Slide background
Slide background
Slide background

nov1

A LA UNE

Les dernières nouvelles de l'Université de Tel-Aviv


events

EVENEMENTS

Aucun événement

video

VIDEOS

vid1

semel uni2

SOUTENIR L’UNIVERSITÉ

Soutenez la recherche et les étudiants


Coopération Inde-Israël: l'Université de Tel-Aviv crée un Centre de développement dans le domaine des transports intelligents en Inde

Le Centre de développement de projets dans le domaine des transports intelligents de l'Université de Tel-Aviv, Capsula.Studio, va aider à la mise en place d'une initiative similaire dans la ville de Pune en Inde, en collaboration avec la société Pinnacle Industries, fabricant indien de l'industrie automobile. L'initiative, lancée à l'occasion de la visite du Premier ministre indien en Israël, Narendra Modi, est basée sur la combinaison de trois facteurs au cœur de la révolution technologique mondiale: la puissance innovante de la nation startup israélienne, l'éveil du marché géant indien, et le développement du domaine des transports intelligents qui va révolutionner nos vies.

India Israel flagsCréé il y a trois ans dans le cadre de l'École des études environnementales Porter de l'Université de Tel Aviv, le centre Capsula studio a pour but de promouvoir les projets des entreprises israéliennes dans le domaine du transport intelligent. Le centre indien,  qui sera établi dans la ville de Pune, 8e plus grande métropole de l'Inde, est une première tentative de reproduire le succès de ce modèle dans d'autres pays. Il sera réalisé en coopération avec la Société indienne Pinnacle Industries,  dirigée par l'entrepreneur Sudhir Mehta, et sera ouvert en 2018 sous le nom Pinnacle Capsula.Studio.

"Exporter les principes à la base de l'innovation"

" Israël est un leader mondial dans le domaine en pleine croissance des transports intelligents, qui va révolutionner nos vies dans les années à venir; il suffit de mentionner des noms comme Waze, Mobileye ou Gett taxi", commente Ariel Sella, vétéran du high-tech israélien et directeur de Capsula.studio à l'Université de Tel-Aviv. " Au Studio nous soutenons les entrepreneurs qui développe des idées et des technologies novatrices dans ce domaine. A ce jour, nous avons aidé 30 start-ups à passer à l'étape du contact avec le marché et de la levée des capitaux".

transports intelligentsCapsulo.studio met l'accent sur le point faible de beaucoup de jeunes start-ups: l'adaptation de leur produit innovant aux besoins et aux opportunités offertes aux clients sur le marché mondial. A cet effet, il applique une méthode connue dans la Silicon Valley, dite "Mentored Customer Validation"  (validation client orientée par des mentors). Capsula.studio est assisté par des dizaines de mentors bénévoles appartenant à la communauté des investisseurs et des entrepreneurs en série en Israël, qui aident les startups à comprendre rapidement et cibler efficacement les marchés, à attirer leurs premiers clients et à devenir indépendants.

Compte tenu du succès obtenu par le centre en Israël et des besoins du marché mondial, Capsula.studio a décidé d'exporter la méthode à l'étranger: " Israël est connu comme exportateur de technologies de pointe;  à présent nous ouvrons une nouvelle voie: celle de l'exportation d'une méthodologie. Il ne s'agit plus seulement d'exporter des produits innovants, mais les principes même à la base de l'innovation" explique Ariel Sella.

Un géant émergent

L'Inde a été choisie comme première destination car il s'agit d'un énorme marché, considéré aujourd'hui comme le géant émergent du monde. Depuis l'élection du premier ministre Narendra Modi, le pays a connu un développement considérable, et présente un énorme potentiel de coopération. Pinnacle Capsula.studio aidera à promouvoir l'entrepreneuriat indien, tout en produisant une marque mondiale qui améliorera le statut d'Israël comme startup nation, et créera un pont important entre les communautés de l'entreprenariat et de la recherche des deux pays. La nouvelle initiative combine trois facteurs au cœur de la révolution technologique mondiale: la puissance innovante de la nation startup israélienne, l'éveil du marché géant indien, et le développement des transports intelligents, domaine en progression spectaculaire qui réalise un chiffre d'affaire de 10 billions de dollars par an.

Le Président de l'Université de Tel-Aviv, le Prof. Joseph Klafter a salué la nouvelle initiative: " Voilà une façon digne de marquer 25 ans de relations diplomatiques entre les deux pays et une décennie depuis la fondation du Forum Inde-Israël par l'Université de Tel Aviv, la Confédération des Industries indiennes (CII) et l'ONG Ananta Aspen. Le but du forum binational est d'élargir les liens existants. La technologie en général et les transports intelligents en particulier semblent les domaines les plus appropriées. Nous sommes reconnaissants à Pinnacle de la confiance qu'ils accordent à l'Université de Tel Aviv et à ses capacités, et nous sommes convaincus que ce partenariat sera solide et prospère ".

L'Université de Tel Aviv au 8e rang mondial des institutions non-américaines pour le dépôt de brevets

Les sociétés de transfert de technologie des universités israéliennes sont parmi les premières dans le monde en termes de dépôts de brevets enregistrés aux États-Unis, et l'Université de Tel-Aviv arrive à la 8e place des institutions non américaines, selon un classement publié aujourd'hui par l'US National Academy of Inventors (NAI).

CampusLe classement fait référence au nombre de brevets enregistrés en 2016 aux Etats-Unis par les sociétés commercialisant les connaissances des universités et classe les 100 premières organisations du monde dans ce domaine.

Ramot, la société de transfert de technologie de l'Université de Tel Aviv a enregistré 45 brevets en 2016 aux États-Unis, devançant les autres universités israéliennes, et se classant ainsi au 43 e rang dans le monde et à la huitième place parmi les universités situées en dehors des États-Unis. La société de transfert de technologie du Technion a été classée 53e avec 44 brevets enregistrés et celle de l'Université hébraïque 87e avec 29 brevets.

Les sociétés de commercialisation des connaissances des universités israéliennes sont responsables de la propriété intellectuelle des recherches réalisées dans les universités, et ont pour but de protéger les inventions développées sur leur base et de créer des entreprises commerciales à partir d'elles, qui générent par la suite des revenus aux universités par le paiement de redevances ou la distribution d'actions.

L'Académie nationale des Inventeurs des Etat-Unis  (NAI) est un organisme sans but lucratif composé d'universités et d'instituts de recherche du monde entier, visant à encourager l'esprit d'entreprise et l'innovation dans la recherche. Il publie le classement des brevets depuis 2013. A la première place se trouve l'Université de Californie qui a enregistré 505 brevets aux États-Unis au cours de l'année, suivie par l'Institut de Technologie du Massachussetts (MIT) avec 278 brevets, et Stanford avec 244 brevets.

Délégation HEC-ESSEC-ESCP à l'université de Tel-Aviv

Une délégation de 140 étudiants des grandes écoles de commerce françaises en visite de découverte en Israël, conduite par Maurice Meyara, responsable de l'Association des anciens élèves de l'ESSEC en Israël, s'est rendue sur le campus de l'Université de Tel-Aviv hier 7 mai. Elle a été reçue par le Prof. Shai Danziger, vice-recteur de la Faculté de Gestion.

DanzigerLe Prof. Danziger  a présenté aux étudiants la Faculté et les possibilités d'études qu'elle propose aux étudiants étrangers. La Faculté de gestion de l'Université de Tel-Aviv, devenue l'Ecole de gestion Coller depuis que l'homme d'affaire et philanthrope britannique  Jeremy Coller lui a fait don l'an dernier de 50 millions de dollars, est la première du pays. Elle propose des programmes de premier cycle, de MBA et de recherche, compte 60 professeurs titulaires, 3360 étudiants et 23 000 alumni de par le monde.  Elle comprend également 11 centres de recherche et a obtenu pour la troisième année consécutive les 5 palmes du classement Eduniversal  des meilleures écoles de commerce dans le monde.

Des programmes d'échanges d'étudiants existent déjà entre la Faculté et les écoles de commerces françaises, HEC, ESSEC et ESCP, avec possibilités de bourses. L'Ecole propose des programmes d'un semestre permettant aux étudiants étrangers de venir faire leur expérience de la Nation Startup, un programme de MBA international d'un an, ainsi qu'un diplôme commun avec la Kellogg School of management de l'Université Northwestern aux Etats-Unis.

La Faculté propose également un éventail de programmes à court terme comme le programme de 10 jours  Doing business in Israel, ouvert aux étudiants de MBA, qui se déroule deux fois par an et donne droit à des crédits universitaires, le Sofaer international case competition, qui met en concurrence des étudiants du monde entier pour la résolution d'un problème complexe qui leur est proposé, ou la récente compétition de startups Coller lancée cette année.

Les étudiants ont également rencontré des représentants de startups et des alumni de l'ESSEC et de l'ESCP vivant en Israël.

Cette visite fait suite à celle d'une délégation d'étudiants de Paris-Dauphine le mois dernier.

Delegation HEC

 

Prix Israël 2017: 4 chercheurs de l'Université de Tel-Aviv parmi les lauréats

Palmarès impressionnant pour l'Université de Tel-Aviv : 4 des 9 lauréats du Prix Israël décerné à l'occasion  du 69e anniversaire de l'Etat sont des chercheurs de l'Université: les Prof. Nili Cohen, ancien recteur et présidente de l'Académie israélienne des Sciences, dans le domaine des études juridiques,  Uri Shaked pour la recherche en ingénierie, Malka Margalit en éducation et Arie Vardi dans le domaine de la musique.

La cérémonie s'est tenue le 2 mai au Centre international des congrès de Jérusalem, en présence du président de l'Etat Reuven Rivlin, du Premier ministre Benjamin Netanyahu, du président de la Knesset, Yuli Edelstein, de la présidente de la Cour suprême, Miriam Naor, du ministre de l'Education Naftali Bennett et du maire de Jérusalem, Nir Barkat.

nili cohen 580 1Enseignante à la Faculté de Droit de l'Université de Tel-Aviv depuis la fin des années 70, ancien recteur de l'Université et présidente de l'Académie israélienne des Sciences, le  Prof. Nili Cohen a reçu le Prix "pour la vigueur de ses recherches, qui explorent et brisent les frontières de la pensée". Rédactrice fondatrice de l'une des plus importantes revues juridiques du pays, elle a formé de nombreuses générations d'étudiants et créé un nouveau domaine d'études : droit et littérature.

Urishaked 580Le Prof. Uri Shaked de la Faculté d'Ingénierie de l’Université de Tel-Aviv, est l'un des scientifiques les plus importants du monde dans le domaine de la théorie du contrôle des systèmes dynamiques. Les méthodes qu'il a développées sont à présent utilisées dans toute une gamme d'industries, y compris l'industrie israélienne de la défense. Il a également largement contribué au développement de l'éducation scientifique et technologique en Israël, et a été parmi les initiateurs du processus d'établissement des collèges d'enseignement supérieur pour ingénieurs dans le pays.

Malka MargalitLe Prof. Malka Margalit professeur émérite de l'École d'éducation de l'UTA et ancienne directrice de l'Ecole, a commencé à enseigner à l'Université de Tel-Aviv en 1975. Ses recherches portent sur les aspects du développement de l'espoir et de la solitude chez les enfants, et l'impact des émotions et de la motivation sur l'évolution des capacités d'adaptation des enfants et des adultes présentant des troubles d'apprentissage ou un TDAH. Elle examine des méthodes permettant la promotion d'une adaptation efficace, le renforcement de la personne et la capacité de transformer les difficultés en défis, y compris le soutien de la technologie pour accroître la résilience. Le prix lui a été décerné pour son travail novateur et révolutionnaire dans le domaine.

Arie VardiLe pianiste Arie Vardi, professeur émérite de l'École de musique Buchmann-Mehta de l'Université de Tel-Aviv a reçu le prix pour sa gigantesque contribution de toute une vie au domaine de la musique. Il a tenu des conférences dans les plus grandes écoles de musique du monde, comme l'École Juilliard, le Conservatoire de Paris, le Conservatoire Tchaikovsky de Moscou et l'Académie royale de Londres. Beaucoup de ses étudiants sont aujourd'hui des pianistes reconnus dans le monde entier. Il est également président du jury de la compétition internationale Arthur Rubinstein. En Israël, il s'est fait un nom auprès du grand public à travers des conférences-concerts et de récitals, ainsi que grâce à son programme de télévision populaire "Intermezzo". Le comité du prix a salué sa contribution à la promotion de la musique classique en Israël, et son impact sur le développement de la musique israélienne.  

Le prix Israël qui a été attribué pour la 64e fois cette année, est considéré comme le plus grand honneur décerné par l'État.

Rapport 2016 sur l'antisémitisme dans le monde de l'Université de Tel-Aviv: baisse des cas de violence, montée de la haine sur les réseaux sociaux.

Le rapport 2016 sur l'antisémitisme dans le monde du Centre Kantor pour l'étude du judaïsme européen contemporain de l'Université de Tel-Aviv, rendu public comme chaque année à la veille de la Journée du Souvenir de l'Holocauste, a été présenté hier lors d'une conférence de presse, par le Prof. Dina Porat, directrice du Centre et chercheuse principale du Yad VaShem, en présence d'Arie Zuckerman, Vice-president du Fond juif européen. Il indique cette année deux tendances contradictoires: une diminution notable des incidents violents contre les juifs dans le monde, en particulier en France, en parallèle à une explosion de la violence verbale et visuelle sur les réseaux sociaux.

MaguenDavid"Les cas de violence antisémite ont diminué de 12% en 2016, passant de 410 à 361" a déclaré le Prof. Dina Porat. "Ceci est du à l'augmentation des mesures de sécurité et à une meilleure collaboration entre les différents services de renseignements pour lutter contre le terrorisme. Par contre, on note une importante augmentation des manifestations antisémites verbales et visuelles sur Internet et lors des manifestations, y compris insultes, harcèlement et menaces qui ne peuvent être quantifiés, mais contribuent, avec la crainte des conséquences des vagues de réfugiés et le renforcement de l'extrême droite, à un sentiment profond d'inquiétude au sein des communautés juives".

Baisse de 61% des incidents antisémites en France

"Le problème juif n'est plus aujourd'hui sur le devant de la scène et a été supplanté par les tensions entre les communautés chrétiennes et musulmanes", ajoute Arie Zuckerman. "Mais on voit encore de forts éléments d'antisémitisme en Europe, et si l'on prend en considération la montée de l'extrême-droite dans le monde, les Juifs ne sont plus la première cible, mais certainement la deuxième ou la troisième".

soldierLa diminution des cas de violence antisémite est particulièrement évidente en France, qui se classait "en tête" à cet égard en 2014, et où l'on a noté une baisse de 61% des incidents antisémites et de 52% des accrochages antimusulmans. Plus de 10 000 soldats et policiers arpentent les rues, en particulier à Paris, et 800 institutions juives sont sous protection permanente. Cependant, si les Juifs ne sont plus la cible d'attentats particuliers, la violence terroriste est devenue plus totale et plus meurtrière, englobant l'ensemble de la population dans des attentats du type de celui du Bataclan ou de Nice.

En Belgique, les incidents antisémites violents ont diminué de 60% et en Grande-Bretagne de 13%. En Allemagne, les sources officielles ont indiqué une baisse de 740 cas en 2015 à 644 en 2016, sauf à Berlin, qui a enregistré une augmentation de 16% des incidents. La seule exception notable est celle de l'Australie, où l'on a noté une augmentation de 36% des cas de vandalisme et de 33% des attaques contre les personnes. Autre donnée notable: celle des campus des universités américaines, où règne une atmosphère de plus en plus antisémite, en particulier sous couvert d'antisionisme, et où l'on a enregistré une augmentation de 45% de toutes les formes d'antisémitisme, à commencer par la limitation des initiatives des étudiants juifs sur les campus et l'aliénation de leurs droits.

Les tensions entre les musulmans et les populations locales sont passées sur le devant de la scène

Selon les chercheurs, cette diminution globale concerne aussi bien l'utilisation des armes (10 cas contre 24 en 2015), les incendies criminels (un cas par rapport à 10 l'année précédente), le vandalisme sur des biens juifs publics, communautaires et privés (27 attaques contre les écoles et ces centres communautaires contre 34 en 2015), et les attaques visant les personnes (107 contre 157 l'année précédente et 306 en 2014). Cependant, les cimetières et les monuments, qui ne sont pas protégés continuent d'être ciblés: 100 cimetières ont été profanés l'an dernier, comme en 2015. Cependant, notent les chercheurs, il est presque impossible d'éviter les attaques individuelles au couteau, les attentats au camion bélier et la fabrication de cocktails Molotov dans les maisons privées. De plus, relève le Prof. Porat: "la plupart des cas – 75 à 90% selon les sources – ne sont pas rapportés".

ZvastikaParmi les raisons invoquées par les chercheurs du Centre pour expliquer la baisse des incidents antisémites: l'augmentation des mesures de sécurité et la présence de soldats et de policiers; la modification des modèles d'intervention des services de renseignement européens, qui ont augmenté leur surveillance conjointe des groupes extrémistes, et la prudence des Juifs qui s'abstiennent de sortir dans l'espace public en portant des signes distinctifs comme kipa, étoile de David etc. On peut également remarquer qu'en 2016, comme en 2015, où cette baisse du nombre d'incidents violents avait commencé, il n'y a pas eu d'affrontement entre Israël et ses voisins.

Un discours de plus en plus menaçant sur les réseaux sociaux

Autre explication de cette diminution des cas d'antisémitisme: les tensions entre les musulmans et les populations locales sont passées sur le devant de la scène. En 2015 et 2016 sont arrivés en Europe, selon les données de l'Union européenne, deux millions et demi de réfugiés, la plupart d'entre eux en Allemagne (1,7 million), et la crainte de leur impact sur la société et l'économie est importante de même que celle que des cellules terroristes dérivées des milieux islamistes extrémistes qui existaient déjà en Europe. Le nombre d'attaques contre les musulmans est en augmentation dans le monde, des centres d'immigration ont été incendiés et des cimetières musulmans et même des mosquées profanés. En Allemagne le nombre d'attaques sur les sites musulmans a triplé l'an dernier par rapport à l'année précédente: 3000 contre 1000, et une augmentation similaire a été enregistrée dans d'autres pays. Une enquête approfondie menée par la le centre de recherche américain PEW analysant 11 500 questionnaires dans dix pays européens a constaté que 50% des répondants avaient des attitudes particulièrement négatives envers les Roms et les musulmans, et seulement 16% d'entre eux contre les Juifs.

DinaMais il semblerait que, pour le moment du moins, les nouveaux immigrants, occupés par leurs problèmes d'absorption dans leur pays d'accueil, ne soient pas à l'origine des incidents antisémites qui continue d'être l'apanage des cercles radicaux parmi les immigrants musulmans nés en Europe, les milieux d'extrême droite et les "casseurs" non-associés à des groupes politiques.

Le discours sur les réseaux sociaux, qui intensifie et transforme la situation réelle et atteint les masses en un minimum de temps est devenu par contre de plus en plus menaçant et violent, reflétant la haine contre les Juifs et d'autres minorités. Selon une enquête du Congrès juif mondial, en 2016, un message antisémite a été publié sur le réseau toutes les 83 secondes, la plupart du temps sur Twitter.

Les partis de droite et d'extrême droite ont récemment augmenté leur influence en Europe, tournant leurs regards vers le pouvoir. Certains de leurs dirigeants renoncent en apparence aux déclarations antisémites, déclarant même considérer Israël comme un allié naturel face à l'ennemi commun - l'islam-, mais leurs militants déploient cependant une vaste activité antisémite sur le terrain.

Des réalisations positives dans la lutte contre l'antisémitisme

Enfin, les chercheurs relèvent des réalisations positives dans la lutte contre l'antisémitisme, comme l'adoption d'une définition de travail de l'antisémitisme par l'Alliance internationale pour la mémoire de l'holocauste, organisme international englobant 31 pays, et par le chef du gouvernement britannique, Theresa May. De plus, le mouvement BDS a été déclaré antisémite par le parti d'Angela Merkel; 14 États des Etats-Unis ont promulgué une loi l'interdisant, et en Espagne près de la moitié des municipalités qui avaient l'intention de boycotter Israël sont revenues sur leur décision. Cependant, le mouvement est encore très actif, en particulier sur les campus universitaires à travers les États-Unis et au Canada.

Les premiers efforts visant à créer des outils efficaces juridiques et de suivi pour lutter contre la propagation de l'antisémitisme à travers les réseaux sociaux ont commencé à porter leurs fruits, et des dirigeants-clés, comme le Pape, Angela Merkel, Theresa May et le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres ont émis des déclarations sans équivoque contre l'antisémitisme, qui est à leurs yeux le reflet des problèmes sociaux et politiques des différents pays.

Le Prof. Porat a terminé la présentation des données en demandant instamment aux organisations juives et non juives dans le monde "de coordonner leurs activités contre la hausse de l'antisémitisme et de poursuivre leurs efforts pour le combattre. Les gains modestes obtenus ne sont que le début du chemin".

 

Articles liés:

Université de Tel-Aviv: Baisse des incidents antisémites violents et montée de l'antisémitisme institutionnel dans le monde en 2015

Université de Tel-Aviv: violences antisémites en hausse dans le monde en 2014

Rapport du Centre Kantor sur l'antisémitisme dans le monde en 2013: Retour de l'antisémitisme classique