Slide background
Slide background
Slide background

nov1

A LA UNE

Les dernières nouvelles de l'Université de Tel-Aviv


video

VIDEOS

vid1

semel uni2

SOUTENIR L’UNIVERSITÉ

Soutenez la recherche et les étudiants


Le milliardaire canadien Sylvan Adams finance la création d'une Académie des Sports à l'Université de Tel-Aviv

Le milliardaire canadien Sylvan Adams, qui a immigré en Israël il y a un an, va financer la création d'un Institut pour l'excellence sportive à l'Université de Tel-Aviv, qui s'appuiera sur l'expertise scientifique, médicale et technologique de l'Université pour relever le niveau des performances sportives israéliennes dans les domaines de la natation, la course, le cyclisme et le triathlon, afin de renforcer l'image d'Israël par le sport et de doubler le nombre de ses médailles olympiques.

SaseiANNOUNCMENTGroup"Je veux faire d'Israël la nation startup du sport" a déclaré Adams. " Israël est tous les jours à la une des informations, généralement dans un contexte négatif. Mon objectif  est de changer cette attitude à l'égard du pays en faisant la promotion de ses activités 'normales'. Je pense que le sport est un excellent outil pour promouvoir ce que j'appelle l''Israël normal'. De la même manière que nous sommes perçus positivement dans d'autres domaines pour nos réalisations exceptionnelles, je pense que le sport peut contribuer à promouvoir l'image d'Israël dans le monde".

Des conditions de niveau international

Le centre sera dirigé par le Prof. Mickey Scheinowitz, spécialiste de médecine sportive et directeur du club sportif de l'Université de Tel-Aviv, ainsi que de son Département de génie biomédical, et de son Centre de recherche cardiaque. En partenariat avec le Comité Olympique d'Israël, le Centre de conditionnement physique de combat de Tsahal et plusieurs autres associations sportives nationales, il exploitera l'expertise de niveau mondial de l'Université dans les domaines de la physiologie, la médecine et la biomédecine, de même que ses liens étroits avec 14 hôpitaux affiliés et ses installations sportives de classe mondiale pour instiller de nouveaux standards d'excellence parmi les athlètes israéliens et relever le niveau global de leurs performances dans les compétitions internationales. Réunissant des laboratoires de recherche de pointe ainsi qu'une gamme d'installations et d'équipements pour les tests d'évaluation et la formation des sportifs, unique en son genre en Israël et dans la région, il devrait devenir une ressource nationale vitale dans les quatre disciplines olympiques concernées.

SaseisylvanLe SASEI (Sylvan Adams Sports Excellence Institute), dont la construction est déjà en cours, est le fruit de la vision et du généreux soutien de Sylvan Adams, gouverneur de l'Université de Tel-Aviv, deuxième génération d'une famille de donateurs et lui-même champion amateur de cyclisme et détenteur de plusieurs médailles d'or, remportées lors de compétitions mondiales, panaméricaines, canadiennes, ainsi qu'aux Maccabiades en Israël. Spécialiste de l'immobilier qui fait son aliyah à partir de Montréal avec son épouse Margareth, Adams est très impliqué dans les initiatives au bénéfice de la communauté.

"Je suis convaincu que nous pouvons produire de vrais champions dans ces domaines. Nous offrirons aux athlètes et aux entraîneurs des conditions de niveau international, nous ferons venir des entraîneurs étrangers, et nous formerons des entraineurs israéliens. Un bâtiment spécial sera créé à l'Université à cet effet avec toutes les conditions existant dans le pays au niveau le plus élevé, comme on le fait dans les autres pays du monde. Nous allons établir un système de simulation d'altitude dans le cadre duquel les athlètes pourront s'entraîner et dormir à des altitudes simulées (à oxygène réduit) tout au long de l'année, pour améliorer leurs capacités aérobies, sans avoir à quitter Israël pour s'entraîner. Il y a ici des athlètes avec un grand potentiel, motivés et ambitieux, et en leur fournissant des installations et des protocoles de formation adaptés, il n'y a aucune raison pour qu'ils n'atteignent pas de grandes réalisations".

Améliorer les normes athlétiques israéliennes

"Nous sommes enthousiasmés par les opportunités offertes par le nouvel institut" a déclaré le Prof. Joseph Klafter, Président de l'Université de Tel-Aviv, lors de l'annonce de la création du centre. "En s'appuyant sur les liens étroits de l'Université avec les hôpitaux et les associations sportives nationales, les chercheurs de l'Institut formuleront de nouvelles méthodologies pour les tests et la formation des sportifs qui amélioreront les normes athlétiques israéliennes. Nous admirons la vision à long terme de Sylvan pour l'université de Tel-Aviv et pour l'Etat d'Israël, et lui sommes reconnaissants de son amitié et de son soutien."

SASEI sportsbuildingLe Président du conseil d'administration de l'UTA, le Prof. Jacob Frenkel, a pour sa part exprimé sa profonde gratitude à Sylvan et Margaret Adams pour leur générosité et souligné l'engagement continu de la famille Adams envers l'Université de Tel-Aviv, qui "représente l'un des traits les plus caractéristiques du Conseil des gouverneurs de l'Université, mettant l'accent sur une culture d'engagement multigénérationnel au sein des familles". Relevant les réalisations sportives exceptionnelles de Sylvan comme champion cycliste, il a remarqué que les qualités d'un champion, dynamisme, endurance, détermination, persévérance et aspiration à l'excellence sont précisément celles mises quotidiennement en avant par l'UTA, et a exprimé son assurance sur le fait que les engagements récents de la famille Adams envers l'Université et l'État d'Israël deviendront des ressources inestimables et des sources d'inspiration pour les générations à venir.

La donation exceptionnelle de Sylvan et Margareth Adams vient couronner une année 2016 riche en activités pour l'Association des amis canadiens de l'UTA (CFTAU). "Nous avons la chance de représenter au Canada, la plus grande université d'Israël, la plus innovatrice et la plus entreprenante, faisant progresser l'enseignement supérieur et œuvrant à la promotion de l'État d'Israël. Je suis fier de ce que nous avons accompli en si peu de temps! " a déclaré le directeur exécutif de CFTAU pour Ottawa, le Québec et le Canada atlantique, Sharon J. Fraenkel.

 

Sur la photo, de gauche à droite: Sharon Fraenkel (CFTAU), le Prof. Mickey Scheinowitz, Sylvan Adams, le Prof. Jacob Frenkel, Président du Conseil des Gouverneurs de l'UTA, le Prof. Joseph Klafter, Président de l'Université de Tel-Aviv et Amos Elad, Vice-président.

Premières toilettes unisexes à l'Université de Tel-Aviv

Les premières toilettes unisexes pour les étudiants et les enseignants ont été aménagées la semaine dernière à l'École de travail social de l'Université de Tel-Aviv. L'initiative, la première de ce genre dans un établissement d'enseignement supérieur en Israël, a pour but de faciliter l'accès aux toilettes pour les personnes "dont l'identité sexuelle n'est pas dichotomique" et qui ne sentent pas à l'aise avec la définition traditionnelle des WC destinés à un seul sexe. Elle a été accueillie chaleureusement par les étudiants et les professeurs.

toilettes6Dans un mail adressé aux étudiants et un post publié sur sa page Facebook, l'Ecole de travail social de l'Université de Tel-Aviv a annoncé la semaine dernière l'aménagement de toilettes neutres destinées à tous les sexes, aux côtés des toilettes traditionnelles pour hommes ou femmes existantes dans le bâtiment: " Dans le cadre de l'établissement d'un "espace sûr" pour les personnes qui ne se sentent pas à l'aise dans les toilettes destinées uniquement aux hommes ou aux femmes , et en accord avec la recommandation de la Commission pour l'équité entre les sexes de l'Ecole, dirigée par le Dr. Guy Shilo, nous avons décidé d'aménager des toilettes pour tous les sexes au profit des étudiants et des professeurs".

"Les transsexuels subissent encore des réactions dans les toilettes"

Le texte relevait également que " Les toilettes séparées pour les hommes et les femmes peuvent constituer un espace menaçant pour beaucoup, et pour ceux dont l'identité sexuelle n'est pas dichotomique, elles nécessitent un choix qui ne correspond pas à leur identité sexuelle. En outre, les toilettes peuvent parfois constituer un lieu de harcèlement, de ridiculisation ou de comportements irrespectueux. De nombreuses institutions reconnaissent la nécessité de permettre des toilettes neutres, et nous sommes fiers d'être les pionniers dans ce domaine à l'Université de Tel-Aviv".

"Nous avons des étudiants femmes, hommes, gays, lesbiennes et transgenres" explique le Dr. Shilo, à l'origine du processus, "et nous essayons de créer pour eux un espace sûr. J'ai entendu des étudiants dire que les toilettes destinées à un seul sexe leur compliquaient la vie, et qu'ils y recevaient parfois des commentaires offensants. Les transsexuels subissent encore des réactions dans les toilettes. Nous avons donc soulevé l'idée au sein de la commission et nous sommes adressés à la direction de l'Ecole pour approbation". 

Selon lui, les réactions ont été immédiatement positives : "J'ai reçu des réactions d'étudiants d'autres universités émus par cette mesure qui me semblait pourtant relativement simple et basique. J'espère que le pas que nous avons franchi ici sera précurseur, et en conduira d'autres à prendre des mesures similaires afin de créer des espaces sûrs pour toutes les minorités".

Les valeurs d'égalité et de dignité humaine

Selon la directrice de l'Ecole, le Prof. Idith Weiss-Gal, le rôle de la Commission pour l'équité entre les sexes, qui existe dans différentes facultés de l'Université, est d'examiner si les contenus et les infrastructures correspondent aux valeurs d'équité entre les différents genres. Selon elle, l'aménagement de toilettes neutres est l'une des nombreuses décisions de la Commission, qui comprennent également l'attribution de commodités  pour les femmes qui viennent avec des bébés et d'un espace pour les mères qui allaitent. "Nous avons reçu des réactions très chaleureuses des étudiants et des professeurs à ce sujet" a-t-elle ajouté.

Le syndicat des étudiants de l'Université s'est également félicité de cette initiative : "L'Association se félicite de l'initiative de l'Université de Tel-Aviv de permettre l'aménagement de toilettes mixtes à la Faculté de travail social. C'est une étape importante qui permettra aux étudiants et aux étudiantes qui ressentent de l'inconfort par le fait même d'une définition des sexes de bénéficier d'un environnement qui met en pratique les valeurs d'égalité et de dignité humaine. Tous les établissements d'enseignement du pays devraient suivre la voie de l'Université de Tel-Aviv ".

Le Professeur Klafter, Président de l'Université de Tel-Aviv, nommé Président du Comité des présidents d'université d'Israël

Le Prof. Joseph Klafter, président de l'Université de Tel-Aviv, vient d'être nommé Président du Comité des présidents d'université (équivalent israélien de la CPU, Conférence des présidents d'université), à la suite du Prof. Peretz Lavie, Président du Technion qui achève un mandat de deux ans. "Je continuerai de lutter sans relâche contre le boycott universitaire d'Israël, et en faveur du retour des scientifiques de l'étranger et du renforcement de l'enseignement supérieur dans le pays" a-t-il déclaré.

KLAFTER2Le Prof. Klafter, scientifique de renommée internationale dans le domaine de la physique-chimie, est président de l'Université de Tel-Aviv depuis octobre 2009.

Le Comité des présidents d'université est un organisme bénévole composé des  présidents, des recteurs et des directeurs généraux des sept universités de recherche israéliennes (l'Université de Tel-Aviv, le Technion, l'Université hébraïque de Jérusalem, l'Université de Haïfa, l'Université Ben Gourion du Néguev, l'Institut Weizman, l'Université de Bar-Ilan). Son objectif est d'optimiser le traitement des problèmes liés à toutes les universités, et de représenter leur intérêt commun de la manière la plus efficace face aux divers décideurs, dans le but de promouvoir, valoriser et développer la recherche scientifique et l'enseignement universitaire en Israël.

Le Prof. Peretz Lavie, président du Technion et président sortant du Comité, a relevé que: "Ces dernières années des défis intérieurs et extérieurs se sont dressés devant nous, dont le plus important est le combat du boycott universitaire contre Israël. Le Comité des présidents d'université a été le premier à porter cette question à l'ordre du jour national, et œuvre en permanence en Israël et surtout à l'étranger pour empêcher le boycott institutionnel et individuel des universitaires israéliens. L'an dernier nous avons pu mettre à notre actif plusieurs succès importants ".

Le Prof. Joseph Klafter, pour sa part, a la ferme intention de poursuivre cette lutte : "Comme président du Comité je continuerait à m'occuper des questions essentielles et primordiales pour le public israélien et l'avenir du pays, y compris la lutte permanente contre le boycott universitaire, le retour des scientifiques en Israël et le renforcement de l'enseignement supérieur dans le pays. La ressource la plus importante de l'Etat d'Israël est son capital humain, et les universités ont un rôle central dans sa formation. Les universités israéliennes sont des centres de recherche et de formation en troisième cycle de niveau mondial. Nous devons prendre soin de maintenir le statut et d'aider les étudiants et les chercheurs qui feront avancer l'Etat d'Israël sous tous ses aspects ".

Deux professeurs de l'Université de Tel-Aviv élus à l'Académie des Sciences

Le Prof. Billie Melman du Département d'histoire de l'Université de Tel-Aviv et le Prof. Gideon Rechavi de l'Ecole de médecine sont parmi les six scientifiques élus cette année à l'Académie israélienne des Sciences et Lettres, organe supérieur de la communauté scientifique en Israël, qui compte à présent 120 membres. Ils ont été reçus à l'Académie lors d'une cérémonie officielle qui s'est déroulée le 27 décembre 2016 à Jérusalem.

BillieMelmanBillie Melman est professeur d'histoire à l'Université de Tel-Aviv et titulaire de la Chaire d'études européennes Henri Glasberg. Selon le communiqué de l'Académie ses recherches, qui se concentrent sur le Royaume-Uni, la France et les zones de contrôle des empires européens modernes "sont en avance sur leur temps et considérées comme pionnières dans le domaine de l'histoire culturelle, du colonialisme et de l'orientalisme du XVIIIe siècle au milieu du XXe, et de l'histoire des genres. Son livre Les femmes d'Orient (Women's Orients – English Women and the Middle-East, 1718-1918 – Sexuality, religion and work) est considéré comme la première critique universitaire du célèbre ouvrage d'Edward Saïd L'Orientalisme – l'Orient créé par l'Occident,  proposant "une alternative plus complexe et analytique" des relations entre l'orient et l'occident, la culture et le colonialisme. Le Prof. Melman a été  pendant cinq ans directrice de l'Ecole d'histoire de l'Université de Tel-Aviv. Elle est membre de la Royal Historical Society britannique et lauréate du prix Landau (2006).

Gideon Rechavi est hématologue et oncologue pour enfants au Centre Médical Sheba de Tel-Aviv, professeur d'hématologie et titulaire de la chaire d'oncologie de l'Université de Tel-Aviv. Il a découvert le rôle des éléments génétiques mobiles, qui constituent une partie importante du génome humain, dans l'activation des gènes cancérigènes. Ses travaux, qui ont identifié l'itinérance de séquences mobile dans le génome des cellules de mammifères, ont ouvert un vaste champ de recherches dans ce domaine.  Il a entre autre découvert, au cours de la dernière décennie, que les modifications des bases de l'ARN jouent un rôle important dans le contrôle des processus d'expression des gènes, et que leurs perturbations sont liées à des maladies telles que le cancer et les processus dégénératifs du cerveau. Le Prof. Rechavi a fondé et dirige le département d'hématologie, d'oncologie, de transplantation de moelle osseuse et de soins palliatifs pour les enfants atteints du cancer à l'hôpital Sheba. Il a publié plus de 450 articles scientifiques, est membre de l'Académie européenne de recherche sur le cancer et a reçu de nombreux prix, dont le prestigieux Prix EMET (2013).

GidonREchaviSelon la Présidente de l'Académie israélienne des sciences, le Prof. Nili Cohen,  elle-même professeur de Droit et ancien recteur de l'Université de Tel-Aviv, l'adhésion de ces nouveaux membres "renforce les rangs de l'Académie des Sciences par des chercheurs du plus haut degré. Ils aideront l'Académie à atteindre les objectifs nationaux et internationaux qu'elle s'est fixés et à développer encore sa vaste activité scientifique en Israël dans les années à venir".

L'Académie israélienne des Sciences et lettres est l'organe supérieur de la communauté scientifique en Israël. Fondée en 1961, elle a pour objectifs de rassembler les meilleurs scientifiques israéliens, d'entretenir et promouvoir l'activité scientifiques du pays et de conseiller le gouvernement pour les activités liées à la recherche et les projets scientifiques d'importance nationale. En compte aujourd'hui cent vingt membres, élus à vie. 

Les quatre autres membres élus cette année sont les Prof. Israël Bartal, Naama Goren-Inbar et Gil Kalai de l'Université hébraïque de Jérusalem ainsi que le Prof. Yaakov Klein de l'Institut Weizman.

L’ambassadrice de France en Israël sur le campus de l’Université de Tel-Aviv

Hélène Le Gal, Ambassadrice de France en Israël, s’est rendue sur le campus de l’Université de Tel-Aviv, ce jeudi 15 décembre 2016. Elle y a été reçue par le Président de l’Université, le Prof. Joseph Klafter, le Vice-président chargé de la coopération internationale, le Prof. Raanan Rein, et Amos Elad, Vice-président pour le développement des ressources. Au cours de la visite, organisée à l’initiative de l’Association des amis francophones de l’Université et de sa déléguée générale, Agnès Goldman,  Mme Le Gal a rencontré des étudiants du programme d’échanges internationaux de l’Université, ainsi que les responsables du programme de culture française. La visite a pris fin sur une rencontre avec le Dr. Carmit Lévy de la Faculté de médecine, dont les récentes découvertes sur la manière d’arrêter la propagation du cancer de la peau ont été réalisées en partenariat avec des chercheurs français.

VisiteAmbassadriceklafter2Participaient également à la visite, Barbara Wolffer, conseillère culturelle de l’ambassade de France, Sébastien Linden, attaché de coopération scientifique et universitaire, Philippe Guillien, attaché de coopération pour le français, Pierre Granjouan, conseiller économique, Sophie Lagoutte, conseillère pour la presse et Marc Azuelos, expert en innovation.

Le Prof. Klafter a présenté l’Université de Tel-Aviv, mettant l’accent sur la multidisciplinarité, l’innovation, et les liens avec l’industrie. L’UTA est à la 9e place dans le monde pour le nombre de ses anciens étudiants devenus entrepreneurs et vient de collaborer avec cinq géants internationaux de l’industrie pour la création d’un incubateur multinational sur son campus. Il a relevé la qualité des relations de l’Université avec la France qui s’est manifestée notamment par la visite de l’ancien Premier ministre Manuel Valls sur le campus en mai dernier : « Notre première mission est bien sûr l’excellence de la recherche, mais c’est aussi sa transformation concrète au bénéfice de l’humanité, et toutes ces idées peuvent entrer en résonnance avec la vision française ».

D'un intérêt mutuel commun à une véritable collaboration

Le Prof. Raaanan Rein a rappelé que l’Université de Tel-Aviv est la plus internationale du pays soulignant qu’à  « une époque de montée des nationalismes et de la xénophobie dans le monde, il est très important de préserver ce caractère international  et ce rôle de pont entre les diverses cultures dans une atmosphère d’humanisme et de tolérance ». Rappelant la longue liste d’institutions académiques françaises qui coopèrent avec l’Université, il a insisté sur le fait que l’UTA promeut actuellement une politique de diplômes communs au niveau de la maitrise et du doctorat avec les institutions universitaires dans le monde. « Nous avons récemment signé un tel accord avec l’ESPCI et souhaitons multiplier ce type de partenariats ».

VisiteAmbassadriceGroupe

Amos Elad a souligné le rôle des Amis français de l’Université dans la promotion des relations avec la France et la multiplication des évènements francophones sur le campus depuis la création de la nouvelle association « locale » des Amis francophones.

Hélène Le Gal a émis le souhait de stimuler encore ces bonnes relations, surtout au niveau des échanges d’étudiants : « Nous souhaitons que cet intérêt mutuel commun conduise à une véritable collaboration. La France est le troisième pays du monde pour le nombre des étudiants étrangers accueillis dans ses institutions académiques, et nous souhaitons recevoir davantage d’étudiants israéliens, qui ne sont pas toujours conscients des possibilités existantes en France, notamment des nombreux cours qui y sont dispensés en anglais. De même, nous voudrions développer les partenariats scientifiques structurés au niveau de la recherche, au-delà des collaborations sur une base personnelle  ».

Elle a souligné que l’Université de Tel-Aviv est également un bon partenaire pour le débat d’idées France-Israël qui trouve son expression notamment dans la Nuit de la philosophie organisée chaque année par l’Institut français, et a rappelé que l’année 2018 sera celle d’une année croisée entre la France et Israël.

Aucun écart culturel

VisiteAmbassadriceetudiantsMme Le Gal a ensuite rencontré des étudiants français et israéliens participant au programme international d’échanges de l’Université, et au cours d’un débat enrichissant et animé, les a questionnés sur les obstacles qui, à leurs yeux, freinent les échanges d’étudiants entre les deux pays. Les étudiants, parmi lesquels deux de la Sorbonne et trois de Sciences Po ont partagé avec l'Ambassadrice leurs opinions et leurs expériences, globalement positive : « C’est une expérience culturelle formidable, et j’en repars avec une plus grande ouverture d’esprit » a conclu l’un des étudiants.

VisiteAmbassadriceDptfrL’Ambassadrice a ensuite rencontré les responsables du programme de Culture française de l’Université de Tel-Aviv, Yves Wahl, directeur, le Prof. Nadine Kuperty-Tsur, responsable du MA et le Prof. Ruth Amossy, coordinatrice du groupe doctoral ADARR (analyse du discours, argumentation, rhétorique), dans cadre duquel les étudiants peuvent déposer leur thèse en français. Le Département, l’un des plus anciens de l’Université, propose actuellement une filière complète couvrant licence, maitrise, doctorat et licence d’enseignement du français. Il s’est donné pour but cette d’année d’aider les nouveaux immigrants à leur intégration. Yves Wahl a chaleureusement remercié les équipes de l’ambassade et de l’Institut français pour leur soutien et leur proche collaboration permanents avec le Département.

VisteAmbassadriceCarmitLa visite s’est terminée par une passionnante visite au laboratoire du Prof. Carmit Lévy, de l’Ecole de médecine, qui a présenté sa récente découverte pour arrêter la propagation du cancer de la peau, réalisée en collaboration avec des chercheurs français, notamment de l’Institut Gustave Roussy à Villejuif , avec qui elle est en rapport constant. Le Dr. Carmit Lévy, qui dit avoir « une longue romance avec la France », a souligné le caractère fructueux de ses échanges scientifiques: « Nous avons la même manière de pensée. La communication est extrêmement facile, rapide, précise et créative, parfois même amusante. Nous sommes totalement sur la même longueur d’onde, sans aucun écart culturel ». L’Ambassadrice s’est déclarée ravie de cette collaboration franco-israélienne réussie : « C’est une très belle histoire car elle va déboucher à terme sur un traitement médical ».