Slide background
Slide background
Slide background

nov1

A LA UNE

Les dernières nouvelles de l'Université de Tel-Aviv


video

VIDEOS

vid1

semel uni2

SOUTENIR L’UNIVERSITÉ

Soutenez la recherche et les étudiants


Happening: Art, théâtre et nourriture à la Galerie d'art universitaire de l'Université de Tel-Aviv

Dans le cadre des évènements du conseil des Gouverneurs, le Dr. Sefy Hendler, directeur du Département d'Histoire de l'Art de l'Université de Tel-Aviv et le Dr. Sharon Aronson-Lehavy, directrice du Département de Théâtre ont présenté aux Amis français de l'Université leur projet original combinant art, théâtre et art culinaire au sein d'une exposition multidisciplinaire intitulée "Bonnes manières à table", dans la Galerie d'art universitaire de l'Université de Tel-Aviv.

Piece"Bonnes manières à table", happening lancé le 8 mars dernier et ouvert au public jusqu'au 31 juillet, traite de la place de la nourriture dans la culture à travers le regard des artistes, et comprend une fascinante exposition d'artistes israéliens et internationaux en nombre égal, un cycle de conférences et des représentations théâtrales d'œuvres de la dramaturge française Jeannine Worms.

Le lieu d'affrontement de nos désirs et de nos frustrations

"Cette première collaboration avec le Département d'art fut un réel plaisir pour nous et un grand succès", raconte le Dr. Aronson-Lehavy. "Nous avons dû construire un théâtre à l'intérieur même de la Galerie. Les pièces de Jeannine Worms, traduites et présentées pour la première fois en Israël, ont été entièrement montées et jouées par des étudiantes du Département".

" La présence de la nourriture dans l'existence humaine remonte à la préhistoire, mais nous avons voulons la considérer non seulement comme une réponse à des besoins physiologiques, mais aussi comme le lieu d'affrontement de nos désirs et parfois de nos frustrations", explique le Dr. Sefy Hendler.

PainsLe visiteur de l'exposition est accueilli par une œuvre de l'artiste roumain Mircea Cantor, Stanieri ('Etranger') constituées de baguettes de pain disposées sur une table, chacune traversée par un couteau. De l'entaille s'écoule du sel: "C'est l'accueil traditionnel de l'étranger par le pain et le sel, mais avec une ambivalence, car le pain 'saigne' du sel", commente le Dr. Hendler, qui explique que pour la réalisation de la version israélienne de cette œuvre qui a déjà été présentée dans de nombreuses galeries à travers le monde, les organisateurs ont fait appel à l'une des plus grands boulangeries de Tel-Aviv, Lehamim, qui leur a préparé des baguettes qui durent 5 mois ! "Est-ce qu'on accueille ? Est-ce qu'on blesse ? Qu'est-ce que la nourriture ? Qu'est-ce que l'art ? Et comment les deux peuvent-ils communiquer: autant de questions que cette exposition explore".

"Soldats en chocolat"

Certaines œuvres utilisent des techniques classiques appliquées à des matériaux étonnants, comme la sculpture en parmesan de Zohar Gotesman, représentant les Trois Grâces: "Pendant le vernissage, le public a été invité à manger l'œuvre. Le but est d'observer le processus de dégradation d'une création. L'intérêt était aussi de suivre les réactions du public: allait-il essayer de détruire l'œuvre ? Ce ne fut pas le cas, car les statuettes sont bien entamées, mais toujours là".

La deuxième salle est axée sur une critique politico-sociale: "Nous avons eu l'honneur et le plaisir d'accueillir lors du vernissage le très grand artiste turc TUNCA dont le projet Désir est présenté ici". Le projet de TUNCA s'intéresse aux goûts culinaires des grands leaders du 20e siècle: "L'artiste s'est d'abord renseigné sur leurs plats favoris, puis s'est rendu à l'Institut culinaire d'Istanbul pour apprendre à les cuisiner". Ainsi peut-on découvrir entre autre le bortsch de Nikita Khruschchev, la truite aux amandes d'Hitler, le bouillon aux vermicelles de Mussolini, l'assiette d'huitres de Ceausescu et le roastbeef accompagné de Yorkshire pudding de Churchill.

Pour sa série Armes en légumes, le photographe japonais Tsuyoshi Ozawa a, pour sa part, rencontré des jeunes femmes à travers le monde, leur demandant de se laisser photographier tenant à la main une 'arme' faite des légumes nécessaires pour réaliser la soupe locale, dans le but final de tourner en dérision la violence de la guerre.

Soldats en chocolatUne des œuvres les plus émouvantes de l'exposition est sans doute celle de l'artiste israélien Micha Laury, Soldats en chocolat, présentée pour la première fois au lendemain de la guerre des six jours, et constituée de trente statuettes de soldats préparées par un chocolatier. "Le public, alors invité à réagir s'est littéralement jeté sur les statuettes, les cassant et les mutilant", commente le Dr. Hendler. Une seconde tentative a été faite en 1994 au Musée d'Israël, aboutissant au même résultat. "Nous avons racheté au Musée ce qui restait de l'œuvre après 24 ans. Personnellement j'y vois une sorte de prophétie de l'artiste anticipant dès 1969 la tragédie de la guerre de Kippour".

Métaphore des classes sociales

La troisième salle est consacrée à l'excès, avec notamment un autoportrait de la photographe américaine Cindy Sherman. "Manger n'est pas toujours un plaisir et peut même inspirer un certain dégoût". On y trouve également entre autre les deux sablés Oréo géants de Yael Franck, 'Double Trouble', et des œuvres vidéo de Paul Mac Carthy.

La partie théâtre est constituée par deux pièces culinaires de Jeanine Worms, dramaturge française liée au courant du théâtre de l'absurde d'Eugène Ionesco, décédée en 2006 à Paris: La recette, deux concierges qui cuisinent sur scène en devisant et Un gros gâteau (Café Veouga en hébreu), deux femmes de statut social différent assises dans un café qui papotent tout en mangeant des pâtisseries. Les pièces, originales et drôles, mises en scène par Liron Lubel, sont interprétées par de jeunes étudiantes talentueuses du Département de théâtre: Shiri Lotan, Noa Yarkony, Yarden Endelvet, Netta Levit et Eden Shoshani. "La nourriture est aussi une métaphore et une métonymie des classes sociales", relève le Dr. Aronson-Lehavy, remerciant au passage l'acteur Gilles Cohen, ami de l'Université de tel-Aviv, qui a fait don d'une copie originale de la pièce au Département de théâtre.

Prochaines et dernières représentations:

Jeudi 24 mai à 20h.

Vendredi 25 mai à 12h.

et dimanche 27 mai à 20h.

L'exposition est ouverte au public du dimanche au jeudi de 11h00 à 19h00 et le vendredi de 11h00 à 14h00, jusqu'au 31 juillet 2018.

Renseignements: 03-6408860

Sharon Sefy