Slide background
Slide background
Slide background

nov1

A LA UNE

Les dernières nouvelles de l'Université de Tel-Aviv


events

EVENEMENTS

video

VIDEOS

vid1

semel uni2

SOUTENIR L’UNIVERSITÉ

Soutenez la recherche et les étudiants


Un professeur de l'Université de Tel-Aviv à l'UNESCO pour promouvoir la lutte contre l'antisémitisme dans le monde

Le Prof. Dina Porat, professeur émérite du département d’histoire du peuple juif de l'Université deTel-Aviv, Directrice du Centre Kantor pour l'étude du judaïsme contemporain de l'Université et historienne principale du Yad Vashem a participé à une table ronde de haut niveau sur le thème "Comment prévenir l'antisémitisme par l'éducation, la culture et la communication", le 6 décembre 2016 au siège de l'Unesco à Paris. Organisée en collaboration avec l’Alliance internationale pour la mémoire de l'Holocauste, la conférence a réuni des experts du monde entier, en la présence de Robert Badinter, ancien Garde des sceaux et ancien Président du Conseil constitutionnel en France et de la Directrice générale de l'UNESCO, Irina Bokova.

Dina Porat2016Partant du constat selon lequel, malgré les efforts déployés depuis des années pour tenter de faire reculer les violences visant des lieux ou des personnes juives, l’antisémitisme continue de prospérer, cette table ronde au sommet avait pour but de se pencher sur les racines de la haine antisémite, la définition que l’on peut en donner, son évolution et sur ses manifestations contemporaines, ainsi que sur les meilleurs moyens de mettre à profit l’éducation, la communication et la culture pour combattre ce phénomène.

Au cours de son intervention, le Prof. Dina Porat a mis l'accent sur la complexité de l’antisémitisme contemporain, ainsi que sur les déformations historiques qu'il génère, et a insisté sur l’importance d'une reconnaissance de la richesse de la culture juive et de son apport à l’histoire de l’humanité, ainsi sur que la nécessité d’agir pour mieux faire comprendre ce phénomène.

Dans son discours liminaire, Robert Badinter a donné un aperçu historique de l’antisémitisme, de ses origines religieuses jusqu'aux dimensions nationales et raciales qu’il a revêtues aux XIXeet XXe siècles, atteignant son paroxysme avec l’Holocauste. " Ni l’éducation, ni la culture, ni l’art en soi ne constituent par nature une défense suffisante contre la fureur du racisme et de l’antisémitisme. Il faut en tirer les enseignements ", a-t-il prévenu, ajoutant que la complaisance nourrissait les préjugés, qui engendrent à leur tour la haine, et ont déjà abouti à l’Holocauste ainsi qu'à d’autres formes pernicieuses d'antisémitisme aujourd’hui.

"La lutte contre l'antisémitisme est au coeur du rôle et de la mission de l'UNESCO"

"La lutte contre l’antisémitisme nous ramène au cœur du rôle et de la mission de l’UNESCO consistant à édifier la paix dans le monde par l’éducation et la promotion du respect d’autrui", a déclaré Irina Bokova, rappelant que la haine des juifs est ancienne et n'a cessé d’évoluer au fil des siècles, adoptant chaque fois de nouveaux masques pour aboutir à la destruction quasi‑totale des juifs d’Europe. "Il faut une éducation qui transmette véritablement la connaissance des faits historiques, du patrimoine et de la culture, pour protéger et respecter la dignité de chacun, ainsi que ses croyances et traditions, en se fondant sur le respect des droits de l’homme ", a-t-elle déclaré.

Elle a salué l’adoption, par l’Alliance internationale pour la mémoire de l'Holocauste, d’une définition concrète de l’antisémitisme, qui représente " une avancée considérable pour aider à mettre des mots précis sur un sujet qui demande beaucoup de constance et de fermeté".

Les autres participants à cette manifestation étaient le diplomate Mihnea Constantinescu, Président de l’Alliance internationale pour la mémoire de l'Holocauste, qui rassemble 31 pays membres, Cristina Finch, de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), qui a présenté les initiatives en cours pour former les services de police et les procureurs aux crimes inspirés par la haine, mettre en place des coalitions avec différentes communautés, et élaborer des directives à l’intention des éducateurs, en coopération avec l’UNESCO. Katharina von Schnurbein, Coordinatrice de l’Union européenne chargée de la lutte contre l’antisémitisme, a souligné l’importance d’une approche globale, d’un arsenal juridique solide et de la compréhension de la contribution positive des juifs à l’histoire.

Ont également participé à la rencontre Dervis Hizarci, de l’Initiative Kreuzberg contre l’antisémitisme (Allemagne), et le Prof. Steven Katz, professeur d'études juives et d'histoire de l'Holocauste à l'Université de Boston.

Source: Unesco.

holocaust 2013 wall of names memorial shoah2 1