmes qui analysent des centaines de paramètres, comparant les données opérationnelles des systèmes avec celles du trafic sur le réseau et les paramètres de sécurité, afin de repérer les anomalies de fonctionnement sur le champ. Le système ne peut pas bloquer l'attaque, mais il peut en détecter l'amorçage, laissant à l'utilisateur le choix de décider d’arrêter le système ou non.

Selon Mark Gazit, CEO de ThetaRay les fournisseurs de cybersécurité ont renoncé à protéger les passerelles informatiques au moyen de pare-feu et se concentrent aujourd’hui sur la détection et la prévention des attaques avant qu'elles ne pénètrent les organisations. « Les pare-feu ne peuvent plus protéger les systèmes. Aujourd’hui un nouveau paradigme de sécurité est nécessaire. Nos algorithmes permettent d’analyser en temps réel tout type de données et de détecter les menaces potentielles».

 

 Un taux de détection très élevé, un niveau de fausses alarmes extrêmement faible

Selon lui, les technologies de détection proposées par la plupart des entreprises souffrent de «fatigue » en raison de la production de nombreuses fausses alertes. Pour éviter celles-ci, elles se fondent sur des règles d’analyse qui laissent des « trous » à travers lesquels les attaques se faufilent. "Notre système étant purement mathématique, nous obtenons un taux de détection très élevé, et un niveau de fausses alarmes extrêmement faible", affirme Gazit, précisant que le logiciel de ThetaRay possède un taux de faux résultats positifs 100 fois plus faible que celui des autres solutions de sécurité.

La startup a été soutenue à ses débuts l’an dernier par la société de capital-risque Jerusalem Venture Partners. Elle a depuis reçu l'appui financier de la General Electric, qui utilise sa technologie pour protéger des infrastructures critiques comme les centrales électriques. La plus grande banque d’Israël, la banque Hapoalim, l’applique également pour détecter les anomalies des comptes bancaires. GE et ThetaRay ont participé en juillet à un tour  de financement dans lequel la startup a levé 10 millions de dollars.

Outre Général Electric et la banque Hapoalim, ThetaRay travaille également avec le groupe Citi et est en pourparlers avec la Wells Fargo et Morgan Stanley. Son CEO a de grandes ambitions : «Nous prévoyons une croissance de 100% par an pendant les premières années », a-t-il déclaré, ajoutant que ThetaRay visait sans aucun doute le milliard de dollars.

 

http://www.connec-sion.com/Detecter-les-cyber-attaques-par-les-mathematiques_a1211.html

Cet article a été publié sur http://www.connec-sion.com/ le 25.11.2014 sous le titre : « Détecter les cyber-attaques par les mathématiques ».