Slide background
Slide background
Slide background

nov1

A LA UNE

Les dernières nouvelles de l'Université de Tel-Aviv


events

EVENEMENTS

Aucun événement

video

VIDEOS

vid1

semel uni2

SOUTENIR L’UNIVERSITÉ

Soutenez la recherche et les étudiants


Le laboratoire d’innovation du groupe Renault-Nissan à l’Université de Tel-Aviv fête ses un an

Le constructeur automobile français Renault a inauguré l’an dernier un laboratoire d’innovation en collaboration avec le Centre pour l'innovation dans les transports de l'Université de Tel-Aviv, l'Administration israélienne des carburants alternatifs et Carasso Motors (importateur Renault en Israël)  dans le but de promouvoir le véhicule électrique et de favoriser la créativité autour de la mobilité de demain. C’est le deuxième Open Innovation Lab du groupe Renault en dehors de la France, après celui de la Silicon Valley.

Renault 580Inauguré en juin 2016 à l’Ecole Porter d’Etudes environnementales de l’Université de Tel-Aviv, l’Open Innovation Lab a pour but de localiser l'activité des startups israéliennes et des sociétés qui travaillent dans le domaine du transport intelligent et d’œuvrer sur les thématiques du véhicule électrique, de l’après-vente et de la cyber sécurité.

Au cours de l’année écoulée, le Lab a publié un appel d’offre aux chefs d’entreprises israéliens et aux startups qui souhaitent tester leurs technologies sur les véhicules électriques Renault. Les propositions reçues sont examinées par un jury composé de représentants de tous les partenaires. Les véhicules utilisés sont les modèles Zoe et Twizy de Renault.

La création des Open Innovation Labs fait partie de la stratégie d’innovation de l’Alliance Renault-Nissan  : selon le constructeur, ils permettent de cultiver des opportunités d’innovations en se basant sur un écosystème ouvert (startups, universités, investisseurs) et une économie locale (collectivités,  associations, clients, marché). Ces labs rassemblent en un même lieu les trois piliers de l’open innovation : la socialisation des connaissances (évènements, conférences, ThinkTank, meetups), la créativité et les méthodes de conceptions innovantes (design thinking, Fablab) et les leviers de la nouvelle économie (Accélération de start-ups, mode collaboratif et ouvert ainsi que plateformes).

Le premier Open Innovation Lab de Renault avait été ouvert en 2011 dans la Silicon Valley, aux Etats Unis, comme ouverture vers le principal ecosystème de startups mondial et les universités américaines de Stanford et de Berkeley. Il contribue à l’effort de recherche du groupe de l’Alliance pour la conduite autonome, notamment le développement de l’Intelligence Artificielle, et développe des services connectés innovants et des nouvelles approches de mobilité en collaborant avec les startups de la Silicon Valley.

L'équipe israélienne formée à l’Université de Tel-Aviv championne des Olympiades internationales de mathématiques

L'équipe nationale israélienne a remporté la première place des Olympiade internationale de mathématiques pour étudiants qui se sont tenues le week-end dernier en Bulgarie, dépassant des universités de réputation internationale, comme celles de Cambridge, Moscou et Saint-Pétersbourg. Les six membres de l'équipe, formée à l'Ecole des sciences mathématiques de l'Université de Tel-Aviv, ont remporté des récompenses et des médailles d'or, dont le prestigieux premier prix.

Ce succès vient s’ajouter aux 3 médailles d'argent aux Olympiades internationales de mathématiques pour la jeunesse de Rio de Janeiro en juillet, et à la triple médaille d'argent aux Olympiades internationales de mathématiques pour filles en avril.

Olympiadesmaths2017etudiantsVous pensiez vous inscrire à Cambridge? Oubliez ça ! Les étudiants israéliens viennent de remporter la première place des Olympiades internationales de mathématiques de Bulgarie, laissant derrière eux leurs concurrents de la prestigieuse université britannique. Les Olympiades, considérées comme les plus importantes dans le monde des mathématiques et des sciences, se sont déroulées en présence de 331 étudiants de 71 grandes universités.

Les six membres de l'équipe israélienne ont remporté des récompenses, dont le prix le plus important, la première place en réalisations individuelles, attribué à Amotz Oppenheim de l’Université de Tel-Aviv et Asael Mordechai Reiter du Technion. De plus, l'équipe a remporté un prix de groupe, et des médailles d'or ont été également attribuées à Omri Solan et Liam Hanani (Université de Tel-Aviv), Nitzan Tor (Technion) et Noam Ta-Shma (Université ouverte). Lev Radzivilovsky, entraîneur de l'équipe, fait son doctorat en mathématiques à l'Université de Tel-Aviv.

Les étudiants israéliens participent à la compétition depuis 2018, soit près d'une décennie. En 2014, l'équipe nationale israélienne avait déjà remporté une première fois la première place, exploit réitéré cette année par les étudiants, qui ont dépassé leurs homologues de Saint-Pétersbourg, Moscou, Amsterdam, Bonn, Madrid et Cambridge.

Ce succès vient couronner les dernières réussites de l’équipe israélienne de mathématiques : 3 médailles d'argent aux Olympiades internationales de mathématiques pour la jeunesse de Rio de Janeiro en juillet, et également triple médaille d'argent aux Olympiades internationales de mathématiques pour filles à Zurich en avril 2017, qui avait placé Israël à la 6e place sur 44 pays.

3 médailles d'argent aux Olympiades de mathématiques pour l'équipe israélienne entrainée à l'Université de Tel-Aviv

Gros succès pour les membres de l'équipe israélienne de mathématiques qui a remporté 3 médailles d'argent et 3 de bronze aux Olympiades internationales de mathématiques pour la jeunesse qui ont pris fin le week-end dernier à Rio de Janeiro, au Brésil, en présence de participants de 115 pays. L'équipe, formée et entrainée au département des sciences exactes de l'Université de Tel Aviv, sous la direction de Lev Radzivilovsky avait déjà obtenu un résultat équivalent en avril dernier aux Olympiades de mathématiques pour filles de Zurich.

Olympiadesmaths2017rioIsraël s'est globalement classé 32e sur 115 pays, nombre record de pays participants. Deux des membres de l'équipe nationale qui ont remporté des médailles étudient à l'Université de Tel-Aviv dans le cadre du programme Beno Arbel pour les lycéens surdoués  en mathématiques: Liam Hanani (médaille d'argent) et Boaz Guberman  (médaille de bronze).

Les délégués de l'équipe sont sélectionnés après un tri sur plus de 10 000 lycéens qui participant à une série de compétitions qui se déroulent au niveau national. 30 d'entre eux sont sélectionnés dans chaque équipe, parmi eux six sont retenus pour représenter Israël en  mathématiques, et cinq en physique.

Ils suivent alors une préparation intense de plusieurs mois pour les compétitions internationales, ainsi qu'une formation au département des sciences exactes de l'Université de Tel Aviv, sous la direction et l'encadrement du doctorant Lev Radzivilovsky et d'une équipe d'instructeurs parmi les participants aux Olympiades des années passées. L'équipe olympique a été dirigée cette année par Dan Carmon et Shahar Carmeli, tous deux également doctorants de l'École des sciences mathématiques de l'Université de Tel Aviv.

Une langue commune par-delà les obstacles politiques

Le programme est parrainé par le Département des télécommunications de la technologie et des systèmes d'information du Ministère de l'Education. Le Ministre Naftali Bennett a félicité les membres de l'équipe a déclaré: « C'est un grand d'honneur pour Israël. Nous allons intensifier encore nos efforts pour la promotion de l'excellence en mathématiques et en sciences, pour construire un avenir fort pour Israël ».

Les étudiants se sont dits enthousiasmés par cette expérience internationale et par la rencontre avec les meilleurs "cerveaux" parmi les adolescents du monde entier. Selon eux, l'événement a été inoubliable, professionnel et bien organisé, chaleureux et rassembleur, surmontant tous les obstacles politiques grâce à une langue internationale commune à tous : la science.

Les Olympiades scientifiques internationales constituent la base de relations universitaires qui perdurent des années plus tard et se transforment à terme en recherches communes de scientifiques du monde entier qui contribuent au bien de l'humanité.

L'équipe d'Israël a également remporté 4 médailles d'argent aux Olympiades de physique qui se sont tenues en Indonésie, avec les participants de 84 pays.

 

Sur la photo: les membres de l'équipe. De droite à gauche, debout: Noam Ta-Shma, Yoav Avidan, Aviel Boag, Dor Mezer, Boaz Guberman, Liam Hanani, et les accompagnateurs de l'équipe (au premier rang, de droite à gauche): Shahar Carmeli, Dan Carmon et Guy Kapon.

 

Le laser le plus puissant du Moyen-Orient mis en place à l'Université de Tel-Aviv

Le laser le plus puissant du Moyen-Orient a été mis en place dans le laboratoire du Dr. Ishay Pomerantz à la Faculté d'Ingénierie de l'Université de Tel-Aviv. Il émet des rayons de 20 térawatts, soit mille fois la consommation totale d'électricité d'Israël, et servira à promouvoir des traitements innovants contre le cancer ainsi que des solutions de sécurité pour la protection des infrastructures stratégiques.

LaserPomerantz1Grande nouvelle pour la science israélienne: fin juin a pris fin la construction du dispositif laser le plus puissant du Moyen-Orient, situé dans un laboratoire de l'Université de Tel-Aviv, après deux années de planification, un an de construction et six semaines d'assemblage. Il a envoyé les impulsions les plus puissantes jamais émises dans la région: 20 térawatts (milliers de milliards de watts), soit mille fois la consommation totale d'électricité d'Israël.

"La puissance de ce laser est si forte qu'il ne peut pas se déplacer dans l'air, et donc tout notre système et toutes nos expériences sont réalisés sous vide, dans de grands containers d'acier inoxydable. Chaque container sert à une expérience menée par un groupe d'étudiants. L'impulsion laser pénètre à l'intérieur du container et irradie l'objet que nous voulons examiner », explique le Dr. Pomerantz.

Selon lui, la seule façon jusqu'à il y a quelques années de créer un faisceau laser à grande puissance était de l'amplifier latéralement, ce qui rendait tout le dispositif énorme et coûtait des milliards de dollars, et n'était abordable que pour un très petit nombre de pays riches. "Pour éviter de causer des dommages au laser lui-même, nous commençons par émettre une impulsion courte à faible énergie, mais au lieu d'essayer directement de l'augmenter, nous l'étendons d'abord dans le temps pour en faire une impulsion longue, et nous pouvons alors l'amplifier peu à peu en toute sécurité et sans dommage. Ce n'est qu'à  la dernière étape juste avant l'expérience que nous le comprimons de nouveau pour le transformer en impulsion courte et très amplifiée ".

A quoi sert cette puissance ? 

"Certains traitements contre le cancer sont basés sur des nanoparticules accélérées, de même que certaines applications dans le domaine de la sécurité, comme la protection des ports contre la contrebande de certains produits véhiculés dans des containers. Toutes ces applications ne sont pas réalisables aujourd'hui  car les accélérateurs de particules utilisés ne fonctionnent pas au laser, sont très volumineux, coûteux et impossible à déplacer. Nous espérons pouvoir utiliser des accélérateurs de particules au laser pour les applications médicales, sociales et  sécuritaires pour lesquelles ils sont nécessaires et où leur emploi est aujourd'hui impossible" dit le Dr. Pomerantz.

Le laboratoire laser du Dr. Ishay Pomerantz a été mis en place grâce au programme pour la science, la technologie, l'ingénierie et les mathématiques lancé en janvier dernier par le philanthrope et homme d'affaires américain Mortimer Zuckerman, qui a budgété plus de 100 millions de dollars en bourses d'études et activités éducatives au profit des  chercheurs et des universités israéliennes.

Selon le Dr. Pomerantz, les universités israéliennes ont un avantage significatif par à leurs homologues américaines: les étudiants de premier cycle, ayant réalisé trois années de service militaire, sont déjà des adultes. « Une grande partie du fonctionnement de notre laboratoire repose sur des étudiants, des assistants de recherche; les étudiants de deuxième année ont déjà leurs propres projets avec un budget à gérer, ils commandent des pièces et des composants et réalisent les expériences".

Inauguration du Musée Steinhardt d'Histoire naturelle à l'Université de Tel-Aviv

Le Musée d'histoire naturelle Steinhardt de l'Université de Tel-Aviv, qui renferme les plus grandes collections liées à l'histoire de la nature au Moyen-Orient, a été inauguré le 26 juin  en présence de plus de 1000 personnes. Il sera ouvert au public dès l'automne 2017.

InaugurationSteeinhardt2140 millions de dollars ont été investis dans sa mise en place, grâce à l'effort conjoint du donateur principal, l'homme d'affaire et philanthrope américain Michael Steinhardt, et des ministères et organisations qui ont participé à la création: la Commission pour la planification et le financement de l'enseignement supérieur ("VATAT"), le Ministère de l'Environnement, le Ministère du Patrimoine et de Jérusalem, le Ministère de l'Agriculture et du développement rural, le Ministère de la Science et de la technologie,  le Fonds national juif, la Fondation Rothschild , la Fondation Dan David, la Fondation Arison, l'Austalien Millie Phillips et Colette Kerber.

"L'amour de la nature et l'amour d'Israël"

Lors de la soirée ont été dévoilés les quelque 5,5 millions de spécimens provenant des collections des diverses institutions œuvrant sous l'auspice de l'Académie des Sciences d'Israël, qui seront présentés par le musée, racontant l'histoire de la biodiversité en Israël et au Moyen-Orient.

Le Président de l'Université de Tel-Aviv, le Prof. Joseph Klafter et le Prof. Tamar Dayan, directrice du musée, ont accueilli les visiteurs, dont les principaux sponsors, Michael et Judy Steinhardt, le ministre de l'Environnement, Zeev Elkin, le ministre de l'Agriculture, Uri Ariel, la présidente de la VATAT, le Prof. Yafa Zilbershatz, le présidente du FNJ Daniel Atar, le maire de Tel Aviv, Ron Huldai, le directeur général du Ministère du Tourisme, Amir Halevy et le directeur général de la Direction de la Nature et des Parcs, Shaul Goldstein.

 Le musée, qui sera ouvert au public cet automne, devrait accueillir environ 150 000 visiteurs par an et devenir un centre d'attraction culturelle pour des milliers de familles, d'écoliers, de touristes, de scientifiques et d'amoureux de la nature du monde entier, tout en continuant de faire progresser la science et les instituts qui travaillent dans son cadre.

InaugurationSteindardt3"Le musée apportera aux générations futures plus que toute autre institution que je connaisse" a déclaré  Michael Steinhardt, donateur et fondateur principal. "Il combine deux de nos plus grandes passions, à moi et mon épouse Judy: l'amour de la nature et l'amour d'Israël. »

 Le Ministre de l'Environnement, du Patrimoine et de Jérusalem, le député  Zeev Elkin, a déclaré pour sa part: «J'ai l'honneur de représenter les deux ministères qui ont le plus contribué au financement de la création du musée. Enfin, le peuple du Livre a droit à une institution qui décrit et préserve notre biodiversité par les moyen de visualisation existants aujourd'hui".

"Une visite incontournable pour les touristes en Israël"

"Ce musée est un joyau que chaque écolier israélien devrait visiter pour apprendre à connaitre la faune d'Israël et les chemins et notre pays", s'est enthousiasmé le ministre de l'Agriculture Uri Ariel.

 Le Prof. Yafa Zilbershatz, annoncé que la VATAT attribuera chaque année plus d'un million de dollars au nouveau musée "pour qu'il puisse continuer de fonctionner comme une institution au plus haut niveau scientifiques sur le long terme".

 Le président du FNJ, Daniel Atar, a pour sa part déclaré que :" Le FNJ, première institution écologique d'Israël pour l'éducation et la gestion des espaces et des ressources naturelles est le partenaire naturel de cette plate-forme scientifique, professionnelle et publique première de son genre dans la région, qui constitue  une réponse au besoin de l'Etat d'Israël d'un musée national qui perpétuera le patrimoine, contribuera à la recherche et élargira les connaissances du public dans les domaines de la nature et de l'environnement".

Afin, le Directeur du Ministère du Tourisme, Amir Halevy a affirmé être fier "d'être partenaire de ce projet, qui va devenir une visite incontournable pour les touristes en Israël. Je recommande vivement au musée de se préparer à la vague de touristes chinois qui ont doublé cette année en Israël et ont soif d'en apprendre davantage sur la nature de notre pays".