Slide background
Slide background
Slide background

nov1

A LA UNE

Les dernières nouvelles de l'Université de Tel-Aviv


video

VIDEOS

vid1

semel uni2

SOUTENIR L’UNIVERSITÉ

Soutenez la recherche et les étudiants


Rentrée 2017-2018: l'Université de Tel-Aviv reste l'université la plus recherchée et la plus grande d'Israël

L'Université de Tel-Aviv maintient cette année encore son statut d'université de recherche la plus grande et la plus demandée en Israël. Quelques 29 000 jeunes étudieront cette année dans le cadre de ses programmes de premier, deuxième et troisième cycles, diplômes associés, programmes internationaux et programmes spéciaux. 4 800 nouveaux étudiants entameront des études de premier cycle et 3 500 de deuxième cycle. 58% des nouveaux inscrits sont des femmes.

Rentree 2017.1Selon le Président de l'Université de Tel-Aviv, le Prof. Joseph Klafter, l'université absorbera cette année quelque 40 nouveaux chercheurs parmi les meilleurs dans leurs domaines, dont beaucoup reviennent d'un post-doctorat dans des universités d'élite à l'étranger :"Ils se joindront aux 350 nouveaux chercheurs engagés à l'université ces dernières années, il ne fait aucun doute qu'avec leurs collègues chevronnés, ils contribueront au positionnement de l'Université de Tel-Aviv au niveau international".

Les programmes les plus recherchés en premier cycle (avec le plus grand nombre d'inscrits) sont d'abord l'informatique avec environ 2 330 étudiants inscrits, puis la biologie avec 1 910 étudiants. La Faculté des Sciences exactes est la plus recherchée: environ 4 850 étudiants s'y sont inscrits pour l'année universitaire à venir. Puis vient celle des sciences sociales, avec 3 890 étudiants.

 

Six programmes totalement nouveaux seront lancés cette année à l'Université:

Filière "Choix libre"

Réservée aux étudiants les plus performants, cette filière leur permettra pour la première fois, quelque que soit leur domaine d'études,  d'intégrer à leur programme 20 heures semestrielles de leur choix (cumulées au cours du cursus), dans n'importe laquelle des disciplines enseignées à l'Université. Ils pourront ainsi compléter leur domaine d'étude principal en acquérant des informations détaillées dans d'autres matières.

Programme Mandel d'études en lettres et ingénierie

Un programme d'avant-garde qui fonctionne à la Faculté d'ingénierie de l'Université, et intègre au cursus de génie électrique, mécanique, industriel ou biomédical une unité multidisciplinaire d'études de lettres. Les meilleurs étudiants d'ingénierie qui seront acceptés dans cette filière de quatre ans, bénéficieront d'une opportunité exceptionnelle d'enrichissement de leurs connaissances et de leurs horizons, grâce à des cours comme la philosophie de la technologie, la pensée économique à l'ère de l'Internet, la cyberculture, la philosophie de la science, de la cognition et de la créativité, la psychanalyse et la rhétorique.

29.5Ils recevront des bourses qui leur permettront de se concentrer sur leurs études, et seront accompagné par un mentor personnel, membre du corps professoral de l'université en Lettres et Sciences humaines, qui leur fournira des conseils pour l'élaboration de leur programme d'études, le choix des domaines et les décisions concernant la poursuite de leur carrière.

Un deuxième cycle en études sur l'Immigration

Programme en anglais destiné à la fois aux étudiants internationaux et israéliens. Le défi de l'immigration (nouveaux immigrants, travailleurs migrants et demandeurs d'asile politique) est à l'ordre du jour dans tous les pays occidentaux. Ce programme offre des outils pour comprendre le phénomène de l'immigration et y et faire face. Les étudiants appréhenderont les théories sur les motifs de l'immigration, une analyse comparative du phénomène dans les différents pays et les moyens d'intégration des immigrants, aux côtés d'une expérience pratique dans des cadres destinés à ces populations. Possibilité de filière avec ou sans thèse.

Programme d'études en Leadership et Ressources humaines

Il s'agit d'un diplôme de premier cycle conjoint en études du travail et sociologie qui prépare les étudiants à des postes de direction et de leadership, destiné à toute personne intéressée par les problèmes profonds de la société israélienne. Il est basé sur des cours du Département d'Etudes du travail et du Département de sociologie, avec en plus des cours spécifiques en leadership, communication et politique publique, ainsi qu'une formation pratique sur le lieu de travail.

Diplôme de premier cycle en Etudes de la Conscience

Destiné aux meilleurs étudiants en philosophie et psychologie, le cursus traitera de sujets pour lesquels ces deux branches de recherche se combinent et se complètent pour fournir des outils pour l'étude de la conscience. Par exemple, on examinera les avantages des processus conscients sur les processus inconscients et comment l'expérience se relie aux processus biologiques et physiques du cerveau.

"Connexion +"- Un programme d'avant-garde pour l'implication universitaire dans l'entreprise

L'Université de Tel-Aviv mène une initiative pionnière pour promouvoir l'action sociale des étudiants et des professeurs de l'université. Selon le plan prévu, dans les cinq ans, chaque étudiant en premier cycle aura participé à un cours intégrant une action sociale à son programme d'études.

Cette année, l'Université offre aux étudiants une gamme de 50 cours fascinants qui combinent connaissances universitaires et l'impact social. Environ 1 000 étudiants participeront à ces cours et travailleront au bénéfice de la société en Israël. Par exemple, les étudiants en ingénierie et en physiothérapie apprendront ensemble à développer des solutions technologiques pour les personnes handicapées motrices, et les étudiants de tout le campus développeront des applications de jeux informatiques pour les personnes âgées afin d'améliorer leurs capacités cognitives et d'attention.

 

Articles liés:

Plus de 29 000 étudiants inscrits en 2016-2017 à l’Université de Tel-Aviv 

L’Université de Tel-Aviv toujours la plus grande et la plus recherchée d’Israël en 2015-2016

Rentrée 2014-2015 : près de 30.000 étudiants inscrits à l’Université de Tel-Aviv 

Année universitaire 2013-2014 : environ 30 000 étudiants inscrits à TAU, la plus grande et la plus demandée des universités israéliennes

Coopération de l'Université de Tel-Aviv avec le Viêt-Nam

Le Prof. Raanan Rein, vice-président de l'Université de Tel-Aviv s'est rendu récemment à Ho-Chi-Minh-Ville où il a remis leurs diplômes à 10 étudiants vietnamiens ayant effectué une Maitrise dans le cadre du programme de MSc international en Biologie végétale de l'Université, au cours d'une émouvante cérémonie. Il a par ailleurs signé des protocoles d'entente avec diverses universités vietnamiennes.

Vietnam1Outre les 10 diplômés des deux premières promotions du programme, étaient également présents deux étudiants qui partiront pour Israël la semaine prochaine avec des représentants de l'ambassade.

"Les étudiants rentrés au Vietnam après leurs études à l'UTA se sont pour la plupart très bien intégrés sur le marché du travail vietnamien, et ont fait l'éloge du programme et de l'Université de Tel-Aviv", a commenté le Prof. Rein. "Ils sont intéressés par la création d'une association d'anciens étudiants et souhaitent aider l'université".

Le Prof. Rein avait auparavant donné une conférence devant quelques 500 étudiants de l'Université d'économie de Hô Chi Minh-Ville sur l'innovation et l'entreprenariat en Israël, l'expérience de l'Université de Tel-Aviv et son investissement dans la créativité de ses étudiants et de ses enseignants.

Fruit de la coopération entre Université de Tel-Aviv et le Centre international de  Formation en Agriculture de l'Arava (AICAT), le Master international en Sciences végétales est  un programme de maitrise exclusif et innovant qui met l'accent sur sécurité alimentaire.

Destiné aux étudiants titulaires d'un diplôme de BSc, il est hébergé par la Faculté des sciences de la vie et géré par le programme Manna pour la sécurité alimentaire de l'Université de Tel-Aviv, qui vise à rassembler des chercheurs de diverses disciplines pour promouvoir la recherche novatrice et préparer la prochaine génération de scientifiques et de décideurs dans le domaine de la sécurité alimentaire mondiale. Mis en œuvre pour la quatrième année, il accueille des étudiants de pays asiatiques et africains tels que le Vietnam, la Chine, l'Inde, les Philippines, l'Ethiopie, etc.

Le Prof. Rein a par ailleurs signé des protocoles d'entente avec diverses université vietnamiennes en vue d'échanges d'étudiants et de professeurs, dont l'Université agricole d'Ho-Chi-Minh, "qui a fait montre d'un grand intérêt pour coopérer avec le programme, et où l'un de nos anciens diplômés enseigne actuellement" a-t-il précisé.

L'Université de Tel-Aviv révolutionne ses conditions d'admission

L'Université de Tel-Aviv a fait la une cette année en annonçant pour la première fois en Israël un nouveau système d'admission qui permet de contourner  les tests psychométriques standardisés au moyen de cours en ligne, rendant l'université plus accessible à toutes les couches de la population.

New admissions2 580x330La nouvelle filière permettra de corriger les disparités créées par le système d'admission standard en vigueur dans les universités israéliennes, qui tend à favoriser les étudiants aisés du centre du pays ayant la possibilité d'investir dans une préparation coûteuse aux tests d'entrée, à la différence de ceux des zones moins privilégiées d'Israël.

Jusqu'à présent, les universités israéliennes admettaient les étudiants en fonction d'une moyenne de leurs résultats aux tests d'entrée (psychométriques) et de leurs notes de fin d'études secondaires. Le nouveau système permettra aux candidats de suivre un ou plusieurs cours en ligne proposés par l'université qui les feront bénéficier de points de bonus sur leur moyenne globale d'admission à partir d'une note de 85 sur 100 ou plus. Une note de 85 obtenue à trois cours en ligne remplacera en totalité la note de l'examen d'entrée psychométrique.

Le ministre israélien de l'Education, Naftali Bennett, a applaudi ces nouveaux critères d'admission: "Je salue l'initiative de l'Université de Tel-Aviv qui réalise deux de nos objectifs à long terme: combler les écarts sociaux et propulser l'éducation vers le 21ème siècle".

L'UTA a été l'un chef de file parmi les universités israéliennes pour le développement des cours en ligne ouverts à tous (ou MOOC – massive open online course en anglais), tendance qui prend de l'ampleur dans le monde entier. Le Centre d'innovation pour l'apprentissage de l'Université, TAU Online offre actuellement neuf cours en ligne via Coursera et d'autres plateformes MOOC, ainsi que des communautés d'apprentissage et des ressources pour les participants afin de maximiser leur expérience pédagogique.

TAU Online offre de même un programme d'apprentissage aux lycéens de tout le pays basé sur des cours en ligne, qui leur permet d'acquérir des crédits universitaires. A cet effet, l'Université de Tel-Aviv s'est associée avec des enseignants du secondaire et des départements d'éducation municipaux pour intégrer ces cours en ligne dans les salles de classe. "Le fait qu'il s'agisse d'un programme en ligne élimine la nécessité d'une  proximité physique avec l'Université", explique Yuval Shraibman, directeur de TAU Online. "Nous offrons ainsi à chaque élève et école en Israël la possibilité d'accès à l'université".

"Notre objectif est maintenant d'élargir et de promouvoir le programme vers davantage de lycées", a-t-il ajouté. "Un des aspects à développer et la question de la  formation des enseignants. Les cours en ligne libèrent les enseignants de la nécessité des conférences frontales, et ouvrent de nouvelles opportunités pour enrichir l'expérience d'apprentissage. Nous recherchons à présent un financement pour former les enseignants participant à de nouvelles méthodes de pédagogie créative, gérer la dynamique de la classe et proposer un soutien personnel adapté au style d'apprentissage de chaque élève. Nous voulons également introduire beaucoup plus de cours en ligne ".

Université de Tel-Aviv: Prolongement du mandat du Professeur Itzhak Ben Israel à la tête de l'Agence spatiale israélienne

Le Ministre des sciences et de la technologie, Ophir Akunis vient de prolonger le mandat du Prof. Yitzhak Ben-Israël,  directeur du Centre de Cyber-études et de l'Atelier Yuval Ne'eman pour la science, la technologie et la sécurité de l'Université de Tel-Aviv, comme Président de l'Agence spatiale israélienne, en raison de son " énorme contribution au statut d'Israël comme puissance d'avant-garde au cours de la dernière décennie"

Ben Israel photo chen galili 14196"Le Prof. Ben-Israël a mené une riche carrière publique et sa contribution au progrès du domaine de l'espace en Israël au cours de la dernière décennie est énorme", a déclaré le ministre Akunis après la décision de prolonger le mandat du Prof. Ben Israel qui dirige l'Agence depuis douze ans. "Nous sommes fiers de continuer à nous honorer de ses travaux dans nos rangs et convaincus qu'il ne manquera pas de faire avancer l'Agence spatiale israélienne vers de nouvelles réalisations dans les années à venir".

Le Prof. Ben-Israël a remercié le ministre pour sa confiance: "Je considère cela comme l'occasion de continuer à promouvoir l'Agence spatiale israélienne pour faire face aux défis futurs de l'industrie spatiale" a-t-il déclaré. "Le domaine de l'espace en Israël s'oriente vers des développements civils et la participation de petits entrepreneurs privés aux côtés des grandes industries spatiales, orientation qui prend également son essor dans le monde et présente un potentiel tangible pour le développement de l'économie. L'espace est également un excellent outil de promotion de l'éducation scientifique en Israël, en particulier de la périphérie. L'Agence continuera de promouvoir les petits satellites pour lesquels Israël bénéficie d'un avantage considérable dans le monde et agira pour la reconnaissance par le gouvernement de l'importance des communications par satellite ".

Le Prof. Ben-Israël a servi pendant de nombreuses années dans les Forces de Défense d'Israël au sein desquelles il occupé plusieurs postes. Il a reçu deux fois le prix Israël pour la Sécurité, a eu la charge du développement du programme Talpiot, programme de formation d'élite scientifique de l'armée et fut parmi les initiateurs du programme Atidim pour l'intégration des jeunes doués de la périphérie dans les institutions universitaires. A son départ de l'armée, il a rejoint le corps enseignant de l'Université de Tel-Aviv où il dirige actuellement le Centre de Cyber-études et l'Atelier Yuval Ne'eman pour la science, la technologie et la sécurité. Au cours de son mandat à la Knesset, il a été membre du Comité des affaires étrangères et de la défense, du Comité des finances et du Comité de planification du front intérieur. Parmi les autres fonctions publiques qu'il a remplies,  il fut l'un des fondateurs de l'Autorité nationale pour la Cyber-sécurité auprès du bureau du Premier Ministre, membre du conseil d'administration d'une série d'entreprises gouvernementales dans le domaine de la science et de l'espace et président du Conseil national pour la recherche et le développement civil. Il a publié de nombreux livres dans les domaines de la sécurité, de la science et de l'espace.

60% des Arabes d'Israël ont une attitude positive envers l'Etat, selon une enquête de l'Université de Tel-Aviv

Près de 60 pour cent des citoyens et résidents arabes d'Israël ont une attitude positive à l'égard de l'État et de ses institutions, selon une enquête du Programme Konrad Adenauer pour la coopération juive-arabe du Centre Dayan de l'Université de Tel-Aviv, diffusé mercredi dernier lors d'une conférence à l'Université sur le thème de «L'identité citoyenne et la participation politique de la population arabe en Israël».

arab israeli votesLe sondage, réalisé en coopération avec l'agence de recherche en communication Keevoon, a été mené auprès de 876 citoyens arabes d'Israël et 125 résidents de Jérusalem-Est (possédant un statut de résident permanent en Israël mais pas la citoyenneté), avec une marge d'erreur de 2,25%.

"La conclusion de la recherche est que les Arabes israéliens se sentent généralement bien en Israël", a déclaré Arik Rudnitzky, responsable de projet du programme Konrad Adenauer, ajoutant cependant qu'ils restent "très critiques envers les institutions de l'État".

90% des Druzes ont une vision positive de l'Etat

60% des personnes interrogées ont répondu avoir une vision favorable de l'Etat d'Israël, contre 37% ayant déclaré avoir une vision défavorable. Le pourcentage favorable a l'Etat d'Israël est plus fort parmi les Arables chrétiens (61% contre 33% défavorables), et beaucoup plus partagé chez les Arables musulmans (49% ayant une vision positive contre 48% négative). 90% des Druzes ont déclaré quant à eux avoir une vision positive de l'Etat d'Israël. 

Priés d'évaluer leur degré "d'appartenance" à l'Etat sur une échelle de 1 à 10, 45% des répondants ont répondu 8, 17% entre 5 et 7 et 35% entre 1 et 4.

LOGO MosheDayanCenterSelon Michael Borchard, directeur de la branche israélienne de la Fondation Konrad Adenauer, le résultat le plus significatif de l'enquête est la réponse des Arabes possédant la citoyenneté israélienne à la question: "Quel terme vous défini le mieux ?". Une majorité de 28% a répondu "Israélien arabe", 11% "Israélien", 13% "Arabe citoyen d'Israël" et 2% "musulman israélien". Seulement 15% se sont déclaré "Palestiniens, 4% "Palestiniens en Israël, 3% "citoyens palestiniens en Israël" et 2% "Palestiniens israéliens". 8% des sujets interrogés se sont identifiés comme "Musulmans".

"Les citoyens Arabes israéliens veulent que leur identité spécifique soit reconnue mais n'ont aucun problème à être liés à Israël", commente Michael Borchard. "En fin de compte, ils s'identifient davantage avec Israël qu'avec un éventuel Etat palestinien".

73% serait fiers d'avoir un parent à la Knesset

Borchard a également souligné que 63% des citoyens arabes interrogés ont affirmé qu'Israël était un lieu de vie "positif", contre 34% qui le considèrent négativement. Les répondants ont par ailleurs caractérisé le niveau de liberté personnelle dans le pays comme "élevé", de même que le degré de stabilité: "Le niveau de stabilité, de liberté personnelle et de qualité de la vie par rapport aux pays environnants est apprécié par eux", commente Michael Borchard.

Arik Rudnitzky a noté que la moitié des personnes interrogées ne considéraient pas la Knesset comme une institution positive et seulement 35% ont une opinion positive du Premier ministre Benjamin Netanyahu. D'un autre côté, 73% ont répondu qu'elles seraient "fières" si l'un de leur parent était élu membre de la Knesset, contre 16% seulement qui se sentiraient "embarrassés".

"Le nombre de personnes qui ont répondu positivement sur les questions concernant les institutions est remarquablement élevé", a déclaré le Dr. Itamar Radai, directeur du Programme Adenauer du Centre Dayan de l'Université. "Cela reflète leur désir global d'être davantage intégré à la société israélienne, et d'y participer plus".

"L'enquête indique que les Arabes israéliens considèrent positivement la participation à la vie politique en Israël", a confirmé Arik Rudnitzky, qui a ajouté qu'à leurs yeux les problèmes urgents  sont la criminalité de quartier, la violence et la sécurité personnelle (22%), puis le racisme (20%), les problèmes économiques et l'emploi (15% pour cent). Seuls 13% des personnes interrogées ont déclaré que le conflit israélo-palestinien était leur principale préoccupation (contre 19% en 2015).

Page 1 sur 42