Slide background
Slide background
Slide background

nov1

A LA UNE

Les dernières nouvelles de l'Université de Tel-Aviv


video

VIDEOS

vid1

semel uni2

SOUTENIR L’UNIVERSITÉ

Soutenez la recherche et les étudiants


Prix Israël 2017: 4 chercheurs de l'Université de Tel-Aviv parmi les lauréats

Palmarès impressionnant pour l'Université de Tel-Aviv : 4 des 9 lauréats du Prix Israël décerné à l'occasion  du 69e anniversaire de l'Etat sont des chercheurs de l'Université: les Prof. Nili Cohen, ancien recteur et présidente de l'Académie israélienne des Sciences, dans le domaine des études juridiques,  Uri Shaked pour la recherche en ingénierie, Malka Margalit en éducation et Arie Vardi dans le domaine de la musique.

La cérémonie s'est tenue le 2 mai au Centre international des congrès de Jérusalem, en présence du président de l'Etat Reuven Rivlin, du Premier ministre Benjamin Netanyahu, du président de la Knesset, Yuli Edelstein, de la présidente de la Cour suprême, Miriam Naor, du ministre de l'Education Naftali Bennett et du maire de Jérusalem, Nir Barkat.

nili cohen 580 1Enseignante à la Faculté de Droit de l'Université de Tel-Aviv depuis la fin des années 70, ancien recteur de l'Université et présidente de l'Académie israélienne des Sciences, le  Prof. Nili Cohen a reçu le Prix "pour la vigueur de ses recherches, qui explorent et brisent les frontières de la pensée". Rédactrice fondatrice de l'une des plus importantes revues juridiques du pays, elle a formé de nombreuses générations d'étudiants et créé un nouveau domaine d'études : droit et littérature.

Urishaked 580Le Prof. Uri Shaked de la Faculté d'Ingénierie de l’Université de Tel-Aviv, est l'un des scientifiques les plus importants du monde dans le domaine de la théorie du contrôle des systèmes dynamiques. Les méthodes qu'il a développées sont à présent utilisées dans toute une gamme d'industries, y compris l'industrie israélienne de la défense. Il a également largement contribué au développement de l'éducation scientifique et technologique en Israël, et a été parmi les initiateurs du processus d'établissement des collèges d'enseignement supérieur pour ingénieurs dans le pays.

Malka MargalitLe Prof. Malka Margalit professeur émérite de l'École d'éducation de l'UTA et ancienne directrice de l'Ecole, a commencé à enseigner à l'Université de Tel-Aviv en 1975. Ses recherches portent sur les aspects du développement de l'espoir et de la solitude chez les enfants, et l'impact des émotions et de la motivation sur l'évolution des capacités d'adaptation des enfants et des adultes présentant des troubles d'apprentissage ou un TDAH. Elle examine des méthodes permettant la promotion d'une adaptation efficace, le renforcement de la personne et la capacité de transformer les difficultés en défis, y compris le soutien de la technologie pour accroître la résilience. Le prix lui a été décerné pour son travail novateur et révolutionnaire dans le domaine.

Arie VardiLe pianiste Arie Vardi, professeur émérite de l'École de musique Buchmann-Mehta de l'Université de Tel-Aviv a reçu le prix pour sa gigantesque contribution de toute une vie au domaine de la musique. Il a tenu des conférences dans les plus grandes écoles de musique du monde, comme l'École Juilliard, le Conservatoire de Paris, le Conservatoire Tchaikovsky de Moscou et l'Académie royale de Londres. Beaucoup de ses étudiants sont aujourd'hui des pianistes reconnus dans le monde entier. Il est également président du jury de la compétition internationale Arthur Rubinstein. En Israël, il s'est fait un nom auprès du grand public à travers des conférences-concerts et de récitals, ainsi que grâce à son programme de télévision populaire "Intermezzo". Le comité du prix a salué sa contribution à la promotion de la musique classique en Israël, et son impact sur le développement de la musique israélienne.  

Le prix Israël qui a été attribué pour la 64e fois cette année, est considéré comme le plus grand honneur décerné par l'État.

Rapport 2016 sur l'antisémitisme dans le monde de l'Université de Tel-Aviv: baisse des cas de violence, montée de la haine sur les réseaux sociaux.

Le rapport 2016 sur l'antisémitisme dans le monde du Centre Kantor pour l'étude du judaïsme européen contemporain de l'Université de Tel-Aviv, rendu public comme chaque année à la veille de la Journée du Souvenir de l'Holocauste, a été présenté hier lors d'une conférence de presse, par le Prof. Dina Porat, directrice du Centre et chercheuse principale du Yad VaShem, en présence d'Arie Zuckerman, Vice-president du Fond juif européen. Il indique cette année deux tendances contradictoires: une diminution notable des incidents violents contre les juifs dans le monde, en particulier en France, en parallèle à une explosion de la violence verbale et visuelle sur les réseaux sociaux.

MaguenDavid"Les cas de violence antisémite ont diminué de 12% en 2016, passant de 410 à 361" a déclaré le Prof. Dina Porat. "Ceci est du à l'augmentation des mesures de sécurité et à une meilleure collaboration entre les différents services de renseignements pour lutter contre le terrorisme. Par contre, on note une importante augmentation des manifestations antisémites verbales et visuelles sur Internet et lors des manifestations, y compris insultes, harcèlement et menaces qui ne peuvent être quantifiés, mais contribuent, avec la crainte des conséquences des vagues de réfugiés et le renforcement de l'extrême droite, à un sentiment profond d'inquiétude au sein des communautés juives".

Baisse de 61% des incidents antisémites en France

"Le problème juif n'est plus aujourd'hui sur le devant de la scène et a été supplanté par les tensions entre les communautés chrétiennes et musulmanes", ajoute Arie Zuckerman. "Mais on voit encore de forts éléments d'antisémitisme en Europe, et si l'on prend en considération la montée de l'extrême-droite dans le monde, les Juifs ne sont plus la première cible, mais certainement la deuxième ou la troisième".

soldierLa diminution des cas de violence antisémite est particulièrement évidente en France, qui se classait "en tête" à cet égard en 2014, et où l'on a noté une baisse de 61% des incidents antisémites et de 52% des accrochages antimusulmans. Plus de 10 000 soldats et policiers arpentent les rues, en particulier à Paris, et 800 institutions juives sont sous protection permanente. Cependant, si les Juifs ne sont plus la cible d'attentats particuliers, la violence terroriste est devenue plus totale et plus meurtrière, englobant l'ensemble de la population dans des attentats du type de celui du Bataclan ou de Nice.

En Belgique, les incidents antisémites violents ont diminué de 60% et en Grande-Bretagne de 13%. En Allemagne, les sources officielles ont indiqué une baisse de 740 cas en 2015 à 644 en 2016, sauf à Berlin, qui a enregistré une augmentation de 16% des incidents. La seule exception notable est celle de l'Australie, où l'on a noté une augmentation de 36% des cas de vandalisme et de 33% des attaques contre les personnes. Autre donnée notable: celle des campus des universités américaines, où règne une atmosphère de plus en plus antisémite, en particulier sous couvert d'antisionisme, et où l'on a enregistré une augmentation de 45% de toutes les formes d'antisémitisme, à commencer par la limitation des initiatives des étudiants juifs sur les campus et l'aliénation de leurs droits.

Les tensions entre les musulmans et les populations locales sont passées sur le devant de la scène

Selon les chercheurs, cette diminution globale concerne aussi bien l'utilisation des armes (10 cas contre 24 en 2015), les incendies criminels (un cas par rapport à 10 l'année précédente), le vandalisme sur des biens juifs publics, communautaires et privés (27 attaques contre les écoles et ces centres communautaires contre 34 en 2015), et les attaques visant les personnes (107 contre 157 l'année précédente et 306 en 2014). Cependant, les cimetières et les monuments, qui ne sont pas protégés continuent d'être ciblés: 100 cimetières ont été profanés l'an dernier, comme en 2015. Cependant, notent les chercheurs, il est presque impossible d'éviter les attaques individuelles au couteau, les attentats au camion bélier et la fabrication de cocktails Molotov dans les maisons privées. De plus, relève le Prof. Porat: "la plupart des cas – 75 à 90% selon les sources – ne sont pas rapportés".

ZvastikaParmi les raisons invoquées par les chercheurs du Centre pour expliquer la baisse des incidents antisémites: l'augmentation des mesures de sécurité et la présence de soldats et de policiers; la modification des modèles d'intervention des services de renseignement européens, qui ont augmenté leur surveillance conjointe des groupes extrémistes, et la prudence des Juifs qui s'abstiennent de sortir dans l'espace public en portant des signes distinctifs comme kipa, étoile de David etc. On peut également remarquer qu'en 2016, comme en 2015, où cette baisse du nombre d'incidents violents avait commencé, il n'y a pas eu d'affrontement entre Israël et ses voisins.

Un discours de plus en plus menaçant sur les réseaux sociaux

Autre explication de cette diminution des cas d'antisémitisme: les tensions entre les musulmans et les populations locales sont passées sur le devant de la scène. En 2015 et 2016 sont arrivés en Europe, selon les données de l'Union européenne, deux millions et demi de réfugiés, la plupart d'entre eux en Allemagne (1,7 million), et la crainte de leur impact sur la société et l'économie est importante de même que celle que des cellules terroristes dérivées des milieux islamistes extrémistes qui existaient déjà en Europe. Le nombre d'attaques contre les musulmans est en augmentation dans le monde, des centres d'immigration ont été incendiés et des cimetières musulmans et même des mosquées profanés. En Allemagne le nombre d'attaques sur les sites musulmans a triplé l'an dernier par rapport à l'année précédente: 3000 contre 1000, et une augmentation similaire a été enregistrée dans d'autres pays. Une enquête approfondie menée par la le centre de recherche américain PEW analysant 11 500 questionnaires dans dix pays européens a constaté que 50% des répondants avaient des attitudes particulièrement négatives envers les Roms et les musulmans, et seulement 16% d'entre eux contre les Juifs.

DinaMais il semblerait que, pour le moment du moins, les nouveaux immigrants, occupés par leurs problèmes d'absorption dans leur pays d'accueil, ne soient pas à l'origine des incidents antisémites qui continue d'être l'apanage des cercles radicaux parmi les immigrants musulmans nés en Europe, les milieux d'extrême droite et les "casseurs" non-associés à des groupes politiques.

Le discours sur les réseaux sociaux, qui intensifie et transforme la situation réelle et atteint les masses en un minimum de temps est devenu par contre de plus en plus menaçant et violent, reflétant la haine contre les Juifs et d'autres minorités. Selon une enquête du Congrès juif mondial, en 2016, un message antisémite a été publié sur le réseau toutes les 83 secondes, la plupart du temps sur Twitter.

Les partis de droite et d'extrême droite ont récemment augmenté leur influence en Europe, tournant leurs regards vers le pouvoir. Certains de leurs dirigeants renoncent en apparence aux déclarations antisémites, déclarant même considérer Israël comme un allié naturel face à l'ennemi commun - l'islam-, mais leurs militants déploient cependant une vaste activité antisémite sur le terrain.

Des réalisations positives dans la lutte contre l'antisémitisme

Enfin, les chercheurs relèvent des réalisations positives dans la lutte contre l'antisémitisme, comme l'adoption d'une définition de travail de l'antisémitisme par l'Alliance internationale pour la mémoire de l'holocauste, organisme international englobant 31 pays, et par le chef du gouvernement britannique, Theresa May. De plus, le mouvement BDS a été déclaré antisémite par le parti d'Angela Merkel; 14 États des Etats-Unis ont promulgué une loi l'interdisant, et en Espagne près de la moitié des municipalités qui avaient l'intention de boycotter Israël sont revenues sur leur décision. Cependant, le mouvement est encore très actif, en particulier sur les campus universitaires à travers les États-Unis et au Canada.

Les premiers efforts visant à créer des outils efficaces juridiques et de suivi pour lutter contre la propagation de l'antisémitisme à travers les réseaux sociaux ont commencé à porter leurs fruits, et des dirigeants-clés, comme le Pape, Angela Merkel, Theresa May et le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres ont émis des déclarations sans équivoque contre l'antisémitisme, qui est à leurs yeux le reflet des problèmes sociaux et politiques des différents pays.

Le Prof. Porat a terminé la présentation des données en demandant instamment aux organisations juives et non juives dans le monde "de coordonner leurs activités contre la hausse de l'antisémitisme et de poursuivre leurs efforts pour le combattre. Les gains modestes obtenus ne sont que le début du chemin".

 

Articles liés:

Université de Tel-Aviv: Baisse des incidents antisémites violents et montée de l'antisémitisme institutionnel dans le monde en 2015

Université de Tel-Aviv: violences antisémites en hausse dans le monde en 2014

Rapport du Centre Kantor sur l'antisémitisme dans le monde en 2013: Retour de l'antisémitisme classique

Visite d'une délégation d'étudiants de Dauphine à l'Université de Tel-Aviv

Une délégation de 27 étudiants de premier et deuxième cycles de l'Université Paris- Dauphine, en voyage de découverte en Israël, certains pour la première fois, ont été reçus à la Faculté de Gestion Coller de l'Université de Tel-Aviv par Hila Rachmani, responsable de la coopération et des échanges internationaux de la faculté, et Hila Glick, directrice des partenariats internationaux de Startau, le centre d'entreprenariat de l'UTA.

DauphineAu cours d'une présentation courte et attrayante, Hila Rachmani a replacé l'Université dans un cadre statistique plus global. Ainsi aurons- nous appris que d'après le World Happiness Report 2017 (Rapport mondial sur le bonheur, publié par l'ONU), Israël est le 11e pays le plus heureux du monde. Le Forum économique mondial la classe pour sa part comme la 2e nation la plus innovante. Les deux-tiers des startups israéliennes sont situées à Tel-Aviv, la plupart autour du boulevard Rothschild. La métropole balnéaire israélienne est la ville du Moyen-Orient la plus attrayante pour les jeunes, d'après le Youthful cities Index, qui la classait également au 14e rang dans le monde sous cet aspect en 2015.

Etablie en 1956, l'Université de Tel-Aviv est la plus jeune du pays, mais aussi la plus grande, avec ses quelques 30000 étudiants (dont 14 000 en deuxième et troisième cycles) répartis entre ses 9 facultés, ses 27 écoles et 125 départements. La Faculté Coller de Gestion, au premier rang en Israël, dessert 3300 étudiants, et a obtenu pour la troisième année consécutive les 5 palmes du classement Eduniversal des meilleures écoles de commerce dans le monde. L'Ecole est partenaire d'une centaine des meilleures écoles de gestion dans le monde dont Kellogg et HEC.

La Faculté propose aux étudiants étrangers un choix varié de possibilités d'études ou d'expériences, comme le programme de 10 jours  Doing business in Israel, ouvert aux étudiants de MBA, qui se déroule deux fois par an et donne droit à des crédits universitaires, et le Sofaer international case competition, qui met en compétition des étudiants du monde entier pour la résolution d'un problème complexe qui leur est proposé.

Hila Glick présente ensuite Startau, le centre d'entreprenariat le plus grand et le plus  actif en Israël, créé en 2009 afin d'améliorer les capacités de l'Université à offrir un soutien aux startups naissant sur son campus. Au fil des ans, le Centre a acquis une solide réputation dans l'éducation à l'entrepreneuriat, et la liaison entre les investisseurs et les entrepreneurs. Il rassemble 8000 étudiants et diplômés et regroupe une communauté de près de 20 000 entrepreneurs, investisseurs, professionnels de tous les domaines et entreprises internationales.

Répondant aux questions des étudiants, Hila Glick a donné son explication du positionnement d'Israël comme la nation startup : "Israël a décidé d'investir dans les startups et l'innovation à partir des années 90. Le marché local israélien est très petit. De plus, nous ne pouvons pratiquer l'import-export avec nos voisins. Nous nous trouvons donc face à un défi, face auquel le développement de la nation startup représente une réponse. De plus, en raison de l'environnement sécuritaire et de la vie qu'ils mènent, les Israéliens sont des 'preneurs de risques'. Tel-Aviv est le deuxième écosystème de startup dans le monde après la Silicon Valley, et Startau est au centre de cet écosystème".

"L'Université de Tel-Aviv investit pour aider ses étudiants à sortir sur le marché en développant leurs idées, et a réussi à se  positionner à la 9e place dans le monde pour le nombre de ses anciens étudiants devenus entrepreneurs".

Triple médaille d'argent pour l'Université de Tel-Aviv aux Olympiades de mathématiques pour filles

Réussite impressionnante pour l'équipe d'Israël de mathématiques, formée et entrainée à l'Ecole de mathématiques de l'Université de Tel-Aviv, qui a remportée 3  médailles d'argent aux prestigieuses Olympiades internationales de mathématiques pour filles qui se sont déroulées à Zurich du 6 au 12 avril 2017, plaçant Israël à la 6e place sur 44 pays.

Olympiadesmaths2017Shira Ben-Dor, Yarden Modai et Maya Naveh, membres de l'équipe formée par l'École des sciences mathématiques de l'Université de Tel-Aviv et de 'l'Université de Tel-Aviv pour la jeunesse'[1], dont les membres représentent Israël dans les compétitions internationales, ont remporté chacune une médaille d'argent lors de la prestigieuse compétition annuelle, à laquelle elles ont participé aux côtés de 168 concurrents de 44 pays.

C'est la deuxième année qu'Israël participe à la compétition, et la seconde médaille d'argent pour Shira Ben Dor et Maya Naveh. L'an dernier, l'équipe s'était classée au 21e rang.

Les autres participants de l'équipe, entrainée par le doctorant Lev Radzivilovsky, étaient Dana Zeidman, Maria Gringlaz et Dan Carmon, directeur de la délégation.

Sur la photo, de gauche à droite: Dana Zeidman, Maya Naveh, Shira Ben-Dor et Yarden Modai.


[1]  L'Université de Tel-Aviv pour la jeunesse, qui fonctionne dans le cadre de l'Ecole d'éducation de l'UTA, en coordination avec les différentes facultés et avec le soutien du ministère de l'Education, accueille les lycéens israéliens de tous les horizons ayant les capacités et la motivation requises, et les expose aux approches et aux méthodes scientifiques modernes et innovantes afin de les encourager à intégrer des études universitaires.

Un film d'étudiant de l'Ecole de cinéma de l'Université de Tel-Aviv remporte un record mondial Guinness

Le film de fin d'études "Routes" ("Drakhim") de Lior Geller, réalisé et mis en scène à l'Ecole de cinéma et de télévision Steve Tisch de Université de Tel-Aviv détient a présent le record mondial Guinness du plus court métrage d'étudiant ayant obtenu le plus grand nombre de prix.

Lior GelerDrame criminel audacieux d'une durée de 20 minutes, "Routes" raconte l'histoire d'un enfant arabe de la ville de Lod qui rêve d'échapper au monde de violence et de drogues dans lequel il grandit, et obtient l'aide d'un soldat israélien démobilisé.

Le court-métrage a été sélectionné par l'Académie américaine des arts et des sciences dans la catégorie des films d'étudiants, projeté dans plus de 60 festivals dans 36 pays, et a remporté 24 prix, dont les premiers prix du Festival du film de Jérusalem, du Festival de cinéma de Beijing et des prix de l'Association internationale des écoles de cinéma.

Le succès du court-métrage a mené Geller à Hollywood, où il a vendu depuis plusieurs scénarios, y compris le thriller d'espionnage "Seul à Damas" pour la société de production Double E Photos d'Eric Eisner, basé sur l'histoire de l'espion israélien Eli Cohen. Il transforme à présent son court-métrage en long-métrage, dont l'intrigue se déroulera à Washington, DC, et écrit en outre une série télévisée inspirée de l'histoire des Maccabées, avec le créateur de la série "Rome", William MacDonald.

Sur la photo: le réalisateur et metteur en scène Lior Geller.

Visionner le court-métrage:

https://vimeo.com/liorgeller/roads

Cet article a été publié sur CoolIsrael sous le titre: "Un film d'étudiant de l'ecole de cinéma de l'Université de tel-Aviv remporte un record mondial"