Slide background
Slide background
Slide background

nov1

A LA UNE

Les dernières nouvelles de l'Université de Tel-Aviv


events

EVENEMENTS

25 Jui 2017
08:00AM - 05:00PM
CYBERWEEK 2017 A L'UNIVERSITE DE TEL-AVIV
25 Jui 2017
08:00AM - 05:00PM
CYBERWEEK 2017 A L'UNIVERSITE DE TEL-AVIV

video

VIDEOS

vid1

semel uni2

SOUTENIR L’UNIVERSITÉ

Soutenez la recherche et les étudiants


La vie de la francophonie

Conférences sur l'écrivain juif haïtien Gérard Etienne, en présence de son épouse

Deux conférences sur Gérard Etienne ont été données en avril à l'UTA en présence de Natania Etienne, veuve de l'écrivain haïtien converti au judaïsme au destin hors du commun, dans le cadre d'un cycle de conférences organisées dans tout le pays.  

Maya NataniaDeux conférences ont été données en avril à l'UTA sur l'écrivain, romancier, poète, dramaturge et journaliste Gérard Etienne, l'une dans le cadre du Département d'études africaines, par Natania Etienne elle-même et le Prof. Francine Kaufman (Univ. de Bar-Ilan), sur ses identités juive et noir enchevêtrées, l'autre par le Dr. Maya Hauptman, spécialiste de littérature post-coloniale et membre du groupe ADARR, au sein du groupe, sur son écriture polémique. D'autres conférences ont été données dans le cadre du cycle au Centre culturel français de Haifa, ainsi qu'à Natanya et à Jérusalem.

Né en 1936 à Haïti et décédé le 14 décembre 2008 à Montréal à l’âge de 72 ans, Gérard Étienne fut non seulement un auteur prolifique (il a écrit plus de trente livres et d'innombrables articles de journaux) hors du commun, mais également un fervent défenseur des droits de l'homme, militant politique à la plume virulente et au parcours étonnant.

 

Fuyant le foyer paternel à l'âge de 15 ans, pour protester contre la violence subie par sa mère, il rejoint la capitale Port au Prince où il participe à une insurrection contre le gouvernement despotique de Paul E. Magloire,  et est arrêté, emprisonné et torturé une première fois. Sorti de prison,  il participe à un complot contre le gouvernement de François Duvalier et est arrêté une seconde fois à l'âge de 23 ans. Il se met alors à l’écriture, et amorce une carrière d'enseignant, puis de journaliste, de poète et d'écrivain. En août 1964, il s'exile à Montréal. C'est là qu'il rencontre son épouse Natania Feuerwerker et se convertit au judaïsme.

 

etienne 1Gérard Etienne appartient au mouvement de la négritude d'Aimé Césaire. Il a lutté toute sa vie pour libérer sa patrie "où l'on décapite des bébés sortis du ventre de leur mère". Allant à contre-courant du discours dominant de son pays, il dénonce l'exploitation de la femme noire ("paraissant avoir été mise au monde avec le statut de bonne à tout faire") et lutte contre la classe dominante haïtienne :"les présidents" tortionnaires et meurtriers  et leurs acolytes,  les ambassadeurs hypocrites prétendant aider le Tiers-monde mais ne songeant qu'à leurs intérêts, les fonctionnaires pervers qui méprisent les "crève-la –faim". Poète engagé, il dénonce l'injustice sociale, l'abus du pouvoir et la corruption. Privilégiant le genre théâtral, il invective la classe dirigeante et décrit carnages et scènes de massacre sur un mode réaliste. Ses principales œuvres sont Le Nègre crucifié (1974), Une Femme muette (1983), La Reine Soleil Levée (1989), Monsieur le Président (2008).

 

"Gérard pensait qu'il fallait parler des horreurs pour qu'elles disparaissent" a dit sa femme Natania, avec qui il a vécu quarante et un ans de vie commune ("de combat ensemble") et qui a inspiré la plupart de ses recueils de poèmes (Les yeux de Natania, 1992; Natania, 2008).

 

Spécialiste du discours post-colonial, Maya Hauptman travaille sur l'identité, la santé mentale en situation d'oppression, le statut de la femme, l'immigration et l'exil dans l'espace littéraire francophone. Elle est l'auteur d'un essai sur Tahar Ben Jelloul – L'influence du pouvoir politique et de la société traditionaliste sur l'individu.

 

Lien vers le site officiel de Gérard Etienne:

http://www.lehman.cuny.edu/ile.en.ile/paroles/etienne.html

Premier séminaire commun Médialab Sciences Po - Communication TAU

logo sciences-po 1TAU Logo 2

Dans le cadre du rapprochement et des échanges entre la prestigieuse école française et l'université de Tel-Aviv, un premier séminaire commun (Médialab SciencesPo/Communication TAU) vient de se dérouler à la Faculté des Sciences sociales de TAU

BoullierLe premier séminaire commun Sciences Po Tel Aviv s’est déroulé à la Faculté de Sciences Sociales de l’université les 8 et 9 décembre 2013. Organisé par Jérôme Bourdon (Tel Aviv), il a réuni onze chercheurs et doctorants du Département de Communication de l'Université de Tel-Aviv et du Médialab de Sciences Po, sur le thème: "Cartographier les opinions et les informations internationales : de la recherche qualitative à l'extraction d'information et l'analyse de réseau" (Mapping International News and Opinions: From Qualitative Research to Web Mining and Network Analysis).

Ont également participé à ce séminaire le Prof. Stella Amossy (Université de Tel-Aviv), ainsi que divers chercheurs du département de Communication de l'université. Le recteur de l’UTA, Aharon Shai est venu saluer les participants, ainsi que Sébastien Linden, chargé de mission, Maghreb - Moyen-Orient – Turquie à Sciences Po. Hors séminaire, Dominique Boullier, Professeur de Sociologie à Sciences Po, a donné une conférence – co-organisée par le département de communication et par l’Institut Orange pour la recherche sur Internet (UTA), présentant une enquête internationale de grande ampleur sur les usages du smartphone, et suggérant qu’il constitue une nouvelle forme d’habitat mobile : révolution technologique discrète qui a atteint en quelques années la majorité des habitants de la planète.

Le séminaire a été intense, avec deux jours de présentation et débats. Deux axes de recherches ont été explorés : les nouvelles internationales et notamment la couverture du conflit israélo-palestinien, et l’étude de nouvelles méthodes d’exploration de l’Internet, dites « d’extraction minière » (mining), allusion à la profondeur du web et à la masse de « Big Data » qu’il est désormais possible d’exploiter.

Sur le premier thème, ont été exposées des recherches sur les correspondants de la presse étrangère en Israël (J. Bourdon, UTA), sur la consommation d’information par les citoyens multiculturels Israéliens (français, « russes », américains) (Gisela Dachs, Doctorante, UTA), sur la réception des nouvelles sur le conflit par les jeunes allemands (Oria Dotan, UTA). Sur le deuxième thème, Dominique Boullier puis Audrey Lohart (Sciences Po) ont présenté des exposés théoriques et méthodologiques, le premier illustrant son propos par l’étude du rôle des réseaux sociaux dans le printemps arabe. Guilhem Fouetillou, professeur à Sciences Po mais aussi directeur général de la société Linkluence, a discuté les applications du « web mining » au marketing. Nathan Stolero (TAU) a confronté la conception et l’usage des « hyperliens » sur les sites d’information hébraïques, comparant les générations nées avec le Web (« digital natives ») et celles de leurs ainés, qui utilisent très différemment cette possibilité.

Combinant les deux approches (nouvelles internationales, usage des outils digitaux), Elad Segev (UTA) a comparé la présence de différents pays sur des grands sites d’information, Ilan Manor (UTA) a présenté un projet de recherche sur les usages des réseaux sociaux par les ministères des Affaires Etrangères, Reut Buttermilch (TAU) a comparé certains aspects de la couverture de l’opération « Pilier de Défense » (Novembre 2012) dans les pays musulmans et non-musulmans. Pour SciencesPo, Tommaso Venturini a montré l’aspect dynamique du web mining, en exposant les possibilités du suivi des « traces digitales » relatives aux informations internationales ; Xavier Mellet a comparé la construction du populisme dans la presse française et japonaise.

Les chercheurs ont exprimés une vive satisfaction à l’issue de ces travaux intenses et enrichissants. Des projets d'échange et de poursuite de la collaboration entre les deux institutions ont été esquissés. Selon Jérôme Bourdon : "les chercheurs des deux institutions savent à présent qu’ils ont un « home académique », quand, le jour venu, il sera question de collaborations plus étroites et de séjours de recherche auprès de l’institution partenaire". 

 

 

Camus dans le débat public israélien : journée d’hommage à l’Université de Tel-Aviv

CamusEn quoi Camus est-il pertinent dans le débat public israélien ? Telle est la question soulevée par la séance d’hommage à Albert Camus organisée le mardi 12 novembre 2013 par la Faculté de Droit de l’Université de Tel-Aviv, en collaboration avec le Prof. Denis Charbit de l’Université ouverte, à l’occasion du 100ième anniversaire de sa naissance.

Si le pan méditerranéen de la pensée de Camus a été évoqué à plusieurs reprises, c’est surtout l’importance de ses positions pour un monde bouleversé par les guerres et la violence qui a été mise en valeur. Ilana Hammerman, la traductrice de Camus en hébreu, a rappelé son engagement politique et son courage qui devraient, selon elle, servir aujourd’hui de modèle. Denis Charbit a commenté sa réponse «  Entre la justice et ma mère, je choisis ma mère », pour souligner que Camus a condamné le terrorisme du FLN contre les civils, quelle que soit par ailleurs la justice de sa cause, et qu’il a prévu le sort de victimes des pieds-noirs voués à l’exil, pour lesquels il a rassemblé ses articles sur la guerre d'Algérie dans Actuelles 3 et écrit son roman posthume Le Premier homme. Celui-ci peut être entendu comme un véritable requiem destine a accompagner l'agonie d'une Algérie moribonde et la mort en couches d'une Algérie nouvelle, fraternelle et solidaire qu'il appelait de ses voeux.

Benjamin storaMeddebLes invités d'honneur de cette journée, venus de France a cette occasion, Abdelwahab Meddeb et Benjamin Stora ont souligné, chacun dans son registre, ce qu'ils doivent a Camus. Le philosophe de l'Islam éclairé a rendu hommage a l'exigence morale et esthétique qui parcourt l'oeuvre romanesque tandis que l'historien Stora a rappelé que Camus fut politiquement proche de la gauche libertaire et trotskyste, farouchement opposé a la peine de mort, réclamant discrètement la grâce présidentielle pour ceux dont il désapprouvait les idées et les actes.

Page 3 sur 3