Slide background
Slide background
Slide background

nov1

A LA UNE

Les dernières nouvelles de l'Université de Tel-Aviv


events

EVENEMENTS

Aucun événement

video

VIDEOS

vid1

semel uni2

SOUTENIR L’UNIVERSITÉ

Soutenez la recherche et les étudiants


Prix Dan David à Saul Friedlander

Saul FriedlanderLe prestigieux Prix Dan David a été décerné pour l'année 2014 à l'historien Saul Friedlander, dans la catégorie du Passé.

Né à Prague en 1932, le Prof. Friedlander a grandi en France, dans un monastère où il a été caché pendant la guerre par ses parents envoyés à Auschwitz. Immigré en Israël en 1948, sur le navire Altalena, il devint par la suite l'un des principaux historiens de la Shoah dans le monde. Professeur au Département d'Histoire de l'Université de Tel-Aviv et à l'Université UCLA de Los Angeles, il a obtenu le Prix d'Israël en 1983, et le Prix Pulitzer en 2008 pour son livre L'Allemagne nazie et les Juifs.

Le Prix international Dan David, du nom de son créateur, homme d'affaires et philanthrope, est attribué chaque année depuis treize ans lors d'une prestigieuse cérémonie dans le cadre du Conseil des Gouverneurs de l'Université de Tel-Aviv, à d'éminentes personnalités dans le monde ayant imprimé leur marque dans l'une des trois dimensions: Passé, Présent et Futur. Sept prix, d'un total de 3 millions de dollars, ont été remis par son fils, Ariel David. 10% de la somme totale est réparti chaque année sous forme de bourses à des étudiants de doctorat et post-doctorats dans les domaines sélectionnés.

Cette année, les thèmes choisis étaient: pour la dimension du Passé: Histoire et mémoire; pour la dimension du Présent: Combattre la perte de la mémoire et pour celle du Futur: l'Intelligence artificielle.

PRESENT-DAN-DAVID-WINNERS-2014-500x332Les autres lauréats sont: dans la catégorie du Passé: l'écrivain, et intellectuel militant polonais Krzysztof Czyzewki, pour ses efforts pour intégrer le passé de son pays dans sa société actuelle, et l'historien français Pierre Nora pour son œuvre Les Lieux de Mémoire – dans la catégorie du Présent: le Prof. John Hardy de l'université College London, pour sa découverte de la mutation du gène de l'amyloïde, qui joue un rôle central dans le processus neurodégénératif de la maladie d'Alzheimer; le Prof. Peter St. George-Hyslop de l'université de Cambridge pour sa découverte des mutations des gènes qui conduisent à l'apparition précoce de la maladie, et le Prof. Brenda Milner, de l'université Mc Gill au Canada pour ses travaux démontrant l'existence de différents types de mémoire liés à différentes zones du cerveau – enfin, dans la catégorie du Futur: le Prof. Marvin Minsky, de l'Institut de Technologie du Massachusetts, l'un des fondateurs du domaine de l'intelligence artificielle.

Les prix ont été remis, lors de la brillante cérémonie entrecoupée de séquences artistiques, par les Professeurs Katherine Fleming, Vice-chancelier de l'Université de New-York, Joseph Klafter, président de l'Université de Tel-Aviv, Itamar Rabinovitch, président de la fondation Dan David, Jean-marie Lehn, membre du collège de France, Isaac Witz, conseiller scientifique du Prix Dan David et Aron Shai, recteur de l'université.

La Grande Guerre et la vie des juifs : Expériences, Crises et Identifications

Une journée d'étude sur La Grande Guerre et la vie des juifs, suivie d'un concert pour piano et violon, s'est tenue le 14 mai 2014 sur le campus de l'UTA, dans le cadre du Conseil des Gouverneurs de l'Université et de la Mission du Centenaire de la Première Guerre mondiale.

 

Pitte et BirnbaumUne journée d’étude s’est tenue le 14 mai 2014 sur le campus de l’Université de Tel Aviv, sur un sujet peu exploré : La Grande guerre et la vie des Juifs : Expériences, crises et identifications. Ce colloque a mis l’accent sur la façon dont, des deux côtés du conflit, la Grande guerre a affecté la Palestine de l’époque, mais aussi la vie des juifs en général et des intellectuels juifs en particulier.

 

Le colloque a été organisé par les professeurs Billie Melman, titulaire de la Chaire Glasberg d’Etudes européennes, et Ruth Amossy, titulaire de la Chaire Glasberg de Culture française, qui ont toutes deux publié sur la Grande guerre (et en particulier sur les femmes en 14-18), avec la participation des Amis français de l’Université de Tel-Aviv et de l’Institut français.

 

Les contributions

M. François Heilbronn, Professeur associé à Sciences Po, Paris, et Président des Amis français de l’Université de Tel-Aviv, a lu en guise d’ouverture un hommage aux juifs de France morts pour la patrie en rappelant que sur une population de 190.000 juifs, il y a eu 40.000 combattants dont 7.500 tombés au champ d’honneur ; sur 65.000 juifs d’Algérie, 13.000 sont mobilisés dans les Zouaves ou les tirailleurs algériens, et 2.800 meurent au combat. Le professeur Pierre Birnbaum, de Paris-I Panthéon Sorbonne et éminent spécialiste de l’Histoire des juifs de France (Les Fous de la République: Histoire des Juifs d’Etat de Gambetta à Vichy, 1992 ;Face au pouvoir : les Juifs et la politique,2010), a traité de « La déification de l’Etat-Nation. Les juifs français pendant la Première guerre mondiale ». Il a souligné que dans le cadre de l’Union sacrée, les idéologies nationalistes et antisémites qui s’étaient donné libre cours pendant l’Affaire Dreyfus, ont été reléguées à l’arrière-plan.

 

Lire la suite sur : http://centenaire.org/fr/espace-scientifique/colloquesseminaires/la-grande-guerre-et-la-vie-des-juifs-experiences-crises-et. Cet article a été publié sur le site de la Mission du Centenaire http://centenaire.org/fr, le 26 mai 2014.

Concert Centenaire

Le Prix Hugo Ramniceanu aux fondateurs de Waze

Le prix d’économie Hugo Ramniceanu pour 2014 a été remis aux quatre fondateurs de Waze, la start-up israélienne qui a mis au point une application mobile gratuite de navigation GPS pour Smartphone mondialement connue s'appuyant sur une cartographie élaborée par ses propres utilisateurs.

Waze RamniceanuLe prestigieux prix d’économie Hugo Ramniceanu a été remis le 16 mai à Noam Bardin, Uri Levine, Ehud Shabtai et Amir Shinar, les créateurs de Waze, la startup israélienne qui a mis au point une application mobile gratuite de navigation GPS récemment rachetée par Google pour plus d'un milliard de dollars.

La cérémonie s'est déroulée en la présence du président de l'Université le Prof. Joseph Klafter et du Prof. Jacob Frenkel, président du Conseil des Gouverneurs, et a été présentée par Marc Haddad, trésorier de l'Association des Amis français de l'UTA. Le Prix a été remis aux lauréats par le Dr. Monique Barel et Gérald Ramniceanu, les enfants du regretté Hugo Ramniceanu, industriel, philanthrope et fervent sioniste qui le créa en 1987 pour récompenser les personnes ayant apporté une contribution exceptionnelle à l'Etat d'Israël sur le plan économique. Il a été remis aux quatre fondateurs de Waze pour leur vision, leur créativité et leur influence marquante dans le développement économique et technologique du pays.

"Vous nous avez occasionné une grande fierté" a dit le Prof. Frenkel aux lauréats. "Vous représentez le meilleur de ce que nous faisons à l'Université". Il a de plus souligné que "Waze est une innovation totalement identifiée avec Israël: "Beaucoup d'inventions israéliennes ont été vendues avec succès à l'étranger, mais sans que les utilisateurs ne sachent qui les avait créées. Ce n'est pas le cas de Waze".

Waze Ramniceanu 2Le président de l'Université, le Prof. Joseph Klafter, a relevé que "Waze a fixé les standards de la branche du High-Tech en Israël", soulignant que deux des lauréats sont d'anciens étudiants de l'UTA: Uri Levin, président de la société, est diplômé de l'Ecole d'Economie, et Ehud Shabtaï, PDG adjoint pour la technologie, de l'Ecole des sciences de l'Informatique et du Département de Philosophie.

Le Dr. Monique Barel, a souligné, avant de remettre le prix aux lauréats, que même son père n'aurait pas pensé qu'en l'espace de vingt et quelques années Tel-Aviv deviendrait la capitale mondiale des start-ups".

Changer le monde

Dans un passionnant discours, Noam Bardin, ancien PDG de Waze, aujourd'hui cadre supérieur chez Google, s'exprimant au nom des quatre lauréats, a expliqué que la création d'une start-up n'était pas un acte rationnel, et que la motivation des créateurs, bien au-delà du gain matériel, était "d'avoir un impact et de changer quelque chose dans le monde". Résumant l'histoire de Waze, il raconta : "Nous avons choisi les gens que nous pensions être les meilleurs dans le domaine, mais sachant aussi travailler en équipe. C'est ainsi que s'est créée une société avec un esprit d'excellence et d'équipe extrêmement développés, sans hiérarchie, sans titres, mais avec un très fort engagement envers un but commun". Bardin poursuivit en racontant les crises traversées par la société, notamment lorsque Google développa en parallèle une application semblable. "Cette crise nous a fait comprendre quelle était notre valeur ajoutée, et nous concentrer sur l'amélioration de l'expérience de l'utilisateur […] jusque dans les plus petits détails. C'est pendant cette période que s'est créé 'l'ADN' de la société et qu'elle a été définitivement mise à l'épreuve".

Bardin a relevé l'importance de l'Université de Tel-Aviv dans la création de Waze, comme pépinière de jeunes professionnels à la fois talentueux et possédant un esprit d'équipe.

Pas seulement la Terre promise, mais la nation start-up

Les fondateurs de Waze ont fait don du prix d'un montant de 10 000 dollars à Startau, l'incubateur de start-ups de l'UTA. Oren Simania, son créateur, les a chaleureusement remerciés, soulignant qu'ils "éclairent le chemin" des jeunes entrepreneurs au début de leur parcours.

Parmi les lauréats des années précédents, on peut citer, entre autres Bruno Landsberg, président de la société Sano, Yossi Vardi, fondateur et co-fondateur de plus de 60 sociétés de High-tech dont ICQ, l'industriel Stef Wertheimer, l'homme d'affaires et industriel Dov Lautman, l'ancien gouverneur de la Banque d'Israël, le Prof. Jacob Frenkel, Gil Schweid, président de Checkpoint, le président d'El Al, le Prof. Israël Borowitz, Galia Maor, ancienne PDG de la Banque Leumi, Maxine Fassberg, directeur général d'Intel Israël, et Kobi et Judith Richter, fondateurs de Médinol.

 

La cérémonie des bourses, édition 2013

La cérémonie de remise des bourses des amis français pour l'année académique 2012-2013 s'est tenue le vendredi 7 juin à l'Université de Tel-Aviv en présence de nombreux donateurs et amis de France.

L'événement a été l'occasion de récompenser les étudiants pour la qualité de leurs résultats, leurs projets de recherche, leur persévérance ou leurs différentes implications dans la vie universitaire. Cet évènement a aussi permis d'établir un contact privilégié entre les récipiendaires des bourses et les généreux donateurs.

Les amis français œuvrent depuis de nombreuses années en faveur des étudiants et chercheurs de l'Université de Tel-Aviv, ceux-là même qui assureront la relève de demain. Ils aident chaque année des jeunes à préparer leur avenir grâce au financement de leurs études ou en les soutenant à la réalisation de leur recherche.

Parmi les bourses remises cette année signalons :

La Bourse Francois et Ariane Heilbronn remise par Marc Haddad à Inbal Valigany, 3ème année de biologie et de psychologie.

Les Bourses Woolf et Helene Marmot remises aux étudiantes Reut Naim, Tali Simani et Yael Meir, toutes trois étudiantes de psychologie

La Bourse Marc et Sandrine Haddad à Michal Kaplan, étudiante de doctorat au Département de Psychologie

La Bourse Marc et Sandrine Haddad à David Kleczewski, doctorant à l'Ecole des Sciences de la Culture

La Bourse Famille Dominique Romano pour étudiants combattants réservistes à Barak Malki, étudiant au département de Mathématique.

La Bourse Edward et Eva Underwood remise par Lyne Gelrubin à Samuel Levy, étudiant de médecine

La Bourse Dr. Monique et Sylvain Barel à Eitan Cohen, étudiant de théâtre de Théâtre

La Bourse Fabian Cyrill Boisson remise par Colette Kerber à Alexander Scurtu, Sciences Politiques et Communication, 1ère année

La Bourse Simon Timsit remise par Sophie Jabes à Daria Porotnikov, 3ème année en Sciences Politiques et Histoire du Moyen Orient,

La Bourse René et Hélène Karsenti remise à Sigalit Pasternak, assistante de recherche à la Faculté de gestion Recanati et étudiante de doctorat

La Bourse des amis français remise par Ginette Princ à Maria Leschinsky, troisième année d'architecture

La Bourse des amis français remise par le professeur Stella Amossy à Dvir Baron, deuxième année de Théâtre et la Communication

La Bourse des amis français remise par Caroline Leblanc Hazan à Rinat Gal, troisième année de culture hébraïque

La Bourse Victor Teshale Madar à Soshi Tasma, seconde année d'économie et d'Histoire du Moyen Orient et à Bat Chen Mekonan, première année d'ingénierie mécanique

2013 boursiers bog 2013