Slide background
Slide background
Slide background

nov1

A LA UNE

Les dernières nouvelles de l'Université de Tel-Aviv


events

EVENEMENTS

07 Avr 2019
07:00PM -
UNE SOIREE CHEZ DAVID BEN-GOURION

video

VIDEOS

vid1

semel uni2

SOUTENIR L’UNIVERSITÉ

Soutenez la recherche et les étudiants


Un chercheur de l'Université de Tel-Aviv immigré de Russie remporte le Prix scientifique du Ministère de l'Intégration

Le Dr. Leonid Dinevich de l'Ecole de Zoologie de l'Université de Tel-Aviv s'est vu décerner le Prix du scientifique immigrant 2018 attribué par le Ministère de l'Aliya et de l'Intégration pour ses études sur les conditions météorologiques et les oiseaux migrateurs dans la Vallée du Jourdain, qui ont aidé l’Armée de l’air israélienne à éviter les accidents et à sauver des vies. Le prix, d'un montant de 15 000 NIS, lui a été récemment remis lors d'une cérémonie officielle tenue au théâtre Habima à Tel-Aviv, en présence de la Ministre de l'Intégration, Sofa Landver, du Ministre des Sciences Ofir Akunis et du président du Comité de l'intégration et de l'immigration de la Knesset, Avraham Nagosa.

dinevich580 0La vie du Dr. Leonid Dinevich est une histoire émouvante ou s'enlacent science et sionisme. Né en 1941 dans l'île de Sakhalin au large de la Sibérie, il a servi comme général dans l’Armée rouge et a immigré en Israël en 1991 avec son épouse Sonia. En tant que météorologue dans l'armée russe, il était responsable d'un réseau de 47 radars ornithologiques (pour détecter les oiseaux).

Le Prof. Yossi Leshem de l'Université de Tel-Aviv, alors directeur général de la Société pour la Protection de la Nature en Israël, le fit entrer avec d'autres scientifiques immigrants dans une station de recherche située à Har Gilo. Le Dr. Dinevich réussit alors à acquérir un radar russe pour 20 000 dollars au lieu de 1,8 million de dollars. Le radar fut placé à Har Gilo pour mener des recherches sur les conditions météorologiques dans la vallée du Jourdain en y combinant des études sur les migrations des oiseaux dans la région, dans le but d'aider l'Armée de l'air israélienne à éviter les accidents.

En 1995, le radar a été transféré sur le site de Yad LaShiryon, à Latroun. Le Dr. Dinevich dirigea le projet, financé et soutenu par l’Armée de l’air israélienne et l’Administration pour la recherche et le développement sur les armes et l’infrastructure technologique du Ministère israélien de la sécurité (MAFAT). Il a pu réaliser des progrès extraordinaires dans le domaine de la surveillance des migrations d'oiseaux en Israël, dans le cadre du Centre international pour l'étude de la migration des oiseaux de Latroun, sous la direction du Prof. Leshem. À la lumière de ces résultats, l'Université de Tel-Aviv décida de l'intégrer comme scientifique immigrant dans le cadre du Programme d'intégration des immigrants scientifiques du Ministère de l'Intégration et de l'Aliya.

Depuis 1997, le radar russe est utilisé comme outil opérationnel pour identifier les migrations d'oiseaux dans une zone située entre la Vallée de Jezréel au nord du pays et la ligne Beit Kama au sud. A l'initiative du Dr. Dinevich, le radar a été employé tout d'abord pour surveiller les migrations diurnes puis par la suite également pour les migrations nocturnes, et a servi pendant une partie des saisons migratoires comme centre pour la surveillance des oiseaux de l'Armée de l'air. Le Dr. Dinevich a centralisé la collecte des données et la maintenance du radar, avec l’aide d’experts venus de Russie chaque année, et a donné de nombreuses conférences dans le cadre de Congrès internationaux sur ce sujet.

Pendant 21 années consécutives et jusqu'en 2018, l'Armée de l'air a eu recours aux services du radar du Dr. Dinevich, qui a contribué de manière exceptionnelle à accroître la sécurité des vols et à sauver des vies. Le Dr. Dinevich a également travaillé à la création d'un comité de scientifiques immigrants au sein du Ministère de l'Intégration et de l'Aliya, dont il est aujourd'hui le président.

"Nul n'est davantage digne de ce prix !", a déclaré le Prof. Leshem, qui a profité de l'occasion pour remercier chaleureusement toutes les personnes liées à l'activité intense du Dr. Dinevitz.

Création d’un institut unique en son genre à l’Université de Tel-Aviv pour promouvoir le dialogue par la musique

L’Université de Tel-Aviv vient de créer un institut pour promouvoir le dialogue entre les secteurs de la population, les sexes et les cultures, en utilisant le pouvoir de la musique. L’Institut, qui exerce ses activités dans le cadre de l’École d’Education de l’université, sera dirigé par le Dr. Ori Leshman, chef d'orchestre et compositeur et emploiera des programmes et des modèles innovants pour mener à bien ce processus socio-éducatif pionnier.

music center 580L’Institut a été fondé par Aviad Meitar, Amnon Herzig et le Dr. Leshman, qui avaient déjà lancé au cours des dernières années un projet social alternatif intitulé "La musique comme outil de dialogue". Aviad Meitar, homme d’affaires de renommée internationale et entrepreneur social, a lui fourni son capital initial, participera à sa gestion et en dirigera le comité consultatif; Amnon Herzig, également entrepreneur social, sera membre du comité consultatif.

Encourager les processus de dialogue parmi la jeune génération

"Je crois que le nouvel institut encouragera les processus de dialogue parmi la jeune génération, celle qui déterminera notre avenir, et enclenchera un processus universitaire socio-éducatif à grande échelle", a déclaré Aviad Meitar. "J'invite toutes les personnes et les fondations israéliennes et internationales qui ont à cœur la question de la promotion du dialogue et de l’apaisement des conflits en Israël et dans le monde, à nous rejoindre dans cette initiative importante et novatrice".

Musicfordialogue OriSelon le Dr. Leshman, le nouvel institut constituera un centre de recherche, d'enseignement théorique et appliqué, et un incubateur pour les initiatives destinées à promouvoir le dialogue et les projets sociaux et éducatifs, en particulier parmi les étudiants, les adolescents et les jeunes. Ne traitant pas d’enseignement musical à proprement parler, il  n’exigera pas de formation musicale antérieure.

L’Institut encouragera la recherche multidisciplinaire sur l’influence de la musique, sur la promotion d’un dialogue constructif et de l’autonomisation personnelle, en collaboration avec des chercheurs éminents dans les domaines de l’éducation, la psychologie, la recherche sur le cerveau, la sensibilisation, l’exploitation de l’information, etc. Plusieurs études prometteuses visant à enrichir les connaissances existantes et contribuer à une utilisation plus éclairée de la musique pour créer le dialogue dans des domaines divers, y compris les processus thérapeutiques, sont déjà en cours.

Un incubateur pour les initiatives sociales autour de la musique

Dans le domaine de l'enseignement, l'Institut lancera divers programmes pour les étudiants comprenant cours, ateliers et journées d'étude. Trois de ces programmes sont déjà en place au premier semestre.

Outre la recherche et l’enseignement, l’Institut exploitera un incubateur premier de ce type pour les initiatives sociales et éducatives visant à promouvoir le dialogue développées par les étudiants dans le cadre de leurs études. L'incubateur encouragera les étudiants à initier et mener à bien des projets à valeur sociale, à la fois à l'intérieur et à l'extérieur de l'université, dans le cadre des programmes d'enseignement de l'Institut.

aviad meitarL’Institut créera également des programmes et des projets pour les adolescents et les jeunes, notamment pour les jeunes juifs et arabes dans les écoles. Certains de ces projets ont déjà été mis en œuvre avec succès.

Selon le Dr. Leshman, "l’Institut favorisera l’excellence à la fois sur le plan universitaire et de la recherche, et les domaines sociaux et l’éducation des jeunes. Il proposera de nouvelles utilisations de la musique, qui entraîneront des changements dans la perception et la conscience, ainsi que dans les liens entre l'homme et son environnement social proche ou éloigné, y compris avec des personnes qui diffèrent de lui sur le plan culturel, sectoriel ou national. Il y a ici un message universitaire  pertinent pour notre réalité quotidienne et la promotion du dialogue en Israël et dans le monde.

"L'Institut promeut d'importantes valeurs fondamentales universelles", a déclaré Adi Olmert, Directrice de l'Association des Amis de l'Université de Tel-Aviv : "Dialogue et convergence, innovation et créativité, entrepreneuriat et leadership social reflètent les valeurs académiques et sociales de l'université en tant qu’institution novatrice,  foyer pour les étudiants de tous les secteurs et cultures. Nous recherchons des collaborateurs stratégiques, fondations et donateurs privés, ainsi que des partenaires qui participeront à certains projets, comme des bourses d’excellence pour les  étudiants, des ateliers pour les jeunes etc. ".

Un professeur de l'Université de Tel-Aviv médaillé par l'Union européenne des Géosciences

Le Dr. Lev Eppelbaum, du Département de Géophysique et des Sciences planétaires de l’Université de Tel-Aviv, est le premier lauréat israélien de la prestigieuse médaille Huygens de l'Union Européenne des Géosciences pour le développement d'un système de cartographie des environnements complexes révolutionnaire utilisé dans la recherche archéologique et environnementale pour localiser des gisements de gaz et de pétrole, et même surveiller les tornades aux États-Unis. La médaille lui sera remise lors de la réunion annuelle de l'UEG qui se tiendra à Vienne en avril 2019.

apelbaum580 0Baptisée du nom du mathématicien et astronome néerlandais Christian Huygens, premier à avoir décrit le système solaire, la médaille Christian Huygens est décernée à des chercheurs novateurs pour leur contribution exceptionnelle dans le domaine de l'instrumentation et des systèmes d'information en sciences planétaires.

"Je suis enthousiasmé par cette nouvelle", a déclaré le Dr. Eppelbaum. "J'ai reçu des félicitations de collègues du monde entier et je suis fier qu'Israël ait remporté une médaille de plus. L'UEG est en fait la principale organisation mondiale dans le domaine des Sciences de la Terre et les Israéliens sont présents de manière impressionnante parmi les récipiendaires des différentes médailles. Je suis le premier Israélien à recevoir la médaille Huygens, mais l'an dernier, le Prof. Pinchas Alpert de mon département à l'Université de Tel-Aviv avait reçu la médaille Birkens de l'UEG pour sa contribution exceptionnelle à la compréhension de la dynamique de l'atmosphère".

Le Dr. Eppelbaum a remporté la médaille pour le développement révolutionnaire d'un système de cartographie des environnements complexes, comprenant, entre autres, une cartographie gravitationnelle, magnétique, thermique, électromagnétique et sismo-électrique.

Sur le plan pratique, le système mis au point par le Dr. Eppelbaum est utilisé pour la recherche archéologique et environnementale, pour localiser divers gisements de ressources telles que le gaz et le pétrole, et même pour le suivi des tornades aux États-Unis. En Israël, il a déjà servi à avertir de la formation de dolines (effondrement de terrain circulaire soudain), révélé des sites archéologiques enfouis sous la surface du sol et fourni les premières cartes des discontinuités de Mohorovicic, qui marquent la limite entre la croûte terrestre et le manteau supérieur de la terre situé au-dessous. Il travaille actuellement sur des modèles géophysiques et géologiques en trois dimensions du Caucase et de la Méditerranée orientale, Israël compris.

11e Forum indo-israélien sous l'égide de l'Université de Tel-Aviv

Le 11e Forum indo-israélien pour la coopération dans les domaines commercial, économique, financier et universitaire s'est tenu les 5 et 6 décembre à New-Delhi sous le parrainage de l'Université de Tel-Aviv, en présence des dirigeants des principales entreprises indiennes, TATA INDUSTRIES, GODREJ, BHARAT FORGE, TRIVENI, PI, et autres. Cette année, il était centré sur la coopération entre les deux pays dans le domaine des microprocesseurs et des semi-conducteurs.

india israel580Ont participé au Forum des personnalités éminentes de l'industrie et du monde universitaire israéliens: le Prof. Joseph Klafter, Président de l'Université de Tel-Aviv, l'un des fondateurs du forum; le Dr. Giora Yaron, président du conseil d'administration de l'UTA; Israel Makov, président de SUN PHARMA, Aharon Fogel, président de la Zim; Stanley Bergman, président-directeur général de Henry Schein, Adiv Baruch, président de l'Institut israélien des exportations et bien d'autres. Du côté indien, participaient à la conférence, entre autres, Jamshyd Godrej, président du conseil d’administration de Godrej and Boyce et l'un des hôtes du colloque; Nikhil Sawhney, vice-président et directeur du conseil d’administration de Triveni Turbine Limited, et Chandrajit Banerjee, directeur de Triveni Engineering and Industries Limited, et Président de la Confédération des Industries indiennes.

Le Forum s'est concentré sur la coopération entre Israël et l'Inde dans le secteur des microprocesseurs, en mettant l'accent sur les partenariats universitaires et dans le domaine de la recherche à l'ère de l'intelligence artificielle et de l'Internet des Objets. Une session spéciale a été consacrée à la coopération entre Israël et l'Inde dans le domaine des semi-conducteurs.

Un cadre privilégié d'échanges et de débats

La première journée du Forum, sous la direction du Dr. Giora Yaron, président du conseil d'administration de l'Université de Tel-Aviv, a été consacrée à l'avenir de la coopération entre les deux pays, à l'évolution géopolitique de l'Asie occidentale et à la coopération stratégique. Elle a été suivie d'un dîner organisé par le Ministre indien du Commerce et de l'Industrie, Suresh Prabhu. La deuxième journée a débuté par une discussion sur les partenariats universitaires et dans le domaine de la recherche, menée par le président de l'Université de Tel-Aviv, le Prof. Joseph Klafter. Elle s'est poursuivie par des débats sur la coopération agricole et les possibilités de renforcement des partenariats entre les deux pays dans d'autres domaines.

Le Forum indo-israélien est un lieu privilégié d'échanges et de débats dans le cadre de la coopération universitaire et industrielle entre Israël et l'Inde. Chaque année y émergent les nouveaux défis qui caractérisent cette coopération et les moyens de les gérer; et des liens se nouent entre les leaders de l’industrie et du monde universitaire israéliens et indiens, entraînant une augmentation régulière du volume des échanges commerciaux entre les deux pays.

Le Ministre français de la culture Franck Riester visite l'exposition Lignes de Défense de l'Université de Tel-Aviv

Le Ministre français de la culture, Franck Riester a visité jeudi soir 29 novembre l'exposition "Lignes de Défense: Maginot, Bar-Lev et au-delà", présentée à la Galerie d'Art Universitaire de l'Université de Tel-Aviv, qui avait été inaugurée la veille en présence de l'Ambassadrice de France en Israël, Hélène Le Gal. L'exposition est centrée sur deux lignes de fortifications emblématiques, la Ligne Maginot en France et la Ligne Bar-Lev en Israël. "Entre les murs de l'Université de Tel-Aviv, c'est l'avenir qui se construit", a déclaré le Ministre.

Ministre cultureLe Ministre français de la culture Franck Riester, en Israël pour la clôture de la Saison croisée Israël-France 2018, a visité jeudi soir 29 novembre l'exposition Lignes de Défense, inaugurée le 28 novembre dans la Galerie d'Art universitaire de l'Université de Tel-Aviv. La visite, menée par le Dr. Sefy Hendler, directeur du Département d'Histoire de l'Art de l'université et Directeur de la Galerie, s'est déroulée en présence de l'Ambassadrice de France Hélène Le Gal. Le Ministre a également rencontré la directrice du Département de Théâtre, le Dr. Sharon Aronson-Lehavy ainsi que les étudiants du département qui participeront aux représentations théâtrales organisée dans le cadre de l'exposition.

Une question centrale de notre temps

"C'est une très bonne idée, très originale ", a commenté le Ministre. "Il est bon que l'art soit là pour contrecarrer les idées reçues". Plus tard, il a posté sur son compte Twitter: "Entre les murs de l'Université de Tel-Aviv, c'est l'avenir qui se construit. L'avenir de nos sciences, de nos technologies et de nos startups, mais aussi l'avenir de la création et des arts".

L'exposition est centrée autour de deux séries de photographies de deux lignes de fortifications célèbres: la Ligne Maginot, construite dans les années trente le long de la frontière entre la France et l'Allemagne en vue de l'éclatement de la Seconde Guerre mondiale, immortalisée par les clichés du photographe français Alexandre Guirkinger - et la Ligne Bar-Lev, bâtie sur la rive orientale du Canal de Suez avant la Guerre du Kippour de 1973, représentée par le photographe israélien Micha Bar-Am. Les deux lignes sont liées à des traumatismes nationaux gravés dans la mémoire collective. A travers des œuvres d'artistes israéliens et étrangers, l'exposition présente la structure des lignes de fortifications, des bunkers, des murs et des barrières, comme faisant partie du paysage.

Ministre culture ambassadrice"Les lignes de défense sont un thème qui existe depuis le début de l'histoire et résonne jusqu'à nos jours dans le monde entier", a déclaré l'Ambassadrice Hélène Le Gal lors de l'inauguration. "Elles représentent à la fois l'espoir de tranquillité et sa désillusion violente. Ces deux photographes inspirés, très différents, ont cependant la même force esthétique".

"Par ce projet, la Galerie d'Art universitaire cherche à générer un débat par-delà les frontières de l'art visuel, sur une des questions centrales de notre temps", explique le Dr. Sefy Hendler, qui ajoute que pour l'occasion, la Galerie a coopéré pour la première fois avec l'Institut pour les Etudes sur la Sécurité nationale (INSS), rattaché à l'Université de Tel-Aviv, qui proposera également une série de conférences réalisées par des chercheurs, des militaires, des analystes et des représentants des media. "Nous avons également collaboré pour la deuxième fois avec le Département de théâtre de l'Université, dont les étudiants présenteront des représentations de deux pièces : "The Claim of Don Quichotte" par le scénariste israélien Gilad Evron, sur les frontières psychologiques et sociales, et "Youthful Silence" par David Amsallem sur la routine quotidienne de la vie des soldats.

Interdisciplinarité

"Nous sommes très fiers de cette interdisciplinarité qui n'existe dans pratiquement aucune Faculté d'Art dans le monde", a déclaré le Prof. Zvika Serper, Doyen de la Faculté des Arts, qui ajoute: "Ces lignes réunissent également deux parties, il ne faut pas penser uniquement à ce qu'elles séparent, mais voir ce qui se passe de chaque côté".

"Les lignes de fortifications sont aussi anciennes que l'histoire humaine", affirme Galia Zur Zeev, curatrice de l'exposition. " Le besoin de fortifier un territoire pour empêcher la pénétration de l''autre' est ancien et universel. L'exposition présente ce phénomène à plusieurs moments de l'histoire. Elle montre comment d'impressionnantes fortifications ont été détruites, oubliées, laissées à la merci de la nature, et pose la question de l'efficacité de ces barrières et lignes de séparation à l'époque des cyber-attaques".

Le Général de réserve Amos Yadlin,   directeur de l'INSS, présente la conception sécuritaire israélienne des lignes de défense: "Dans la conception de Ben Gourion, les lignes de défenses n'existaient pas: on triomphait par l'attaque et non par la défense. La notion de défense est apparue dans la conception israélienne avec Dan Méridor. Aujourd'hui, nous avons des barrières de séparation avec l'Egypte au sud, avec les syriens au nord et autour de la bande de Gaza".

Outre les deux séries principales de photographies, l'exposition présente entre autre également une performance artistique des artistes Marina et Ulay Abramovic sur un voyage de séparation de 90 jours sur la muraille de Chine, un curieux film d'Amir Balaban "The Deer" (Le Chevreuil) qui présente la vie sauvage le long des frontières et examine la barrière de défense israélienne du point de vue de ses conséquences écologiques, ici comment elle protège les gazelles; des photographies d'Assaf Evron sur le mur en construction entre le Mexique et les Etats-Unis pour empêcher l'immigration illégale et un film de Yael Lavie qui présente le narratif de la guerre du Kippour du côté égyptien.

 

L'exposition est ouverte au public à la Galerie d'art universitaire de l'Université de Tel-Aviv. Tél: 03-6408860